samedi 25 février 2017

Contempler notre doux Seigneur

Contempler notre doux Seigneur

Si vous lisez assidûment mes blogues, vous savez à quel point je suis touché par le regard amoureux que Jésus pose continuellement sur nous. D’autre part, je crois fermement que la joie la plus grande sur cette terre est de vivre sous ce regard. C’est l’invitation que nous lance l’auteur de la Lettre aux Hébreux:

« Ainsi donc, nous aussi, entourés de cette immense nuée de témoins, et débarrassés de tout ce qui nous alourdit – en particulier du péché qui nous entrave si bien –, courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée, les yeux fixés sur Jésus, qui est à l’origine et au terme de la foi. » (Hébreux 12, 1-2)
La liturgie du bréviaire nous présente aujourd'hui même un très beau texte en ce sens, écrit par saint Grégoire d’Agrigente. Cette semaine, nous avons lu à « l’office des lectures », des extraits du livre biblique appelé « Qohéleth » ou « l’Ecclésiaste ». Le passage de l’Ecclésiaste que nous lisions aujourd’hui, commençait ainsi: « Oui, douce est la lumière! Quel bonheur pour les yeux de voir le soleil! » (Qo 11, 7)
Voici le commentaire de saint Grégoire d’Agrigente: 

COMMENTAIRE DE SAINT GRÉGOIRE D'AGRIGENTE
SUR L'ECCLÉSIASTE


Joie et lumière

La lumière est douce, dit l'Ecclésiaste, ~ et c'est bien bon de contempler le soleil visible avec les yeux de notre corps. ~ Car si la lumière disparaissait, le monde n'aurait plus d'aspect, et la vie serait sans vie. Et c'est pourquoi Moïse, le contemplateur de Dieu, a dit jadis : Dieu vit que la lumière était bonne. ~ Mais nous devons penser ~ à la grande, véritable et éternelle lumière qui éclaire tout homme venant dans ce monde, c'est-à-dire le Christ, le Sauveur du monde et son Rédempteur. Après s'être fait voir aux prophètes, il s'est fait homme et il est allé jusqu'aux extrémités de la condition humaine, ce qui fait dire au prophète David: Chantez à Dieu un psaume pour son nom, frayez la route à celui qui monte au couchant: son nom est « le Seigneur », bondissez de joie devant sa face. ~

L'Ecclésiaste a donc dit que la lumière était douce; il a prédit qu'il serait bon pour nous de voir de nos yeux le soleil de gloire, c'est-à-dire celui qui a dit, au temps de sa divine incarnation: Moi, je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie. Et encore : Voici le jugement: la lumière est venue dans le monde.

Ainsi donc, cette lumière du soleil, vue par les yeux de notre corps, annonçait le soleil spirituel, le Soleil de justice. C'est vraiment le soleil le plus doux qui se soit levé pour ceux qui, en ce temps-là, ont eu le bonheur d'être ses disciples, et de le regarder de leurs yeux pendant qu'il partageait la vie des hommes, comme s'il était un homme ordinaire. Et pourtant, il était aussi par nature Dieu véritable; c'est pourquoi il était en mesure de rendre la vue aux aveugles, de faire marcher les boiteux et entendre les sourds; il a purifié les lépreux et, d’un seul mot, rappelé les morts à la vie.

Et maintenant encore, il n'y a vraiment rien de plus doux que de fixer sur lui les yeux de notre esprit pour contempler et se représenter son inexprimable et divine beauté; il n'y a rien de plus doux que d'être illuminés et embellis par cette participation et cette communion à la lumière, d'avoir le cœur adouci, l'âme sanctifiée, et d'être remplis d'une allégresse divine tous les jours de la vie présente.

C'est ce que le Sage Ecclésiaste nous laisse entendre, lorsqu'il dit: Si l'homme vit de nombreuses années, qu'il se réjouisse en elles toutes. En vérité, ce soleil de justice est, pour ceux qui le regardent, le pourvoyeur de la joie selon cette prophétie de David: Les justes sont en fête devant la face de Dieu, ils débordent d'allégresse ! Et encore : Criez au Seigneur votre joie, hommes justes : hommes droits, à vous la louange ! 




Pétition à signer pour le bien de vos enfants

Pétition à signer pour le bien de vos enfants

Chers amis, 

Je suis tellement heureux d'avoir reçu aujourd'hui la pétition ci-incluse (voir ci-dessous)! Je l'ai signée avec joie. Dans le petit carré où on peut laisser un commentaire, j'ai écrit: 

Je signe cette pétition parce que je la trouve extraordinairement juste et bien formulée. 

