jeudi 25 janvier 2018

Jim Caviezel aux jeunes, 3 janvier 2018

Jim Caviezel aux jeunes, 3 janvier 2018
Image associée
Jim Caviezel, Chicago, 3 janvier 2018

Aujourd’hui, c’est fête dans l’Église. Nous fêtons la « Conversion de saint Paul ». C’est une grande fête pour nous les catholiques Paul de Tarse est le modèle achevé du disciple-missionnaire. À la messe aujourd’hui, on nous présentait un des récits de sa conversion que l’on retrouve dans les Actes des Apôtres. Il y est dit qu’a peine quelques jours après avoir reçu le baptême, sans plus attendre, il alla annoncer Jésus Fils de Dieu. Le baptême est un envoi en mission. Ô Esprit Saint, fais comprendre cela à tous les baptisés:

« Il se leva, puis il fut baptisé. Alors il prit de la nourriture et les forces lui revinrent. Il passa quelques jours à Damas avec les disciples et, sans plus attendre, il proclamait Jésus dans les synagogues, affirmant que celui-ci est le Fils de Dieu. Tous ceux qui écoutaient étaient stupéfaits … » (Actes 9, 18-21)
Je suis très heureux de vous présenter aujourd’hui les propos qu’a tenus l’acteur américain Jim Caviezel à des centaines de jeunes universitaires américains le 3 janvier dernier dans la ville de Chicago. J’ai mis  sur mon blogue en 2014 une interview donnée par Caviezel. Ce blogue est un des blogues les plus lus jusqu’à maintenant:

Dieu ma joie: Témoignage de Jim Caviezel

dieumajoie.blogspot.com/2014/04/temoignage-de-jim-caviezel.htm
Jim Caviezel est à mes yeux un homme extraordinaire. Il parle avec tellement d’autorité. Cette autorité lui vient certainement du fait qu’il a interprété le rôle de Jésus dans le film de Mel Gibson intitulé « La Passion du Christ ». En interprétant ce rôle, Caviezel a beaucoup souffert physiquement. Il est même passé proche de la mort suite à la crucifixion. Le fait d’avoir un peu beaucoup partagé les souffrances de notre divin Sauveur, a certainement procuré des grâces spéciales à cet acteur. Pour voir l’autorité dont il est investi, il suffit de le voir sur la vidéo mise au bas du présent blogue, si efficacement commander le silence aux jeunes qui sont tout excités de le voir apparaître devant eux.
Pourquoi suis-je si heureux de mettre ce blogue en ligne aujourd'hui? C'est en raison du fait que Caviezel commence son intervention en faisant mention du film "Paul, Apostle of Christ" ("Paul, l'Apôtre du Christ") (1) qui arrivera dans nos salles de cinéma en mars prochain. Caviezel joue dans ce film le rôle de saint Luc, compagnon de saint Paul Mettre ce blogue aujourd'hui est une façon pour moi de rendre hommage au saint du jour dont la conversion a changé en quelque sorte le monde entier. Les lettres de saint Paul continue à changer les coeurs des disciples de Jésus partout sur la planète. 
Traduire la vidéo que vous verrez dans un instant a été une assez lourde tâche pour moi. D'ailleurs, je complète cette tâche aujourd'hui après l'avoir interrompue pendant plusieurs jours. L'anglais n'est pas ma langue maternelle et j'ai dû à deux reprises avoir recours à un de mes confrères OMV américain, pour savoir ce que disait Caviezel. Mon anglais est loin d'être parfait, mais je jugeais important que les personnes qui ne connaissent pas l'anglais, puissent prendre connaissance des propos que Caviezel a adressés à des jeunes de notre temps. Voici donc ces propos: 
« Le nom Saul, signifie « Le grand ». Le nom « Paul » signifie « le petit ». En faisant ce film (le film: Paul, Apostle of Christ qui prendra l’affiche en mars prochain), j’ai appris qu’en changeant une simple petite lettre, on peut devenir grand aux yeux de Dieu. Mais cela demande de nous que nous soyons petits, si nous désirons être grands. C’est la manière des saints, c’est la façon du Très Saint et c’est la façon dont Saul est devenu saint Paul.

Des appels nous parviennent quand on les attend le moins. Je me rappelle mon appel de façon très claire. J’ai fait une expérience quand j’avais 19 ans, assis dans un cinéma, dans ma ville de Mount Vernon, Washington. Le film était terminé et dehors, dans la noirceur, en compagnie seulement de mon ballon de basketball qui occupait dans le cinéma le siège à côté de moi, j’ai ressenti que j’étais fait pour être un acteur, que c’était la raison pour laquelle Dieu m’avait créé (Caviezel emploie le verbe « carved » « tailler, sculpter », qui est beaucoup plus concret que le verbe « créer »), que c’était ce qu’Il voulait de moi. Oui, ma rationalité est intervenue: je ne savais rien de ce que c’était qu’acter, je n’avais aucun agent, aucun « manager »; je ne pourrais même pas mémoriser cette page (il montre une feuille de papier) même si c’était pour sauver ma vie (rires dans l’assistance). Malgré cela, j’avais la conviction: j’étais appelé.  

Au printemps de l’an 2000, on m’a offert le rôle de Edmond Dantes dans « La vengeance de Monte Cristo ». C’était une nouvelle adaptation du classique d’Alexandre Dumas. Ce fut une période de grand stress. C’était la première fois que je devais porter un film sur mes épaules (être l’acteur principal du film) et malgré le fait que c’était ce que j’avais toujours voulu, je n’étais pas en paix. Tout dans le film avait rapport avec ce que je suis. Mon personnage, Edmond Dantes, est injustement emprisonné. Pendant qu’il est en prison, à la fois dans le livre et dans le film, il grave dans le mur: « Dieu me rendra justice ». Malgré le fait que toutes les chances soient tournées contre lui, cet homme solitaire prend la décision de se libérer en détruisant le mal, même le mal au-dedans de lui. Il y a une merveilleuse scène entre Edmond et un compagnon de prison, un prêtre, joué par le grand Richard Harris. Au comble de la tristesse, dans un moment de grand désespoir, alors que le prêtre est sur le sol en train de mourir, il se tourne vers Edmond et lui dit: « Voici ta dernière leçon: ne commets pas le crime pour lequel tu es en train de vivre ta sentence. Souviens-toi que Dieu a dit: « La vengeance est mienne ». Je me tourne alors vers lui et je lui dis: « Mais je ne crois pas en Dieu ». Et le prêtre me dit: « Cela n’a pas d’importance Edmond; Il croit en toi ». Et c’est vrai; Dieu croit en nous. Dieu aime chacun de nous personnellement; et Il est avec nous, même dans nos pires moments de désespoir.

Après avoir tourné Monte Cristo, j’ai reçu de façon inexplicable un appel de Mel Gibson. Mon agent ne m’a pas téléphoné, mon « manager » ne m’a pas téléphoné, je ne connaissais pas Mel Gibson, je n’ai pas fait application pour le rôle car personne ne savait que ce film allait être réalisé. Mel Gibson veut que je joue JÉSUS CHRIST. Il veut l’homme qui a les initiales JC (Jim Caviezel) qui s’adonne à avoir 33 ans pour jouer Jésus Christ. Est-ce une coïncidence? Je ne pense pas. Est-ce que votre vie est une coïncidence? Ou est-ce seulement une chance? Quelques-uns d’entre vous peuvent mener une vie misérable en ce moment. On peut avoir abusé de vous, vous pouvez être insécures face à votre futur, blessé, Ce n’est pas le temps de vous retirer ou d’abandonner. Quand j’étais là-haut, sur la croix, j’ai appris que dans la souffrance est notre Rédemption. Rappelez-vous que le serviteur n’est pas plus grand que le Maître. Chacun de nous doit porter sa propre croix. Il y a un prix à payer pour la foi et pour nos libertés. J’ai été littéralement flagellé, frappé par les fouets, crucifié, frappé par la foudre. Oui, j’ai dû subir une opération à cœur ouvert, ce qui arrive après quatre ou cinq mois et demi d’hypothermie. Un jour, pendant le tournage, mon bras était sous la pesante poutre.  Mon épaule s’est séparée. Je suis tombé à terre et ma tête est tombée dans le sable. Cette prise, on peut la voir dans le film. Mais ce que Jésus a ressenti par la suite une fois que son épaule était disloquée, je sais maintenant ce que cela veut dire car je l’ai vécu. Chaque jour je devais porter cette douleur. C’était comme une pénitence. Cela déchirait mon épaule et ma chair et à chaque heure qui passait, c’est devenu plus pesant. Si cela avait été tourné dans un studio, vous n’auriez jamais vu cette performance. La SOUFFRANCE A FAIT MA PERFORMANCE, tout comme elle fait notre vie.

Certains parmi nous maintenant, et vous les connaissez, embrassent un semblant de chrétienté, une fausse chrétienté qui consiste seulement pour eux en de joyeuses paroles. J’appelle cela « le Jésus Heureux et la gloire ». Chers amis, il y a eu beaucoup de douleur et de souffrance avant la résurrection. Votre cheminement ne sera pas différent. Alors, embrassez votre CROIX et courez vers votre but. Je veux que vous sortiez à la rencontre de ce monde païen. Je veux que vous ayez le courage d’aller dans ce monde païen et que vous exprimiez sans honte votre foi publiquement. Le monde a besoin de fiers guerriers, animés par leur foi, des guerriers comme saint Paul et saint Luc, qui ont risqué leur nom et leur réputation pour porter au monde leur foi et leur amour pour Jésus. Dieu appelle chacun de nous, chacun de vous à faire de grandes choses, mais si souvent nous ne répondons pas à cet appel et nous l’écartons comme si c’était une distraction. Il est temps maintenant pour cette génération d’accepter cet appel, l’appel de Dieu qui nous presse de nous donner totalement à Lui, de voir cette tendre main qui guide votre chemin. Mais vous devez en premier lieu vous engager à prier, à jeûner, à méditer les Saintes Écritures, et à prendre au sérieux les sacrements.

Car nous sommes maintenant dans une culture en déclin; nous sommes un peuple en danger de succomber à tous nos excès. Notre monde est enraciné dans le péché et dans l’intime de notre cœur, Dieu nous appelle, chacun de nous, à nous donner entièrement à Lui. Et combien de fois nous l’avons ignoré, ignoré ce doux appel. Le grand saint d’Auschwitz, saint Maximilien Kolbe, a dit que le plus grand péché du XXème siècle est l’indifférence. Chers frères et sœurs, c’est aussi le plus grand péché du XXIème siècle, Nous devons secouer cette indifférence, cette destructrice tolérance du mal. Seulement notre foi en la sagesse du Christ peut nous sauver; mais cela nécessite des guerriers prêts à risquer leur réputation, leurs noms, et même leur propre vie pour défendre la vérité. Détournez-vous de cette génération corrompue, soyez des saints. Vous n’avez pas été créés pour suivre la masse. Vous êtes nés pour vous démarquer. Mais en ce moment, dans notre pays, les gens sont tellement heureux de suivre le courant d’idées à la mode. Nous avons de nos jours une idée de la liberté selon laquelle tous les choix sont égaux, peu importe leurs conséquences. Pensez-vous honnêtement que c’est cela la vraie liberté? Le pape Jean-Paul le Grand (Jean-Paul II) a dit: 

" La démocratie ne peut pas être maintenue sans un engagement de tous envers certaines valeurs morales concernant la personne humaine et la communauté humaine. La question fondamentale qu'une société démocratique doit se poser, est la suivante: "Comment devons-nous vivre ensemble?" En cherchant une réponse à cette question, est-ce que la société peut exclure la vérité morale et le raisonnement moral? ... Chaque génération d’Américains a besoin de savoir que la liberté existe non pas pour faire ce que tu veux, mais pour avoir le droit de faire ce que tu dois faire." (Jean-Paul II, Baltimore, le 8 octobre 1995)

Voilà la liberté que je vous souhaite: se libérer du péché; se libérer de nos faiblesses; se libérer de l'esclavage où nous conduit le péché. Voilà la liberté pour laquelle il vaut la peine de mourir. Cela me rappelle ce que Mel Gibson fait dire à son héros dans le film "Braveheart ("Coeur Vaillant") qui a remporté l'Oscar du meilleur film:   
Wallace: Je suis William Wallace. Et je vois devant moi toute une armée de paysans qui défie la tyrannie. Vous êtes venus vous battre comme des hommes libres; et hommes libres vous êtes. Que feriez-vous sans la liberté? Allez-vous vous battre?    
Un soldat vétéran:  Nous battre? Contre cela?  Non, nous allons nous enfuir; et nous vivrons.           
Wallace: Ah oui, battez-vous et il est possible que vous mourriez. Fuyez et vous vivrez -- au moins pour quelque temps. Et dans plusieurs années, en mourant dans vos lits, seriez-vous prêts à échanger tous les jours qui se seraient passés entre maintenant et le jour de votre mort, pour une chance, pour seule chance de revenir en arrière et dire à nos ennemis qu'ils peuvent bien prendre nos vies, mais qu'ils ne prendront jamais notre liberté. 
Tous les hommes meurent mais ce ne sont pas tous les hommes qui vivent vraiment. Toi, toi, et toi, nous devons tous combattre pour cette liberté authentique et vivre pour de vrai mes amis. Par Dieu nous devons vivre. Et avec l'Esprit Saint pour bouclier et le Christ pour épée, puissiez-vous vous joindre à Saint Michel et à tous les anges et envoyer Lucifer et ses acolytes directement en enfer, dans leur demeure (ou encore: "car c'est ce qu'ils méritent "). (applaudissements)
Saul veut dire " le grand ". Qu'est-ce que " Paul " signifie? Le petit. Alors, si on souhaite devenir grands aux yeux de Dieu, qu'est-ce qu'on doit être? Petits. Que Dieu vous aime et qu'Il vous protège et vous guide tous les jours de votre vie. Et si je ne vous rencontre pas ici, j'ai vraiment hâte de vous rencontrer au ciel. Je vous aime. Que Dieu vous bénisse. 
Note: Veuillez pardonner mes erreurs de traduction, si vous en trouvez. 


Jim Caviezel "Paul, Apostle of Christ" | SLS18 - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=e9z-dMQjRBE
5 janv. 2018 - Ajouté par FOCUS - Fellowship of Catholic University Students
Jim Caviezel surprised #sls18 attendees, encouraging them to be warriors animated by faith. Caviezel will ...


(1) Dieu ma joie: Film: " Paul apôtre du Christ "
dieumajoie.blogspot.com/2018/01/film-paul-apotre-du-christ.html




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire