mardi 23 septembre 2014

GRAND MERCI !!!


Grand Merci !!!


Note : Je suis désolé du fait que l’image de la peinture se trouve à dépasser les cadres normaux de mon blogue. Elle dépasse sur le côté. Mais je n’ai pas beaucoup de choix quant à la grandeur de l’image que je puis mettre sur mon blogue. L’image plus petite que celle que vous voyez, ne rendait pas, selon moi, la beauté de la peinture, et spécialement le regard de Jésus. J’ai donc opté pour une solution moins esthétique mais plus parlante.  

Chers lecteurs et lectrices de ce blogue, le vendredi 11 juillet dernier, j’écrivais ceci :

« Tout passe par le regard. Si vous suivez mon blogue depuis ses débuts, c’est-à-dire depuis trois ans, vous savez que je suis fasciné par les regards (1). Ce n’est pas pour rien que mon testament spirituel se nomme : Les Yeux de l’Amour (2). Dans mon testament spirituel, je dis dès le début que la scène évangélique qui m’impressionne le plus, c’est le regard que Jésus posa sur Pierre, immédiatement après que ce dernier l’eut renié trois fois (voir l’évangile de Luc, chapitre 22, verset 61). Je dis aussi que si j’étais peintre, c’est la scène biblique que j’aimerais peindre. Or, en ce moment même (ces jours-ci), une amie et paroissienne, madame Anne Marie Forest est en train de faire cette peinture pour moi. Quelle grâce! Anne Marie est très talentueuse et très spirituelle. Je ne pouvais trouver meilleure artiste pour exécuter un des rêves de ma vie. Et le Seigneur a conduit Anne Marie à moi, comme ça, sans bruit et dans la plus entière discrétion. À pareille époque, l’an dernier, je devais trouver une remplaçante pour coordonner la catéchèse des enfants de notre paroisse. Je n’ai fait qu’une seule entrevue à cet effet : celle d’Anne Marie qui désirait l’emploi. Depuis ce temps, Anne Marie est devenue paroissienne et voici qu’elle met son grand talent au service des Yeux de l’Amour, au service du regard de Jésus. Si jamais en lisant ces lignes, vous aviez l’inspiration de faire une prière pour que l’Esprit Saint guide le cœur, les mains et les yeux d’Anne Marie, qui peint pour moi ces jours-ci, je vous en serais éternellement reconnaissant. » 

(Pour accéder à ce texte, veuillez cliquer sur les mots suivants: Dieu ma joie: Le regard. Au bas du texte, vous trouverez le lien conduisant à mon « testament spirituel », intitulé : « Les Yeux de l’Amour »).

Le temps est venu de remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont répondu à cet appel. Je dis du fond du cœur un « GRAND MERCI ! » à toutes les personnes qui ont prié Dieu pour l’exécution de cette peinture.

La peinture est désormais suspendue à un des murs de ma chambre, juste au dessus de mon lit. Elle est magnifique, comme vous pouvez le constater par vous-mêmes en contemplant la photo mise au début du présent article.

Cette peinture a dépassé mes attentes et a déjà commencé à transformer ma vie d’être humain et de prêtre.

Merci tout spécialement aux personnes qui ne me connaissent pas personnellement, qui ne m’ont jamais rencontré, et qui ont bien voulu prier pour la peinture désirée.

Un « GRAND MERCI ! » aussi et surtout à Anne Marie Forest, d’avoir répondu à mon désir, et d’avoir mis tant d’heures, d’efforts et de talent, à la réalisation d’un de mes rêves les plus chers et les plus fous. Il y a une folie qui plaît à Dieu; à preuve, saint Paul qui nous dit : « Nous sommes fous à cause du Christ » (1 Cor 4, 10).

La peinture qu’Anne Marie m’a faite, est très « johannique », en ce sens qu’elle représente très bien le Jésus que saint Jean l’évangéliste nous décrit dans la Passion: un Jésus majestueux; le Roi des rois. La posture et le regard à la fois doux et grandiose du Jésus tel qu’imaginé par Anne Marie, nous montrent à merveille la majesté de Jésus, Roi de l’univers. Cette peinture est aussi très « lucanienne », car tout en nous présentant Jésus au début de sa Passion,  elle nous renvoie par un procédé mystérieux, au terme de la Passion, à Jésus sur la croix. Saint Luc nous dit qu’aux côtés de Jésus, ont été crucifiés deux larrons, deux bandits. L’un à sa droite et l’autre à sa gauche. Un de ces deux condamnés étaient hostile à Jésus et l’autre était ouvert à la grâce. Ce dernier est même désormais connu et vénéré comme étant le « bon larron ». Anne Marie, sans y penser, à ce qu’elle m’a confié, a su représenter à sa façon et comme anticiper cette scène de l’évangile selon saint Luc. À la gauche de Jésus, lorsqu'on regarde la peinture, le soldat semble dédaigner Jésus et ne veut même pas le regarder. Son visage est dur et fermé. Il symbolise très bien le mauvais larron de l’évangile. De l’autre côté de Jésus, se trouve un soldat qui semble touché par Jésus et bien disposé à son égard. D’ailleurs, ce soldat ose regarder Jésus. Quiconque ose regarder Jésus, risque de se laisser toucher par sa Personne, ses attitudes et ses comportements. C’est ce qu’a vécu le « bon larron » de l’évangile. Il a été touché par le comportement de Jésus et l’a reconnu comme étant Roi. Voir à ce sujet le texte suivant, mis sur mon blogue: Dieu ma joie: Les sept paroles de Jésus en croix: (deuxième parole).

Je suis convaincu que la meilleure et la plus sûre façon de convertir notre cœur à l’amour de Jésus, est d’imaginer notre doux Sauveur en train de nous regarder, de poser son regard sur nous. Simon-Pierre a vécu une conversion profonde, grâce à ce regard de Jésus.

Depuis que la peinture d’Anne Marie Forest est terminée, je désirais vous la faire contempler. Ce ne fut pas chose facile à exécuter. La raison en est que la peinture a été réalisée selon le procédé que l’on nomme en peinture : le « clair obscur ». Cette technique fut utilisée par des artistes telsLe Caravage, Rembrandt, etc. La peinture que j’ai dans ma chambre est très obscure. Le reniement de Pierre a d’ailleurs eu lieu à la fin de la nuit, et au lever du jour. Ce moment de la journée est très bien représenté dans la peinture. Quelques personnes sont venues voir ma peinture et l’ont photographiée. Mais le résultat était décevant, en ce sens que je ne reconnaissais pas vraiment la peinture. Les appareils photographiques, et surtout les « téléphones intelligents », voyant que l’objet à photographier était obscur, croyaient qu’il fallait y ajouter de la lumière; avec l’effet désastreux de faire ressortir les couleurs de façon vive. On aurait dit alors que la scène se déroulait en plein jour, ou en plein midi. Il fallait absolument employer une technique spéciale pour rendre en vérité la peinture, au moyen de la photographie. Le fils d’Anne Marie, nommé Emmanuel, a travaillé dans le monde de la photo, et il est venu photographier la peinture, le 13 septembre dernier. Pour rendre justice à la peinture, il a dû la photographier dans l’obscurité, avec un appareil somme toute assez spécialisé. Vous avez désormais sous les yeux, le fruit de son travail. C’est Emmanuel qui a pris la photo de la peinture, mise au haut du présent article. Je le remercie de m'avoir rendu un tel service. 

Anne Marie Forest, pour exécuter cette peinture à l’huile, a eu recours à une technique qui n'est pratiquement jamais utilisée de nos jours: le « glacis ». La technique du glacis, était spécialement employée par les artistes peignant en « clair obscur », tels Rembrandt, Le Caravage, etc. Je remercie Dieu d’avoir mis sur ma route une artiste qui a étudié et qui connaît cette technique. C’est un cadeau de plus que m’a fait notre Dieu, dans son infinie bonté.

Anne Marie a écrit dernièrement un texte sur l’art et la spiritualité. Dans ce texte, elle témoigne de ce qu’elle a vécu en peignant la toile que je lui ai demandée. Voici ses réflexions :

« J’ai passé mon été à la réalisation d’une œuvre qui m’a été commandée par le Père Guy Simard, omv, et dont le thème est le regard du Christ sur Pierre, lors du reniement.

Sujet difficile avec cette ambiguïté de peindre un regard d’amour venant d’un homme allant vers la mort mais qui est aussi celui de Notre Seigneur miséricordieux qui se donne.

J’ai vécu ce travail sur la toile, en même temps que me tenant au courant d’une actualité lourde de nouvelles terribles : Gaza, Irak, Ukraine, Syrie…
Ce qui passe de bouleversant dans le monde avec tant d’atrocités, de souffrance, me faisait aussi sentir ma grande impuissance et la petitesse de ma compassion.

Cette peinture où le Christ a les mains attachées, m’a reliée par une forme de prière à ceux qui vivent la persécution. Peindre a été une façon de rester éveillée, de rester avec Lui, présent dans tous ceux qui souffrent. Je pourrais intituler cette peinture ; « Stay with me » comme le beau chant nous venant de Taizé. Un appel intérieur à ne pas trahir son amour dans une attitude d’indifférence ou de tiédeur en face de la souffrance du monde.
.
Entrer dans une démarche de création, c’est donc rester avec Lui, chercher à Le voir, vouloir  Sa compagnie avec vigilance de l’âme, les yeux du cœur ouverts, en attente de se laisser surprendre. C’est Lui, Christ ressuscité, qui vient et me précède sur ce chemin. Mais c’est aussi Lui qui regarde, me regarde dans ce temps de contemplation. Contempler c’est aussi se livrer, et permettre à la lumière d’éclairer les zones d’ombre qui ont besoin de purification. »

Un de mes confrères Oblats de la Vierge Marie, nommé John Wykes, qui vit à Boston et qui est arrivé ce soir chez nous, a fait un commentaire similaire à celui d’Anne Marie en voyant pour la première fois la peinture: « Il est très difficile de peindre le visage de quelqu’un qui aime et qui souffre en même temps. Réussir à montrer de la douceur et de la souffrance sur un même visage, est un tour de force. »

Si jamais vous n'aviez jamais visionné mon testament spirituel mis sur You Tube il y a deux ans, je vous conseille fortement de prendre le temps de le regarder. Je dis, à la fin de la vidéo, que mon testament intitulé " Les Yeux de l'Amour ", est ce que je laisserai de plus précieux de mon passage sur notre chère planète bleue. Pour voir et entendre ce testament, veuillez cliquer sur le lien suivant: 


  1. Les Yeux de l'Amour - YouTube

  2. www.youtube.com/watch?v=C4hTSQkji7o
    8 nov. 2012 - Ajouté par Guy Simard
    Ma seule raison de vivre est que j'ai un jour rencontré les Yeux de l'Amour, comme dans un miroir et non ...
















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire