jeudi 27 juillet 2017

Chant: "Ô Marie" de Robert Lebel

Chant: « Ô Marie » de Robert Lebel
 Résultats de recherche d'images pour « vêtue de lumière robert lebel »
Album de Robert Lebel: "Vêtue de lumière"

Depuis deux jours, le chant « Ô Marie » de Robert Lebel, me revient continuellement à l’esprit. Je le fredonne sans cesse. Je pense en connaître la cause. Dimanche dernier, en entrant dans une de nos deux églises, j’ai entendu ce chant. Une paroissienne avait mis un CD avant la messe et c’était ce chant qui jouait. C’est sûrement pour cela que le chant m’est resté dans la tête et le cœur ces jours-ci. Je connais ce chant depuis longtemps, depuis de fait qu’il est sorti en 1992. Mais c’est seulement aujourd’hui que j’en apprécie toute la valeur.

Ce chant fait référence aux noces de Cana telles que décrites dans l’évangile selon saint Jean au chapitre 2. Marie, par sa prière tranquille, a fait faire à Jésus son premier miracle: Il a changé l’eau en vin pour la joie des convives.

J’aime que l’on demande à Marie de parler à Jésus de nos difficultés. À cause de cela j'aime davantage les strophes du chant que le refrain. Car dans les strophes, on demande à Marie uniquement de parler à Jésus de nos vides. C’est ce que Marie a fait à Cana de Galilée: elle a seulement dit à Jésus que les gens n'avaient plus de vin, que les réserves étaient vides. Dans la deuxième partie du refrain, on dit à Marie de demander à Jésus de transformer notre cœur. C’est très bien cela aussi; mais je préfère la prière tranquille de Marie à Cana, qui ne fait que parler de nos problèmes, sans rien demander. Il est vrai cependant que Jésus a très bien compris que sa Mère lui demandait de faire un miracle. Mais tout est dans la manière de dire les choses ou de demander.

J’aime aussi que Robert Lebel parle de nos « vides ». Tout péché est l’indice d’un vide en nous. Au moins deux confesseurs m’ont déjà dit que le péché que j’accusais était un signe d’un manque dans ma vie. Un manque, donc un vide. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais on n’aime pas normalement se faire dire qu’il nous manque quelque chose. Or c’est la condition de la très grande majorité des personnes qui vivent sur cette terre: ils expérimentent au niveau de leur coeur, des manques, des vides, qu'ils cherchent à remplir du mieux qu'ils peuvent. Seuls quelques saint et saintes sont parvenus, semble-t-il, à avoir un cœur rempli de Dieu déjà sur terre.

On attribue au philosophe Aristote la phrase suivante: « La nature ne supporte pas le vide ». De fait, dans la nature, il n’y a pas de vide. Entre les objets qui sont autour de nous, il y a de l’air. Cet air est invisible, mais il est bel et bien là. Il n’y a pas de vide autour de nous. On peut aussi dire, en quelque sorte, que le cœur humain ne supporte pas le vide. S’il y a un vide en nous, notre coeur voudra le remplir. La véritable question est donc celle-ci: Avec quoi remplir nos vides, avec quoi remplir notre coeur? La seule réponse chrétienne valable, durable, et louable est celle-ci: « Je dois remplir les vides de mon cœur avec Dieu et par Dieu ». Notre cœur est fait pour Dieu, comme le disait si bien saint Augustin, et seul un cœur rempli de Dieu sera parfaitement heureux ici-bas et dans l'au-delà. C’est d’ailleurs en cela que consistera la vie éternelle, la béatitude éternelle. Certains saints et saintes sont parvenus dès ici-bas à avoir le cœur rempli de Dieu. La chose est donc possible. Je vous la souhaite; je vous souhaite cette grâce.

Pour entendre le chant, allez sur le lien ci-dessous et écoutez la plage numéro 11.

Vêtue De Lumière by Robert Lebel Et Mannick on Apple Music

https://itunes.apple.com/ca/album/vetue-de-lumiere/id394732654

Et voici les mots du chant: 

Ô Marie (Robert Lebel)

Ô Marie, toi la Mère du Sauveur
Parle-lui de nos rêves de bonheur
Et dis-lui qu'il transforme notre cœur
Comme l'eau pour le vin de la noce.

Parle-lui de ce vide en nos regards
Qui sans voir
N'osent plus s'émerveiller.

Parle-lui de ce vide entre nos mains
Qui n'ont rien
A force d'être fermées

Parle-lui de ce vide en notre cœur
Qui a peur
De s'ouvrir pour mieux aimer

Parle-lui de ce vide en nos amours
Qui sont lourds
De leurs fausses libertés.

Parle-lui de ce vide en nos passions
Qui s'en vont
Sans jamais être comblées

Parle-lui de ce vide en notre vie
Ô Marie
Qui peux tout lui demander.


« C’est pourquoi je tombe à genoux devant le Père, de qui toute paternité au ciel et sur la terre tient son nom. Lui qui est si riche en gloire, qu’il vous donne la puissance de son Esprit, pour que se fortifie en vous l’homme intérieur. Que le Christ habite en vos cœurs par la foi ; restez enracinés dans l'amour, établis dans l'amour. Ainsi vous serez capables de comprendre avec tous les fidèles quelle est la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur… Vous connaîtrez ce qui dépasse toute connaissance : l’amour du Christ. Alors vous serez comblés jusqu’à entrer dans toute la plénitude de Dieu. À Celui qui peut réaliser, par la puissance qu’il met à l’œuvre en nous, infiniment plus que nous ne pouvons demander ou même concevoir, gloire à lui dans l’Église et dans le Christ Jésus pour toutes les générations dans les siècles des siècles. Amen. » 
(Saint Paul, Lettre aux Éphésiens, chapitre 3, versets 14 à 21)

P.S.  Je dédie ce blogue à Nicole grâce à qui j'ai entendu ce chant dimanche dernier en entrant dans l'église. 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire