mercredi 15 septembre 2021

Interruption du blogue

 Interruption du blogue 

15 septembre: Notre-Dame des Douleurs


NDLR : La fin de la citation ci-dessus de Benoît XVI, n'est pas très bien traduite, selon moi. Il aurait mieux valu traduire ainsi : "... dans l'accueil de la souffrance des autres comme étant notre propre souffrance." 

Chers amis lecteurs et lectrices, 

J'espère que vous allez bien. L'Église célèbre aujourd'hui la mémoire de Notre-Dame des Douleurs. Notre Mère l'Église a choisi de célébrer cette mémoire au lendemain de la fête de la Croix glorieuse, célébrée à chaque année le 14 septembre. L'Église, comme son Seigneur, fait bien les choses. 

Je profite de cette mémoire mariale pour vous annoncer l'interruption de mon blogue. Je le fais, évidemment, pour des raisons personnelles. J'aurai 70 ans dans un mois et deux jours. Le Seigneur a daigné m'appeler au début de la présente année 2021, à une nouvelle mission. J'ai été nommé le premier janvier dernier "administrateur paroissial" de deux paroisses, ici, dans le diocèse de Montréal. Être administrateur paroissial, est pour moi l'équivalent d'être curé, à l'exception du fait que mon mandat est d'une durée moindre que celle d'un curé. D'ailleurs, l'Église fixe à 75 ans, l'âge limite pour être curé. Il ne me resterait donc, en théorie, cinq ans comme responsable de paroisses. 

La mission que le Seigneur me confie en ce moment, est une tâche que je désire accomplir au mieux. Elle nécessitera la mise en oeuvre de toutes mes énergie. Ce sera probablement ma dernière mission véritable en Église, avant celle, bien sûr, de ma préparation à la mort, qui comportera peut-être des souffrances. La fête d'hier et la mémoire d'aujourd'hui nous rappellent la valeur inestimable et même infinie des souffrances endurées en union à Jésus, pour l'édification du Royaume des cieux sur terre. C'est la grâce unique et mystérieuse que nous offre la foi chrétienne, que de croire que toutes les souffrances vécues par amour pour notre divin Rédempteur ont une valeur inestimable de Rédemption.  

Je vous remercie chers lecteurs et lectrices, d'avoir été fidèles à lire les pensées et les intuitions que j'ai couchées non pas sur du papier, mais sur "la toile", ou "le web". Quelle grâce que de pouvoir toucher une énorme quantité de personnes grâce aux médias sociaux dont nous disposons de nos jours ! Mon blogue a maintenant dix ans d'existence. Il a vu le jour le 12 juin 2011, jour anniversaire de mon ordination presbytérale (sacerdotale). Dans un mois, mon blogue aura probablement atteint le nombre magique d'un million de pages vues. Si vous descendez votre curseur jusqu'en bas, vous pourrez voir le nombre de pages vues jusqu'à maintenant. À l'heure où j'écris ces lignes, le chiffre indique 973,890 pages vues. C'est énorme à mes yeux et c'est la preuve que la religion catholique intéresse encore de nombreuses personnes. 

Je remercie le Seigneur de m'avoir inspiré l'écriture de chacun de mes blogues. Je me réjouis du fait que mes blogues resteront encore longtemps, je l'espère, sur le web. De plus, trois livres ont été édités pour faire connaître les blogues que je juge les plus importants. Une maison d'édition située en Allemagne (Les Éditions Croix du Salut), a publié deux livres contenant de mes blogues, sans que cela ne me coûte un sou. Je n'en reviens pas. Ces livres contiennent beaucoup de mes blogues, grâce à une écriture assez petite. Toutefois, certaines personnes se plaignent du fait que les caractères d'écriture soient petits. Je les comprends. Voici ces deux livres : 
 

 
On peut se procurer les deux livres ci-dessus, en différents endroits dont eBay et Amazon,  
 
Une maison d'édition située en Moldavie (Les Éditions Generis Publishing), a publié l'an dernier, en pleine pandémie, quelques uns de mes blogues les plus récents, là encore, sans que j'aie eu à débourser quoi que ce soit. Quel cadeau, n'est-ce pas ? J'ai opté pour un titre différent lors de la publication de ce livre, ayant constaté que quelques uns des blogues que j'avais choisi de mettre dans le livre, parlaient de la relation entre Dieu et nous. Les caractères d'écriture sont un peu plus gros cette fois-ci. 

On peut se procurer le livre ci-dessus sur Amazon,  


Je vous remercie de m'avoir lu. 

Je demande à Dieu de vous bénir et à la Vierge Marie de vous protéger. 

Comme Oblat de la Vierge Marie, je me réjouis du fait que sept de mes huit derniers blogues parlent de la Vierge Marie, notre tendre et douce Mère à tous. 

Dans l'espérance de vous retrouver au ciel, dans un bonheur sans fin et infini. 

Fraternellement, 

Guy, omv 


Note: En cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez lire quelques mots sur les sept douleurs de la Vierge Marie que la Tradition de l'Église désire particulièrement honorer. Vous verrez que la sixième douleur est très bien représentée par La Piétà de Michel-Ange, que j'ai choisie comme photo pour le présent blogue.   



mercredi 8 septembre 2021

" Stand by Me "

 " Stand by Me "

"Tiens-toi à mes côtés"

Apparition de la Vierge Marie 
à Alphonse Ratisbonne, 
le 20 janvier 1842

C'est fête aujourd'hui dans l'Église. Nous fêtons la Nativité de la Vierge Marie. Quelle belle fête ! Enfin, une créature pleine de lumière entrait en ce monde. Pourquoi fêter la naissance de Marie le 8 septembre. La raison est surtout mathématique : nous fêtons la conception de Marie dans le ventre de sa mère Anne, le 8 décembre. Ce jour est une solennité : la solennité de l'Immaculée Conception. Nous fêtons donc sa naissance exactement neuf mois plus tard, le temps d'une grossesse. 

Je crois que l'Esprit Saint et la Vierge Marie m'invitent, une fois de plus, à développer et approfondir mon amour envers la Vierge Marie, spécialement au moyen du rosaire (chapelet). Je crois avoir reçu deux signes de cela. 

Premier signe : cette attraction que j'ai eue au début de l'été envers un livre écrit par un de mes auteurs préférés. Je n'avais lu que quelques lignes de ce livre sur l'internet et j'ai fait venir le livre dont voici la page couverture : 

Dans ce livre, Nouwen nous dit que ce n'est que dans les dernières années de sa vie qu'il s'est rapproché de la Sainte Vierge. 

Il fait un très beau commentaire du titre d'un chant célèbre: le "Stabat Mater " ("La Mère se tenait"). Ces deux mots font référence à la Vierge Marie qui se tenait debout au côté de son Fils qui souffrait sur la croix. Nouwen, dans une très belle page de son livre, nous montre comment la Vierge Marie s'est tenue à ses côtés pour former son coeur de prêtre. Les phrases que je vais traduire dans un instant commencent toutes par les mots: "Mary stood by me ...", "Marie se tenait près de moi ...

"Stabat Mater"

Marie se tenait près de moi alors que je demandais à Jésus de me laisser mourir avec lui, et ressusciter avec lui. 

Elle se tenait près de moi quand j'essayais de laisser tomber plusieurs personnes et choses qui jusqu'à maintenant, m'empêchaient d'être rien d'autre qu'un enfant de Dieu.

Elle se tenait près de moi alors que j'essayais de m'arracher à cette tendance que j'avais à vouloir toujours être occupé, à cette folie et à tout cet activisme qui faisait de moi un "prêtre bien vu". 

Elle se tenait près de moi quand je suppliais Dieu de me ressusciter avec Jésus à une nouvelle vie, peut-être caché aux yeux du monde, mais visible à Dieu. 

Elle était près de moi quand j'exprimais, contre tous les appels de la chair, le désir de ne connaître personne d'autre que le Seigneur crucifié et ressuscité, et de donner tout mon être à son service. " (1)

N'est-ce pas qu'elles sont belles ces paroles? Et tellement vraies une fois qu'on connaît un tant soit peu Henri Nouwen. Il met vraiment le doit sur le bobo, comme on dit. Il sait voir clairement tout ce qui l'empêchait de vivre une union totale à Dieu.  

Nouwen dit ceci : 

"J'ai réalisé que cette invitation à vous parler de Marie, avait pour but de vous demander, avec beaucoup d'amour, mais aussi avec une grande urgence, de vivre vos vies dans une intimité de plus en plus grande avec Marie. En fait, je suis ici, non seulement pour vous demander de vivre une dévotion plus profonde envers Marie, mais pour vous presser de vous mettre à l'école de Marie et de la laisser vous enseigner comment devenir des rappels vivants de Jésus, le Prince de la Paix, au milieu d'un monde angoissé." (2)

Deuxième signe : Ma très bonne amie Soeur Marie-Thérèse-des-Anges, religieuse contemplative, est décédée le 21 août dernier, à l'âge de 97 ans. La supérieure du couvent où elle habitait, à Gatineau, a eu la gentillesse de m'envoyer des images-souvenirs de ma bonne amie. Voici une de ces images : 

Comme plusieurs d'entre vous le savent sûrement, j'aime " christianiser" certaines chansons. Je veux dire par là que j'aime appliquer les paroles d'une chanson à Dieu, ou à un saint ou une sainte. J'aime appliquer à la Vierge Marie, les mots de la chanson "Stand By Me" composée par John Lennon, l'ancien membre du groupe "The Beatles".   

Skylar Grey - Stand By Me (Official) - YouTube

Skylar Grey's cover of “Stand By Me” is out now.http://smarturl.it/StandByMeSGFor more, ...
2 févr. 2018 · Téléversé par SkylarGreyVEVO

Stand By Me

When the night has come
And the land is dark
And the moon
Is the only
Light we'll see
No, I won't
Be afraid
No, I won't
Be afraid
Just as long
As you stand
Stand by me
And darling, darling, stand by me
Oh, now, now, stand by me
Stand by me
Stand by me
If the sky that we look upon
Should tumble and fall
And the mountain
Should crumble to the sea
I won't cry
I won't cry
No, I won't shed a tear
Just as long
As you stand
Stand by me
And darling, darling stand by me
Oh, stand by me
Stand by me
Stand by me
Stand by me, yeah
Whenever you're in trouble
Won't you stand by me?
Oh, now, now, stand by me
Oh, stand by me
Stand by me
Stand by me
Darling, darling, stand by me
Stand by me
Oh, stand by me
Stand by me
Stand by me 

Et voici un chant religieux, dans la même ligne : 
Provided to YouTube by Les Éditions PontBriand Je me tiendrai près de toi · Robert Lebel Argile ℗ 1994 Les ...
20 mars 2021 · Téléversé par Robert Lebel - Topic


(1) Henri Nouwen, Jesus and Mary, Finding our Sacred Center, Saint Anthony Messenger Press, 1993, p, 10.  

(2) Ibid, p. 11. 

mardi 7 septembre 2021

Un petit goût d'Afrique

 Un petit goût d'Afrique 






dimanche 5 septembre 2021

Églises jumelles à Rome : Santa Maria di Loreto et Santissimo Nome di Maria

 Églises jumelles à Rome : 

Santa Maria di Loreto 

et 

Santissimo Nome di Maria

Dans les blogues précédents, j'ai parlé du Sanctuaire marial de Loreto (Lorette). J'ai dédié ces blogues à mes confrères Oblats de la Vierge Marie en vue de la fête patronale de notre Congrégation qui a lieu à chaque année le 12 septembre, en la fête du Saint Nom de Marie. J'ai indiqué dans ces blogues que le 12 septembre est aussi une date importante pour la dévotion à la Vierge de Loreto. 

Un de mes confrères Oblats de la Vierge Marie, nommé John Wykes, à qui j'ai envoyé mes blogues sur Loreto, m'a dit que cela lui a permis de découvrir qu'il y a une église dédiée à Notre-Dame de Loreto à Rome. Je viens de vérifier cette information grâce à l'internet, et j'ai fait une autre découverte intéressante: l'église de Notre-Dame de Lorette et l'église du Très Saint Nom de Marie, sont des églises jumelles à Rome. 

Église Notre-Dame de Lorette à gauche 
et église Saint-Nom de Marie à droite

 Chiesa Santa Maria di Loreto al Foro Traiano a Roma

Église Sainte Marie de Lorette, au Forum de Trajan à Rome

Chiesa del Santissimo Nome di Maria al Foro Traiano a Roma
Église du Très Saint Nom de Marie au Forum de Trajan à Rome


 
Intérieur de l'église du Très Saint Nom de Marie, à Rome





 

vendredi 3 septembre 2021

Loreto : maison de la Sainte Famille (5)

  Loreto: maison de la SainteFamille (5) 

Conclusion

Vous vous êtes peut-être demandés pourquoi j'ai donné aux cinq derniers blogues, le titre suivant : "Loreto : maison de la Sainte Famille". Car jusqu'à maintenant, nous n'avons parlé que de la présence de la Vierge Marie dans cette maison. Mais nous avons toutes les raisons de croire que Marie et Joseph ont vécu dans cette maison qui appartenait, avant qu'ils ne l'habitent, à Joachin et Anne, les parents de Marie. Il est tout à fait normal que la Vierge Marie ait voulu habiter dans le lieu où elle est devenue la Mère de Dieu. Dans cette maison a grandi Jésus. qui y a vécu une vie cachée durant trente ans. On peut aussi imaginer que Saint Joseph est mort dans cette maison. 

Le pape Jean-Paul II est allé cinq fois à Lorette durant son pontificat. Sa première visite a eu lieu en 1979. Voici quelques extraits de l'homélie qu'il a prononcée le jour de la fête de la Nativité de Marie, le 8 septembre 1979 :  

VISITE AU SANCTUAIRE DE LORETTE

HOMÉLIE DU PAPE JEAN-PAUL II

8 septembre 1979

"Ta naissance, ô Vierge Mère de Dieu, a annoncé la joie au monde entier !".

Voilà, c'est aujourd'hui le jour de cette joie. Le 8 septembre, neuf mois après la fête de l'Immaculée Conception de la Mère du Fils de Dieu, l'Église commémore le souvenir de sa naissance... 

Dès le début de mon pontificat j'ai éprouvé ardemment le désir de venir en ce lieu ; j'ai toutefois préféré attendre ce jour, celui de la présente fête. 

Le culte rendu en cette terre à la Mère de Dieu est. selon une antique et vivante tradition, lié à la Maison de Nazareth. La maison où, comme rappelle aujourd'hui 1'Evangile, Marie vécut après son mariage avec Joseph. La maison de la Sainte Famille... Toutefois, comme nous le savons, la maison de Nazareth ne fut pas le lieu où naquit le Fils de Marie et Fils de Dieu. Tous les prédécesseurs de Jésus qui figurent dans la généalogie présentée dans 1'Evangile selon saint Mathieu lu aujourd'hui sont vraisemblablement venus au monde sous un toit. A lui, cela n'a pas été donné. Il est né à Bethléem, comme un exilé, dans une étable. Et il lui fut impossible de venir dans la maison de Nazareth, à cause de la cruauté d'Hérode. Pour cela il dut fuir de Bethléem pour gagner l'Égypte ; ce n'est qu'après la mort du roi que Joseph osa ramener Marie et l'Enfant dans la maison de Nazareth.

Et depuis ce moment cette maison fut centre de la vie quotidienne, le lieu où se déroula la vie cachée du Messie, la maison de la Sainte Famille. Elle fut le premier temple, la première église sur laquelle, avec sa maternité, la Mère de Dieu fit rayonner sa lumière. Elle l'illumina de la lumière émanant du grand mystère de l'Incarnation ; du mystère de son Fils.

Voici aussi, ci-dessous un très beau texte du pape Benoît XVI, lors de sa venue à Lorette en 2012. Le pape parle du fait qu'à Lorette, la Sainte Maison s'est posée au beau milieu d'une rue :  

HOMÉLIE DU PAPE BENOÎT XVI

Place Madonna di Loreto
Jeudi 4 octobre 2012

La foi nous fait habiter, demeurer, mais nous fait aussi marcher sur le chemin de la vie. À ce propos aussi, la Sainte Maison de Lorette nous donne un enseignement important. Comme nous le savons, elle était située sur une route. La chose pourrait apparaître plutôt étrange : de notre point de vue en effet, la maison et la route semblent s’exclure. En réalité, justement sur cet aspect particulier, un message singulier est gardé dans cette maison. Elle n’est pas une maison privée, elle n’appartient pas à une personne ou à une famille, mais elle est au contraire une habitation ouverte à tous, qui est, pourrait-on dire, sur notre chemin à tous. Ainsi, nous trouvons ici à Lorette, une maison qui nous fait demeurer, habiter et qui en même temps nous fait cheminer, nous rappelle que nous sommes tous pèlerins, que nous devons toujours être en chemin vers une autre maison, vers la maison définitive, celle de la Cité éternelle, la demeure de Dieu avec l’humanité rachetée. (cf. Ap 21, 3).

Je n'ai pas beaucoup parlé de la translation effectuée par des anges. Or les papes et les documents de l'Église, ont toujours cru à ce fait miraculeux. Ce n'est pas pour rien que le pape Benoît XV, en 1920, a déclaré la Vierge de Lorette "Patronne des aviateurs et de toutes les personnes qui voyagent en avion". Et le pape François, l'an dernier, en 2020, a décrété une année jubilaire pour le Sanctuaire de la Sainte Maison, en l'honneur du centenaire de la proclamation de la Vierge de Lorette comme patronne des aviateurs et des voyageurs en avion. 

J'ai commencé ces cinq blogues sur "Lorette : Maison de la Sainte Famille ", en disant que je les dédiais en particulier à mes confrères Oblats de la Vierge Marie, en prévision de notre fête patronale du 12 septembre : la fête du Saint Nom de Marie. Or le 12 septembre est une date importante pour la dévotion à la Vierge de Lorette. Plusieurs personnes savent que la prière du Rosaire a obtenu une victoire capitale contre les Turcs (Musulmans) à Lepante, en 1571. Sans cette victoire, l'Europe n'aurait plus été de confession chrétienne, mais musulmane. Mais peu nombreux sont les gens qui savent qu'une victoire semblable a été gagnée un siècle plus tard, à Vienne, le 12 septembre 1683. Une fois de plus, l'Europe fut menacée par l'invasion des Turcs et la victoire a été remportée grâce à la dévotion envers la Vierge de Lorette. 

Les deux grands responsables de la victoire contre les Turcs, sont le roi de Pologne, Jean Sobieski et le Capucin Marc d'Aviano. Une fois l'armée polonaise victorieuse, le peuple s'est rassemblé dans l'église de la Vierge de Lorette à Vienne. Une messe fut dite, durant laquelle Sobieski resta à genoux, comme absorbé. 

À la fin de la messe, les gens ne savaient pas trop par quel chant ou par quelle invocation conclure. Sobieski s'écria alors d'une voix forte : "Non nobis, Domine, non nobis " ("Non pas à nous, Seigneur, non pas à nous") et les prêtres de répondre en pleurant : "Sed nomini tuo da gloriam" ("Mais à ton nom donne la gloire") (1). Ces phrases sont tirées de la Bible : 

"Non pas à nous, Seigneur, non pas à nous, mais à ton nom donne la gloire" (Psaume 113b, verset 1). 

À l'approche de notre fête patronale du 12 septembre, fête du Saint Nom de Marie, je désire dire aussi à notre Mère du ciel :  

"Non pas à nous, Vierge Marie, non pas à nous, mais à ton nom donne la gloire." 

Quand le pape Innocent XI apprit le siège de Vienne qui avait commencé en juillet 1683, sachant que si Vienne tombait aux mains des Turcs, ce serait au tour de Rome d'être assiégée, il institua un jubilé extraordinaire pour implorer de Dieu le salut. Entre le 11 et 12 septembre, l'armée européenne, en nombre très réduit comparativement à l'armée des Turcs, donna l'attaque au front ottoman. Les nombreuses prières adressées à la Vierge Marie ont fait en sorte que la Ligue Sainte a réussi à vaincre l'énorme armée ottomane. Le pape Innocent XI, pour remercier la très Sainte Vierge Marie, proclama la fête du Très Saint Nom de Marie. (2)

 

(1) Federico Catani, Il Miracolo della Santa Casa di Loreto, Éditions Luci sull'Est, p. 115.

(2)https://www.diocesidiroma.it/alla-scoperta-della-chiesa-del-santissimo-nome-di-maria-al-foro-traiano/ 


mercredi 1 septembre 2021

Loreto : maison de la Sainte Famille (4)

   Loreto : maison de la Sainte Famille (4)

Maison de la Sainte Famille à Loreto, en Italie

Miracles survenus dans la Maison de la Sainte Famille : 

Le livre de Federico Catani rapporte de nombreux miracles qui sont survenus dans la Maison de la Sainte Famille. Je vais en rapporter quelques uns. 

Deux futurs papes et un pape, guéris miraculeusement :  

"Le futur pape Paul II, Pietro Barbo, alors qu'il était cardinal et qu'il assistait le pape Pie II dans sa maladie, fut frappé par la peste. Alors qu'il priait entre les murs de la Sainte Maison, la Madone lui apparut et le grérit. Elle lui annonça à l'avance son élection prochaine au trône pontifical ; cela survint et même au premier tour de scrutin du conclave, le 30 août 1464. Paul II, en signe de gratitude et pour attester explicitement le miracle, dédia sa première encyclique justement à la Vierge de Lorette.  

Jules II qui, le 21 octobre 1507, émit une bulle dans laquelle il confirma les indulgences concédées par ses prédécesseurs et confirma les miraculeuses translations d'abord en Dalmatie et ensuite en Italie, fut miraculé par la Vierge de Loreto, qui lui sauva la vie durant la bataille de Mirandola. Le pape visita le sanctuaire et célébra la messe au jour de la Nativité de Marie en 1510. Il donna en outre comme ex voto, le boulet de canon dont il fut sauvé. Se référant à l'insigne relique, le pape Della Rovere (NDLR: le pape Jules II) écrivit entre autres "que non seulement l'image de la Bienheureuse Vierge se trouve dans cette église, ut pie creditur et fama est", conformément à la tradition, mais ici aussi se trouve la chambre où la Bienheureuse Vierge fut conçue, a grandi, fut saluée par l'Ange, conçut du Saint Esprit le Sauveur du monde, nourrit et éleva le divin Fils, et où ravie par les choses célestes, elle se tenait en prière, et que cette chambre fut transformée par les apôtres en chapelle dédiée à la Bienheureuse Vierge, où fut célébrée la première messe.(1)

Giovanni Maria Mastai Ferretti (qui deviendra le pape Pie IX en 1846) aurait voulu devenir prêtre mais le fait de souffrir d'épilepsie l'empêchait de choisir cet état de vie. Le pape Pie VII aimait beaucoup le jeune homme et lui a dit qu'il guérirait s'il décidait de consacrer sa vie totalement à Dieu. Encouragé par ces paroles, Giovanni Maria se rendit à Loreto pour demander sa guérison à la Vierge et fit le voeu d'embrasser la vie ecclésiastique s'il guérissait. Et la Vierge de Loreto l'a guéri. Une fois devenu pape, il prit le nom de Pie IX et il écrivit en 1852, une bulle pour honorer la Vierge de Loreto. La bulle a pour titre: "Inter Omnia". Ce sont les tous premiers mots de la Bulle. Les mots "inter omnia" signifient : "Entre tous". Voici des extraits de cette bulle : 

"Parmi tous les sanctuaires consacrés à la Mère de Dieu, la Vierge Immaculée, un occupe le premier rang et brille d'un éclat incomparable: la vénérée et très auguste Maison de Lorette ...  À Lorette en effet, on vénère cette Maison de Nazareth, si chère au Coeur de Dieu, qui fut fabriquée en Galilée, et qui fut plus tard arrachée de ses fondations et, par la puissance divine, fut transportée très loin, outre mer, d'abord en Dalmatie, puis en Italie. Et précisément dans cette Maison, la Très Sainte Vierge, par une disposition divine et éternelle, demeura parfaitement épargnée de la faute originelle, a été conçue, est née, a grandi, et le messager céleste l'a saluée comblée de grâce, et bénie entre toutes les femmes. Et précisément dans cette maison... elle est devenue la Mère du Fils unique de Dieu." (2)

Un exorcisme nous renseigne

"Est digne de mention l'exorcisme grâce auquel il fut possible de savoir où étaient exactement la Très Sainte Vierge et l'Ange Gabriel au moment de l'Annonciation. En 1489, le noble Pierre Orgentorix, de Grenoble, fit une tentative pour libérer son épouse Anna, possédée de sept démons. En France, malgré les exorcismes, il n'eut aucun succès. La famille est donc descendue in Italie, en particulier dans la Cité Sainte de Rome, mais sans résultat. Ils se sont alors dirigés vers le sanctuaire de Loreto. Eh bien, les exorcismes pratiqués dans la Sainte Maison, furent efficaces - aux dires même des démons - grâce à la Madone, particulièrement puissante en ce lieu, qui fut vraiment sa demeure. Non seulement cela, mais le prêtre exorciste obligea le dernier démon qui sortit du corps de la pauvre femme, de dévoiler l'endroit exact où étaient Marie et l'ange au moment de l'Incarnation. Le démon déclara que la Très Sainte Vierge se trouvait un peu plus loin que l'autel, du côté gauche, alors que Gabriel, s'est arrêté du côté droit de la fenêtre, en maintenant une certaine distance par respect pour la pureté immaculée de la Madone." (3)  

Visites extraordinaires du Père Pio de Pietrelcina 

"En parlant des miracles, on ne peut pas ne pas faire allusion à saint Pio de Pietrelcina, qui fut durant toute son existence un véritable "miracle vivant". 

Même s'il ne s'est jamais rendu à Loreto, le Père Pio a toujours eu une très grande dévotion envers la Sainte Maison, et il recommandait à plusieurs de s'y rendre pour prier. 

Il dit à un de ses fils spirituels : "Si tu entrais un seul instant dans cette Maison, tu mourrais à cause de la grande émotion que tu éprouverais." Et à un autre, le Père expliqua : "À Lourdes, la Madone est apparue ; à Lorette, elle s'y promène."

Toutefois, comme en a témoigné le Père Capucin Remigio da Cavedine, qui a été pendant quelques années le gardien de la Sainte Maison de Lorette, le stigmatisé de Gargano avait l'habitude d'arriver dans la demeure de la Madone de manière tout à fait extraordinaire : quand, à 21 heure de chaque jour, le Père Remigio récitait le Rosaire dans la Sainte Maison, il voyait arriver le Père Pio, qui restait là tout le temps de la prière. Quelqu'un lui demanda : "Père Remigio, comment pourrais-je voir le Père Pio ?" Et celui-ci répondit : "Je ne sais pas si le Seigneur permettra que tu le vois, mais regarde les chaînes posées sur les côtés des barrières, tu les verra bouger sur son passage."

Et quand en 1958, un membre de la fraternité des Capucins de Loreto alla en pèlerinage à San Giovanni Rotondo, il dit au Père Pio : "Père, continuez à venir nous visiter dans la Sainte Maison". Le saint se mit à sourire et à acquiescer d'un geste de la tête." (4)


(1) Federico Catani, Il Miracolo della Santa Casa di Loreto, Éditions Luci sull'Est, pp. 86-87. 

(2) Ibid, p. 90-91.

(3) Ibid, pp. 43-44

(4) Ibid, p. 46


Loreto : maison de la Sainte Famille (3)

  Loreto : maison de la Sainte Famille (3)

Translation de la Sainte Maison, Annibale Carracci (1605),

Les cinq translations : 

Avant d'arriver à Lorette, la sainte demeure s'est posée à quatre endroits. Pour cette raison, on parle des cinq translations de la Maison de Lorette. Voici les cinq lieux où s'est posée la maison de la Sainte Famille: 

1- À Trsat, en Croatie de la nuit du 10 mai 1291 à la nuit du 10 décembre 1294.

2- La Sainte Maison arrive en Italie à Ancône, dans la région des Marches. C'est dans cette région qu'ont eu lieu les quatre dernières translations. À cette époque, Ancône était le port le plus important de l'État Pontifical. La maison serait arrivée dans la nuit du 10 décembre 1294 et sa présence en ce lieu aurait duré neuf mois en l'année 1295. Tout cela a été attesté par un document signé par don Matteo, recteur et chanoine de l'Église de saint Onufre. 

3- Toujours en 1295, la maison serait apparue dans un bois situé dans la zone de Recanati et derrière la station ferroviaire actuelle de Lorette. Ce bois appartenait à une dame appelée Loreta. La maison y est restée quelques mois. Donc, elle fut présente en ce lieu en 1295 et 1296. 

4- En 1296, les trois murs arrivèrent sur le mont Prodo, face au lieu où se trouve actuellement le Sanctuaire, sur un terrain appartenant à deux frères : Simon et Stéphane Rinaldi. Beaucoup de pèlerins affluèrent et les deux frères en profitèrent pour faire de l'argent, Par avidité, ils entrèrent en litige. La situation devint si dramatique que la commune de Recanati se tourna vers le pape Boniface VIII pour résoudre le problème. Il fut question d'exproprier le terrain appartenant aux deux frères et d'en faire un terrain public, mais ce ne fut pas nécessaire car la Sainte Maison, durant le mois de décembre de l'année 1296, quitta ce lieu pour se poser à l'endroit où on peut la vénérer aujourd'hui. 

5- À la fin de l'année 1296, la Sainte Maison, par le ministère des anges, vint se poser au milieu d'un chemin public qui reliait Recanati avec Ancône et Porto Recanati (1).Les trois murs sans fondation, se sont posés sur une route. C'est là que se trouve actuellement la maison, sous la coupole de la basilique actuelle. 

Il est important d'avoir souligné ces cinq translations car elles sont attestées historiquement. Les endroits où la maison est restée pendant une période assez prolongée, ont tous un ou des églises en l'honneur de celle que nous nommons désormais la Vierge de Lorette. C'est le cas en particulier du premier lieu où la maison s'est posée : à Trsat, en Croatie. Les gens de cette région ont toujours pleuré le départ de la Sainte Maison. Presque trois siècles après son départ, en 1559, un pèlerinage de 500 personnes s'est rendu à Lorette. Tous ces gens, à genoux, un cierge allumé en mains, répétaient à voix haute: "Retournez, retournez chez nous, Marie, retournez, pourquoi nous abandonnez-vous ?(2)

Le rappel de ces cinq translations est important aussi pour la raison suivante : si, à première vue, ces cinq déplacements de la maison semblent incroyables et peuvent représenter un obstacle majeur à adhérer à la vérité de l'existence toujours actuelle de la Maison de la Sainte Famille, à y regarder avec plus d'attention, ces cinq translations constituent un signe très fort en sa faveur. Car si les mêmes murs, ayant la même superficie et sans fondations, sont disparus en un instant d'un lieu pour apparaître en un autre lieu, il ne peut s'agir que d'événements miraculeux. Et que ce soit des anges qui aient rendu ce service au Dieu Tout-Puissant, cela me semble tout à fait normal. Tout déplacement de maison, suppose un transport. Il me semble normal que Dieu ait respecté cette façon de faire.  

Maison de la Sainte Famille, dans la basilique de Lorette

La première chose qui saute aux yeux, quand nous entrons dans la grande basilique de Lorette, et que nous posons les yeux sur la maison de la Sainte Famille, c'est de la voir recouverte de marbre. Il y a là un choc à coup sûr. Telle n'est pas l'idée que nous nous faisons tous de la maison de Jésus, Marie et Joseph. La raison en est que la maison a été entourée d'une structure de marbre dessinée par un artiste nommé Donato Bramante, que le pape Jules II a envoyé à Lorette pour donner de la splendeur à la maison de Nazareth. Il est à noter que les murs de la maison de la Sainte Famille, ne touchent pas à ce revêtement de marbre. 


(1) Federico Catani, Il Miracolo della Santa Casa di Loreto, Éditions Luci sull'Est, pp 64-65. 

(2) Ibid, p. 58.