dimanche 30 avril 2017

Est-ce que les chiens vont au ciel ?

Est-ce que les chiens vont au ciel ?
 Résultats de recherche d'images pour « Un homme et son chien »

Bonjour chers amis! Bon dimanche! Le dimanche est le jour du Seigneur, le jour du repos et de la détente. Il faut essayer de mettre nos problèmes de côté et apprécier les joies simples de la vie et les joies extraordinaires que nous procure l’amitié divine.

Voici donc un blogue qui va dans cette ligne. Un blogue qui semble plus léger, mais qui de fait ne l’est pas. C’est au contraire, selon moi, un blogue très profond.

Vous devez être étonnés parfois des questions qui montent dans votre cœur et même sur vos lèvres. Avouez bien honnêtement que la plupart d’entre vous (et je serais porté à penser que tous parmi vous) se sont posés au moins une fois dans leur vie la question que vous avez lue il y a un instant: « Est-ce que les chiens vont au ciel ?».

Comme vous le savez, si vous lisez tous mes blogues, je lis en déjeunant (au petit déjeuner, pour vous mes amis Français). En ce moment, je lis le livre de Mme Odile Haumonté, intitulé: « Au quotidien avec l’Esprit Saint ». Le temps de Pâques est le temps par excellence de l’Esprit. Je tenais à lire un livre sur l’Esprit Saint. Le livre de Mme Haumonté me convient parfaitement en ce moment. D’ailleurs cette chère dame est en train de devenir un de mes auteurs préférés, ce que vous savez déjà si vous lisez tous mes blogues. Quand j’emploie les mots « si vous lisez tous mes blogues », je blague, évidemment (blague et blogue vont d'ailleurs bien ensemble). J’ai écrit jusqu’à maintenant 732 blogues. Je me doute bien que personne d'entre vous a eu le temps de lire tous ces blogues. Je trouve extraordinaire toutefois le fait que l’internet offre la possibilité de conserver tous ces blogues. Je ne les ai même pas conservés moi-même, mais le blogue les conserve tous. Vous pouvez lire les titres des 732 blogues en consultant les « archives du blog ». En passant, il semble qu’en français, on doive écrire « blogue » et non pas « blog ». C’est probablement une façon de nous démarquer de l’anglais.

Je disais donc que madame Odile Haumonté est devenue un de mes auteurs préférés. Cette dame s’intéresse à tout: au cinéma, au rap, à la nature, à la spiritualité, etc. Elle a un magnifique don d’écriture et nous partage tout de façon très personnelle. Voici quelque lignes d’elle que j’ai lues ce matin:

« Mes enfants (cette dame a quatre enfants) me demandaient souvent si les chiens ou les cochons-dindes allaient au paradis. La question peut sembler embarrassante si on cherche à lui accoler la notion d’âme immortelle et plus encore celle du baptême comme visa pour le paradis, mais au fond, elle est très simple: si les fleurs, les papillons et les ânes ne nous suivent pas dans l’autre vie, alors il faut imaginer un paradis en béton! Pourquoi ne retrouverions-nous pas notre chien au Ciel puisqu’à sa manière de chien, il nous a aimés ici-bas? Le Ciel ne sera pas moins beau que la Terre, donc il y aura bien au Ciel des roses et leur parfum, des chants d’oiseaux, le lion couché près de l’agneau, les ruisseaux et les prairies, le goût des fraises. Humains, animaux, plantes et minéraux seront réconciliés dans une paix sans fin. N’est-ce pas ce que nous murmurent certains paysages grandioses, certains couchers de soleil ou les parfums entêtants des soirs d’été? » (1)

J’avoue que je suis d’accord en grande partie avec ce que pense et écrit Mme Haumonté. Je sais très bien, d’une part, que le ciel, ce n’est pas la terre et que Jésus ne nous a presque rien dit sur le ciel, précisément parce que ce sera tellement nouveau, qu’on ne pourrait pas comprendre ce qu’Il nous en aurait dit; mais d’autre part, je sais aussi ce qu’a écrit le grand saint Paul, dans sa Lettre aux Romains:

« La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu. Car la création a été soumise au pouvoir du néant, non pas de son plein gré, mais à cause de celui qui l’a livrée à ce pouvoir. Pourtant, elle a gardé l’espérance d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu. Nous le savons bien, la création tout entière gémit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore. Et elle n’est pas seule. Nous aussi, en nous-mêmes, nous gémissons ; nous avons commencé à recevoir l’Esprit Saint, mais nous attendons notre adoption et la rédemption de notre corps. » (Romains 8, 19-23)
Ces paroles de saint Paul sont très étonnantes, mais aussi très éclairantes: « la création a gardé l’espérance d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté et la gloire donnée aux enfants de Dieu ».
Mme Haumonté a raison de nous mettre en garde contre la tentation de tout « raisonner » quand nous parlons des choses de Dieu et des plans divins. Le principal langage de Dieu, est le langage de l’amour. On parle souvent du chien comme étant « l’ami fidèle de l’homme ». Je connais un couple qui est marié depuis au-delà de 25 ans. C’est un couple qui s’aime beaucoup. Ce couple avait un chien qui vient de mourir après avoir mené la « vie commune » avec ce couple durant dix-sept ans. Je vois souvent la femme de ce couple. Elle a vécu un véritable deuil suite au départ de leur chien. Je vois aussi un homme de plus de soixante-dix ans, venir deux fois par jour dans le parc adjacent à notre terrain, en compagnie de son chien. Cet homme passe des heures par jour à cet endroit, à contempler le fleuve Saint-Laurent et à bavarder avec des amis ou des passants. Cet homme avait un très beau chien, mais ce chien est décédé, il y de cela un an environ. Ce chien a été remplacé par un autre chien, beaucoup moins beau, mais beaucoup plus docile et aimable. Car, ne nous y trompons pas: quand nous disons que les animaux aiment, nous disons la vérité. Et très souvent le chien est le seul être sur cette terre qui ait su témoigner de l’amour inconditionnel de Dieu pour son maître. Car voilà la grande qualité du chien: il sait instinctivement aimer inconditionnellement sont maître, si ce dernier l'aime le moindrement. Que le maître entre joyeux à la maison ou l’air maussade, le chien l’aimera autant et le lui montrera de façon tangible. Si le maître vient à contracter une maladie incurable, le chien devinera ce qui se passe et montrera encore plus d’affection envers son maître bien aimé, et de façons inhabituelles et surprenantes. Et vous croyez que les personnes qui n’ont goûté l’amour inconditionnel de Dieu qu’à travers leur chien, ne retrouveront pas leur chien bien aimé au Ciel ????
La liturgie catholique nous invite à dépasser nos catégories rationnelles pour parler de Dieu et de la louange qui lui est due. Le dimanche matin, aux Laudes (office du matin dans le bréviaire appelé aussi: "Prière du Temps Présent"), nous prions un cantique tiré du livre de Daniel dans la Bible. Nous attribuons clairement une attitude « humaine » de louange aux animaux et même aux végétaux:
62 Et vous, le soleil et la lune,
bénissez le Seigneur,
63 et vous, les astres du ciel,
bénissez le Seigneur,
64 vous toutes, pluies et rosées,
bénissez le Seigneur !

65 Vous tous, souffles et vents,
bénissez le Seigneur,
66 et vous, le feu et la chaleur,
bénissez le Seigneur,
67 et vous, la fraîcheur et le froid,
bénissez le Seigneur !

68 Et vous, le givre et la rosée,
bénissez le Seigneur,
69 et vous, le gel et le froid,
bénissez le Seigneur,
70 et vous, la glace et la neige,
bénissez le Seigneur !

71 Et vous, les nuits et les jours,
bénissez le Seigneur,
72 et vous, la lumière et les ténèbres,
bénissez le Seigneur,
73 et vous, les éclairs, les nuées,
bénissez le Seigneur :
A lui, haute gloire, louange éternelle !

74 Que la terre bénisse le Seigneur :
A lui, haute gloire, louange éternelle !

75 Et vous, montagnes et collines,
bénissez le Seigneur,
76 et vous, les plantes de la terre,
bénissez le Seigneur,
77 et vous, sources et fontaines,
bénissez le Seigneur !

78 Et vous, océans et rivières,
bénissez le Seigneur,
79 baleines et bêtes de la mer,
bénissez le Seigneur,
80 vous tous, les oiseaux dans le ciel,
bénissez le Seigneur,
81 vous tous, fauves et troupeaux
bénissez le Seigneur :
A lui, haute gloire, louange éternelle !

82 Et vous, les enfants des hommes,
bénissez le Seigneur :
A lui, haute gloire, louange éternelle !

83 Toi, Israël,
bénis le Seigneur,
84 Et vous, les prêtres,
bénissez le Seigneur,
85 vous, ses serviteurs,
bénissez le Seigneur !

86 Les esprits et les âmes des justes,
bénissez le Seigneur,
87 les saints et les humbles de coeur,
bénissez le Seigneur,
88 Ananias, Azarias et Misaël,
bénissez le Seigneur :
A lui, haute gloire, louange éternelle !

Bénissons le Père, le Fils et l'Esprit Saint :
A lui, haute gloire, louange éternelle !              
(Tiré du Cantique des trois enfants -Ananias, Azarias et Misaël -  dans le livre de Daniel, chapitre 3, versets 62 à 88)
Et tout cela ne continuerait pas au Ciel ????

(1)
 Résultats de recherche d'images pour « Odile Haumonté Au quotidien avec l'Esprit Saint »





vendredi 28 avril 2017

Fatima: signe grandiose pour notre temps

Fatima: signe grandiose pour notre temps
 Image associée

« Un signe grandiose apparut dans le ciel: une Femme ayant le soleil pour manteau » (Apocalypse 12, 1)

Dans quelques jours, nous célébrerons le centième anniversaire du début des apparitions de la Vierge Marie à Fatima, le 13 mai 1917. Il est de coutume de célébrer des anniversaires. Nous fêtons cette année le 375ème anniversaire de la fondation de la ville de Montréal. Je me demande combien d’hommes et de femmes célébreront le centième anniversaire de la venue sur terre de notre Mère du ciel, le 13 mai prochain. Pourtant, s’il y a eu un événement important et marquant pour l’histoire contemporaine, c’est bien la venue de la Vierge Marie à Fatima en 1917. Les messages et les avertissements que la Mère de Dieu et la Mère des hommes a donnés au monde entier, dans un coin perdu du Portugal, figurent parmi les paroles les plus bouleversantes, les plus percutantes, et les plus importantes que je connaisse.  

Fatima me fait penser à Nazareth avant la venue du Messie. Un coin perdu, sans importance. C’est toujours la même logique divine: les humbles seront exaltés et les puissants seront rabaissés. Quand? Le jour viendra où cette vérité sautera aux yeux de tous. Heureux alors seront les pauvres en esprit, les doux, les affamés de justice et les persécutés pour avoir cru en Jésus et l’avoir aimé.

La Dame apparue le 13 mai 1917, a dit qu’Elle venait du Ciel. Lucie, la plus âgée des trois voyants a alors demandé si elle et ses deux amis iraient au ciel un jour. La Vierge lui a répondu que Jacinthe et François iraient bientôt au ciel, mais que Lucie, quant à elle, devra patienter. Ce fut la première des prophéties de la Vierge à Fatima. Et l’histoire prouve que cette prophétie s’est avérée. François mourra deux ans après les apparitions, à l’âge de 10 ans et Jacinthe mourra trois ans après les apparitions, à l’âge de 9 ans. Tous deux sont morts de la grippe espagnole; tous deux seront canonisés par le pape François à Fatima, le 13 mai prochain. Lucie est décédée en  2005, à l’âge de 97 ans.  

La Vierge de Fatima a fait une autre prophétie qui s’est réalisée. Seule une Dame venant du Ciel pouvait alors dévoiler le futur avec autant de précision. L’année même de la révolution bolchévique (1917) en Russie, et en pleine première guerre mondiale, la Vierge a annoncé que si le monde ne se convertissait pas, une deuxième guerre pire que la première verra le jour et la Russie répandra ses erreurs. Voilà deux autres prophéties qui se sont malheureusement réalisées. Une Dame vient du ciel pour annoncer à l’avance les deux pires fléaux qui se sont produits au XXème siècle, et nous faisons la sourde oreille. On a préféré croire que c'était là des balivernes, des contes de fées, et on a subi les conséquences de nos manques de foi, de nos endurcissements et de notre indocilité. Hitler a répandu la terreur et a déclenché la deuxième guerre mondiale et la Russie a répandu le communisme sur la planète. Le « peuple à la nuque raide » n’est pas seulement chose du passé, n’est pas que l’apanage des Juifs de l’Ancien Testament.  

La Vierge Marie a aussi mis en garde l’humanité contre un fléau bien pire qu’une guerre mondiale. Elle nous a prévenus, nous ses enfants, du plus grand danger que nous courons: la damnation éternelle. Marie, dans sa grande Miséricorde envers la personne humaine, est allée jusqu’à montrer l’enfer à trois enfants, le 13 juillet 1917. Les enfants ont vu les flammes de l’enfer et les êtres qui s'y trouvaient. Lucie a témoigné du fait qu'elle pouvait clairement distinguer les démons des êtres humains qui souffraient en enfer. Elle a aussi avoué que si la Vierge Marie ne leur avait pas assuré qu’ils iraient tous les trois au ciel, elle serait morte de peur ce jour-là. Les pénitences extraordinaires que se sont volontairement infligées les trois enfants de Fatima après les apparitions, ne peuvent s’expliquer que par la vision qu’ils ont eue de l’enfer. Mais encore là, l’être humain, fier héritier du « siècle des lumières », préfère reléguer cette vision au rang des contes pour enfants ou des mythes pour grandes personnes. Mais le danger est bien réel et Dieu a envoyé sa Mère sur terre pour nous en avertir. La Vierge Marie a même enseigné ce jour-là une prière aux trois enfants. La voici: « Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés; préservez-nous du feu de l’enfer, et conduisez au ciel toutes les âmes, spécialement celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde ». Quelle grâce nous avons, de pouvoir réciter à chaque jour une prière qui est sortie du cœur de la Vierge Marie et qu’elle a daigné nous enseigner!

Ce même jour, le 13 mai 1917, Lucie, voyant que plusieurs personnes ne croyaient pas aux apparitions de la Vierge, a demandé à la Dame venue du ciel de faire un miracle pour que tous croient. Marie a fait une dernière prophétie; Elle a promis qu’Elle « ferait un miracle en octobre que tous pourront voir pour croire ». Le 13 octobre 1917, le prodige céleste, appelé « Miracle du soleil »  a eu lieu aux yeux de 50,000 personnes. La Vierge ouvrit les mains et les dirigea vers le soleil; celui-ci se mit à danser dans les cieux et à soudainement tourner de manière vertigineuse sur lui-même; puis il a semblé s’approcher de la terre. Tous furent terrorisés et on cru vivre la fin du monde. Le sol trempé par les pluies diluviennes de la journée et les vêtements des personnes, furent asséchés en un instant. Ce miracle extraordinaire fut documenté dans les journaux de l’époque et pourtant tous ne crurent pas. Et pourtant tous ne croient toujours pas.  

Remercions la Vierge Marie d’être venue nous visiter en 1917. Redisons-lui notre amour et demandons lui de nous aider à obéir à ses recommandations.
Image associée
 Le jour du "Miracle du soleil", photos de l'époque: 13 mai 1917

Résultats de recherche d'images pour « le miracle du soleil 1917 »


Voici un site complet sur les apparitions:

Notre-Dame de Fatima : chronologie des apparitions

www.fatima.be/fr/fatima/vision/marie.php

Voici ce que pense l'Église de ces apparitions: 

Le Message de Fatima

www.vatican.va/roman.../rc_con_cfaith_doc_20000626_message-fatima_fr.html

Et voici un beau film sur les apparitions de la Vierge Marie à Fatima: 

Apparitions à Fatima - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=7drca-q5jbk

28 mai 2015 - Ajouté par Franck Monvoisin
Un très beau film sur les apparitions de Notre Dame de Fatima qui eurent lieu au Portugal en 1917.




mercredi 26 avril 2017

La foi vient d'abord de l'écoute

La foi vient d’abord de l’écoute
 Résultats de recherche d'images pour « Shema Israel »

« Quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Or, comment l’invoquer, si on n’a pas mis sa foi en lui? Comment mettre sa foi en lui, si on ne l’a pas entendu? Comment entendre si personne ne proclame? Comment proclamer sans être envoyé? Il est écrit: Comme ils sont beaux, les pas des messagers qui annoncent les bonnes nouvelles! Et pourtant, tous n’ont pas obéi à la Bonne Nouvelle. Isaïe demande en effet : Qui a cru, Seigneur, en nous entendant parler? Or la foi naît de ce que l’on entend; et ce que l’on entend, c’est la parole du Christ. Alors, je pose la question : n’aurait-on pas entendu ? Mais si, bien sûr ! Un psaume le dit: Sur toute la terre se répand leur message, et leurs paroles, jusqu’aux limites du monde. » (Lettre de saint Paul aux Romains, chapitre 10, versets 13 à 18)). 

Il est bon de méditer  sur le fait que la foi vient d’abord de l’écoute. Le titre que j'ai donné à ce blogue peut sembler une lapalissade, une évidence. Car ne dit-on pas que la foi chrétienne est basée sur la PAROLE DE DIEU ? Or toute Parole est faite pour être ÉCOUTÉE: « Celui qui vous écoute, m’écoute; celui qui vous rejette me rejette; et celui qui me rejette rejette celui qui m’a envoyé » (Lc 10, 16). Il n’en demeure pas moins qu’il est bon de réfléchir sur ce thème. En théologie, on distingue souvent FOI  et VISION. On nous dit que sur terre, c’est le temps de la foi; au ciel, ce sera le temps de la vision. 

Nous sommes choyés de pouvoir avoir accès à la Parole de Dieu. Voici ce qu’a écrit une de mes auteures préférées :
« Du concile de Trente au concile Vatican II, ce sont quatre siècles au cours desquels l’Église a souhaité que les fidèles n’aient pas un accès direct à la Bible, jugeant que sa lecture ne devait pas se faire seul, mais être accompagnée, surtout en ce qui concernait l’Ancien Testament. Il en va d’ailleurs de même dans le judaïsme : on ne lit pas la Thora tout seul, mais en communauté.   …  La Petite Thérèse était toute contente d’avoir récupéré un carnet où sa sœur Céline avait recopié de nombreux passages de l’Ancien Testament. Sans cela, elle n’aurait peut-être jamais énoncé sa « petite voie ». (1)

Voici les passages de la Bible qui me viennent à l’esprit alors que je réfléchis au titre du présent blogue:

Le grand commandement de l’Ancien Testament concerne l’amour envers Dieu. Ce grand commandement commence par ces mots: « ÉCOUTE ISRAËL … » Quand on parle de ce grand commandement, on le nomme ainsi « SHEMA ISRAËL ... » (ou Schema, ou Chema, qui veut dire « Écoute »). Voir Deutéronome, 6, 4-7.

Dans l’évangile de Jean, les Juifs exaspérés par tout ce que Jésus fait et dit, lui demandent : « Qui es-tu ». Jésus leur répond: « Je n’ai pas cessé de vous le DIRE » (Jean 8, 25). Si les Juifs ont tué Jésus, c’est parce qu’il a DIT de mille manières différentes, qu’Il est Dieu.

Les miracles pour Jésus, étaient seconds par rapport à ses paroles. Personnellement, je crois en Jésus Fils de Dieu principalement à cause des Paroles pleines de suavité, de profondeur, de vérité, de puissance, qui sortent de sa bouche. Je crois en Jésus Fils de Dieu plus à cause de ses Paroles qu’à cause de ses miracles. À la dernière Cène, il y a un beau dialogue entre Jésus et Philippe :

« Philippe lui dit: « Seigneur, montre-nous le Père; cela nous suffit. ». Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe! Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire: “Montre-nous le Père”? Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même; le Père qui demeure en moi fait ses propres œuvres. Croyez-moi: je suis dans le Père, et le Père est en moi; si vous ne me croyez pas, croyez du moins à cause des œuvres elles-mêmes. » (Jean 14, 8-11)
Il me semble assez clairement dans ce passage que Jésus exprime une préférence. Il préfère que l’on croit à ses Paroles. Mais si on ne croit pas à ses paroles, que l’on croit au moins à cause des œuvres.
Pour ce qui est de l’efficacité de la Parole de Dieu, c’est-à-dire de sa capacité de transformation intérieure, les deux plus beaux passages de la Bible sont probablement les suivants:
« Elle est vivante, la Parole de Dieu, énergique et plus coupante qu’une épée à deux tranchants; elle va jusqu’au point de partage de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles ; elle juge des intentions et des pensées du cœur. » (Hébreux 4, 12)
« La pluie et la neige qui descendent des cieux n’y retournent pas sans avoir abreuvé la terre, sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer, donnant la semence au semeur et le pain à celui qui doit manger; ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission. » (Isaïe 55, 10-11)

Questions pour un partage:
Quelle est la raison principale pour laquelle tu crois que Jésus est Dieu?
Quelle phrase de Jésus te touche le plus, ou encore t’aide à continuer dans la vie ou encore t’aide à vivre davantage ou plus pleinement?



(1) Odile Haumonté, Au quotidien avec l’Esprit Saint, EdB, 2015, p. 35.

dimanche 23 avril 2017

2ème dimanche de Pâques: La Miséricorde Divine

2ème dimanche de Pâques: La Miséricorde Divine
 Résultats de recherche d'images pour « Jésus j'ai confiance en toi »

Depuis le grand Jubilé de l’an 2000, le deuxième dimanche de Pâques est le dimanche de la Miséricorde Divine. Cette décision vient de Jésus lui-même. Il l’a demandé à Sœur Faustine et le pape Jean-Paul II a réalisé ce désir le jour où il a canonisé Sœur Faustine, le 30 avril 2000, lors du 2ème dimanche de Pâques. Et Jésus, comme pour remercier ce cher pape polonais d’avoir exécuté son désir, et d’avoir écrit une merveilleuse encyclique sur la Miséricorde Divine (Dives in Misericordia; Dieu riche en Miséricorde),est venu chercher Jean-Paul II le 2 avril 2005, à 21 h 37, heure de Rome, en pleine fête de la Miséricorde Divine.

Les théologiens sont d’accord pour dire que la Miséricorde est l’attribut divin le plus élevé, le plus extraordinaire, le plus sublime. Dieu est bon, Dieu est tendre, Dieu est juste, Dieu est aimant, Dieu est loyal; Dieu est tout. Mais il est SURTOUT MISÉRICORDIEUX.

La Miséricorde de Dieu s’étend à toutes nos misères. Et Dieu sait si l’être humain connaît de nombreuses misères. Mais il y a misère et Misère. L’été, quand il fait chaud, je sue beaucoup. D’autres personnes n’endurent pas le froid. Voilà deux misères. Une personne se brise une cheville, comme Guylaine notre chère organiste, ces jours-ci. Un autre se coupe le doigt et doit se le faire amputer. Un autre fait un AVC sévère et une hémorragie cérébrale. Un autre vient d’apprendre qu’il a le cancer. Un autre vient de perdre son emploi; un autre vient de perdre sa mère. Un autre vient de perdre son chat. Comme on peut le voir, il y misère et misère. Avoir froid une journée, c’est une misère, mais une misère qui n’est pas comparable au fait de perdre sa mère.

Je me suis demandé pourquoi Jésus tenait tant à ce que le deuxième dimanche de Pâques soit le Dimanche de la Miséricorde Divine. Je ne prétends pas avoir la réponse. La véritable réponse, c’est Jésus qui pourra vous la donner. Mais je vais quand même vous donner « ma réponse ».

Je crois que Jésus a désiré que la grande fête de la Miséricorde Divine ait lieu le deuxième dimanche de Pâques parce que l’évangile de ce dimanche nous présente les deux plus grandes misères qui existent sur cette terre: le péché et le manque de foi. L’évangile d’aujourd’hui est divisé en deux parties. La première partie traite du péché; la deuxième partie traite du manque de foi. Dans la première partie de l'évangile d'aujourd'hui, nous voyons Jésus qui, le soir même de Pâques, souffle sur les Apôtres et leur dit: "Recevez l'Esprit Saint; À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus" (Jean 20, 22-23). Ainsi est né le sacrement de la réconciliation qui, après le baptême, permet de laver les péchés. Dans la deuxième partie de l'évangile d'aujourd'hui, on voit Jésus qui, huit jours plus tard, reproche à l'apôtre Thomas de ne pas avoir cru à ses amis qui lui avaient dit qu'ils avaient vu le Seigneur. Jésus reproche à Thomas son incrédulité en ces termes: "Cesse d'être incrédule, sois croyant. Parce que tu m'as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu" (Jean 20, 27 et 29) 

La plus grande de toutes les misères: le péché

Pensez-vous que Dieu se serait fait homme et serait mort sur la croix pour nous libérer de la misère de perdre un membre de notre famille, ou pour nous délivrer d’un cancer? Pensez-vous que oui? Je pense personnellement que non. Je pense que pour ce genre de misère, Dieu aurait fait ce qu’Il a toujours fait dans l’Ancien Testament: Il aurait soulagé toutes ces misères de là-haut, du haut du ciel, si vous me permettez cette expression. Mais pour le péché, pour nous libérer du péché, Dieu a dû se faire homme et mourir sur une croix. C’est donc que le péché, c’est terrible. Bien plus terrible que de perdre sa mère, que de perdre un bras, que d’avoir un cancer. Pour le péché, Dieu a dû mourir d’une mort infâme. "Ô Dieu, en cette fête de la Miséricorde Divine, donne-nous une sainte horreur du péché; fais-nous haïr le péché". 

Jésus n'a pas seulement demandé à Soeur Faustine qu'une fête de la Miséricorde Divine soit instaurée lors du deuxième dimanche de Pâques; Il a aussi demandé que Soeur Faustine fasse peindre un tableau selon le modèle qu'Il lui a montré. Sur ce tableau, la main droite de Jésus semble bénir le monde et sa main gauche est posée sur son Coeur d'où nous viennent toutes les richesses de grâce. Nous voyons deux faisceaux de lumière qui sortent du Cœur de Jésus: un faisceau blanc, symbole du baptême et un faisceau rouge, symbole de l’eucharistie. Ces deux sacrements ont pour mission de laver notre âme. La prière d’ouverture ou collecte de la présente fête, nous le rappelle. Cette prière fait explicitement le lien entre le Dimanche de la Miséricorde et la PURIFICATION DU PÉCHÉ, puisqu'elle parle du baptême qui nous purifie et du sang divin qui nous rachète. Cette oraison nous fait aussi demander à Dieu de " ranimer notre foi ".  

 Résultats de recherche d'images pour « Jésus j'ai confiance en toi »

Prière d’ouverture de la messe du 2ème dimanche de Pâques:

« Dieu de miséricorde infinie, tu ranimes la foi de ton peuple par les célébrations pascales; augmente en nous ta grâce pour que nous comprenions toujours mieux quel baptême nous a purifiés, quel Esprit nous a fait renaître, et quel sang nous a rachetés. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui vit et règne avec Toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. »

La deuxième plus grande misère: ne pas croire en Dieu manifesté en Jésus Christ

La deuxième plus grande misère en ce monde, c’est de ne pas croire en Dieu, de ne pas faire confiance aux Paroles pleines de douceur et d’onction de Notre Seigneur Jésus Christ. Ce n’est pas pour rien que Jésus lui-même a demandé à Sœur Faustine de mettre les mots suivants au bas du tableau qu’Il désirait qu’on peigne: « Jésus, j’ai confiance en Toi ». La confiance, tout comme la foi, vient de ce que l’on entend, et non pas de ce que l’on voit. Normalement, ce que l’on voit, nous n’avons plus besoin d’y croire. Ne dit-on pas que sur cette terre l’être humain doit vivre de foi, au ciel, l’être humain vivre de vision. Foi et vision sont deux modes différents de connaissance. Un jeune adulte me disait dernièrement qu’il ne croyait pas en Dieu. Et il a ajouté: « Je verrai de l’autre côté, si c’est vrai que Dieu existe ». Ce jeune disait vrai en ceci: oui, il « verra » de l’autre côté, une fois la mort passée, que Dieu existe. Mais il sera trop tard pour croire. Ce que Dieu demande à ses enfants, c’est de CROIRE ici-bas. Le temps de l’existence humaine, est le temps de la FOI. Non pas une foi aveugle, qui croit sans véritables raisons. Non; une foi éclairée par la raison, mais surtout par l’Esprit Saint. C’est l’Esprit Saint qui nous fait voir la beauté et la profondeur des Paroles de Jésus, Notre Seigneur. Quiconque a le cœur pur, ouvert, disponible et sans préjugé, ne peut qu’être ébloui des Paroles suaves de Jésus. Prenez votre Bible et lisez les versets suivants de l’évangile de saint Jean: Jean 14, 1-10. Dites-moi si un homme qui n’est qu’homme, pourrait dire des paroles semblables. Jésus, dans les évangiles ne cessent de DIRE qu’IL est Dieu. Et aux Juifs qui ne croient pas en sa divinité, Il dit clairement qu’ils mourront dans leurs péchés (Jn 8, 24).

La foi vient de ce que nous écoutons. La foi vient de l’écoute de la Parole de Dieu. J’aime beaucoup à ce propos, la parabole de Jésus à propos de Lazare et l’homme riche (Lc 16, 19-31). Lazare était pauvre et couvert de plaies. Il se tenait à la porte d’un riche qui vivait dans le luxe et qui faisait à chaque jour des repas somptueux. Jamais le riche n’a daigné donner ne serait-ce qu’un morceau de pain au pauvre Lazare. Les deux meurent. Lazare est emporté dans le sein d’Abraham (le ciel); le riche est conduit dans un lieu de torture (l’enfer, évidemment). Du lieu de torture, le riche crie vers Abraham et le supplie d’envoyer Lazare dans la maison de son père, afin qu’il avertisse ses cinq frères qui sont encore en vie sur la terre. Que Lazare les avertisse afin qu’ils ne pensent pas que l’existence sur terre est une partie de plaisir; que c’est très sérieux et qu’une vie éternelle de bonheur ou de tortures les attend. Ceci étant dit dans mes mots. Mais voici les mots mêmes de la Parole de Dieu:

« Abraham lui dit: “Ils ont Moïse et les Prophètes: qu’ils les écoutent !  Non, père Abraham, dit-il, mais si quelqu’un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront. Abraham répondit: “S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts: ils ne seront pas convaincus.” (Lc 16, 29-31).
Voilà qui est clair: nous serons jugés, qu’on le veuille ou non, sur notre foi en la Parole de Dieu. D’où la nécessité de faire connaître cette Parole.
Voilà aussi pourquoi l’athéisme est si terrible. Si quelqu’un croit et affirme que Dieu n’existe pas, comment pourrait-il l’écouter?                                                                            
BONNE ET JOYEUSE FÊTE DE LA MISÉRICORDE DIVINE !!!!