samedi 22 juin 2024

Idéologie du genre : à voir absolument

 Idéologie du genre: à voir absolument 

M. Jean-Léon Laffitte interviewé par M. Michel Lizotte

" La seule chose qui permet au mal de triompher est l'inaction des hommes de bien."

La citation ci-dessus, qu'on attribue semble-t-il de façon erronée à Edmund Burke, mérite d'être retenue et même apprise par coeur. 

 
Chers lecteurs et lectrices, 

Vous savez à quel point il est difficile de nos jours de se faire une opinion juste et équilibrée sur un enjeu de société et la difficulté augmente s'il s'agit d'un sujet d'ordre moral car souvent, dans un tel cas, on n'entend qu'un son de cloche, celui qui nous parvient des grands médias. . 

Nous sommes très peu informés sur ce qui attend les enfants du primaire et du secondaire à la rentrée des classes en septembre. Nous savons que le gouvernement a aboli le Cours d'Éthique et culture religieuse (ECR) et l'a remplacé par le programme Culture et citoyenneté québécoise (CCQ). Mais la grande majorité d'entre nous n'est pas au courant du contenu de ce nouveau programme qui sera imposé aux enfants et, par le fait même. aux parents. 

Jean-Léon Laffitte est président de l'Association des Parents Catholiques du Québec (APCQ), Il prend vraiment son rôle et sa mission au sérieux et s'informe de façon très rigoureuse sur les enjeux de société, surtout ceux qui peuvent être défavorables ou mettre en danger le bonheur des enfants et des familles. 

Je ne saurais trop vous conseiller de regarder la vidéo ci-dessous. 

Culture et citoyenneté québécoise - ce que l'APCQ souhaite que vous sachiez sur ce cours. No views · 11 minutes ago ...more. Try YouTube Kids.
YouTube · Jordaniste · Il y a 1 semaine




mercredi 19 juin 2024

Notre église mise en valeur

Notre église mise en valeur  

Photo : Église Notre-Dame-des-Champs, 
à Repentigny (Agathe Chiasson-Leblanc)
Quelle joie de voir apparaître la photo de l'église où j'habite dans le magazine Le Verbe. D'autant plus qu'un entrepreneur est venu hier pour commencer la réfection totale du toit. 
Photo : Église Notre-Dame-des-Champs, à Repentigny (Agathe Chiasson-Leblanc)

Les églises modernes du Québec 


                                

Quand on pense au patrimoine religieux du Québec, on a en tête nos belles églises du 19e siècle, abondamment ornées de sculptures, de dorures et de peintures. Nous sommes moins nombreux à considérer comme du patrimoine ces églises plus récentes, manifestations de la modernité architecturale. Pourtant, ces bâtiments aux formes surprenantes, construits au milieu du siècle dernier avec les matériaux et selon les techniques les plus innovateurs de l’époque, méritent que l’on s’y intéresse. Si elles ne sont pas toutes de la même qualité, certaines de ces églises sont des œuvres d’art marquantes et des jalons importants de notre histoire religieuse.

NDLR : Je ne reproduis ici que quelques extraits de l'article. Pour lire l'article en entier, voir la référence ci-dessous. 

Un peu de contexte

L’architecture religieuse moderne du Québec fait son apparition durant l’après-guerre et connait sa période faste dans les années 1950-1960. À l’époque, l’aménagement des banlieues amène la création de nouvelles paroisses, souvent par le démembrement de paroisses plus anciennes. Les petites villes manufacturières se développent, et certaines régions connaissent un essor économique et démographique considérable.

Ainsi, les églises de cette période sont construites selon des principes liés aux changements liturgiques, effectifs ou à venir : aménagement de la nef de façon à ce que tout le monde puisse avoir une vue sur l’autel (plan en éventail, absence de colonnes), table d’autel placée au milieu du sanctuaire et mise en valeur par un éclairage zénithal (puits de lumière), présence d’un ambon dans le chœur au lieu d’une chaire dans la nef, entre autres.

Parmi les églises modernes se distinguant pour leurs qualités esthétiques et architecturales, il faut mentionner celles de l’architecte montréalais Roger D’Astous, dont l’église Notre-Dame-des-Champs à Repentigny. « Affectueusement » surnommée la Sacoche par les habitants de cette banlieue – j’ignore si c’est par ironie ou par sympathie – le bâtiment à la forme originale pourrait être inspiré de la lyre de David ou de mains jointes pour prier. À l’intérieur, on a l’impression d’être à la fois dans une tente, dans un bateau et sous un nuage!

Église Notre-Dame-des-Champs, à Repentigny (Agathe Chiasson-Leblanc)

Souvent, les puits de lumière si caractéristiques de cette architecture occasionnent des infiltrations d’eau. Et quand vient le temps d’effectuer de couteuses réparations, on préfère mettre nos efforts pour conserver les vieilles églises, plus précieuses à nos yeux.

NDLR : C'est le cas des puits de lumière qui ornent l'arche qu'il y a dans le choeur de notre église. Ces puits de lumière ont été condamnés il y a de cela quelques années à cause des infiltrations d'eau. Ils sont maintenant "placardés" (1). Comme j'aimerais voir l'effet que produisaient ces puits de lumière dans les jeunes années de notre église ! Les deux prochaines photos ont été prises par moi. Je désirais montrer le coup d'oeil que nous avons en entrant dans l'église. La deuxième photo montre les puits de lumière à l'intérieur de l'arche qui entoure l'autel.   

Photo : Guy Simard

Les puits de lumière
Photo : Guy Simard

Malgré tout, les plus remarquables de ces bâtiments acquièrent tranquillement une reconnaissance de leur valeur. L’historien de l’architecture Claude Bergeron, qui a rédigé un ouvrage de référence sur le sujet, souligne le fait qu’en deux décennies seulement, l’architecture des églises québécoises a davantage évolué qu’en 400 ans! Compte tenu de ces changements rapides et radicaux, il nous faudra peut-être un certain temps pour apprendre à apprécier ces œuvres. Mais moderne ou pas, si la conception d’une église a été inspirée par l’Esprit Saint, il y a de fortes chances que sa beauté transcende les époques. (2)

Agathe Chiasson-Leblanc

Formée en histoire de l’art, Agathe réalise une multitude de travaux sur le patrimoine culturel du Québec. Elle trouve sa joie dans tout ce qui élève l’âme : les arts, les livres, les grandes amitiés, la connaissance de la vie des saints. Mariée, elle est mère de quatre enfants.


(1) L’emploi du verbe placarder au sens d’« empêcher l’accès à un lieu en condamnant une ou des ouvertures au moyen de planches, de panneaux de bois, etc. » est usuel au Québec. Ailleurs dans la francophonie, c’est le verbe barricader qui est utilisé pour exprimer le même concept. Ce dernier verbe est aussi connu au Québec dans ce sens (barricader une porteune fenêtreune maison barricadée); il est cependant moins fréquent que placarder.

Le verbe placarder employé au sens de « barricader

(2) Les églises modernes du Québec | Agathe Chiasson-Leblanc | CULTURE (le-verbe.com)  

mardi 18 juin 2024

André Frossard et la tendresse de Dieu

 André Frossard et la tendresse de Dieu 


Le 31 mai dernier, je vous disais que j'allais mettre sur mon blogue un autre témoignage eucharistique. Je vous avais même dit que ce blogue à venir porterait sur la rencontre exceptionnelle du Dieu vivant qu'a vécue le journaliste André Froissard (1915-1995) devant le Saint-Sacrement. C'est aujourd'hui que j'exécute cette promesse. 

André Frossard est un des convertis les plus fameux du XXème siècle. Sa conversion a créé tout un choc pour ne pas dire tout un émoi dans la France des années soixante.   

"André Frossard est né le  dans le Doubs. Il est le fils de Ludovic-Oscar Frossard, l'un des fondateurs historiques du Parti communiste , qui est à 31 ans le premier secrétaire général du PC-SFIC, puis ministre dans les gouvernements du Front populaire.

André Frossard fréquente l'École des arts décoratifs. Il fera alors carrière dans le journalisme en tant que dessinateur et chroniqueur.

Sa grand-mère paternelle, Stéphanie Schwob (1861-1924) est juive et son village de l'est, Foussemagne (Territoire de Belfort), est « le seul village de France où il y avait une synagogue et pas d'église. » Sa grand-mère du côté maternel, Fanny Pardonnet (1869-1936) est protestante.

Élevé dans un athéisme parfait, « celui où la question de l'existence de Dieu ne se pose même plus »1, il adopte à l'âge de 20 ans la religion catholique le  dans la chapelle des religieuses de l’Adoration Réparatrice rue d'Ulm, déménagée au 39 rue Gay-Lussac, à Paris (5e) dans laquelle il était entré, insouciant, à la recherche d'un ami André Willemin. Il raconte cette conversion soudaine dans son livre à succès : Dieu existe, je L'ai rencontré." (1)

Lorsque j'avais une vingtaine d'années, mon frère Luc de deux ans mon aîné, m'a recommandé la lecture du livre de Frossard qui a fait sensation à l'époque et qui a pour titre: "Dieu existe, je l'ai rencontré". Je n'ai pas voulu lire ce livre car le titre me rebutait. Je me disais que l'auteur ne devait pas être trop normal pour avoir choisi un tel titre. Mais deux ans environ après que mon frère m'eut proposé ce livre, je l'ai lu et je l'ai beaucoup aimé. Le livre de Frossard est sorti en 1969, quelques mois après mai 68, année que le quotidien Le Devoir a appelée "l'année de tous les soubresauts" (2)

Comme vous avez pu le lire en lisant l'extrait ci-dessus du site internet Wikipédia, André Froassard s'est converti au catholicisme à l'âge de 20 ans (plus précisément le 8 juillet 1935) après être entré par hasard dans la chapelle des religieuses de l'Adoration Réparatrice. Comme il en était à chaque jour dans cette chapelle, le Saint-Sacrement était exposé à la vue et à la piété des fidèles. Frossard a bien noté qu'un objet mystérieux en or était posé sur une table dans le choeur de la chapelle et qu'un objet blanc de forme ronde se trouvait en son milieu. Mais Frossard ne savait aucunement de quoi il s'agisssait. Mais laissons-le lui-même nous partager ses impressions: 

"  Il est dix-sept heures dix. Dans deux minutes, je serai chrétien." (Dieu existe... p. 159)

"Le fond de la chapelle est assez vivement éclairé. Au-dessus du maître-autel vêtu de blanc, un vaste appareil de plantes, de candélabres et d'ornements est dominé par une grande croix de métal ouvragé qui porte en son centre un disque d'un blanc mat. ...  Je suis déjà entré dans des églises, pour l'amour de l'art, mais je n'ai jamais vu d'ostensoir habité, ni même, je crois, d'hostie, et j'ignore que je suis en face du Saint-Sacrement, vers lequel montent deux files de cierges allumés. 

... Mon regard passe de l'ombre à la lumière, revient sur l'assistance sans ramener aucune pensée, va des religieuses à l'autel, puis, je ne sais pourquoi, se fixe sur le deuxième cierge qui brûle à gauche de la croix. Non pas le premier, ni le troisième, le deuxième. Et c'est alors que se déclenche, brusquement, la série de prodiges dont l'inexorable violence va démanteler en un instant l'être absurde que je suis et faire venir au jour, ébloui, l'enfant que je n'ai jamais été. (Dieu existe ... pp.163-164) 

"Tout d'abord, ces mots me sont suggérés : vie spirituelle

Ils  ne me sont pas dits, je ne les forme pas moi-même, je les entends comme s'ils étaient prononcés près de moi à voix basse par une personne qui verrait ce que je ne vois pas encore.

La dernière syllabe de ce prélude murmuré atteint à peine en moi la rive du conscient que  commence l'avalanche à rebours. Je ne dis pas que le ciel s'ouvre : il ne s'ouvre pas, il s'élance, il s'élève soudain, fulguration silencieuse, de cette insoupçonnable chapelle dans laquelle il se trouvait mystérieursement inclus. Comment le décrire avec ces mots démissionnaires, qui me refusent leurs services et menacent d'intercepter mes pensées pour les consigner au magasin des chimères ?  ...

C'est un cristal indestructible, d'une transparence infinie, d'une luminosité presque insoutenable (un degré de plus m'anéantirait) et plutôt bleue, un monde, un autre monde d'un éclat et d'une densité qui renvoient le nôtre aux ombres fragiles des rêves inachevés. Il est la réalité, il est la vérité, et je la vois du rivage obscur où je suis encore retenu. Il y a un ordre dans l'uuivers, et à son sommet, par-delà ce voile de brume resplendissante, l'évidence de Dieu, l'évidence faite présence et l'évidences faite personne de celui-là même que j'aurais nié un instant auparavant, que les chrétiens appellent notre Père, et de qui j'apprends qu'il est doux, d'une douceur à nulle autre pareille, qui n'est pas la qualité passive que l'on désigne parfois sous ce nom, mais une douceur active, brisante, surpassant toute violence, capable de faire éclater la pierre la plus dure et, plus dur que la pierre, le coeur humain.

Son irruption déferlante, plénière, s'accompagne d'une joie qui n'est autre que l'exultation du sauvé, la joie du naufragé recueilli à temps, avec cette différence toutefos que c'est au moment où je suis hissé vers le salut que je prends conscience de la  boue dans laquelle j'étais sans le savoir englouti, et je me demande, me voyant par elle encore saisi à mi-corps, comment j'ai pu y vivre, et y respirer. 

En même temps une nouvelle famille m'est donnée qui est l'Église, ...

Toutes ces sensations que je peine à traduire dans le langage inadéquat des idées et des images sont simultanées, comprises les unes dans les autres, et après des années je n'en aurai pas épuisé le contenu. Tout est dominé par la présence, au-delà et à travers une immense assemblée, de celui dont je ne pourrai plus jamais écrire le nom sans que me vienne la crainte de blesser sa tendresse, devant qui j'ai le bonheur d'être un enfant pardonné, qui s'éveille pour apprendre que tout est don." (Dieu existe ... pp. 165- 167)

"Un père du Saint-Esprit entreprit de me préparer au baptême en m'instruisant de la religion dont je n'ai plus à préciser que je ne savais rien. Ce qu'il me dit de la doctrine chrétienne, je l'attendais et je le reçus avec joie ; l'enseignement de l'Église était vrai jusqu'à la dernière virgule, et j'en prenais acte à chaque ligne avec un redoublement d'acclamations, comme on salue un coup au but. Une seule chose me surprit : l'eucharistie, non qu'elle me parut incro-yable ; mais que la charité divine eût trouvé ce moyen inouï de se communiquer m'émerveillait, et surtout qu'elle eût choisi pour le faire, le pain qui est l'aliment du pauvre et la nourriture préférée des enfants. De tous les dons éparpillés devant moi par le christianisme, celui-là était le plus beau." (Dieu existe ...  pp. 171-172)  


Le jeune Bienheureux Carlo Acutis, qui sera canonisé l'an prochain, a passé les trois dernières années de sa vie à monter une Exposition sur les Miracles Eucharistiques. Cette exposition est montrée partout dans le monde depuis trois ans. En plein milieu du recueil (livre) qui contient tous les miracles eucharistiques recensés par Carlo, il y a une page dédiée à André Frossard. Puisqu'il a été converti en présence du Saint-Sacrement exposé, Carlo voit en cela, et avec raison selon moi, un miracle dû à l'Eucharistie. 

Le livre d'André Frossard a été une bombe médiatique dans les années soixante. De nombreuses personnes ont été touchées par son témoignage. M. Frossard a alors entendu parler d'une autre conversion instantanée reçue par un incroyant à Rome en 1842 dont le nom est Alphonse Ratisbonne. Cet homme imbu de lui-même, était entré un peu par hasard dans une église à Rome. Il reçut ce jour-là (le 20 janvier 1842) l'insigne grâce de bénéficier d'une apparition de la Vierge Immaculée. Il s'est converti sur le champ et est devenu prêtre. J'ai vécu neuf ans à Rome et l'église du miracle, appelée Sant'Andrea delle Fratte, est mon endroit préféré dans la ville éternelle. J'y retournerai en septembre prochain alors que j'accompagnerai un pèlerinage sur les pas de Carlo Acutis, organisé par l'Agence de circuits touristique Spiritours (2). Pour en connaître davantage sur la conversion d'Alphonse Ratisbonne, voir: La Médaille Miraculeuse : son plus grand miracle.

André Frossard a été tellement impressionné par les similitudes entre sa conversion et la conversion d'Alphonse Ratisbonne, qu'il a écrit un chapitre sur ce sujet dans son livre intitulé : "Il y a un autre monde" (3). Même si ces deux conversions ont été instantanées et totalement imprévues, dans les deux cas, les convertis ont reçu presque instantanément une vision en quelque sorte globale de tous les dogmes et vérités contenus dans la religion catholique. De sorte qu'en se préparant au baptême et en apprenant les vérités de la foi catholique et Ratisbonne et Frossard avaient l'impression de déjà posséder en eux ces connaissances, quoique en germe. 


(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Frossard#:~:text=Andr%C3%A9%20Frossard%20est%20n%C3%A9%20le,les%20gouvernements%20du%20Front%20populaire.

(2) https://dieumajoie.blogspot.com/2024/02/janimerai-un-pelerinage-sur-les-pas-de.html

(3)  https://www.ledevoir.com/societe/518054/1968-l-annee-de-tous-soubresauts


 
Dans la vidéo ci-dessous, André Frossard nous livre ses convictions personnelles sur ce que c'est que vivre en chrétien. 

André Frossard interviewé en 1984 par Marcel Brisebois ... André Frossard. 7K views · 4 years ago ... Michael Lonsdale : Un récit de conversion.
YouTube · Azellus · 25 avr. 2020

lundi 17 juin 2024

Nouvelle époque

 Nouvelle époque  

Notre époque est différente des époques qui l'ont précédée. Une des nouveautés dont on se serait volontiers passé, ce sont les changements climatiques. L'été n'est pas encore arrivé mais la chaleur extrême l'a devancé. Les enfants sont encore sur les bancs d'école mais la chaleur est trop grande pour qu'on puisse les garder toute une journée entre quatre murs. En attendant de pouvoir mettre de la climatisation ou tout autre moyen de refroidir les locaux, les directeurs ou directrices d'école doivent trouver des moyens de refroidir les esprits. 

Note: pour un meilleur visionnement, mettre la vidéo ci-dessous en mode "plein écran". 


samedi 15 juin 2024

Mark McMullan chante : "Bring Him Home".

 Mark McMullan chante : "Bring Him Home".

Full Segment: Britain's Got Talent 2019 Auditions | Season 13 E5 Audition: Mark McMullan #BGT #BritainsGotTalent #TalentRecap For more HD ...
YouTube · Freakin' Famous Talent · 4 mai 2019

Mark McMullan chante "Bring Him Home" de la comédie musicale "Les Misérables". Il dit aux juges qu'il est venu auditionner à Britain's Got Talent pour deux raisons : pour aider sa carrière de chanteur et pour que sa famille soit fière de lui car il vient chanter pour son frère Declan qui souffre du syndrome d'enfermement (Locked-In-Syndrome) qui le rend prisonnier de son corps. 

Declan est dans la salle avec ses parents. Mark dit aux juges avant de se mettre à chanter que chez lui, il chante pour son frère souffrant car à cause du syndrome d'enfermement, tout ce que peut faire Declan, c'est entendre. Par conséquent la musique et le chant de Mark sont d'un grand réconfort pour son frère. 

Bring Him Home







 

Paroles
Dieu Très HautGod on highÉcoute ma prièreHear my prayerDans mon besoinIn my needTu as toujours été làYou have always been thereIl est jeuneHe is youngIl a peurHe's afraidLaissez-le se reposerLet him restCiel béni.Heaven blessed.Emmène-le chez luiBring him homeEmmène-le chez luiBring him homeEmmène-le chez lui.Bring him home.Il est comme le fils que j'aurais pu connaîtreHe's like the son I might have knownSi Dieu m'avait accordé un fils.If God had granted me a son.Les étés meurentThe summers dieUn par unOne by oneComme ils passent viteHow soon they flyEncore et encoreOn and on
Et je suis vieuxAnd I am oldEt serai parti.And will be gone.Apporte-lui la paixBring him peaceApporte-lui la joieBring him joyIl est jeuneHe is youngCe n'est qu'un garçonHe is only a boyTu peux prendreYou can takeTu peux donnerYou can giveLaisse-le êtreLet him beLaisse-le vivreLet him liveSi je meursIf I dieLaisse moi mourrirLet me dieLaissez-le vivreLet him liveEmmène-le chez luiBring him homeEmmène-le chez luiBring him homeEmmène-le chez lui.Bring him home.
Source : LyricFind
Compositeurs : Alain Albert Boublil / Claude Michel Schonberg / Herbert Kretzmer
Paroles de Bring Him Home © Warner Chappell Music, Inc
Les Misérables 10th Anniversary Concert at the Royal Albert Hall Colm Wilkinson (Valjean) Conductor: David Charles Abell Orchestra: Royal ...
YouTube · engchi93 · 11 juin 2009