Il est grand temps que les croyants en Dieu se réveillent au Québec et qu'ils arrêtent de laisser bafouer leurs droits les plus légitimes par des dirigeants athées ou inconscients. 

S'il vous plaît, faites circuler cette pétition.

Bonjour tout le monde,

La pétition pour amender le nouveau programme d'éducation à la sexualité est maintenant disponible sur internet ICI.

Veuillez s.v.p. partager la pétition avec vos amis (via Facebook, si possible. Veuillez aussi noter que la pétition réfère à un autre site avec des documents à l'appui).

3165 signatures (à la main) ont déjà été reçues par le Ministre de l'Éducation.

Merci pour votre précieuse collaboration!  

Syméon et Anne, modèles pour les aînés

Syméon et Anne, modèles pour les aînés
Résultats de recherche d'images pour « Syméon et Anne » 
Syméon et Anne (Lc 2, 25-38)

Je viens de lire une homélie merveilleuse du pape François, prononcée récemment, le 2 février dernier. Cette homélie m’a réjoui car elle m’a montré que dans les faits, nos aînés peuvent faire encore beaucoup pour le Royaume de Dieu sur terre.

J’ai plusieurs fois dit que la catégorie de personnes qui me déçoit le plus dans la société actuelle, ce sont les aînés. Tant de nos aînés ici au Québec, et particulièrement à Montréal, semblent avoir oublié Dieu ainsi que tout le bien qu’ils pourraient apporter à notre société. Il est vrai que ce sont très majoritairement les aînés qui fréquentent l’église le dimanche au Québec et dans ma paroisse. Je remercie ces aînés de tout coeur et je ne les remercierai jamais assez. La déception dont je parle dans ce blogue, ne s'applique évidemment pas à eux.  

Quoi qu'on dise ou quoi qu'on pense, c’est à l’église le dimanche, que « tout se passe ». C’est là que Jésus, par un acte de charité extraordinaire, rend présent le sacrifice parfait, le sacrifice qui nous ouvre les portes du ciel. Seules les personnes qui réalisent le don immense que Dieu nous fait en rendant présent devant nos yeux l’événement historique qui a transformé et sauvé le monde: le mystère pascal, CROIX ET RÉSURRECTION (1), peuvent comprendre à quel point il est grave de manquer ce rendez-vous divin dominical sans raison valable. Si la grande majorité des aînés de ma paroisse participaient comme il se doit à la messe dominicale, je n’aurais pas assez de place pour les accueillir en n’ayant que trois messes par fin de semaine. Hélas, nos aînés semblent parfois plus prêts à se divertir, qu’à louer Dieu et intercéder pour notre peuple. Si les aînés que nous ne voyons plus à la messe, se déplaçaient le dimanche pour offrir leur vie avec Jésus pour le salut du monde, notre monde changerait, j’en suis certain. Mais certains aînés semblent plus prompts à laisser « le monde » (le monde sans Dieu) ensevelir Jésus en eux, qu’à porter Jésus au monde.

Le deux février, l’Église fête la Présentation de Jésus au Temple. Deux des personnages principaux de ce mystère joyeux, sont des aînés: le vieillard Syméon et la prophétesse Anne, àgée de 84 ans. Même si c’est le vieillard Syméon qui est le plus mis en évidence dans ce passage des évangiles, j’avoue que la prophétesse Anne est celle qui m’impressionne le plus. Voici ce qu’on nous dit d’elle :

« Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuël, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. » (Lc 2, 36-38)
Quelle femme extraordinaire! Pour qui pensez-vous qu’elle priait et qu’elle jeûnait? Pour elle-même? Probablement. Mais assurément et surtout pour son peuple. Quel modèle à imiter de nos jours! Syméon et Anne étaient tous les deux animés d’une espérance vaste comme le monde et tous les deux, dès qu’ils ont rencontré le Messie, se sont mis à l’annoncer joyeusement au monde, à le porter au monde.Voilà la tâche et l’apostolat principal de tous les aînés chrétiens: porter Jésus au monde; le présenter au monde, pour que les personnes puissent faire un choix. Syméon et Anne ont non seulement annoncé Jésus, mais ils l’ont fait avec enthousiasme et réalisme. Mais laissons la parole au pape François:  

« Le chant de Syméon est le chant de l’homme croyant qui, à la fin de ses jours, peut affirmer: c’est vrai, l’espérance en Dieu ne déçoit jamais (cf. Rm 5, 5), il ne trompe pas. Syméon et Anne, dans leur vieillesse, sont capables d’une nouvelle fécondité, et ils en témoignent en chantant: la vie mérite d’être vécue avec espérance parce que le Seigneur garde sa promesse ; et Jésus lui-même expliquera cette promesse dans la synagogue de Nazareth: les malades, les prisonniers, ceux qui sont seuls, les pauvres, les personnes âgées, les pécheurs sont invités, eux aussi, à entonner le même chant d’espérance; Jésus est avec eux, il est avec nous (cf. Lc 4, 18-19).

Ce chant d’espérance, nous l’avons reçu en héritage de nos pères. Ils nous ont engagés dans cette ‘‘dynamique’’. Sur leurs visages, dans leurs vies, dans leur dévouement quotidien et constant, nous avons pu voir comment cette louange s’est faite chair. Nous sommes héritiers des rêves de nos pères, héritiers de l’espérance qui n’a pas déçu nos mères et nos pères fondateurs, nos aînés. Nous sommes héritiers de nos anciens qui ont eu le courage de rêver; et comme eux, aujourd’hui, nous voulons, nous aussi, chanter: Dieu ne trompe pas, l’espérance en lui ne déçoit pas. Dieu vient à la rencontre de son peuple. Et nous voulons chanter en nous introduisant dans la prophétie de Joël: «  Je répandrai mon pouvoir sur tout esprit de chair, vos fils et vos filles prophétiseront, vos anciens seront instruits par des songes, et vos jeunes gens par des visions » (3, 1).

Cela nous fait du bien d’accueillir le rêve de nos pères pour pouvoir prophétiser aujourd’hui et retrouver ce qui un jour a enflammé notre cœur. Rêve et prophétie ensemble. Mémoire de la façon dont ont rêvé nos anciens, nos pères et mères et courage pour poursuivre, prophétiquement, ce rêve.

Cette attitude nous rendra féconds, nous, personnes consacrées, mais surtout elle nous préservera d’une tentation qui peut rendre stérile notre vie consacrée: la tentation de la survie. Un mal qui peut s’installer peu à peu en nous, dans nos communautés. L’attitude de survie nous fait devenir réactionnaires, peureux; elle nous enferme lentement et silencieusement dans nos maisons et dans nos schémas. Elle nous projette en arrière, vers les exploits glorieux – mais passés – qui, au lieu de susciter la créativité prophétique issue des rêves de nos fondateurs, cherchent des raccourcis pour fuir les défis qui aujourd’hui frappent à nos portes. La psychologie de la survie ôte la force à nos charismes parce qu’elle nous conduit à les ‘‘domestiquer’’, à les ramener ‘‘à portée de main’’ mais en les privant de cette force créatrice qu’ils ont inaugurée ; elle fait en sorte que nous voulons davantage protéger des espaces, des édifices ou des structures que rendre possibles de nouveaux processus. La tentation de la survie nous fait oublier la grâce, elle fait de nous des professionnels du sacré mais non des pères, des mères ou des frères de l’espérance que nous avons été appelés à prophétiser. Ce climat de survie endurcit le cœur de nos aînés en les privant de la capacité de rêver et, ainsi, stérilise la prophétie que les plus jeunes sont appelés à annoncer et à réaliser. En peu de mots, la tentation de la survie transforme en danger, en menace, en tragédie ce que le Seigneur nous présente comme une opportunité pour la mission. Cette attitude n’est pas propre uniquement à la vie consacrée, mais à titre particulier nous sommes invités à nous garder d’y succomber.

Retournons au passage de l’évangile et contemplons de nouveau la scène. Ce qu’a suscité le chant de louange en Syméon et Anne, cela n’a pas été, bien sûr, de se regarder eux-mêmes, d’analyser et de revoir leur situation personnelle. Cela n’a pas été de s’enfermer de peur que quelque malheur ne puisse leur arriver. Ce qu’a suscité le chant a été l’espérance, cette espérance qui les soutenait dans la vieillesse. Cette espérance s’est vue récompensée dans la rencontre avec Jésus. Lorsque Marie dépose dans les bras de Syméon le Fils de la Promesse, le vieillard commencer à chanter, il fait une “liturgie”, il chante  ses rêves. Lorsqu’elle met Jésus au milieu de son peuple, celui-ci trouve la joie. Oui, il n’y a que cela pour pouvoir nous redonner la joie et l’espérance, seulement cela nous préservera de vivre dans une attitude de survie. Uniquement cela fécondera notre vie et maintiendra vivant notre cœur. Mettre Jésus là où il doit être : au milieu de son peuple.

Nous sommes  tous conscients de la transformation multiculturelle que nous traversons ; personne n’en doute. D’où l’importance que la personne consacrée soit insérée avec Jésus dans la vie, dans le cœur de ces grandes transformations. La mission – en conformité avec chaque charisme spécifique – est de nous rappeler que nous avons été invités à être levain de cette masse concrète. Certes, il peut y avoir des ‘‘farines’’ meilleures, mais le Seigneur nous a invités à faire lever la pâte ici et maintenant, avec les défis qui se présentent à nous. Non par une attitude défensive, non poussés par nos peurs, mais les mains à la charrue, en cherchant à faire croître le grain souvent semé au milieu de l’ivraie. Mettre Jésus au milieu de son peuple signifie avoir un cœur contemplatif, capable de discerner comment Dieu marche dans les rues de nos villes, de nos villages, de nos quartiers. Mettre Jésus au milieu de son peuple signifie prendre en charge et vouloir aider à porter la croix de nos frères. C’est vouloir toucher les plaies de Jésus dans les plaies du monde, qui est blessé et désire et demande à ressusciter.

Nous mettre avec Jésus au milieu de son peuple ! Non comme des activistes de la foi, mais comme des hommes et des femmes qui sont continuellement pardonnés, des hommes et des femmes unis dans le baptême pour partager cette onction et la consolation de Dieu avec les autres.   

Nous mettre avec Jésus au milieu de son peuple, car « nous ressentons la nécessité de découvrir et de transmettre la “mystique” de vivre ensemble, de se mélanger, de se rencontrer, de se prendre dans les bras, de se soutenir, de participer à cette marée un peu chaotique qui [avec le Seigneur] peut se transformer en une véritable expérience de fraternité, en une caravane solidaire, en un saint pèlerinage… […] Si nous pouvions suivre ce chemin, ce serait une très bonne chose, très régénératrice, très libératrice, très génératrice d’espérance! Sortir de soi-même pour s’unir aux autres » (Exhort. ap. Evangelii gaudium, n. 87) non seulement fait du bien, mais aussi transforme notre vie et notre espérance en un chant de louange. Mais cela, nous ne pouvons le réaliser que si nous faisons nôtres les rêves de nos pères et les transformons en prophétie.

Accompagnons Jésus pour qu’il rencontre son peuple, pour qu’il soit au milieu de son peuple, non pas dans la lamentation ou dans l’anxiété de celui qui a oublié de prophétiser parce qu’il ne prend pas en charge les rêves de ses pères, mais dans la louange et dans la sérénité ; non pas dans l’agitation mais dans la patience de celui qui se fie à l’Esprit, Seigneur des rêves et de la prophétie. Et ainsi, nous partageons ce qui nous appartient : le chant qui naît de l’espérance. (2)

Oui nos aînés peuvent prophétiser à notre peuple, parler à notre peuple de l’existence de Dieu, de sa présence dans le monde, de son action et de son amour. « Seigneur, envoie ton Esprit, qui renouvelle la face de la terre » (prière inspirée du psaume 103).


(1) On dira peut-être que la résurrection de Jésus n’est pas vraiment « historique », puisqu’elle transcende l’histoire, mais à un moment donné, il faut arrêter de jouer sur les mots.

(2) XXIe Journée mondiale de la Vie consacrée - Fête de la Présentation ...

https://w2.vatican.va/.../fr/.../papa-francesco_20170202_omelia-vita-consacrata.html






jeudi 23 février 2017

Le Saint Suaire et Pier Giorgio Frassati

Le Saint Suaire et Pier Giorgio Frassati

Pier Giorgio Frassati est désormais mon saint préféré. De fait, il n’est pas encore canonisé, mais il le sera un jour. J’ai écrit plusieurs blogues sur lui. Son corps repose dans la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Turin, à quelques mètres du Saint Suaire qui, de toute évidence est le linceul qui a enveloppé le corps de Jésus après sa mort. 

Je trouve assez extraordinaire que le corps de Pier Giorgio soit inhumé dans la même cathédrale que le Saint Suaire.

Nous célébrerons la fête de la Sainte Face (le visage qui se trouve imprégné sur le Saint Suaire) mardi prochain, communément appelé le « mardi gras ». C'est le pape Pie XII qui, en 1958, a déclaré que la fête de la Sainte Face de Jésus aurait lieu le mardi qui précède le Mercredi des Cendres, jour de l'entrée en Carême. C’est très symbolique. Alors que les sociétés civiles festoient et se divertissent, l’Église nous invite à porter notre regard sur le visage du crucifié.

 Résultats de recherche d'images pour « La Sainte FAce »

Je suis sur le point de terminer la lecture d’un magnifique roman sur Pier Giorgio Frassati. Le roman est intitulé: To the Heights. Le chapitre 21 du livre, est intitulé: « Pour expier les péchés ». Nous sommes rendus à la période de l’année où se vit le carnaval, ce temps de réjouissance qui, malheureusement est aussi une occasion d’abus et de péchés. Pier Giorgio s’apprête à sortir de la maison pour aller prier devant le Saint Sacrement toute la nuit et aller ensuite escalader le Mont Blanc. Il rencontre sa sœur Luciana dans l’escalier. Elle est vêtue de façon splendide et s’apprête à aller fêter le carnaval avec ses amis. Elle remarque que son frère n’est pas du tout habillé pour aller au carnaval, mais plutôt pour aller faire de l’alpinisme. Pier Giorgio, en bon grand frère qu’il était, se permet de lui dire ce qu’il pense du carnaval:

« Georgie! Pourquoi ne viens-tu pas rencontrer tout le monde et avoir du plaisir? Le carnaval n’a pas lieu à chaque semaine! »

« Et c’est une bonne chose », dit-il, alors qu’il commençait à descendre les escaliers.

« Qu’est-ce que cela est supposé signifier? » lui demanda-telle, en descendant derrière lui.

« Il y a beaucoup de péché et de débauche mêlés au plaisir du carnaval. Tu ferais bien de venir avec moi à la place. »

« J’ai déjà planifié d’aller rencontrer mes amis. Réveille-toi, mon frère; tout ne doit pas être dramatique dans la vie. »

Il arrêta au bas des escaliers et se retourna pour lui faire face. Elle le suivait de si près qu’elle lui arriva presque dans le dos.

« Je pense que peu de personnes pourraient m’accuser d’être « dramatique », ou encore de ne pas savoir comment avoir du plaisir; mais rien, selon moi, n'est plus dramatique que nos péchés. Les rues en ce moment sont pleines de gens qui se soucient peu des affaires de leur âme. Tout ce qui les intéresse, ce sont les plaisirs de la chair. Le temps du Carême est presque à notre porte; nous devrions porter notre attention sur la prière et le jeûne, et non pas sur la danse et la boisson. »

À l’approche de la fête de la Sainte Face, qui nous invite à méditer sur « l’homme des douleurs » qui a enduré tant de souffrances pour nos péchés, et à l’approche du Carême 2017, je trouvais que ce passage du livre de Brian Kennelly était tout à fait approprié.

Un des derniers chapitres du livre, s’intitule « Trois chutes ». Nous sommes alors à quelques jours de la mort de Pier Giorgio. Pier Giorgio vit depuis quelques jours une extrême fatigue et ses jambes lui font très mal. De plus, les muscles de tout son corps semblent le lâcher; il ne peut pratiquement plus se tenir sur ses jambes. La grand-mère maternelle de Pier Giorgio est elle-même mourante dans une pièce voisine de la maison. Pier Giorgio, désirant aller la voir, sort de sa chambre et tombe trois fois par terre, avant de se rendre au chevet de sa grand-mère. On ne reconnaît plus le jeune homme fort et athlétique qu’il était il y a de cela quelques jours. Tout comme les amis de Jésus ne reconnaissaient plus leur Maître sur le chemin de la croix, alors qu’il tomba trois fois, selon la tradition.

Les trois derniers jours de Pier Giorgio sur cette terre, furent une véritable agonie. La poliomyélite foudroyante qu’il a contractée, lui a enlevé toutes ses forces et lui a fait vivre des heures d’atroces souffrances. En cela aussi il a imité son Maître et Seigneur Jésus Christ. Il sied donc tout à fait que son corps repose désormais aux côtés du Suaire de l’HOMME DES DOULEURS.

Résultats de recherche d'images pour « Tomba di Pier Giorgio Frassati »
Tombeau de Pier Giorgio Frassati, cathédrale de Turin

Si nous avançons sur les dalles à droite du pape, nous arrivons à la chapelle où se trouve le Saint Suaire. Le Saint Suaire est donc du même côté de la cathédrale que la dépouille mortelle de Pier Giorgio, et à quelques mètres seulement de la tombe du jeune Bienheureux.  

Résultats de recherche d'images pour « Saint Suaire cathédrale de Turin »
Endroit où est conservé le Saint Suaire dans la cathédrale de Turin
Remarquez les dalles

Dans la vidéo ci-dessous, consacrée au Saint-Suaire de Turin, à la première minute et quarante- septième seconde (1:47), nous voyons des pèlerins faisant la queue pour contempler le Saint Suaire et passant devant la tombe de Pier Giorgio Frassati. Nous pouvons voir la photo de Pier Giorgio, posée sur l'autel.  

Le linceul de Turin ou Saint Suaire - reportage du Chemin neuf ...


https://www.youtube.com/watch?v=rbgGcIwVgxc
28 mars 2012 - Ajouté par linceul-turin
Pour tout savoir, téléchargez librement les 4 TOMES offert ici : http://www.linceul-turin.com/4-tomes-youtube.html ...

mardi 21 février 2017

" Soyez des témoins sans complexes " (Benoît XVI)

« Soyez des témoins sans complexes » ( Benoît XVI)
 Résultats de recherche d'images pour « Pourquoi évangéliser »

Je remercie l’abbé Pierre-Hervé Grosjean de m’avoir fait connaître une expression du pape Benoît XVI. Une interview de ce prêtre dans le Figaro Vox est intitulée: « Pour un christianisme décomplexé ». Voici un extrait de cette interview:  

Qu'est-ce que le catholicisme «décomplexé»?

C'est Benoît XVI qui a utilisé ce mot et cela m'a marqué. A la fin des Journées Mondiales de la Jeunesse de Madrid, il demandait aux jeunes de langue française «Soyez des témoins décomplexés!». Il faudrait lui demander ce qu'il entendait par là, et pourquoi a-t-il choisi d'utiliser ce terme pour les Français! Pour ma part, je l'ai reçu comme une invitation à une très grande liberté intérieure. Notre foi, notre espérance, notre charité nous rendent libres du regard des autres, des modes d'opinion, des sondages, des jugements médiatiques, des moqueries, des coups bas, etc… cela ne veut pas dire que nous sommes indifférents au monde! Nous voulons au contraire lui apporter ce qu'il y a de meilleur, ce trésor de l'Évangile que nous avons reçu, cette conception de l'homme, de la société, de la vie que nous croyons juste et bonne pour tous. Nous sommes appelés à le faire humblement, en faisant tout pour être à la hauteur du message que nous portons, sans l'abîmer par nos fautes. Nous sommes appelés à le faire sans crainte, sans complexe, joyeusement et généreusement. Bien plus que nous le croyons, les catholiques sont attendus. Dans ce désert, il y a une soif qui émerge. Soif de repères, d'enracinement, d'identité, d'espérance. Soif d'aimer vraiment, et de se redécouvrir aimé. Besoin immense d'un bonheur qui ne déçoit pas. Les catholiques n'ont pas à se cacher, encore moins à rougir. Ils peuvent assumer pleinement ce qu'ils sont, ce qu'ils croient. Ils n'ont pas peur d'être des signes de contradiction pour le monde: le pire serait plutôt de susciter l'indifférence! Leur parole, leur témoignage continuent d'interpeller les consciences, d'éclairer les intelligences et de toucher les cœurs. Un «catholicisme décomplexé» c'est au fond un catholicisme qui a redécouvert sa capacité à changer le monde, et qui s'y attelle généreusement! (1)

J’avoue que je n’étais pas du tout au courant du fait que le pape Benoît XVI ait employé le mot « décomplexé » en parlant aux jeunes de langue française, à Madrid, à l’occasion des JMJ (Journées Mondiales de la Jeunesse). Cela m’a surpris et intrigué. C’est le genre d’expression ou de langage que l’on s’attend à entendre de la part du pape François, mais non pas du pape Benoît XVI. Ce qui étonne, marque. Je ne suis pas surpris que l’abbé Grosjean ait été « marqué » par le mot.

J’ai donc fait une recherche rapide sur l’internet, pour voir à quel endroit et à quel moment le pape avait dit cela aux jeunes de langue française. C’est à l’Angelus du dimanche 21 août 2011, que le pape a invité les jeunes de langue française à être des « témoins sans complexes ». Après avoir adressé quelques mots à tous les jeunes qui étaient devant lui, le pape a donné un message particulier aux jeunes de différentes cultures et de différentes langues. Aux jeunes de langue française, il a dit ceci:

« Chers jeunes de langue française, le Christ vous demande aujourd’hui d’être enracinés en Lui et de bâtir avec Lui votre vie sur le roc qu’il est Lui-même. Il vous envoie pour être des témoins courageux et sans complexes, authentiques et crédibles ! N’ayez pas peur d’être catholiques, d’en témoigner toujours autour de vous avec simplicité et sincérité ! Que l’Église trouve en vous et en votre jeunesse les missionnaires joyeux de la Bonne Nouvelle ! » (2)

On ne retrouve pas l’expression « sans complexes » dans les courts messages adressés aux jeunes pèlerins des autres langues. Le pape a réservé cette expression aux jeunes de langue française. C’est étonnant, n’est-ce pas? Je le vois comme un message adressé spécialement aux jeunes du Québec, et non seulement aux jeunes, mais aussi à tous les catholiques de la province de Québec. Notre province est un des lieux sur notre planète où le catholicisme a été rejeté massivement et en très peu de temps, à l’occasion de ce qu’on a qualifié ici de « révolution tranquille ». On peut dire en un sens, qu’elle fut « tranquille » cette révolution, mais non moins dommageable. Très dommageable en tout cas, au niveau de la foi. L’athéisme et l’indifférence religieuse se répandent chez nous à une vitesse vertigineuse. Il faut être très courageux de nos jours pour témoigner publiquement de sa foi catholique dans les rues et les villes du Québec, croyez-moi. J’ai composé une prière pour notre paroisse, il y a environ deux ans. Dans cette prière, je m’adresse à chacune des trois Personnes divines et à la Vierge Marie. M’adressant à l’Esprit Saint, je lui demande ceci:

« Esprit Saint, notre Défenseur et Consolateur, fais vivre à notre paroisse une nouvelle Pentecôte. Remplis-nous de tes dons et de tes fruits, et envoie-nous porter la Bonne Nouvelle à toutes les personnes que nous rencontrons, sans gène et sans peur ». (3)
  
Dans un premier temps, j’étais un peu déçu de constater que le texte officiel du Vatican, n’employait pas le mot « décomplexé », mais plutôt l’expression « sans complexes ». Mais après réflexion, je préfère l’expression « sans complexes ». Car il existe deux sortes de complexe: le complexe d’infériorité et le complexe de supériorité. Le complexe qui menace malheureusement les catholiques du Québec, est le complexe d’infériorité. Les tenants de l’athéisme au Québec, parlent haut et fort. Et cela peut facilement intimider les personnes croyantes. Mais il est bon de tenir à l’esprit et de nous rappeler que le complexe de supériorité peut aussi menacer les croyants. Le pharisaïsme (le fait de se considérer supérieur aux autres et même de mépriser les autres) a toujours été une tentation chez les personnes qui se considèrent « très religieuses ». Que Dieu nous en préserve! L’abbé Grosjean, dans la citation reproduite ci-dessus, nous encourage d’ailleurs à porter humblement la Bonne Nouvelle aux gens de notre époque. Ceci étant dit, l'abbé Grosjean est tout à fait en droit d'employer le mot "décomplexé " car les phrases du pape Benoît XVI adressées aux jeunes à Madrid, allaient toutes dans le sens suivant: "N'ayez pas peur de témoigner de votre foi ". 

Je termine ce blogue en citant un paragraphe de la lettre que le pape Benoît XVI a écrite aux jeunes du monde entier en prévision des JMJ de Sidney, en 2008:   

« Chers amis, soyez saints, soyez missionnaires, parce qu’on ne peut jamais séparer la sainteté de la mission (cf. Redemptoris missio, n. 90). N’ayez pas peur de devenir des saints missionnaires comme saint François-Xavier, qui a parcouru l’Extrême Orient en annonçant la Bonne Nouvelle jusqu’à l’extrémité des ses forces, ou comme sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, qui fut missionnaire sans avoir quitté son Carmel: l’un comme l’autre sont «Patrons des Missions». Soyez prêts à mettre en jeu votre vie pour illuminer le monde avec la vérité du Christ; pour répondre avec amour à la haine et au mépris de la vie; pour proclamer l’espérance du Christ ressuscité en tout point de la terre. » (4)


(1) Abbé Grosjean : «Pour un catholicisme décomplexé» - Le Figaro

www.lefigaro.fr › FIGARO VOX › Vox Religion


(2) Angélus, 21 août 2011 - Madrid | BENOÎT XVI

w2.vatican.va/...xvi/.../angelus/2011/.../hf_ben-xvi_ang_20110821_xxvi-gmg-madri..


(3) Dieu ma joie: Prière pour revitaliser la paroisse

dieumajoie.blogspot.com/2015/01/priere-pourrevitaliser-la-paroisse-la.html


(4) XXIIIe Journée Mondiale de la Jeunesse, 2008 | BENOÎT XVI


w2.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/.../hf_ben-xvi_mes_20070720_youth.html








dimanche 19 février 2017

La réconciliation Durant-Westbrook

La réconciliation Durant-Westbrook
Résultats de recherche d'images pour « kevin durant » 
Kevin Durant 
Résultats de recherche d'images pour « russell westbrook »
                                                          Russel Westbrook

Je sais que trop souvent nous avons tendance à mêler sport et religion, comme si Dieu s’intéressait à ce que telle équipe gagne une partie plutôt que l’équipe adverse. Mais lorsqu’il s’agit de sentiments humains impliquant la charité fraternelle, je pense que Dieu s’intéresse non pas tant au sport comme tel, mais aux sportifs eux-mêmes.

Je suis un grand « fan » du basketball américain. Aujourd’hui avait lieu la partie des étoiles de la NBA (National Basketball Association), opposant les vedettes (stars) de l’Est contre les vedettes de l’Ouest. On se demandait si deux grands amis allaient se réconcilier après une brouille qui dure depuis l’été dernier. Les deux grands amis de l'équipe de Oklahoma City ne se parlaient plus depuis que Durant a choisi de quitter l'équipe l'été dernier, pour se joindre aux Golden State Warriors. Il était tout à fait en droit de poser ce geste car il était devenu agent libre. Son contrat avec l'équipe d'Oklahoma était terminé et Durant était parfaitement en droit de jouer où il voulait dans la NBA. D'après ce que j'ai pu comprendre, Westbrook a été un peu froissé d'apprendre la nouvelle par un appel téléphonique de Durant. Je pense qu'il aurait aimé que son ami lui parle face à face de la décision importante qu'il avait prise. Mais peu importe la raison de la mésentente, il y avait une réelle brouille entre les deux athlètes depuis des mois; eux qui étaient pourtant de très bons amis. 

J'ai été personnellement attristé par cette situation. Je pense que ces deux athlètes extraordinaires ont un très grand coeur et qu'ils devaient très certainement souffrir de la rupture ou du moins du refroidissement de leur amitié. J’ai même fait personnellement une petite prière ces jours-ci pour qu'une réconciliation ait lieu entre les deux joueurs à l'occasion de la partie des étoiles qui avait lieu aujourd'hui à la Nouvelle-Orléans et au cours de laquelle Westbrook et Durant se retrouveraient à nouveau au sein de la même équipe: l'équipe des étoiles de la division Ouest. Or, réconciliation il y eut. L’entraîneur de l’équipe de l’Ouest, Steve Kerr a eu la très bonne idée de créer une condition favorable à la réconciliation Kevin Durant-Russel Westbrook, en les faisant jouer ensemble au cours du premier quart de la partie. Et la magie a opéré; et la réconciliation a eu lieu, sur le terrain même où se jouait la partie.

Probablement que certaines personnes me jugeront un peu naïf de croire à une réconciliation aussi rapide, due à une belle passe sur un terrain de basket. Mais la réaction et les attitudes des deux super vedettes suite à ce jeu de passe merveilleux, ne laisse aucun doute dans mon esprit, qu'il n'existe plus d'animosité entre ces deux amis (j'ai volontairement omis d'écrire "entre ces deux anciens amis"). Hier soir, les deux joueurs ont certainement réalisé à quel point même leurs confrères de basket professionnel avaient souffert de cette brouille. La joie que leurs coéquipiers ont démontré après le fameux "Alley-Oop" (ou "lob"), était un signe évident de leurs sentiments et particulièrement de ce qu'ils éprouvaient avant "l'événement le plus important de la soirée". Et cela n'a pu, selon moi, que faire comprendre aux deux joueurs à quel point leur réconciliation était désirée. Or cela ne peut laisser personne indifférent. J'aime beaucoup la réaction de Stephen Curry, sur la deuxième vidéo mise ci-dessous. À la dix-huitième (0.18) seconde de la vidéo on voit Stephen Curry se tourner vers ses coéquipiers et crier, fou de joie: "OH MY GOD! OH MY GOD! WHAT JUST HAPPENED?" ("Ô MON DIEU, Ô MON DIEU! QU'EST-CE QUI VIENT D'ARRIVER?"). Stephen Curry est mon joueur de basket préféré. Cette préférence est due au fait qu'il s'agit d'un joueur de basket vraiment unique et exceptionnel, mais aussi au fait qu'il est chrétien et qu'il ne se gène pas pour témoigner de son amour pour Jésus. Curry, hier, a réalisé qu'il venait presque d'être témoin d'un miracle. Je vous invite à lire et à regarder le très long blogue que j'ai écrit sur Stephen Curry (1).

Quelle belle journée pour une réconciliation, alors que Jésus nous demandait dans l’évangile de ce dimanche, « d’aimer nos ennemis » (Mt 5, 44).  


Kevin Durant Alley-Oop To Russell Westbrook In All-Star Game ...

https://www.youtube.com/watch?v=Oq5K8gnz0d8
Il y a 3 heures - Ajouté par G4NBAVideosHD
Russell Westbrook passes to KD and KD throws the lob pass for theWestbrook dunk at the two former ..



Voici la réaction des joueurs après l'événement: 

Bench Reaction To Kevin Durant's Lob To Russell ... - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=b6UFZUsWCqQ
Il y a 3 heures - Ajouté par BBallNetwork
2016-17 NBA season Full Game Highlights Regular February Feb 11th 11 2016 2017 Cavs Cavaliers ...

(1) Dieu ma joie: Mon joueur de basket préféré: Stephen Curry

dieumajoie.blogspot.com/2015/02/mon-joueur-de-basket-prefere-stephen.htm