mardi 15 octobre 2013

Dieu, ma joie

Dieu, ma joie

Aujourd’hui, nous fêtons en Église, sainte Thérèse d’Avila, la grande réformatrice du Carmel. Nous avons le choix de prendre l’office des docteurs de l’Église ou des vierges. En communauté, aujourd’hui, nous avons choisi l’office des vierges. J’aime l’office des vierges en particulier à cause de l’hymne des vêpres dont le titre est : « Dieu, ma joie ». Le titre de mon blogue est « Dieu ma joie », sans virgule. En priant l’hymne « Dieu, ma joie », ce soir, j’ai été frappé par les similitudes entre cette hymne et le chant de joie de la Vierge Marie, qu’on nomme le Magnificat. Voyez par vous-mêmes :


 Dieu, ma joie  

Dieu, ma joie,
tu es le souffle de ma vie,
tu es la source de mon chant,
tu es le rythme de mon sang,
tu es le feu qui m'a saisie.

Dieu, ma joie,
tu as fait de ma pauvreté
ta demeure de silence
où tout être peut adorer
le secret de ta présence.

Dieu, ma joie,
toi seul es saint,
ton amour est puissance,
et dans tes mains
le monde prend naissance.

Dieu, ma joie,
tu disperses les vaniteux
comme la paille dans le vent,
mais tu chéris le malheureux
comme un enfant.

Dieu, ma joie,
tu renverses tous les rois,
tu dépouilles les nantis,
mais tu combles les petits
dont le coeur a faim de Toi.

Dieu, ma joie,
tu es fidèle à tes promesses
depuis hier jusqu'à demain,
car ta tendresse n'a pas de fin.

Auteur : A. Lerbret



Le Magnificat :

Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

Il s'est penché sur son humble servante ;
désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !

Son amour s'étend d'âge en âge
sur ceux qui le craignent.

Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leur trônes, il élève les humbles.

Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d'Abraham et de sa race, à jamais.

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit,
pour les siècles des siècles.
Amen.

Référence du texte biblique:
Luc 1, 46-55


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire