dimanche 9 octobre 2016

Merci Dieu pour tes miracles

Merci Dieu pour tes miracles
Résultats de recherche d'images pour « Merci Dieu pour tes miracles » 
En cette grande et longue fin de semaine de l’Action de grâce, nous sommes invités à dire MERCI à Dieu pour ses miracles. Et commençons par dire MERCI pour le miracle que chacun de nous est. Si on s’arrête un peu à y penser, vous et moi sommes un miracle vivant. Il y avait une possibilité sur des millions que vous et moi nous voyions le jour, que nous naissions à cette vie. Et cette possibilité, Dieu a voulu qu’elle se produise. Oui, cette possibilité s’est produite uniquement parce que Dieu l’a voulu. C’est ce que saint Paul nous dit clairement au tout début de sa Lettre aux Éphésiens:

« « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ ! Il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit, au ciel, dans le Christ. Il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour. Il nous a prédestinés à être, pour lui, des fils adoptifs par Jésus, le Christ. Ainsi l’a voulu sa bonté » (Ephésiens 1, 3-5)

Résultats de recherche d'images pour « Merci Dieu pour tes miracles »

La Parole de Dieu d’aujourd’hui, nous présente onze lépreux qui ont été guéris miraculeusement de leur lèpre. La première lecture nous présente le général Syrien Naaman qui a été guéri de sa lèpre en suivant le conseil d’une jeune juive qui habitait en son pays et en se laissant persuader par ses serviteurs d’obéir à un ordre du prophète Élisée qui lui semblait tout à fait ridicule. Ce passage de la Bible m’est particulièrement cher car il est à l’origine de la guérison miraculeuse dont j’ai été l’objet en 1998. On peut facilement trouver le témoignage de ma guérison sur l’internet (1).

Après avoir été en dépression sévère pendant six mois, je croyais ne jamais m’en sortir. Désespéré, je suis allé voir un prêtre ami qui m’a conseillé de faire une neuvaine à Saint Joseph et au frère André. N’ayant jamais aimé les neuvaines, ces paroles me sont passées dix pieds au dessus de la tête (expression québécoise) au moment où je les ai entendues. Mais de retour chez moi, l’Esprit Saint (qui est présent en chacun d’entre nous) m’a fait me rappeler l’épisode de Naaman le Syrien auquel le prophète Élisée avait donné l’ordre de se baigner sept fois dans le fleuve Jourdain pour être guéri de sa lèpre. Dans un premier temps, le général a jugé cet ordre comme étant stupide et ridicule. Mais quand il eut exécuté l’ordre, il fut guéri. De même en a-t-il été pour moi. Cela ne faisait que trois jours que j’avais commencé la neuvaine, que déjà je me sentais mieux et j’avais la conviction de ne plus jamais faire de rechute.

J’ai alors compris que la première condition pour obtenir un miracle, c’est l’humilité. Il faut être très humble devant Dieu et croire fermement, comme le dit saint Paul, que " la FOLIE DE DIEU est PLUS SAGE QUE LES HOMMES (1 Co 1, 25) et que la SAGESSE DES HOMMES est FOLIE DEVANT DIEU (1 Co 3, 19). Ce qui fait dire à saint Paul que c’est par la FOLIE DE LA CROIX que Dieu a choisi de sauver l’humanité. Il faut le faire, n’est-ce pas?

Les exemples ne manquent pas dans l’histoire de l’Église, prouvant que l’humilité obtient des miracles. La fontaine miraculeuse à Lourdes, a jailli quand la petite Bernadette a vaincu sa répugnance et a porté de la terre à sa bouche. Le saint Frère André demanda à plusieurs reprises à une maman dont la fillette était très malade, de se frotter avec de l’huile de Saint Joseph, mais cela ne produisit aucun effet. Ce n’est que le jour où la dame accepta l’ordre du saint Frère de frotter l’enfant avec de l’eau de vaisselle sale, que le miracle se produisit.

Le second élément essentiel pour obtenir un miracle, c’est la foi ou la confiance. Il faut croire en ce que dit le messager de Dieu, même si cela ne semble faire aucun sens. C’est ce qu’ont fait les dix lépreux de l’évangile d’aujourd’hui. C’est en suivant l’ordre de Jésus qui leur demandait d’aller se montrer aux prêtres, qu’ils furent guéris en chemin. Cela ne faisait aucun sens d’aller se montrer aux prêtres tout en ayant la lèpre. Un lépreux allait voir le prêtre seulement une fois qu’il était guéri, pour que le prêtre constate la guérison et donne la permission au malade de réintégrer la communauté. Or c’est en allant se montrer au prêtre, que les dix furent guéris. Mais un seul revint remercier Jésus, le grand bienfaiteur; et c’était un SAMARITAIN, un ennemi des Juifs.

Cette parole de Jésus: « Va te montrer au prêtre et tu seras guéri », est une parole prophétique. C’est une parole qui vaut pour tous les temps et jusqu’à la fin du monde. Pour que chacun de nous soit guéri de la lèpre intérieure qu’est le péché, il faut aller se montrer au prêtre, aussi dérangeant et aussi stupide que cela puisse paraître. Le sacrement de la réconciliation est le moyen choisi par Dieu pour nous guérir du péché. Ils sont nombreux les témoignages de gens dont la vie a complètement été changée le jour où ils se sont agenouillés devant un prêtre pour demander pardon à DIEU. Un des exemples les plus fulgurants que l’on connaisse à ce sujet, est la conversion de Charles de Foucauld. Cette conversion me touche car elle se produisit un 17 octobre, jour de mon anniversaire de naissance:

« À son retour en France, Charles de Foucauld est heureux de retrouver sa cousine Marie de Bondy. Elle l’impressionne par sa bonté et sa sérénité. Plusieurs membres de sa famille sont d’ailleurs remarquables par leur foi chrétienne et cela l’interpelle. Marie de Bondy lui fait connaître son père spirituel, l’abbé Henri Huvelin*. Il est impressionné par ce prêtre authentique et reconnu comme un saint. Charles de Foucauld dit à sa cousine: «Vous êtes heureuse de croire; je cherche la lumière, et je ne la trouve pas.». Le 17 octobre 1886, il se rend à l’église SaintAugustin* où il sait qu’il trouvera dans un confessionnal l’abbé Huvelin. Il s’approche et l’aperçoit, assis, immobile: «Monsieur l’abbé, je n’ai pas la foi; je viens vous demander de m’instruire. – Mettez-vous à genoux, confessez-vous à Dieu: Vous croirez. – Mais je ne suis pas venu pour cela. – Confessez-vous… Ce n’était pas habituel chez l’abbé Huvelin. Au contraire. Il fut sans doute cette fois entièrement conduit par l’Esprit.

«Il n’y a pas à tergiverser, écrit Marguerite Castillon du Perron. Il émane de ce ton une telle certitude, une telle miséricorde, que Charles se sent à la fois persuadé et pardonné. Il s’agenouille et parle. Combien de temps?» Son âme se révèle à lui. Elle lui apparaît alors dans toute sa pesanteur, sa lourdeur. Il écrira à l’abbé Huvelin qui deviendra son accompagnateur spirituel: «Vous me faisiez éprouver un vide douloureux, une brûlure que je n’ai jamais éprouvés jusqu’alors… Vous me donniez une inquiétude vague d’une conscience mauvaise qui, tout endormie qu’elle est, n’est pas tout à fait morte.»

Pour la première fois depuis bien longtemps, Foucauld reçoit l’absolution de ses fautes. Le miracle s’opère. Il sait que Dieu existe. «Vous êtes à jeun? » Lui demande l’abbé Huvelin. – « Oui. » – « Allez communier.» Charles de Foucauld se dirige vers l’autel de la Sainte Vierge et reçoit l’Eucharistie. «C’est alors, raconte Marguerite Castillon à la page 154, que la grâce l’illumine enfin, et que Dieu prend possession de son âme. À l’instant même où la lumière lui est donnée, Charles de Foucauld sait de façon irrémédiable qu’il n’y aura plus jamais rien d’autre… Dans cette seconde fulgurante où la Toute Puissance s’installe en lui, il découvre au-delà de la raison et de toute logique, en dehors du temps de la terre, Celui qui est.»

Charles de Foucauld se souvient de cette journée lumineuse : «Je ne puis m’empêcher de pleurer en y pensant, et je ne veux pas empêcher ces larmes de couler, elles sont trop justes, mon Dieu! Quels ruisseaux de larmes devraient couler de mes yeux en souvenir de telles miséricordes! Que vous avez été bon! Que je suis heureux, qu’ai-je fait pour cela?»

Charles de Foucauld deviendra moine trappiste (cistercien), puis serviteur de moniales clarisses à Nazareth, enfin prêtre et ermite dans le désert qui l’avait autrefois profondément saisi. » (2)


(1)  

Dieu ma joie: Guéri par le Frère André

dieumajoie.blogspot.com/2011/10/le-17-octobre.html






3. Guérison par l'intercession de Saint Joseph et du Saint ... - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=S4x-KBs4Vi4

24 avr. 2015 - Ajouté par Guy Simard, omv
VISITEZ LE BLOG : http://dieumajoie.blogspot.ca / VISITEZ : http://www.unfeusurlaterre.org - site de l ...

(2) 

Charles de foucauld (1858-1916) - Dieu parmi nous

www.dieu-parmi-nous.com/NIC/Charles.de.Foucauld.pdf





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire