lundi 18 juin 2018

Saint Jean Baptiste, priez pour nous !

Saint Jean Baptiste, priez pour nous!
Résultats de recherche d'images pour « saint Jean Baptiste »

Dans quelques jours, le 24 juin, nous célébrerons la solennité de la Nativité de saint Jean Baptiste, patron spécial des Canadiens-français (1). Nous avons bien raison de nous réjouir à chaque année de la naissance de celui dont Jésus a dit: « Amen, je vous le dis: Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste » (Mt 11, 11). Le 24 juin est une solennité et non pas seulement une fête. D'ailleurs, cette année, le 24 juin est un dimanche. Normalement le dimanche a préséance sur toute fête, à part les fêtes du Seigneur Jésus; mais le dimanche n'a pas préséance sur les solennités. 

Saint Jean Baptiste est le seul saint à part Jésus et Marie dont on célèbre la naissance en ce monde. Pour tous les autres saints, on célèbre leur fête liturgique le jour de leur mort, ou le jour le plus près de leur mort, c’est-à-dire le jour de leur entrée dans la vraie vie. Pour saint Jean-Baptiste, on célèbre aussi sa mort. La date choisie pour la mémoire du martyr de saint Jean Baptiste, est le 29 août. On célèbre donc en Église et sa naissance, et sa mort glorieuse. C’est dire l’importance de ce saint et la grandeur de ce saint; et il est notre saint patron à nous les Canadiens-français. Merci Seigneur! Que demander à notre saint patron? Personnellement, je lui demande la grâce de me réjouir de plus en plus en Dieu; que Dieu soit ma joie continuelle. Oui, « DIEU MA JOIE ».

Toute la vie de saint Jean Baptiste a été vécue sous le signe de la JOIE. L’évangile selon saint Luc (qui est considéré comme l’évangéliste de la joie), commence par l’annonce à Zacharie d’une grande joie: lui et sa femme Élisabeth âgée et stérile, auront un enfant qu’ils appelleront Jean: « L’ange lui dit: « Sois sans crainte, Zacharie, car ta supplication a été exaucée: ta femme Élisabeth mettra au monde pour toi un fils, et tu lui donneras le nom de Jean. Tu seras dans la joie et l’allégresse, et beaucoup se réjouiront de sa naissance. » (Lc 1, 13-14)

Quand, six mois plus tard, la Vierge Marie va rendre visite à sa cousine Élisabeth, enceinte de Jean depuis six mois, Jean, en présence de Jésus dans le sein de Marie, bondit de joie dans le sein de sa mère et Élisabeth, illuminée par l’Esprit, découvre le mystère de la maternité divine de Marie: « Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint et s’écria d’une voix forte: « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi? Car lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. » (Lc 1, 41-44)

Jésus a dit de son cousin Jean: « Jean était la lampe qui brûle et qui brille, et vous avez voulu vous réjouir un moment à sa lumière. » (Jn 5, 35)

La prière d’ouverture de la messe de la solennité du 24 juin, nous invite à demander à Dieu le don de la « joie spirituelle »:

« Tu as voulu, Seigneur, que saint Jean Baptiste prépare ton peuple à la venue du Messie; accorde à ton Église le don de la joie spirituelle, et guide l’esprit de tous les croyants dans la voie du salut et de la paix. » (Prière d’ouverture de la messe de la Nativité de saint Jean Baptiste). C’est cette joie spirituelle, fruit de l’Esprit (Ga 5, 22), que je souhaite à tous!

HEUREUSE ET SAINTE SAINT-JEAN !!!!!


(1) Nomination de Saint-Jean-Baptiste comme patron spécial des ...

bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/evenements/23129.html



En marche vers l'adoration continuelle


Le texte ci-dessous paraîtra dimanche prochain dans notre Semainier paroissial. 

En marche vers l’adoration continuelle

Chers paroissiens et paroissiennes, mon cœur est dan la joie depuis deux jours. Vous avez répondu d’une façon extraordinaire à l’invitation lancée pour les 24 heures pour le Seigneur. Notre Seigneur Jésus-Christ a été adoré de façon continuelle durant 24 heures, dans la journée de vendredi à samedi dernier. Voici les données statistiques de l’événement: 64 personnes étaient inscrites à l’adoration et environ 25 personnes sont venues adorer sans être inscrites, pour un total d’environ 90 personnes. Cela me permet d’espérer que nous arriverons dans un avenir assez rapproché à offrir à Notre Seigneur Jésus Christ une adoration continuelle (je préfère le mot « continuel » au mot « perpétuel »), sept jours sur sept, jours et nuits. Je suis sûr que nous arriverons à ce résultat. Selon moi, C’EST LE PLUS BEAU CADEAU QU’UNE PAROISSE PUISSE OFFRIR À SON DIVIN SAUVEUR. Je suis persuadé que nous arriverons à ce but (qui n’était qu’un rêve il y a deux ans) avant la fin de mon deuxième mandat comme curé qui se terminera en juillet 2019. Si tel est le cas, ce serait la chose que je serais le plus fier d’avoir réalisée lors de mon passage parmi vous. Et j’espère rester parmi vous encore plusieurs années. Pourquoi? Parce que vous et moi avons grandi ensemble dans notre amour envers le Bon Dieu: vous avec moi et moi avec vous. Oui, « la semence a grandi et elle est en train de devenir un grand et bel arbre ». 

P. Guy, omv


dimanche 17 juin 2018

La semence grandit, on ne sait comment

La semence grandit, on ne sait comment

Invitation à la confiance

Invitation à la confiance

Homélie du 11e dimanche du temps ordinaire, année B.

Évangile du jour: 

ÉVANGILE: (Marc 4, 26-34)


Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là,
parlant à la foule, Jésus disait :
« Il en est du règne de Dieu
comme d’un homme qui jette en terre la semence :
nuit et jour,
qu’il dorme ou qu’il se lève,
la semence germe et grandit,
il ne sait comment.
D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe,
puis l’épi, enfin du blé plein l’épi.
Et dès que le blé est mûr,
il y met la faucille,
puisque le temps de la moisson est arrivé. »
Il disait encore :
« À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ?
Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ?
Il est comme une graine de moutarde :
quand on la sème en terre,
elle est la plus petite de toutes les semences.
Mais quand on l’a semée,
elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ;
et elle étend de longues branches,
si bien que les oiseaux du ciel
peuvent faire leur nid à son ombre. »
Par de nombreuses paraboles semblables,
Jésus leur annonçait la Parole,
dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre.
Il ne leur disait rien sans parabole,
mais il expliquait tout à ses disciples en particulier.
– Acclamons la Parole de Dieu.

Aujourd’hui, le Seigneur nous présente deux paraboles pour nous inviter à la confiance: la parabole de la semence jetée en terre et qui grandit jour et nuit, sans qu'on sache comment; ainsi en va-t-il du Règne de Dieu  dans notre monde; et la parabole de la graine de moutarde, la plus petite des semences, qui devient un grand arbre. dont l'ombre sert aux oiseaux pour faire leurs nids. Ces deux paraboles veulent nous faire comprendre que c'est Dieu qui fait grandir son Règne en ce  monde. Tout ce que nous devons faire, c'est semer la parole de Dieu et laisser Dieu faire le reste. Ce n'est pourtant pas compliqué. Même la deuxième lecture de la messe d'aujourd'hui nous parle de la confiance. Le mot confiance est explicitement deux fois répétés. Voici le début de la deuxième lecture: 

DEUXIÈME LECTURE: (2 Co 5, 6-10) 

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens
" Frères,
nous gardons toujours confiance," (2 Co, 5, 6)

Quelle est la plus grande qualité du chrétien? Tout comme moi, vous avez sûrement répondu: l'amour. Mais comment parvenons-nous à l'amour? Quel chemin devons-nous emprunter pour arriver à l'amour. Il faut essentiellement emprunter deux chemins: le chemin de la gratitude et le chemin de la confiance

La gratitude: Le premier chemin est la gratitude, c'est-à-dire la capacité de savoir repérer les cadeaux de Dieu et savoir Le remercier pour tous ses dons. Ce n’est pas pour rien que le plus grand acte du culte pour un catholique, c’est l’eucharistie. L’eucharistie ou la messe, vient d’un mot grec qui signifie REMERCIEMENT. Selon moi, le meilleur moyen de parvenir à l'amour de Dieu, c’est la capacité de dire MERCI à Dieu; Le remercier pour tous les dons reçus et ces dons-là, si on sait regarder, sont innombrables. Si on s’habitue à considérer les faveurs de Dieu, à les voir, à les goûter, cela nous conduira à l'amour de Dieu. 

La confiance: Le deuxième chemin pour parvenir à l'amour de Dieu, c'est la confiance. Tout est lié dans la vie spirituelle. Si je vois les bienfaits de Dieu dans ma vie, combien de fois il m’a secouru et comment il m’a secouru et soutenu, je serai non seulement reconnaissant, mais je m’enracinerai dans la confiance.la confiance naît du fait que je sais apprécier toutes les grâces que Dieu me donne. Souvent nous voyons ces grâces après coup, comme de dos. J'ai fait une dépression sévère en 1997-1998. J'ai témoigné de cela sur mon blogue (1). Pendant ma dépression, tout était noir; je ne voyais vraiment rien de beau là-dedans. Mais avec le recul et les années, je vois que cette dépression m'a changé pour le mieux et je rends grâce maintenant à Dieu pour cette dépression. Quel mystère n'est-ce pas?

J’ai un de mes confrères américains dont le prénom est Timothy; Tim pour les intimes. Tim est un type très intelligent et très travaillant. Il est plus jeune que moi, mais il est prêtre depuis plus de temps que moi. C’est lui qui a écrit, selon moi la plus belle vie de notre fondateur. Tim est venu quelques fois donner des séminaires, des journées de formation à Montréal, dans le milieu anglophone. Quand il venait, je m’étonnais toujours du fait qu’il était nerveux avant de donner les séminaires. Il ne passait pas beaucoup de temps à table, car il lui fallait aller réviser ses notes. Un jour je lui ai demandé : « Tim, est-ce que c’est arrivé une fois, où cela a été mal, où cela s’est mal passé? » Il m’a répondu que non. Je lui ai alors dit: « Alors pourquoi t’inquiéter autant? ». Plusieurs années plus tard, il se souvient encore de ma remarque. Il est vrai que si l’on considère notre passé et comment et combien Dieu a pris soin de nous, nous nous sentons protégé, nous nous sentons aimés, et cela développe notre confiance.

Ma sainte préférée, saint Thérèse de l’Enfant-Jésus que j’ai choisie comme patronne pour notre chapelle d’adoration, a dit un jour cette phrase énigmatique : « C’est la confiance et rien que la confiance qui doit nous conduire à l’Amour ». J’ai toujours été impressionné par cette phrase, même si je ne le comprends pas tout à fait. Mais je suis certain qu’elle est vraie. « C’est la confiance et rien que la confiance qui doit nous conduire à l’Amour. » Si on dit que c’est l’amour qui est la qualité la plus belle du chrétien, il est bon de savoir que d'après Thérèse, qui a été proclamée docteure de l'Église, "c’est par la confiance et seulement par la confiance, qu’on parvient à l’amour ".

Ce n'est pas pour rien que Jésus Miséricordieux, en se manifestant à saint Faustine, a voulu que soient mis les mots suivants sous la peinture qu'Il a désirée: " JÉSUS, J'AI CONFIANCE EN TOI ".  

Je nous souhaite à tous, de nous ancrer profondément dans la confiance en Dieu. 


(1) Dieu ma joie: Guéri par le Frère André

dieumajoie.blogspot.com/2011/10/le-17-octobre.html

vendredi 15 juin 2018

Début des 24 heures pour le Seigneur


Début des 24 heures pour le Seigneur
Photo prise aujourd’hui à 16h45 en notre chapelle d’adoration

Les 24 heures pour le Seigneur sont commencées en notre paroisse. Je demande au Seigneur de bénir toutes les personnes qui viendront l'adorer jusqu'à demain 16h. Le vendredi, nous avons une heure d'adoration de 15h à 16h, suivie de la messe. Nous pouvons donc dire que de 15h en ce vendredi 15 juin 2018 jusqu'à demain à 16h, il y aura vraiment eu 24 heures d'adoration. 

La première lecture de la messe d'aujourd'hui était une bonne introduction aux 24 heures d'adoration. Le texte biblique nous présentait la rencontre du prophète Élie avec Dieu sur le mont Horeb, neuf siècles avant la venue de Jésus. Cette rencontre nous est racontée dans le premier livre des Rois:  

PREMIÈRE LECTURE


« Tiens-toi sur la montagne devant le Seigneur » (1 R 19, 9a.11-16)
Lecture du premier livre des Rois
En ces jours-là,
lorsque le prophète Élie fut arrivé à l’Horeb, la montagne de Dieu,
    il entra dans une caverne
et y passa la nuit.
Et voici que la parole du Seigneur lui fut adressée.
Il lui dit :
    « Sors et tiens-toi sur la montagne devant le Seigneur,
car il va passer. »
À l’approche du Seigneur, il y eut un ouragan,
si fort et si violent
qu’il fendait les montagnes et brisait les rochers,
mais le Seigneur n’était pas dans l’ouragan ;
et après l’ouragan, il y eut un tremblement de terre,
mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre ;
    et après ce tremblement de terre, un feu,
mais le Seigneur n’était pas dans ce feu ;
et après ce feu, le murmure d’une brise légère.
    Aussitôt qu’il l’entendit,
Élie se couvrit le visage avec son manteau,
il sortit et se tint à l’entrée de la caverne.
Alors il entendit une voix qui disait :
« Que fais-tu là, Élie ? »
    Il répondit :
« J’éprouve une ardeur jalouse
pour toi, Seigneur, Dieu de l’univers.
Les fils d’Israël ont abandonné ton Alliance,
renversé tes autels,
et tué tes prophètes par l’épée ;
moi, je suis le seul à être resté
et ils cherchent à prendre ma vie. »
    Le Seigneur lui dit :
« Repars vers Damas,
par le chemin du désert.
Arrivé là, tu consacreras par l’onction Hazaël
comme roi de Syrie ;
    puis tu consacreras Jéhu, fils de Namsi,
comme roi d’Israël ;
et tu consacreras Élisée, fils de Shafath, d’Abel-Mehola,
comme prophète pour te succéder. »
            – Parole du Seigneur.

Ce texte est très intéressant, si on l'applique aux 24 heures pour le Seigneur que nous vivons en paroisse. Sur ce même mont Horeb, appelé aussi le mont Sinaï, environ 350 ans auparavant, Moïse avait reçu de Dieu les tables de la Loi, parmi le tonnerre et les éclairs. Le peuple devant cette théophanie, cette manifestation de Dieu, avait eu très peur. Dans la manifestation de Dieu au prophète Élie, rien de tel. Il y eut avant la manifestation de Dieu un ouragan et un tremblement de terre, mais le Seigneur n'était pas dans ces manifestations des forces de la nature. Au contraire, il se manifesta dans le " murmure d'une brise légère ". Seul le silence a permis à Élie de percevoir la présence de Dieu car celui-ci s'est manifesté de façon très discrète. De même, notre Dieu se manifestera à tous les adorateurs et adoratrices qui viendront dans notre chapelle, de façon très discrète et dans le silence de leur coeur. C'est la façon usuelle désormais de rencontrer le Seigneur car Dieu, tout comme la plupart des êtres humains, n'aime pas le vacarme. Il aime se manifester dans la quiétude. Merci chers paroissiens, de savoir et de croire que Dieu veut se révéler et va se révéler à vous dans le silence. 

Un autre élément est intéressant dans le texte biblique proclamé aujourd'hui en Église: quand Dieu demande à Élie pourquoi il est sur cette montagne, le prophète répond que c'est parce qu'il a pour le Seigneur une " ardeur jalouse pour Dieu ", c'est-à-dire qu'il est peiné du fait que " les fils d'Israël ont abandonné l'Alliance avec Dieu ". C'est cette tristesse qu'il a dans le coeur, qui fait qu'Élie est allé à la rencontre de Dieu. De même en est-il, j'en suis certain, pour les paroissiens et paroissiennes qui viendront adorer Dieu aujourd'hui et demain. Plusieurs d'entre eux viendront adorer parce qu'ils sont conscients que plusieurs de nos concitoyens ont rompu l'Alliance avec Dieu, ont abandonné Dieu, et cela les fait souffrir. Ils viendront dire à Dieu qu'ils éprouvent eux aussi une " ardeur jalouse envers Lui "; ils viendront lui dire qu'ils offrent leur adoration en réparation pour leurs propres péchés et pour les péchés de notre peuple. La "réparation" est au coeur de la dévotion au Sacré-Coeur de Jésus. Or nous sommes en plein mois du Sacré-Coeur

Disons avec ferveur la prière que l'Ange de la Paix a enseignée aux trois enfants de Fatima, Lucie, Jacinthe et Francois: 

Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime.
Je Vous demande pardon
Pour tous ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas
Qui n'espèrent pas et qui ne Vous aiment pas.


Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit
Je Vous adore profondément et je Vous offre les Très Précieux
Corps, Sang, Âme et Divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ
Présent dans tous les tabernacles de la terre
En réparation des outrages, sacrilèges et indifférences
Par lesquels Il est Lui-même offensé.

Par les mérites infinis de Son Très Saint Cœur
Et du Cœur Immaculé de Marie
Je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs.



mercredi 13 juin 2018

"Wind Beneath My Wings"

“Wind Beneath My Wings”

Depuis quelques jours, je me réveille en chantant une de mes chansons préférées : « Wind Beneath My Wings ». Cette chanson a gagné le prix de la meilleure chanson de l’année en 1990:

"En février 1990, la chanson/enregistrement a recu les Grammys de la chanson de l'année et de l'enregistrement de l'année." (Wikipédia).

Il y a de cela quelques jours, en chantant la chanson, j'ai pensé au jeune Danyk Sauvé décédé dernièrement d’une tumeur au cerveau. Ce matin, en ce mercredi qui est mon jour de congé hebdomadaire, j’ai décidé d’écouter à nouveau la chanson. En lisant les mots sur l’écran de mon ordinateur, il m’est apparu évident que cette chanson avait un lien direct avec Danyk. Depuis que j'ai célébré les funérailles de Danyk, il y a un élément important dans ma vie qui est en train de changer. Je suis sûr maintenant que je dois ce changement à la pureté de cœur de Danyk et à son intercession pour moi du haut du ciel.

Oui, Danyk, tu es mon héros

WIND BENEATH MY WINGS (Lyrics) - BETTE MIDLER - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=jorJh8DTMVM




24 heures pour le Seigneur


24 heures pour le Seigneur:
chapelle-ste-therese-de-lenfant-jesus-et-de-la-sainte-face1
Chapelle d’adoration Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus, église Saint-Marcel (PAT)

NDLR: Ce blogue reproduit un texte que j'ai mis dans le Semainier paroissial du 3 juin dernier, jour de la Solennité du Corps et du Sang de Jésus. 

Chers paroissiens et paroissiennes, nous vivons aujourd’hui la Solennité du Corps et du Sang de Jésus. L’Eucharistie est le plus grand de tous les sacrements, le plus grand don que Dieu a fait à l’humanité. Pour remercier le Seigneur de ce don ineffable, nous vous proposons de vivre un 24 heures pour le Seigneur, c’est-à-dire 24 heures d’adoration continuelle en notre chapelle d’adoration à Saint-Marcel. Nous voulons aussi par le fait même remercier le Seigneur pour la très belle année pastorale qui est sur le point de se terminer. Parmi les bienfaits reçus de Dieu cette année, mentionnons, à  titre d’exemples: la catéchèse aux enfants et aux jeunes adultes, la Session Emmaüs, la Session Vie nouvelle, la formation d’une troisième cellule paroissiale d’évangélisation, le « Grand Rassemblement » de l’Aventure de l’Évangile, les 35 ans de vie presbytérale (sacerdotale) du Père Guy, omv, curé de notre paroisse, etc.

Nous vous invitons à venir prier, remercier et adorer Dieu pour tout cela et pour bien d’autres choses encore, en participant à 24 heures d’adoration en la Chapelle Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face à l’église Saint-Marcel. Ces 24 heures auront lieu du vendredi 15 juin à 16h au samedi 16 juin à 16h. Vous pouvez d’ores et déjà décidé dans votre cœur à quel moment vous désirez venir adorer. Inscrivez votre nom sur les listes préparées à cette fin et veuillez  indiquer s’il vous plaît, l’heure où vous irai adorer ainsi que  le temps que vous consacrerez au Seigneur dans la chapelle.   Merci et bienvenue à tous !

 
Notre chapelle d'adoration est sous le patronage de ma sainte préférée: 
sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face





mardi 12 juin 2018

Mon 35e anniversaire d'ordination

Mon 35e anniversaire d’ordination
Écrit mis devant la porte des bureaux administratifs de la paroisse

Je célèbre aujourd’hui mon 35e anniversaire d’ordination presbytérale (sacerdotale). J’ai été ordonné prêtre par saint Jean-Paul II, le 12 juin 1983, en la Basilique Saint-Pierre de Rome. Ce jour-là était un dimanche et la célébration a débuté à 17h. C’était durant le grand Jubilé de la Rédemption. Le chant final, qui résonnait dans la baslilique alors que le pape accompagné des nouveaux prêtres déambulaient le long de l’allée centrale pour rejoindre la sacristie, a été composé par mon confrère Pierre Paul, omv, pour ce grand Jubilé. Le titre de ce chant ou de cette hymne est: Ouvrons les portes au Rédempteur. Voici les paroles du refrain :

« Ouvrons les portes de nos cœurs
Au Rédempteur de l’homme.
Il est notre frère, Il nous connaît,
Allons à Lui sans crainte. »

Quelle joie ce fut pour moi de chanter cette hymne aux premiers instants de ma vie de prêtre ! 

Tous les membres de ma famille étaient présents à mon ordination. L’évangile proclamé ce jour-là fut Jean 15, 9-17. Il s’agit d’un des rares textes où Jésus nous parle explicitement de la joie qui l’habite: « Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite. » (Jn 15, 11). Mon blogue « Dieu ma joie » est intimement lié à cet évangile de mon ordination. J’ai d’ailleurs commencé à écrire mon blogue le 12 juin 2011, jour anniversaire de mon ordination.

Sur la photo ci-dessus il est écrit que je chante sans fin l'Amour du Seigneur. Cette phrase fait allusion au psaume qui a été chanté à la messe de mon ordination: le psaume 88. Le refrain du psaume était celui-ci: " Misericordias Domini in Aeternum Cantabo " (Ps 88, 2), ce qui se traduit ainsi en français: " L'amour du Seigneur, sans fin je le chante " (Ps 88, 2).

La mélodie chantée le 12 juin 1983 était presque identique à celle que vous pouvez entendre dans la vidéo ci-dessous: 

Misericordias Domini in Aeternum Cantabo - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=oal74WdA0X0
23 nov. 2008 - Téléversé par Hwa Sung Ryu
"O Christ, take us by the hand so that we may cross over from hesitation to confidence, that we may abandon .

J’aime beaucoup la liturgie de la Parole de Dieu d’aujourd’hui. La première lecture est tirée du Premier livre des Rois. On raconte dans ce livre certains événements de la vie du prophète Élie. Ce prophète m'a toujours impressionné et ébloui. Il a tenu tête à 450 prophètes de Baal et leur a montré que le seul vrai Dieu, est le Dieu d'Israël. 

Le psaume de la messe d'aujourd'hui est le psaume 4. Alors que j'avais environ 20 ans, j'ai fait un voyage en France, "sur le pouce" avec mon sac à dos. Dans un monastère, j'ai été profondément touché par le verset 3 de ce psaume: 

" Fils des hommes, jusqu'oû irez-vous dans l'insulte à ma gloire, l'amour du néant et la course au mensonge." (Ps 4, 3)

Quant à l'évangile du jour, il s'agit d'une des phrases les plus fortes et les plus engageantes que Jésus ait prononcées. Jésus nous dit que tous ceux qui croient en lui et sont ses disciples, "SONT LA LUMIÈRE DU MONDE" (Mt 5, 14). Quelle phrase extraordinaire! Nous possédons le plus beaux des messages à transmettre à nos contemporains, le seul message qui rendrait tout le monde heureux et qui apporterait une paix durable entre les nations, chez tous les peuples et dans toutes les familles. Ce message nous est confié comme un trésor et une semence. À nous de le faire connaître, de le partager et de le faire fructifier. 

Merci Jésus de m'avoir appelé à te suivre comme disciple et comme prêtre de la Nouvelle Alliance. Le jour de mon anniversaire de naissance, le 17 octobre, l'Église fête saint Ignace d'Antioche. Cela aussi, c'est une grâce pour moi. Ce saint martyr était un amoureux de Jésus. Aujourd'hui même, en ce mardi de la 10ème semaine du temps ordinaire, nous avions un texte de saint Ignace comme deuxième lecture. Je vous en fais cadeau en ce jour de mon anniversaire: 

LETTRE DE SAINT IGNACE D'ANTIOCHE AUX ROMAINS

« Avec le Christ, je suis fixé à la croix »
Ni les plaisirs du monde ni les royaumes de ce siècle ne me serviront de rien. Plutôt que de régner sur la terre entière, il est bon pour moi de rejoindre le Christ Jésus. Je le cherche, lui qui est mort pour nous ; je le désire, lui qui est ressuscité pour nous. Mon enfantement approche. Pardonnez-moi, mes frères, mais ne m'empêchez pas de vivre, ne cherchez pas à me faire mourir. Puisque je veux être à Dieu, ne me livrez pas au monde, ne m'égarez pas au moyen de la matière. Laissez-moi recevoir la pure lumière ; quand j'en serai arrivé là, je serai un homme. Permettez-moi d'imiter la passion de mon Dieu. Si quelqu'un a Dieu en lui, il pourra comprendre ce que je veux et il aura pitié de moi, connaissant ce qui fait mon angoisse.

Le prince de ce monde veut m'entraîner, et corrompre les sentiments que j'ai pour Dieu. Que personne donc, parmi vous qui êtes là, ne lui apporte du renfort ; soyez plutôt de mon parti, qui est celui de Dieu. Ne parlez pas de Jésus Christ, alors que vous désirez le monde. Que l'envie n'habite pas en vous. Quand je serai près de vous, et je vous implore, ne me croyez pas ; croyez plutôt ce que je vous écris. En effet, je vous écris alors que je suis vivant ; mais en désirant mourir mon désir terrestre a été crucifié, et il n'y a plus en moi d'ardeur pour aimer la matière, mais une eau qui dit et qui parle, disant au fond de moi : « Viens vers le Père. » Je ne prends plus de plaisir à la nourriture périssable, ni aux plaisirs de cette vie. Je désire le pain de Dieu, qui est la chair de Jésus Christ, issu de David, et comme boisson je désire son sang, qui est la charité impérissable.

Je ne veux plus vivre comme les hommes. C'est ce qui se réalisera si vous le voulez. Je vous prie de le vouloir pour que, vous aussi vous rejoigniez le bon vouloir de Dieu. Je vous le demande par ces quelques lignes ; croyez-moi ; Jésus Christ vous fera découvrir, que je dis vrai ; il est la bouche exempte de mensonge par laquelle le Père a parlé en toute vérité. Demandez pour moi que je sois exaucé. Ce n'est pas selon la chair que je vous écris, mais selon la pensée de Dieu. Si je subis ma passion, vous m'aurez montré de la bienveillance ; si j'en suis exclu, vous m'aurez montré de la haine.

Souvenez-vous dans votre prière de l'Église de Syrie qui, au lieu de moi, a Dieu pour pasteur. Seul Jésus Christ, et aussi votre charité, la gouvernera en guise d'évêque. Pour moi, je rougis d'être compté parmi les évêques, car je n'en suis pas digne, étant le dernier d'entre eux et un avorton. Mais j'ai obtenu par miséricorde d'être quelqu'un, si je rejoins Dieu. Mon esprit vous salue, et aussi la charité des Églises qui m'ont accueilli au nom de Jésus Christ et non pas comme un étranger de passage. En effet, les Églises qui n'étaient pas sur ma route selon la chair allaient m'attendre de ville en ville.

RÉPONS

R/ Seigneur Jésus,
crucifié en raison de ta faiblesse,
tu es vivant par la puissance de Dieu.

Nous aussi, nous sommes faibles dans le Christ,
mais nous vivrons avec lui, de par Dieu.

Voyez si vous êtes dans la foi,
mettez-vous à l'épreuve :
ne reconnaissez-vous pas la vie du Christ en vous ?

ORAISON

Dieu puissant de qui vient tout don parfait, enracine en nos cœurs l'amour de ton nom ; resserre nos liens avec toi, pour développer ce qui est bon en nous ; veille sur nous avec sollicitude, pour protéger ce que tu as fait grandir.