dimanche 26 mai 2013

La Sainte Trinité: modèle de vie

La Sainte Trinité : modèle de vie

Le Père est représenté ici par la main qui crée l’univers, entourée des mots Abba (papa) 
et des lettres YHWH. Le Fils est représenté par l’agneau et l’Esprit Saint par la colombe. 
Aujourd’hui, en ce 26 mai 2013, nous avons la joie de fêter Dieu; de fêter notre Dieu, de fêter le Dieu de tous. Qu’on le veuille ou non, il n’y a qu’un seul Dieu. Il ne peut pas y avoir plusieurs dieux. Or, puisqu’il n’y a qu’un seul Dieu, ce Dieu veut certainement se faire connaître, se révéler tel qu’Il est. Ce Dieu désire certainement être connu. D’où la Révélation, d’où la Bible, la Parole de Dieu. Plusieurs personnes de nos jours pensent ainsi et disent ceci : « Peu importe le Dieu auquel on croit; l’important, c’est de croire en Dieu ». Si nous sommes d’accord avec les premières phrases du présent texte, nous ne pouvons admettre et accepter une telle façon de voir. Dieu, le vrai Dieu, désire se faire connaître pour ce qu’Il est et si nous croyons avoir la foi au vrai Dieu, nous avons la douce et enthousiasmante mission de Le faire connaître : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. » (Mt 28, 19)
Lorsqu’arrive la solennité d’aujourd’hui, la fête de la très sainte Trinité, me vient à l’esprit un des textes les plus forts que j’aie mis sur mon blogue jusqu’à maintenant, à mon humble avis tout au moins: La leçon du lépreux (en date du 17 septembre 2011). Ce lépreux vivant en Afrique, remercie Dieu de tout son cœur pour tout ce que lui a apporté la vie; et même pour la terrible maladie de la lèpre. Devenu aveugle, n’ayant plus ni mains ni pieds et devant se traîner sur ses genoux (qu’il avait couverts de bouts de chambre à air) pour se déplacer, cet homme admirable priait ainsi : « Je te remercie Dieu, même pour cette maladie car sans elle, j’aurais probablement été riche, mais je n’aurais jamais abouti ici à la léproserie et par conséquent, je ne t’aurais jamais connu, toi le vrai Dieu. Or te connaître vaut mieux que tout le reste » (cité de mémoire). N’est-ce pas que ce témoignage nous oblige à un sérieux examen de notre échelle des valeurs?
Toute la Bible nous dit que Dieu est « unique »; que Dieu est l’Unique. Mais il a fallu la Révélation pleine et entière, telle que manifestée en Jésus Christ, pour savoir que Dieu est aussi « trois ». Il y a trois Personnes en Dieu; trois Personnes en ce Dieu unique : un seul Dieu en trois Personnes. Il fallait que Jésus nous révèle cela, si nous voulions comprendre un jour à sa juste valeur ces trois mots de saint Jean : « Dieu est Amour ». Ces trois mots révèlent l’essence même du Dieu des chrétiens : Dieu est Amour. L’amour suppose l’altérité; l’amour suppose l’autre. Or le Père n’est pas le Fils et le Fils n’est pas l’Esprit Saint; l’Esprit Saint n’est ni le Père, ni le Fils. De toute éternité, il y a de l’amour en Dieu; de toute éternité Dieu est Amour. Ceci m’emmène à développer un peu le titre du présent texte : la Sainte Trinité, modèle de vie. Comment Dieu est-il Amour? Certaines phrases de l’évangile d’aujourd’hui nous l’indiquent.
« Tout ce qui appartient au Père, est à moi » (Jn 16, 15). Comment ne pas penser ici à ce que saint Luc nous dit de la première communauté des chrétiens, dans les Actes des Apôtres : « La multitude des croyants n’avait qu’un cœur et qu’une âme. Nul ne disait sien ce qui lui appartenait, mais entre eux tout était en commun. » (Actes 4, 32) Notre Dieu est donc le modèle parfait du partage et du don de soi. Voilà qui nous devons imiter.
Jésus, dans l’évangile d’aujourd’hui, en parlant de l’Esprit Saint, nous dit ceci : « Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : il redira tout ce qu’il aura entendu.  … Il me glorifiera, car il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. » Cette phrase de Jésus et beaucoup d’autres phrases similaires dans les évangiles, à propos des relations entre Jésus et son Père, nous montrent la grande « dépendance » que vivent les Personnes divines les unes par rapport aux autres. J’irais même jusqu’à dire, la grande « soumission » que vivent les Personnes divines entre elles. Voilà deux mots qui résonnent très mal aux oreilles de l’homme moderne : les mots « dépendance » et « soumission ». Nous ne voulons pas dépendre des autres; nous ne voulons pas être « soumis » aux autres. Or Dieu, notre modèle de vie, nous donnent l’exemple de Personnes qui se plaisent à dépendre en tout l’Une de l’Autre, qui se plaisent à être soumises à l’Autre. Jésus a été durant toute sa vie sur terre, dans un état de totale dépendance du Père; Il a vécu une soumission absolue à la volonté de son Père. Il était même soumis à Marie et à Joseph (Lc 2, 51). Voilà le véritable amour.
Enfin, l’amour, dans son essence même, est fécond : il donne la vie, il se répand. L’amour entre les Personnes divines est fécond; il se répand même en dehors des Personnes divines, à travers la création du cosmos et de l’être humain. Quand je vis l’enquête prénuptiale en vue d’un mariage, j’aime beaucoup mettre les futurs époux devant leur obligation d’être féconds, c’est-à-dire de désirer avoir des enfants, mais aussi de désirer s’engager non seulement dans leur foyer, mais aussi dans la société et dans la communauté chrétienne, pour plus d’amour, de justice et de paix. L’amour se doit de se répandre; l’amour se doit d’être fécond.
Voilà en quoi, selon moi, la très sainte Trinité, est un modèle de vie.  








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire