mercredi 29 juillet 2015

" Il Silenzio "


« Il Silenzio »
 

« Il Silenzio » (Le Silence) est une pièce de musique que toutes les personnes âgées de vingt ans en plus, ont entendu, selon moi, durant leur vie. Cette pièce de musique est associée à la guerre et on verra dans un instant pourquoi. Mais cette magnifique mélodie est surtout une invitation au « silence »; à faire silence et à se recueillir. Le plus grand, le plus dramatique et le plus définitif des silences, sera bien sûr celui de la mort. Mais le silence est aussi et surtout porteur de vie. Toute parole, surtout la parole pleine de signification, est précédée et portée par le silence. Et s’il est vrai qu’en Dieu, « au commencement était la Parole », comme le dit si bien saint Jean (Jn 1, 1), pour l’être humain, la vérité est tout autre: pour nous humains, « au commencement est le silence ». D’ailleurs, dans notre monde, toutes les œuvres grandioses ont commencé dans le silence. Jésus est né et est ressuscité « dans le silence de la nuit », comme le dit si bien un chant de Noël.

« Il Silenzio », nous dit Wikipedia (on va chercher ses sources où on peut) est une pièce instrumentale comportant un très court texte écrit, dont le thème, joué à la trompette, est très fameux. Cette pièce instrumentale a été composée en 1965, par le trompettiste Nini Rosso et Guglielmo Brezza. Le thème de la mélodie est comme une extension des notes que l’on retrouve au début de l’œuvre de Tchaikovsky, intitulée: le Capriccio italien. Il Silenzio est une œuvre commémorative, commandée par les Pays-Bas, et qui fut joué pour la première fois en 1965, pour commémorer le vingtième anniversaire de la libération des Pays-Bas.

Voici les seules paroles de cette pièce :

Buona notte, amore

Ti vedrò nei miei sogni

Buona notte a te che sei lontana


Bonne nuit, mon amour

Je te verrai dans mes rêves

Bonne nuit à toi qui es au loin.


Puisque j’aime bien christianiser les textes des chansons, je transpose ces mots de la façon suivante, et j’en fait une prière du soir, au moment du coucher. Cela devient comme un « Nunc Dimittis » d’inspiration profane:


Bonne nuit, chère Trinité Sainte,

Je te verrai dans mes rêves.

Bonne nuit à toi qui es si proche. 

 
Quelle belle mélodie propice au silence et au sommeil de la nuit, prélude de notre mort à tous!



Andre Rieu - Melissa Venema - Il Silenzio by Nini Rosso ...


Tchaikovsky: Capriccio Italien Op. 45 - Hallé - YouTube

www.youtube.com/watch?v=QIfHGjdF7qI

     

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire