samedi 21 septembre 2013

21 septembre: Fête de saint Matthieu

21 septembre : Fête de saint Matthieu

Au Père Antonio Spadaro, s.j., qui demandait en août dernier au pape : « Qui est Jorge Mario Bergoglio? », le pape François a répondu : « Je ne sais pas quelle est la définition la plus juste … Je suis un pécheur. C’est la définition la plus juste … Ce n’est pas une manière de parler, un genre littéraire. Je suis un pécheur.  …  Je suis un pécheur sur lequel le Seigneur a posé son regard »

Maintenant que nous connaissons mieux notre cher pape François, nous savons que le 21 septembre 1953, le jeune Jorge Mario Bergoglio a été touché par la grâce en recevant le sacrement de la réconciliation d’un prêtre qu’il ne connaissait pas. Ce jour-là, le jeune Jorge a fait l’expérience de la Miséricorde infinie de Jésus envers lui et cette touche divine deviendra la pierre angulaire de toute la vie de Jorge Mario Bergoglio. La vie du futur pape a donc un lien étroit avec la fête de l’apôtre saint Matthieu, célébrée en Église, le 21 septembre de chaque année. La devise épiscopale de Jorge Bergoglio est d’ailleurs tirée du texte de saint Bède le Vénérable que nous lisons en deuxième lecture de la fête de saint Matthieu. Saint Bède nous dit que Jésus, lorsqu’il regarda Matthieu, le vit avec les yeux de quelqu’un qui est plein de miséricorde et qui choisit. Dans le bréviaire, on traduit « miserando » par « avoir pitié », ce qui n’est pas très génial.

Dans l’interview  faite par le Père Spadaro, le pape François dit ceci :

« Je suis un homme qui est regardé par le Seigneur. Ma devise, Miserando atque eligendo, je l’ai toujours ressentie comme profondément vraie pour moi. Le gérondif latin miserando me semble intraduisible tant en italien qu’en espagnol. Il me plaît de le traduire avec un autre gérondif qui n’existe pas : misericordiando (en faisant miséricorde) »

Voici le texte que nous lisons aujourd'hui en Église, à l’office des lectures (voir ci-dessous). C’est dans ce texte que notre pape a puisé sa devise. .J’ai mis les mots en rouge, mais je préfère traduire comme le pape le fait : « Il le vit d’un regard faisant miséricorde et choisissant », même si ce n’est pas très « français ».

( Pour ceux et celles qui connaîtraient déjà ce texte de saint Bède le Vénérable, je vous encourage à aller un peu plus bas dans cet envoi et à cliquer sur le lien internet qui vous sera indiqué. En allant sur ce site, vous verrez la magnifique peinture que le peintre italien nommé " le Caragage " a faite pour décrire " la vocation de saint Matthieu ". Vous y trouverez aussi de très belles considérations religieuses concernant cette peinture)

Samedi, le 21 septembre 2013
« Matthieu se levât et suivit Jésus.
Jésus vit un homme assis au bureau de la douane; son nom était Matthieu. « Suis-moi », lui dit-il. Il le vit non pas tant avec les yeux du corps qu'avec le regard intérieur de sa miséricorde. Il vit le publicain, et parce qu'il le vit d'un regard qui prend pitié et qui choisit, il lui dit : «Suis-moi», c’est-à-dire imite-moi. En lui demandant de le suivre, il invitait moins à marcher derrière lui qu'à vivre comme il ; car celui qui déclare demeurer dans le Christ doit marcher dans la voie où lui, Jésus, a marché.
Matthieu se leva et le suivit.
Rien d'étonnant que le publicain, au premier appel impérieux du Seigneur, ait abandonné sa recherche de profits terrestres et que négligeant les biens temporels, il ait adhéré à celui qu'il voyait dépourvu de toute richesse. C'est que le Seigneur qui l'appelait de l'extérieur par sa parole le touchait au plus intime de son âme en y répandant la lumière de la grâce spirituelle. Cette lumière devait faire comprendre à Matthieu que celui qui l'appelait à quitter les biens temporels sur la terre était en mesure de lui donner dans le ciel un trésor incorruptible. Comme Jésus était à table à la maison, voilà que beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent s'attabler avec lui et ses disciples. La conversion d'un seul publicain ouvrit la voie de la pénitence et du pardon à beaucoup de publicains et de pécheurs. Beau présage en vérité : celui qui devait être plus tard Apôtre et docteur parmi les païens entraîne à sa suite, lors de sa conversion, tout un groupe de pécheurs sur le chemin du salut ; et ce ministère de l'Évangile qu'il allait accomplir après avoir progressé dans la vertu, il l'entreprend dès les premiers débuts de sa foi.
Essayons de comprendre plus profondément l'événement relaté ici. Matthieu n'a pas seulement offert au Seigneur un repas corporel dans sa demeure terrestre, mais il lui a bien davantage préparé un festin dans la maison de son cœur  par sa foi et son amour; comme en témoigne celui qui a dit: Voici que je me tiens à la porte, et je frappe : Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui et je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. Nous ouvrons notre porte pour le recevoir à l'appel de sa voix lorsque nous donnons notre libre assentiment à ses avertissements intérieurs ou extérieurs et quand nous mettons à exécution ce que nous avons compris que nous devions faire. Et il entre pour manger, lui avec nous et nous avec lui, parce qu'il habite dans le cœur  de ses élus, par la grâce de son amour; ainsi il les nourrit sans cesse par la lumière de sa présence afin qu'ils élèvent progressivement leurs désirs, et lui-même se nourrit de leur zèle pour le ciel comme de la plus délicieuse nourriture. »  (Tiré d'une homélie de saint Bède le Vénérable sur les évangiles)
Voici la magnifique peinture du Caravage, accompagnée de commentaires inspirants que vous pourrez lire en cliquant sur le lien suivant :
L'appel de Matthieu, par le Caravage - Port Saint Nicolas wwportstnicolas.org/article3868   


  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire