dimanche 15 juillet 2018

Homélie 15ème dimanche, année B

Homélie 15ème dimanche, année B 


Dans la vidéo ci-dessus, je mentionne le fait que c’est madame Georgette Blaquière qui, dans une vidéo un jour, m’a fait voir et réaliser la beauté, la profondeur et la vérité de cette phrase de saint Paul : 

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ ! … Il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour. » (Ep, 1, 3-4)
Et pourtant, saint Paul nous dit cette vérité de différentes manières. Je viens de me rendre compte de cela pour la première fois de ma vie cet après-midi en priant l’office du bréviaire qu’on appelle « none » (« none » est la « neuvième heure », ce qui correspond à 15h de l’après-midi). Voici la Parole de Dieu de l’office de none :

15 JUILLET 2018
 dimanche, 15ème Semaine du Temps Ordinaire — Année B

OFFICE DE NONE
PAROLE DE DIEU : 2 TM 1, 9
Dieu nous a sauvés, et il nous a donné une vocation sainte, non à cause de nos propres actes, mais à cause de son projet à lui et de sa grâce. Cette grâce nous avait été donnée dans le Christ Jésus avant tous les siècles.



vendredi 13 juillet 2018

Maxime Sauvé: le père de Danyk

Maxime Sauvé, le père de Danyk
Résultats de recherche d'images pour « Maxime Sauvé incendie »
Maxime Sauvé, le père de Danyk

Chers lecteurs et lectrices de ce blogue, 

C'est pour moi une grande joie de vous partager ce blogue. Dans deux de mes blogues, je vous ai parlé du jeune Danyk Sauvé (14 ans) mort dernièrement d'une tumeur au cerveau. J'ai eu l'honneur de célébrer les funérailles de Danyk (1). Les parents de Danyk, Maxime et Valérie, sont venus me rencontrer quelques jours avant les funérailles pour me parler de leur fils. J'ai été immédiatement touché par les qualités humaines de Danyk, telles que décrites par ses parents. Et j'ai aussi été frappé par la force d'âme des parents. J'ai écrit un autre blogue dans lequel je disais que je suis sùr que du haut du ciel, Danyk m'aide dans ma vie. Je lui ai même à cette occasion dédié en quelque sorte une de mes chansons préférées intitulée Wind Beneath My Wings, interprétée par Bette Midler (2). Dans cette chanson, il est dit: " Did I ever tell you you're my hero? " ("Est-ce que je t'ai déjà dit que tu es mon héros? "). 

Maintenant je dédie les mêmes paroles à Maxime, le père de Danyk: "Did I ever tell you you're my hero? "  Le dicton populaire est très vrai: " Tel père, tel fils ". 

Cher Maxime, bravo pour ce que vous avez fait. Sachez que je vous crois entièrement quand vous dites que Danyk était avec vous sur la route cette nuit-là et qu'il vous guidait là où il voulait que vous alliez. Vous m'avez écrit ces mots, via Messenger: "Danyk me donne des signes ". Oui, je le crois moi aussi. Continuez à être attentif aux signes que votre fils vous donne du haut du ciel. N'est-ce pas une preuve que le ciel existe et que Danyk y est; et y est parfaitement heureux?

Logo
Incendie: son courage évite un drame à Pointe-aux-Trembles
Par Amélie Gamache Avenir de l'Est 

L’incendie s’était déclaré au dernier étage du 585, 26e Avenue, quelques minutes avant l’arrivée de Maxime Sauvé, qui a passé par le balcon pour accéder aux flammes.

Lorsque Maxime Sauvé a enfourché son vélo, la nuit du samedi 7 juillet, il croyait profiter d’une paisible promenade nocturne. Au détour de la 27e avenue, il s’est plutôt retrouvé, extincteur en main, au milieu d’un immeuble en flammes, réveillant les résidants endormis.

« Je roulais sur Notre-Dame lorsque j’ai senti le feu; la rue était pleine de fumée, raconte le héros du jour. J’ai été surpris d’être le premier sur les lieux, il n’y avait personne du tout. » Après avoir appelé les services d’urgences, il a tenté de pénétrer dans le bâtiment pour réveiller les résidants. «La porte était barrée, mais j’avais accès aux sonnettes, j’ai sonné et crié jusqu’à ce qu’on m’ouvre». Mais ses faits d’armes ne s’arrêtent pas là. « J’ai pris l’extincteur et suis monté au 3e étage, raconte-t-il. J’ai essayé de défoncer la porte de l’appartement en feu, mais elle restait fermée ».

La voisine, une dame de 88 ans, lui a ouvert la porte de son appartement. «Je suis passé par le balcon de cette voisine pour accéder au balcon de l’appartement en feu, et j’ai réussi à y défoncer la porte, résume M. Sauvé. Personne n’était présent dans l’appartement. « J’ai ouvert la porte de la pièce du foyer d’incendie, j’ai vidé l’extincteur, en vain. » Les flammes prenant de l’ampleur, l’homme a décidé de quitter l’appartement, mais la porte est restée bloquée. « J’ai donc dû ressortir par le balcon. Juste comme je sortais, une grosse boule de feu est passée par la porte du balcon; quelques secondes de plus et je ne serais pas là pour raconter l’histoire. » L’homme a ensuite aidé la dame âgée de l’appartement voisin à sortir, en s’assurant que tout le monde était sorti.

L’humilité du héros

Sylvie Milot dormait avec son mari lorsque Maxime Sauvé est entré dans l’immeuble. «Il cognait à toutes les portes. C’est grâce à lui qu’on est vivants», raconte-t-elle, encore émotive. La femme affirme qu’elle vouera une reconnaissance éternelle à Maxime Sauvé. «Ma fille vient de perdre son père, et M. Sauvé vient permettre que le seul parent qui lui reste soit en vie. J’avais également l’urne de son papa chez moi. Que dire de plus?» Mme Milot affirme avoir été impressionnée par l’attitude de celui qu’elle qualifie de héros: «Il était très calme. Lorsque nous étions à l’extérieur, les gens ne réalisaient pas que c’était lui qui venait de sauver tout le monde!»

Lorsque mis au courant des éloges, Maxime Sauvé a affirmé être convaincu que tous auraient agi ainsi. « Je suis surpris de tous les commentaires. Je suis fier, bien sûr, mais je n’ai fait que ce que j’avais à faire. J’ai tendance à minimiser ce que j’ai fait: je suis arrivé en premier, mais les voisins ont aidé aussi. »

Une cause inconnue

Selon le Service de sécurité incendie de Montréal, les causes de l’incendie sont toujours sous enquête.
Le feu n’a causé aucun blessé, mais plus de 100 000$ de dommages; 3 appartements demeurent pour le moment inhabitable. Huit personnes ont dû être relocalisées. L’intervention a nécessité le déploiement de plus d’une quarantaine de pompiers, qui ont eu besoin de plus de 1h30 pour maîtriser les flammes.

L’ange qui l’accompagnait

Maxime Sauvé a perdu son fils Danyk, 13 ans, le 25 mai dernier, après un long combat contre un glioblastome multiforme de stade 4, une tumeur au cerveau. « Je suis convaincu que Danyk tirait les ficelles », affirme le père. Sa promenade nocturne est un rituel qui lui permet de parler à son fils, et de se retrouver avec lui-même. « Mais je ne passe habituellement pas dans ce coin, c’est assez spécial. Je crois que c’est lui qui m’a montré le chemin. »

De plus, le héros du jour a composé le 911 à 1h34 du matin. Son fils, joueur du hockey et capitaine de son équipe, portait le numéro 34. « Lors de mes promenades, je demande à mon fils de m’envoyer des signes. C’est peut-être une coïncidence, mais…»

Pendant le combat de l’enfant, plusieurs personnes sur les réseaux sociaux ont d’ailleurs changé leur photo de profil pour un autocollant du numéro 34 de celui qui était «le fils de tout Pointe-aux-Trembles depuis 2 ans», selon son père. Certains l’ont fait dans les derniers jours pour rendre hommage au père, et à l’ange qui a guidé ses actes. Il admet volontiers que le souvenir de son fils a été un facteur qui l’a poussé à l’action. « La minute que j’ai vu les flammes, il était clair que je n’attendais pas les pompiers. Si je peux faire quelque chose pour éviter à quelqu’un de perdre un enfant et de vivre ce que j’ai vécu, je n’hésiterai sûrement pas! ».

Incendie: son courage évite un drame à Pointe-aux-Trembles | Métro

journalmetro.com/.../incendie-son-courage-evite-un-drame-a-pointe-aux-trembles/

(1) J'ai parlé de Danyk pour la première fois sur mon blogue dans l'article suivant: 

Dieu ma joie: Fr Kelly chante pour la demi-finale

dieumajoie.blogspot.com/2018/06/fr-kelly-chante-pour-la-demi-finale.html

(2) Dieu ma joie: "Wind Beneath My Wings"

dieumajoie.blogspot.com/2018/06/wind-beneath-my-wings.html













jeudi 12 juillet 2018

L'orgueil: grand obstacle à l'amour


L’orgueil: grand obstacle à l’amour   
 Résultats de recherche d'images pour « Orgueil »

« Être charitable, c’est avoir été blessé de la blessure de l’autre. » (Abbé Pierre, Les pensées)  

Notre pape François nous a écrit dernièrement une exhortation sur l’appel à la sainteté dans le monde actuel (1). J’aime beaucoup les mots « dans le monde actuel ». Le pape a vraiment les deux pieds ancrés dans la réalité. Dans son exhortation, François (comme il aime lui-même se présenter), nous dit d’ailleurs que « le christianisme est principalement fait pour être pratiqué, et s’il est objet de réflexion, ceci n’est valable que quand il nous aide à incarner l’Évangile dans la vie quotidienne » (Gaudete et exultate, no. 109).  

Dans le quatrième chapitre de son exhortation, le pape donne cinq caractéristiques de la sainteté dans le monde actuel. La première caractéristique que le pape mentionne et développe montre de façon assez extraordinaire à mes yeux que L’ORGUEIL EST LE GRAND OBSTACLE À L’AMOUR ET À LA VIE FRATERNELLE. Il est très facile pour moi de constater que dans ma vie personnelle, il en est ainsi et je crois sincèrement que cet énoncé est universel. Voici quelques extraits de l’exhortation du pape :

112. La première de ces grandes caractéristiques, c’est d’être centré, solidement axé sur Dieu qui aime et qui soutient. Grâce à cette force intérieure, il est possible d’endurer, de supporter les contrariétés, les vicissitudes de la vie, et aussi les agressions de la part des autres, leurs infidélités et leurs défauts : « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » (Rm 8, 31). Voilà la source de la paix qui s’exprime dans les attitudes d’un saint. Grâce à cette force intérieure, le témoignage de sainteté, dans notre monde pressé, changeant et agressif, est fait de patience et de constance dans le bien. C’est la fidélité de l’amour, car celui qui s’appuie sur Dieu (pistis) peut également être fidèle aux frères (pistós) ; il ne les abandonne pas dans les moments difficiles, il ne se laisse pas mener par l’anxiété et reste aux côtés des autres même lorsque cela ne lui donne pas de satisfactions immédiates.

113. Saint Paul invitait les Romains à ne « rendre à personne le mal pour le mal » (Rm 12, 17), à ne pas vouloir se « faire justice à [eux]-mêmes » (v. 19), et à ne pas se laisser vaincre par le mal, mais à être vainqueurs « du mal par le bien » (v. 21). Cette attitude n’est pas un signe de faiblesse mais de la vraie force, car Dieu lui-même « est lent à la colère, mais grand par sa puissance » (Na 1, 3). La Parole de Dieu nous met en garde : « Aigreur, emportement, colère, clameurs, outrages, tout cela doit être extirpé de chez vous, avec la malice sous toutes ses formes » (Ep 4, 31).

114. Il nous faut lutter et être attentifs face à nos propres penchants agressifs et égocentriques pour ne pas permettre qu’ils s’enracinent : « Emportez-vous, mais ne commettez pas le péché : que le soleil ne se couche pas sur votre colère » (Ep 4, 26). Quand des circonstances nous accablent, nous pouvons toujours recourir à l’ancre de la supplication qui nous conduit à demeurer encore dans les mains de Dieu et près de la source de la paix : « N’entretenez aucun souci ; mais en tout besoin recourez à l’oraison et à la prière, pénétrées d’action de grâces, pour présenter vos requêtes à Dieu. Alors la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, prendra sous sa garde vos cœurs et vos pensées » (Ph 4, 6-7).

116. La force intérieure qui est l’œuvre de la grâce nous préserve de la contagion de la violence qui envahit la vie sociale, car la grâce apaise la vanité et rend possible la douceur du cœur. Le saint ne consacre pas ses énergies à déplorer les erreurs d’autrui ; il est capable de faire silence devant les défauts de ses frères et il évite la violence verbale qui dévaste et maltraite, parce qu’il ne se juge pas digne d’être dur envers les autres, mais il les estime supérieurs à lui-même (cf. Ph 2, 3).

117. Il n’est pas bon pour nous de regarder de haut, d’adopter la posture de juges impitoyables, d’estimer les autres indignes et de prétendre donner des leçons constamment. C’est là une forme subtile de violence[95]. Saint Jean de la Croix proposait autre chose : « Préfère être enseigné de tout le monde que d’instruire le moindre de tous »[96]. Et il ajoutait un conseil pour tenir éloigné le démon : « [...| Te réjouir du bien d’autrui comme du tien propre, [...] désirer que les autres te soient préférés en toutes choses, le désirer, dis-je, très sincèrement. De cette façon, tu surmonteras le mal par le bien, tu repousseras le démon loin de toi, tu auras le cœur dans la joie. Et tout cela, tu chercheras à l’exercer envers les personnes qui te reviendront le moins. Sache que si tu n’en viens là, tu n’arriveras pas à la parfaite charité, et que même tu n’en approcheras point »[97].

118. L’humilité ne peut s’enraciner dans le cœur qu’à travers les humiliations. Sans elles, il n’y a ni humilité ni sainteté. Si tu n’es pas capable de supporter et de souffrir quelques humiliations, tu n’es pas humble et tu n’es pas sur le chemin de la sainteté. La sainteté que Dieu offre à son Église vient à travers l’humiliation de son Fils. Voilà le chemin ! L’humiliation te conduit à ressembler à Jésus, c’est une partie inéluctable de l’imitation de Jésus-Christ : « Le Christ […] a souffert pour vous, vous laissant un modèle afin que vous suiviez ses traces » (1 P 2, 21). Pour sa part, il exprime l’humilité du Père qui s’humilie pour marcher avec son peuple, qui supporte ses infidélités et ses murmures (cf. Ex 34, 6-9 ; Sg 11, 23-12, 2 ; Lc 6, 36). C’est pourquoi les Apôtres, après l’humiliation, étaient « tout joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le Nom de Jésus » (Ac 5, 41).



mercredi 11 juillet 2018

Frida Boccara: " La prière "


 Frida Boccara: “ La prière ”
Résultats de recherche d'images pour « Francis Jammes »  Résultats de recherche d'images pour « Frida Boccara »
       Francis Jammes            Frida Boccara     

Francis Jammes, né à Tournay (Hautes-Pyrénées) le 2 décembre 1868 et mort à Hasparren (Basses-Pyrénées, aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques) le 1er novembre 1938, est un poète, romancier, dramaturge et critique français. Il passa la majeure partie de son existence dans le Béarn et le Pays basque, principales sources de son inspiration. (Tiré de Wikipédia)
  

Frida Boccara - La Prière - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=euFSY52JLEs
11 févr. 2015 - Téléversé par Art Lab Studio
Frida Boccara - La Prière "Copyright Disclaimer Under Section 107 of the Copyright Act 1976 ...

La prière 

(Poème de Francis Jammes)

Par le petit garçon qui meurt près de sa mère
Tandis que des enfants s'amusent au parterre ;
Et par l'oiseau blessé qui ne sait pas comment
Son aile tout à coup s'ensanglante et descend
Par la soif et la faim et le délire ardent
Je vous salue, Marie. 

Par les gosses battus par l'ivrogne qui rentre,
Par l'âne qui reçoit des coups de pied au ventre
Et par l'humiliation de l'innocent châtié,
Par la vierge vendue qu'on a déshabillée,
Par le fils dont la mère a été insultée
Je vous salue, Marie. 

Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids,
S'écrie : "Mon Dieu ! " Par le malheureux dont les bras
Ne purent s'appuyer sur une amour humaine
Comme la Croix du Fils sur Simon de Cyrène
Par le cheval tombé sous le chariot qu'il traîne
Je vous salue, Marie. 

Par les quatre horizons qui crucifient le Monde,
Par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe,
Par ceux qui sont sans pieds, par ceux qui sont sans mains,
Par le malade que l'on opère et qui geint
Et par le juste mis au rang des assassins
Je vous salue, Marie. 

Par la mère apprenant que son fils est guéri,
Par l'oiseau rappelant l'oiseau tombé du nid,
Par l'herbe qui a soif et recueille l'ondée,
Par le baiser perdu par l'amour redonné,
Et par le mendiant retrouvant sa monnaie :
Je vous salue, Marie. 



mardi 10 juillet 2018

Le Sang de Jésus

Le Sang de Jésus
Résultats de recherche d'images pour « The Passion of the Christ, Mary wiping the blood of Jesus »
Scène du film La Passion du Christ de Mel Gibson

Le mois de juillet est dédié au Précieux Sang, au Sang de Jésus. Sans vouloir faire de la spiritualité chrétienne une spiritualité trop corporelle, je dirais qu’il fait bon d’honorer le Sang de Jésus durant le mois qui suit immédiatement le mois du Sacré-Cœur de Jésus (le mois de juin). Car cœur et sang sont intimement liés dans le corps humain, mais aussi dans la tradition chrétienne. Le cœur est l'organe du corps humain qui pompe et propulse le sang; et du Cœur de Jésus sur la croix, il sortit du sang et de l’eau (Jn 19, 34). L’évangéliste Jean nous dit que la lance du soldat romain transperça le « côté » de Jésus mais les papes et la tradition catholique ont toujours cru et enseigné que le cœur de Jésus fut transpercé par la lance. Cet événement historique est d’ailleurs le fondement biblique de la dévotion au Sacré-Cœur.

Le sang dans la Bible, est l’image par excellence de la vie. Pour nous, le sang a une connotation un peu morbide, mais non pas pour le peuple juif, ni pour la tradition chrétienne. Le sang, c’est la vie; la vie du corps humain, la vie du Corps qu’est l’Église.  

 « Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit, le leur donna, et dit : « Prenez, ceci est mon corps. » Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude. » (Mc 14, 22-24)
« Vous le savez : ce n’est pas par des biens corruptibles, l’argent ou l’or, que vous avez été rachetés de la conduite superficielle héritée de vos pères; mais c’est par un sang précieux, celui d’un agneau sans défaut et sans tache, le Christ. » (1 Pi 1, 18-19)
Ceux et celles qui lisent assidûment mon blogue, savent que ma sainte préférée est sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face. Je viens de découvrir grâce à la vidéo mise ci-dessous (1)que le sang de Jésus est à la source en quelque sorte, du cœur missionnaire de Thérèse. Dans la vidéo, le Père Conrad De Meester, Carme et spécialiste de Thérèse, répond à la question que l'animateur lui pose: "Comment se fait-il que Thérèse ait été proclamée patronne des missions au même titre que saint François Xaxvier, sj, alors qu'elle n'a jamais quitté les murs de son couvent?"

Le Père De Meester répond ceci: 

" Oui, c'est vrai, mais son âme est très missionnaire; sa foi est très missionnaire. Elle croit si vous voulez, que la prière, l'amour au fond, l'amour animé par la prière et même le sacrifice vécu avec amour, c'est fécond pour l'Église. Et surtout la prière, si vous voulez. Je suis toujours frappé quand je lis le Pater (le Notre Père) que Jésus nous a appris à demander "que votre règne vienne", "que ton règne vienne". Donc si Jésus ne croit pas que la prière puisse faire venir en quelque sorte le royaume de Dieu en ce monde, il nous a appris quelque chose d'inutile, qui n'est pas vrai. Or c'est impensable. C'est quand même un argument très fort: que Jésus nous a appris à prier "que votre règne vienne". 

L'animateur de l'émission dit alors au Père De Meester: "Je n'ai pas été complètement honnête car Thérèse a quand même un peu voyagé; elle est allée à Rome." Ce à quoi le Père de Meester répond: 

" Oui, elle a été à Rome. Ce n'était pas un voyage missionnaire, mais déjà à ce moment là son coeur commençait à voyager dans le monde entier parce que c'était juste quelques mois après sa grâce fondatrice quand un jour après la messe, elle voit sur une image comment le sang coule de la main du Crucifié et personne n'est là pour recueillir ce sang qui tombe par terre. Et Thérèse prend la résolution de rester au pied de la croix et de recueillir ce sang pour l'offrir aux âmes. C'est là que vraiment son coeur devient missionnaire. Et c'est pour cela aussi qu'elle voulait aller au Carmel (le Carmel qui était animé par un grand élan apostolique de Thérèse d'Avila) pour être mère des âmes, pour être missionnaire par sa prière et le don de soi-même dans l'amour. 

Écoutons Thérèse; ou plutôt lisons Thérèse :

" Un Dimanche, en regardant une photographie de Notre-Seigneur en Croix, je fus frappée par le sang qui tombait d’une de ses mains Divines, j’éprouvai une grande peine en pensant que ce sang tombait à terre sans que personne ne s’empresse de le recueillir, et je résolus de me tenir en esprit au pied de la Croix pour recevoir la Divine rosée qui en découlait, comprenant qu’il me faudrait ensuite la répandre sur les âmes. Le cri de Jésus sur la Croix retentissait aussi continuellement dans mon cœur: « J’ai soif ! ». Ces paroles allumaient en moi une ardeur inconnue et très vive. Je voulais donner à boire à mon Bien-Aimé et je me sentais moi-même dévorée de la soif des âmes. Ce n’était pas encore les âmes de prêtres qui m’attiraient, mais celles des grands pécheurs: je brûlais du désir de les arracher aux flammes éternelles." (Manuscrit autobiographique A, 45v)

À cet égard, jetez un coup d'oeil sur la vidéo suivante où est reproduite une des scènes que je préfère dans le film de Mel Gibson: La Passion du Christ. Cette scène suit immédiatement les terribles images de la flagellation de Jésus à la colonne que vous pouvez voir sur la vidéo. L'épouse de Pilate tend des linges à la Vierge Marie et celle-ci, accompagnée de Marie-Madeleine, va en quelque sorte recueillir le sang de Jésus qui a été répandu abondamment sur le sol.

The Passion of the Christ Wiping The Blood Off The Floor with the ...

https://www.youtube.com/watch?v=0DXrQrNUKX8
3 juin 2017 - Téléversé par Lilley Redman
The Passion of the Christ Wiping The Blood Off The Floor with the Cloths Scene from the passion of the christ ...

Pour terminer ce blogue, je vous invite à prier cette merveilleuse prière de saint Ignace de Loyola :

Âme du Christ, sanctifie-moi
Corps du Christ, sauve-moi
Sang du Christ, enivre-moi
Eau du côté du Christ, lave-moi
Passion du Christ, fortifie-moi
Ô bon Jésus, exauce-moi
Dans tes blessures, cache-moi
Ne permets pas que je sois séparé de Toi
Contre l'ennemi perfide, défends-moi
À l'heure de ma mort, appelle-moi
Ordonne-moi de venir à Toi
Pour qu'avec tes saints je Te loue
Dans les siècles des siècles
Amen.

(Saint Ignace de Loyola, les Exercices spirituels,  prière finale)


(1) Thérèse de Lisieux, docteur de l'église - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=SspRa1mJzCg

15 mars 2012 - Téléversé par KTOTV
Emission du 21/10/2007.