jeudi 14 décembre 2017

Jean-Paul Sartre et Noël

Jean-Paul Sartre et Noël
Résultats de recherche d'images pour « Jean Paul Sartre » 

Un des plus beaux textes que j’aie lus sur la Vierge Marie et sur le mystère de Noël, a été écrit par un des plus illustres athées des temps modernes: Jean-Paul Sartre, le père de l’existentialisme athée. Quand j’ai lu ce texte pour la première fois il y a plus de vingt ans, je me suis plu à croire que la Sainte Vierge obtiendrait la conversion de Sartre uniquement à cause de ce texte magnifique qu’il a écrit sur elle. Je crois maintenant que ce souhait s’est réalisé. Des signes assez probants montrent que Sartre s’est probablement tourné vers Dieu avant de mourir.  

Il est Dieu et Il me ressemble

« Mais comme c’est aujourd’hui Noël, vous avez le droit d’exiger qu’on vous montre la Crèche. La voici. Voici la Vierge, voici Joseph et voici l’Enfant Jésus. L’artiste a mis tout son amour dans ce dessin, vous le trouverez peut-être naïf, mais écoutez. Vous n’avez qu’à fermer les yeux pour m’entendre et je vous dirai comment je les vois au-dedans de moi.

La Vierge est pâle et elle regarde l’enfant. Ce qu’il faudrait peindre sur son visage, c’est un émerveillement anxieux, qui n’apparut qu’une seule fois sur une figure humaine, car le Christ est son enfant, la chair de sa chair et le fruit de ses entrailles. Elle l’a porté neuf mois. Elle lui donna le sein et son lait deviendra le sang de Dieu. Elle le serre dans ses bras et elle dit : « Mon petit » !

Mais à d’autres moments, elle demeure toute interdite et elle pense : « Dieu est là », et elle se sent prise d’une crainte religieuse pour ce Dieu muet, pour cet enfant, parce que toutes les mères sont ainsi arrêtées par moment, par ce fragment de leur chair qu’est leur enfant, et elles se sentent en exil devant cette vie neuve qu’on a faite avec leur vie et qu’habitent les pensées étrangères. Mais aucun n’a été plus cruellement et plus rapidement arraché à sa mère, car Il est Dieu et Il dépasse de tous côtés ce qu’elle peut imaginer. Et c’est une rude épreuve pour une mère d’avoir crainte de soi et de sa condition humaine devant son fils. Mais je pense qu’il y a aussi d’autres moments rapides et glissants où elle sent à la fois que le Christ est son fils, son petit à elle et qu’il est Dieu. Elle le regarde et elle pense : « Ce Dieu est mon enfant ! Cette chair divine est ma chair, Il est fait de moi, Il a mes yeux et cette forme de bouche, c’est la forme de la mienne. Il me ressemble, Il est Dieu et Il me ressemble ».
 
Et aucune femme n’a eu de la sorte son Dieu pour elle seule. Un Dieu tout petit qu’on peut prendre dans ses bras et couvrir de baisers, un Dieu tout chaud qui sourit et qui respire, un Dieu qu’on peut toucher et qui vit, et c’est dans ces moments là que je peindrais Marie si j’étais peintre, et j’essaierais de rendre l’air de hardiesse tendre et de timidité avec lequel elle avance le doigt pour toucher la douce petite peau de cet enfant Dieu dont elle sent sur les genoux le poids tiède, et qui lui sourit. Et voilà pour Jésus et pour la Vierge Marie.  
Et Joseph. Joseph? Je ne le peindrais pas. Je ne montrerais qu’une ombre au fond de la grange et aux yeux brillants, car je ne sais que dire de Joseph. Et Joseph ne sait que dire de lui-même. Il adore et il est heureux d’adorer. Il se sent un peu en exil. Je crois qu’il souffre sans se l’avouer. Il souffre parce qu’il voit combien la femme qu’il aime ressemble à Dieu. Combien déjà elle est du côté de Dieu. Car Dieu a éclaté comme une bombe dans l’intimité de cette famille. Joseph et Marie sont séparés pour toujours par cet incendie de clarté. Et toute la vie de Joseph, j’imagine, sera d’apprendre à accepter. Joseph ne sait que dire de lui-même : il adore et il est heureux d’adorer. »

                                                                                                                       Jean-Paul Sartre (1)

       dieumajoie.blogspot.com/2014/10/la-conversion-de-jean-paul-sartre.html



mercredi 13 décembre 2017

Un élément du discernement

Un élément du discernement
Image associée

Comme vous le savez si vous lisez régulièrement ce blogue, nous avons instauré il y a de cela environ deux ans, le Système des Cellules Paroissiales d’Évangélisation (SCPÉ) dans notre paroisse. Mon confrère Gérald Lajeunesse, omv, et moi-même, sommes convaincus que ce système d’évangélisation est un excellent moyen pour « refaire le tissu social chrétien », pour reprendre une expression de feu Marcel Clément, directeur du journal catholique L’Homme Nouveau, de 1962 à 1998. Il nous est évident à Gérald et à moi que le Système des cellules paroissiales d'évangélisation représente un défi immense dans une société déchristianisée mais surtout super individualiste comme celle du Québec moderne. Mais malgré l'immense difficulté que peut représenter l'implantation des CPÉ chez nous, cette forme d'évangélisation nous paraît être la meilleure qui soit pour répondre à l'exigence missionnaire de notre époque. 

Cela fera bientôt deux ans que les deux premières cellules sont nées en notre paroisse. Et il n'y a toujours que deux cellules: une cellule qui rassemble au maximum 10 personnes à chaque semaine, mais le plus souvent sept personnes; et une autre cellule qui comporte trois membres. Depuis des mois, je souhaite que nous vivions une multiplication de cellule. Je pensais que la cellule la plus nombreuse pouvait dès maintenant se multiplier, c'est à dire se scinder en deux, pour donner naissance à une autre cellule, à une troisième cellule. Mais j'ai changé d'idée. Lors de l'enseignement de la semaine dernière, que j'ai fait exceptionnellement à l'aide d'une vidéo (vous pouvez visionner la vidéo au bas du présent blogue) je suggérais une autre avenue. Mon message n'a pas semblé être compris par les membres de nos cellules, c'est pourquoi je le mets aujourd'hui par écrit. Il est plus facile de comprendre la portée de mon message si on peut le lire à nouveau et voir quels mots ont été employés. Voici donc la transcription exacte de la vidéo mise ci-dessous. Le français n'est pas très élégant ni correct par endroits, mais cela est dû au fait que sur la vidéo, je parlais sans texte devant moi. Le langage oral est souvent différent du langage écrit. Or j'ai préféré transcrire la vidéo telle quelle. 

« Bonjour à vous chers amis cellulaires! Eh oui, c’est une nouvelle façon de communiquer avec vous. Alors, vous me voyez la « bette » (1). J'aimerais vous parler aujourd'hui d'un élément qui concerne le discernement. Ça fait environ presque deux ans qu'on vit des cellules. Nous n'avons que deux cellules dans la paroisse en ce moment. Mais on s'approche d'une multiplication. On aura une rencontre bientôt chez Christiane, et j'aimerais que tout le monde se prépare à ce discernement qu'on veut faire parce que le groupe de Christiane commence à être un peu plus nombreux, et je pense qu'il est le temps de multiplier ce groupe. 

On avait songé à fonder une troisième cellule, mais je pense que le mieux serait de consolider les cellules que nous avons, en particulier celle de France et de Marielle. En ce moment ils sont trois membres réguliers Alors moi je suggère que deux membres de la cellule de Christiane quittent la cellule, pour se joindre à la cellule de France et de Marielle. Il y a un principe qui doit nous guider, c’est celui-ci: si notre désir de rester ensemble, de vivre un peu dans notre cocron (2) parce qu'on est bien entre nous, si ce désir-là est plus fort que le désir de se multiplier, eh bien on n'est pas dans le bon groupe, on n'est pas dans le mouvement de l'Esprit qui guide les Cellules paroissiales d'évangélisation. Don Pigi l'a dit: "La caractéristique des cellules, c'est qu'elles naissent pour mourir." Il faut qu'on ait dans l'esprit qu'on devra mourir un jour pour donner la vie. C'est le principe chrétien: " Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit " (Jn 12, 24). Alors, je sais qu'on est bien ensemble après un certain temps, mais ce n'est pas bon signe si on est trop bien; parce que le but, c'est de se multiplier, de donner la vie, d'aller ailleurs, de former d'autres personnes, d'attirer d'autres personnes, de se multiplier de nouveau.  


J'aimerais vous partager un événement qui est important dans ma vie. On peut dire que c'est le trentième anniversaire de cet événement là. Ça s'est passé en 1987, justement ces jours-ci, les jours qui précèdent l'Immaculée Conception (le 8 décembre). En 87, on a vécu une année mariale dans l'Église. De juin 87 à août 88. Et au mois de juin, j'ai même commencé l'année mariale à Rome, dans la basilique Sainte-Marie-Majeure. J'avais une question que je posais à la Sainte Vierge durant toute l'année mariale; je lui demandais: "Qui es-tu Marie de Nazareth? " Et j'ai eu une réponse. J'ai commencé à poser la question au mois de juin et la réponse est venue deux ou trois jours, non, la réponse est venue la journée même où je suis arrivé pour prêcher la neuvaine de l'Immaculée Conception à Montréal. Mes confrères m'avaient invité à prêcher la neuvaine. Je pense que c'était une journée avant. J'étais assis sur mon lit, je me levais, et j'ai posé ma fameuse question à la Sainte Vierge: "QUI ES-TU, MARIE DE NAZARETH ? " C'était la question que je lui posais tout le temps. Et tout de suite est venue une réponse en moi: " Moi je suis une femme qui n'a jamais fait ce qu'elle a voulu ". Alors, je n'ai vraiment pas aimé cette réponse-là; je trouvais ça un peu déprimant. Mais plus j'y pensais, plus je la trouvais extraordinaire cette réponse-là. Parce que la Sainte Vierge me disait là: "Eh bien sers-toi de tes méninges un peu là. Cette phrase-là est incomplète; il faut que tu la complètes. Moi je suis une femme qui n'a jamais fait ce qu'elle a voulu, mais qui a toujours fait ce que Dieu a voulu". Et par cette phrase-là la Sainte Vierge me donnait le secret de sa joie. D'ailleurs c'est le témoignage que je vous donne. Vous pouvez le lire sur mon blogue si vous écrivez: Dieu ma joie Le secret de la joie de Marie


Alors c'est une réponse extraordinaire: "Moi je suis une femme qui n'a jamais fait ce qu'elle a voulu, mais qui a toujours fait ce que Dieu a voulu ". Le grand problème du monde d'aujourd'hui et du monde qui vit sans Dieu, c'est qu'on pense qu'on va être heureux en faisant ce que nous on pense, ce qui va me réaliser, ce que j'ai envie de faire, alors que la vraie joie se trouve lorsqu'on discerne qu'est-ce que Dieu veut de nous, qu'on lui demande "qu'est-ce que tu veux de nous? ", et qu'on le fait. J'aimerais vous donner deux exemples dans ma vie personnelle. Moi j'ai eu un jour un appel à devenir prêtre. Ça s'est passé durant une nuit. Ça été très très clair que Dieu m'appelait à devenir prêtre. Mais je n'ai jamais vraiment désiré être prêtre. Moi j'étais un type qu'on appelle un "grand timide", alors rien que le fait de penser que je devrais parler en public ...  Il n'y a rien dans la vie du prêtre qui m'attirait. Mais j'ai cru un jour très clairement que Dieu m'appelait. Parfois pour un discernement, c'est bon de savoir quels sont nos goûts, quels sont nos désirs, mais ce n'est pas ça le critère essentiel d'un discernement. Parfois Dieu nous appelle à faire quelque chose qu'on n'a pas le goût de faire. 

Un autre exemple que je peux vous donner, c'est tout dernièrement. Notre archevêque a fondé ce qu'on appelle des doyennés dans l'Église. Des doyennés, c'est des groupes de prêtres, quelques prêtres d'un secteur qui se réunissent et parfois aussi avec des membres actifs des communautés, pour se connaître et discerner ensemble ce que Dieu veut. Et ici depuis que c'est fondé les doyennés, depuis deux ans environ, il n'y a jamais eu de doyenné. Alors notre archevêque a nommé l'abbé Alain Mongeau comme vicaire épiscopal de notre région ici, la région est. Puis Alain est venu nous rencontrer les prêtres, on est trois prêtres ici dans le secteur: Jean-Pierre Soucy (à la pointe de l'île), Lauréot Couture qui est à Saint-Joseph, Rivière-des-Prairies, et moi. Et il nous a parlé des doyennés. Il nous a dit qu'il aimerait beaucoup au nom de l'archevêque, fondé des doyennés. Et là, il nous a demandé de penser à cela. Et moi, pendant qu'il parlait, j'essayais de discerner un peu. Je suis entré un petit peu en moi-même et j'ai senti clairement l'appel à devenir doyen. Mais j'ai demandé à mes deux confrères après quelques minutes: " Est-ce que vous sentez un appel vous, à faire ça? " Et les deux ont répondu: "Non, moi je ne me sens pas appelé à faire ça." Mais moi j'avais dit oui, je me sens appelé: "Malheureusement, je me sens appelé ". J'ai employé ce mot là; ils sont partis à rire: Malheureusement, je me sens appelé, parce que je n'avais pas le goût d'être appelé, mais je sentais que c'était cela que Dieu voulait de moi. 

Alors ça ce sont des petites notions qui sont importantes aussi parce que souvent Dieu nous appelle à quelque chose mais on n'a pas le goût de le faire. Et la Sainte Vierge, quand l'ange est apparu, cela a changé tous ses plans. Elle ne pensait pas d'être mère; elle avait exclu ça. Elle désirait être vierge. Ce qui est extraordinaire, c'est que Dieu a réalisé ce désir là d'être vierge, tout en étant mère. Mais ça a complètement bouleversé ses plans. Mais elle a dit oui. Alors moi je vous invite personnellement, d'ici à ce qu'on se rencontre chez Christiane, de vous mettre parfois en situation de discernement, seul avec le Seigneur, à l'écouter, et à vous demander, à Lui demander: "Est-ce que tu penses que je serais appelé, moi, à quitter la cellule de Christiane, pour me joindre à la cellule de France et de Marielle?" Et je suis sûr, je suis pas mal sûr que quand on va arriver chez Christiane, certains d'entre vous, ou certaines d'entre vous, auront fait ce discernement, et pourront même le dire aux autres; dire: "Moi dans ma prière, j'ai perçu que Dieu me demandait ça, de quitter la cellule, pour un plus grand bien, pour donner la vie ailleurs ". Alors moi je vous bénis; c'est l'enseignement de cette semaine. Cet enseignement est une préparation directe à la rencontre chez Christiane qui aura lieu, je pense le 13, mercredi de l'autre semaine. Je vous invite aussi à lire peut-être le blogue. Il y aussi une vidéo sur ça: Dieu ma joie, Le secret de la joie de Marie

Je vous bénis. À la prochaine!


Un élément du discernement - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=PQeJdc6S7iY
5 déc. 2017 - Ajouté par Guy Simard
Comment discerner la volonté de Dieu? Un élément de réponse.



(1) Lexique québécois - Angelfire

www.angelfire.com/pq/lexique/lexique.html

bette (n. f.) * figure, gueule, fraise : regarde-lui la bette !

(2)Lexique québécois - Angelfire

www.angelfire.com/pq/lexique/lexique.html

cocron (n. m.) * 1) petit coin dans une arrière-boutique ou un débarras. 2) endroit où l'on se réfugie pour avoir la paix, trou : arrête de t'isoler pis sort don de ton cocron. 


Dieu ma joie: Le secret de la joie de Marie

dieumajoie.blogspot.com/2011/08/le-secret-de-la-joie-de-marie.html



1. Le secret de la joie de Marie / Guy Simard - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=gqeLjehxasY

27 mars 2015 - Ajouté par Guy Simard, omv
Une demande à la Vierge : qui es-tu Marie de Nazareth ? / Celle qui n'a fait que ce que Dieu a voulu / L'erreur ...







dimanche 10 décembre 2017

2ème dimanche de l'Avent 2017

2ème dimanche de l’Avent 2017  

Résultats de recherche d'images pour « consolez consolez mon peuple »

Bonjour à vous! Je vous souhaite un très beau et fructueux 2ème dimanche de l’Avent. Ce dimanche est vécu sous le signe de la Miséricorde. La Miséricorde, c’est le Cœur de notre Dieu penché sur nos misères, pour nous en délivrer.

Les premiers mots de la liturgie de la Parole de la messe d’aujourd’hui, sont: « Consolez, consolez mon peuple, - dit votre Dieu » (Is 40, 1). Dieu demande spécialement à ses prêtres, non seulement une fois, mais deux fois de suite, de CONSOLER SON PEUPLE. Au deuxième verset de ce chapitre 40 du prophète Isaïe, Dieu nous dit comment nous devons faire pour consoler son peuple:

« Proclamez que son crime est expié, qu’il a reçu de la main du Seigneur le double pour toutes ses fautes. » (Is 40, 2). Le peuple a reçu le double de quoi? Sœur Claire Patier, que vous pourrez voir et entendre dans la vidéo mise ci-dessous, nous dit qu’il s’agit de « double consolation ». Cela fait du sens, puisque Dieu emploie deux fois le mot « consolez », au premier verset.

Le Seigneur nous invite donc à être consolé parce que notre « crime est expié » et parce que nous avons « reçu double consolation pour nos fautes ». Par cette « proclamation de Dieu », il est évident que Dieu veut d’abord et avant tout consoler son peuple en le libérant du poids de ses fautes, de ses péchés. Dieu nous console dans toutes nos épreuves, mais l’épreuve qui mine le plus notre joie, c'est le péché. Malheureusement, nous ne sommes pas toujours conscients de cela. Pourtant, l’auteur de la Lettre aux Hébreux nous le dit clairement:

« Débarrassons-nous de tout ce qui vous alourdit, et d’abord du péché qui nous entrave si bien. » (Heb 12, 1)

La veille de sa mort, Jésus a promis à ses disciples un AUTRE CONSOLATEUR, qui le remplacerait, LUI. Cet autre consolateur, c’est la troisième Personne de la saint Trinité, le Saint-Esprit, qui a été donné par Jésus spécialement pour remettre nos péchés. L’évangile selon saint Jean nous dit que le soir même de la Résurrection, Jésus se manifesta à ses apôtres et souffla sur eux l’Esprit Saint pour qu’ils puissent remettre les péchés, pardonner les péchés (Jn 20, 22-23).  

Sœur Claire Patier, dans la vidéo ci-dessous, m’a fait prendre conscience d’une vérité qui m’avait échappé jusqu’à maintenant, alors que je suis prêtre depuis 34 ans. La grande figure du deuxième dimanche de l’Avent, c’est Jean le Baptiste, le cousin de Jésus. Nous savons que ce ne sont pas Zacharie et Élisabeth, les parents de Jean, qui ont choisi le nom de leur garçon. Ce nom est venu du ciel, de la droite de Dieu. C’est l’ange Gabriel qui a dit à Zacharie qui officiait ce jour-là dans le Temple: « Sois sans crainte, Zacharie, car ta supplication a été exaucée: ta femme Élisabeth mettra au monde pour toi un fils, et tu lui donneras le nom de Jean. »

Or, que signifie en hébreu le nom « Yohanân » (Jean) ? « Yo et hânan » signifient: « DIEU FAIT GRÂCE », « DIEU FAIT MISÉRICORDE » « DIEU PARDONNE ». C’est assez extraordinaire, n’est-ce pas de savoir cela, d’apprendre cela?

Zacharie a pris le temps de digérer le message de l’ange Gabriel. La Bible nous dit qu’il a été muet pendant neuf mois suite à l’apparition de l’ange, et qu’il a recouvré la parole le jour où il a donné publiquement le nom à son enfant. Ce jour-là, Zacharie a loué le Seigneur par un cantique appelé le « BENEDICTUS »; ce cantique, l’Église le chante à chaque matin, à l’office des laudes. Dans ce cantique, Zacharie décrit ainsi la mission de son fils Jean:

« Toi aussi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut; tu marcheras devant, à la face du Seigneur, et tu prépareras ses chemins pour donner à son peuple de connaître le salut par la rémission de ses péchés, grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu, quand nous visite l’astre d’en haut, pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort, pour conduire nos pas au chemin de la paix. » (Lc 1, 76-79).

Voilà la MISÉRICORDE DE DIEU proclamée et annoncée en des termes magnifiques.

Nous sommes invités en ce deuxième dimanche de l’Avent, à remercier Dieu pour sa MISÉRICORDE et à faire nous-même l’expérience de la Miséricorde divine, en nous laissant réconcilier avec Dieu, spécialement dans le magnifique sacrement de la réconciliation.

Pour voir et entendre le commentaire biblique de Soeur Claire Patier, veuillez cliquez sur le lien suivant:  
https://youtu.be/gndJXrE-uEg

vendredi 8 décembre 2017

Je vous souhaite ...

JE VOUS SOUHAITE … 
Résultats de recherche d'images pour « L'Immaculée »

une très belle Solennité de l'Immaculée Conception! Quelle belle fête, quelle grande fête!!! Enfin de la lumière est apparue dans l'âme humaine depuis la faute originelle. Le fait de savoir que tous les justes de l'Ancien Testament, que j'admire au plus haut point, étaient privés de la vision de Dieu après leur mort et ce, jusqu'à ce que le Fils de Dieu soit venu sur terre et soit mort et ressuscité pour nous, en dit long sur l'état de l'âme humaine depuis le premier péché et sur la lumière qui est apparue sur notre planète le jour où l'âme humaine de Marie de Nazareth a été créée dans le sein d'Anne, l'épouse de Joachim et la grand-maman de Jésus. Oui, une Étoile est née ce jour-là, annonçant le Soleil de justice. 

Le dogme de l’Immaculée conception est essentiellement lié à l’enseignement de l’Église sur le péché originel, le péché des origines. Sans une puissante lumière venue de Dieu, et souvent venue par Marie notre Mère, il nous est difficile de comprendre la gravité du péché de nos premiers parents, des premiers humains. Alphonse Ratisbonne qui fut guéri de sa cécité spirituelle et de son athéisme par l’Immaculée elle-même (1), nous raconte comment l’apparition qu’il a eue de la Vierge Marie, lui a fait voir en un instant, la gravité du péché originel. Voici ses propres mots:

« Hélas ! tant d’hommes descendent tranquillement dans cet abîme les yeux fermés pas l’orgueil ou l’insouciance; … ils y descendent, ils s’engloutissent tout vivants dans les horribles ténèbres! … Et ma famille, ma fiancée, mes pauvres sœurs !!! Oh ! déchirante anxiété ! C’est à vous que je pensais, ô vous que j’aime ! c’est à vous que je donnais mes premières prières !..  Ne lèverez-vous pas les yeux vers le Sauveur du monde, dont le sang a effacé le péché originel ? Oh ! que l’empreinte de cette souillure est hideuse! Elle rend complètement méconnaissable la créature faite à l’image de Dieu.

On me demande comment j’ai appris ces vérités, puisqu’il est avéré que je jamais je n’ouvris un livre de religion, jamais je ne lus une seule page de la Bible, et que le dogme du péché originel, totalement oublié ou nié par les Juifs (Ratisbonne était Juif de naissance, mais n’était pas croyant), n’avait jamais occupé un instant ma pensée; je doute même d’en avoir connu le nom. Comment donc suis-je arrivé à cette connaissance?
Je ne saurais le dire. Tout ce que je sais, c’est qu’en entrant à l’église, j’ignorais tout; qu’en sortant, je voyais clair. »  (2)
Résultats de recherche d'images pour « Vierge Marie dessin »

Merci mon Dieu pour la Vierge Marie, merci pour son Immaculé Conception, merci de m’avoir fait connaître et aimé Marie de Nazareth, Mère du Sauveur du monde et notre Mère à tous.

À toi Marie, je dis un GRAND MERCI de t’être révélée à moi de diverses façons, en particulier depuis le jour où, à l’aube de mes vingt ans, j’ai commencé à te prier à tous les jours et à mettre le chapelet dans ma vie. Tu m’as conduit dans une Congrégation religieuse qui porte ton doux nom; tu m’as guidée et instruit jusqu’à ce jour et tu m’as sauvé la vie le 8 décembre 1997. Pour tout cela, et pour bien plus, je te suis très reconnaissant et j’ai hâte de t’embrasser pour te le signifier.

Ton fils qui t’aime,

Guy, omv    

(1)  Pour connaître un peu Alphonse Ratisbonne, veuillez consulter le blogue suivant:

Dieu ma joie: 20 janvier: apparition de la Vierge Marie

dieumajoie.blogspot.com/2015/01/20janvier-apparition-de-la-vierge-marie.html


(2) Conversion de M. Marie-Alphonse Ratisbonne: Relation authentique, ...
https://books.google.ca/books?id=zQ0kVt9UyvYC
Ne lèverez-vous pas les yeux vers le Sauveur du monde, dont le sang a effacé le péché originel ? Oh ! que l'empreinte de cette souillure est hideuse! Elle rend complétement méconnaissable la créature faite à l'image de Dieu. On me demande comment j'ai appris ces vérités, puisqu'il est avéré que jamais je n'ouvris un ...




jeudi 7 décembre 2017

Madeleine Renaud dit " La Vierge à midi "

Madeleine Renaud dit « La Vierge à midi »
Résultats de recherche d'images pour « Madeleine Renaud dit La Vierge à midi » 

Chers amis, pour chanter la gloire de Marie, la Vierge Immaculée en cette vigile de la solennité de l’Immaculée Conception, je ne vois rien de mieux que d’entendre « La Vierge à midi » de Paul Claudel, récité par cœur et avec cœur par la comédienne Madeleine Renaud. Paul Claudel a été converti par la Vierge Marie en la nuit de Noël de l'année 1886. Pour lire le récit autobiographique de la conversion de Claudel, voir mon blogue intitulé: "Célébrer l'Immaculée" (1)

Madeleine Renaud dit "La Vierge à midi" de Paul Claudel - Vidéo Ina.fr

www.ina.fr/video/I04321482
En présence de nombreux invités, dont Louis DE FUNES et Valérie MAIRESSE,Madeleine RENAUD ...

« Parce qu’Elle m’a sauvé » (2)
(Guy Simard, omv)  

La Vierge à midi

Il est midi. Je vois l'église ouverte. Il faut entrer.
Mère de Jésus-Christ, je ne viens pas prier.
Je n'ai rien à offrir et rien à demander.
Je viens seulement, Mère, pour vous regarder.
Vous regarder, pleurer de bonheur, savoir cela
Que je suis votre fils et que vous êtes là.
Rien que pour un moment pendant que tout s'arrête.
Midi !
Être avec vous, Marie, en ce lieu où vous êtes.
Ne rien dire, regarder votre visage,
Laisser le cœur chanter dans son propre langage.
Ne rien dire, mais seulement chanter parce qu'on a le cœur trop plein,
Comme le merle qui suit son idée en ces espèces de couplets soudains.
Parce que vous êtes belle, parce que vous êtes immaculée,
La femme dans la Grâce enfin restituée,
La créature dans son honneur premier et dans son épanouissement final,
Telle qu'elle est sortie de Dieu au matin de sa splendeur originale.
Intacte ineffablement parce que vous êtes la Mère de Jésus-Christ,
Qui est la vérité entre vos bras, et la seule espérance et le seul fruit.
Parce que vous êtes la femme, l'Eden de l'ancienne tendresse oubliée,
Dont le regard trouve le cœur tout à coup et fait jaillir les larmes accumulées,
Parce que vous m'avez sauvé, parce que vous avez sauvé la France,
Parce qu'elle aussi, comme moi, pour vous fut cette chose à laquelle on pense,
Parce qu'à l'heure où tout craquait, c'est alors que vous êtes intervenue,
Parce que vous avez sauvé la France une fois de plus,
Parce qu'il est midi, parce que nous sommes en ce jour d'aujourd'hui,
parce que vous êtes là pour toujours, simplement parce que vous êtes Marie, simplement parce que vous existez,
Mère de Jésus-Christ, soyez remerciée !

Paul Claudel
(extrait de "La Vierge à midi", Poèmes de Guerre, N.R.F., 1914-1915)



      dieumajoie.blogspot.com/2012/12/celebrer-limmaculee.html

(2) « En un sens, la Vierge Marie m’a sauvé la vie il y a de cela 20 ans » (Guy Simard, omv). Voir le blogue suivant: 2017: année de mes anniversaires





mardi 5 décembre 2017

Mon ami Nicholas

Mon ami Nicholas

J’aimerais vous parler aujourd’hui de mon ami Nicholas. Nicholas est un jeune trisomique de 17 ans qui habite tout près de chez moi et qui participe à la messe à chaque dimanche à 9h30 dans ma paroisse. Nicholas est arrivé à la paroisse il y a de cela environ un an.

Nicholas est pour moi une très grande joie; et pas seulement pour moi, mais aussi pour celle que je considère comme mon bras droit en paroisse, madame Christiane Gagnon. Christiane a d’ailleurs commencé à rencontrer Nicholas dans le but de lui faire aimer davantage Jésus. Mais l’humour de Dieu consiste en ceci: alors que nous nous proposons Christiane et moi de faire connaître et aimer Jésus à Nicholas, c’est lui qui nous évangélise, c’est lui qui nous apporte Dieu.

Dimanche dernier, il y a deux jours, Christiane et moi avons amené Nicholas au cinéma. Nous étions si heureux de passer du temps avec ce jeune. J’avais choisi un film d’animation sur le thème de Noël, qui passe en ce moment sur nos écrans et qui a pour titre: L’Étoile. Une fois arrivé au cinéma, je me suis rendu compte que les goûts de Nicholas sont pas mal différents de ceux auxquels je m’attendais. Et, à ma grande surprise, je me suis rendu compte que Nicholas a une grande culture cinématographique. Il était au courant de plusieurs films qui sont à l'affiche en ce moment ou qui arriveront sous peu sur nos écrans. Il m’a littéralement jeter à terre, comme on dit. Nous sommes quand même allés visionner L’Étoile, car le film qui intéressait davantage Nicholas, n’était présenté que deux heures plus tard. La prochaine fois, je demanderai à Nicholas quel film il désire voir. 

De retour du cinéma, la maman de Nicholas nous a invités à souper. Après le repas, Nicholas m’a tendu un morceau de papier en me disant que c’était pour moi. Je l’ai pris et, pensant que c’était quelque chose de personnel, je me suis dépêché de mettre le papier dans ma poche. Quand tout le monde, y compris Nicholas, était occupé ailleurs, j’en ai profité pour retirer de ma poche le billet de Nicholas et j’y ai lu ces mots écrits de sa main :

FILS DE DIEU      JÉSUS      CROIX

J’ai été profondément touché en lisant ces mots; et Christiane aussi quand je les lui ai montrés le jour suivant. Ce morceau de papier que Nicholas avait déchiré pour y écrire sa foi chrétienne, je le garde désormais dans mon bréviaire (mon livre de prière dans lequel je prie cinq fois par jour), un peu comme une relique.

Nicholas est allé quelques fois faire en partie le pèlerinage sur la route de Compostelle. Sa mère nous a confié à Christiane et à moi, que le seul moyen de faire en sorte que Nicholas sorte du lit et se mette en chemin, c’est de lui dire qu’il y aura une église à la prochaine halte.

Ce jeune est un mystère pour moi. Qu’est-ce qui l’attire tant chez Dieu, auprès de Dieu ??

Savez-vous pourquoi je vous écris ces lignes aujourd’hui? C’est en raison de la liturgie de l’Avent qui nous présentait les textes suivants à la messe d’aujourd’hui:


5 DÉCEMBRE 2017

 mardi, 1ère Semaine de l'Avent — 

PREMIÈRE LECTURE

« Sur lui reposera l’esprit du Seigneur » (Is 11, 1-10)
Lecture du livre du prophète Isaïe :
En ce jour-là,
un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David,
un rejeton jaillira de ses racines.
Sur lui reposera l’esprit du Seigneur :
esprit de sagesse et de discernement,
esprit de conseil et de force,
esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
– qui lui inspirera la crainte du Seigneur.
Il ne jugera pas sur l’apparence ;
il ne se prononcera pas sur des rumeurs.
Il jugera les petits avec justice ;

ÉVANGILE

« Jésus exulta de joie sous l’action de l’Esprit Saint » (Lc 10, 21-24)
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc :
À l'heure même, Jésus exulta de joie
sous l’action de l’Esprit Saint,
et il dit :
« Père, Seigneur du ciel et de la terre,
je proclame ta louange :
ce que tu as caché aux sages et aux savants,
tu l’as révélé aux tout-petits.
Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.