dimanche 28 mai 2017

Ascension 2017: le mandat missionnaire

Ascension 2017: le mandat missionnaire
Résultats de recherche d'images pour « Faites des disciples »
Nous fêtons en fin de semaine l’Ascension du Seigneur Jésus. Ce mystère est vraiment déconcertant. Nous célébrons à la fois le départ de Jésus pour le ciel et sa présence permanente parmi nous.

L’évangile d’aujourd’hui nous présente le « mandat missionnaire » que Jésus nous a confié le jour même de son Ascension. Alors que Jésus quitte la terre, il confie à ses disciple la terre entière à évangéliser; rien de moins. Et pour cela, il leur promet que Lui, à qui « tout pouvoir a été donné au ciel et sur la terre, sera pour toujours avec eux » :  

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
    En ce temps-là,
    les onze disciples s’en allèrent en Galilée,
à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
    Quand ils le virent, ils se prosternèrent,
mais certains eurent des doutes.
    Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles :
« Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
    Allez ! De toutes les nations faites des disciples :
baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,
    apprenez-leur à observer
tout ce que je vous ai commandé.
Et moi, je suis avec vous
tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

Voilà l’évangile d’aujourd’hui, en cette Solennité de l’Ascension, voilà le « mandat missionnaire » que Jésus a confié à ses apôtres le jour où Il est retourné au ciel. Un mandat, c’est une volonté explicite de quelqu’un, une tâche spécifique que le mandataire veut que nous accomplissions. On ne peut pas y échapper. Et ce mandat de Jésus, est un « mandat missionnaire »; ce mandat regarde la MISSION, le fait d’être envoyé.

C’est en quelque sorte un ordre que Jésus nous donne, pour le bien de toute l’humanité. Or quel est cet ordre. Pour bien comprendre cet ordre, nous devrions connaître le grec. Car l’évangile selon saint Mathieu, a été écrit en grec. Dans la traduction française, nous avons quatre ordre, quatre commandements: allez, faites des disciples, baptisez et apprenez aux autres ce que je vous ai commandé.

Mais dans le grec, le seul verbe qui est à l’impératif, c’est le verbe « faites des disciples ». Les trois autres verbes sont au participe présent et ils se rapportent tous les trois au fait de « faire des disciples ». De fait, Jésus dit ceci:

« Faites des disciples en allant
Faites des disciples en baptisant.
Faites des disciples en enseignant. »

Voilà le sens du mandat missionnaire quand on le lit dans sa langue d’origine. Le chrétien et la chrétienne doivent donc « faire des disciples ». Voilà leur devoir principal en tant que chrétiens. Toute la question est de savoir ce qu’est un disciple et comment on peut faire des disciples.

Il y a selon moi une caractéristique propre aux disciples de Jésus. Normalement, un disciple est quelqu’un qui suit un maître; qui se met à son école. Un disciple est quelqu’un qui apprend. Ce n’est pas normalement quelqu’un qui est tenu d’enseigner ce qu’il a appris. Mais le disciple de Jésus ne peut pas se contenter d’apprendre; il doit communiquer aux autres ce qu’il a appris. Il doit faire cela. C’est ce que Jésus attend de lui. C’est pour cette raison que le pape François, dans son exhortation apostolique La joie de l’Évangile, a inventé le mot « disciple-missionnaire »: « Nous ne disons plus que nous sommes « disciples » et « missionnaires », mais que nous sommes toujours « disciples-missionnaires » (La joie de l’Évangile, no. 120).

J’ai entendu cette semaine à la télévision catholique Sel et Lumière, une petite histoire très intéressante à ce propos. J’ai fait des recherches sur l’internet, pour voir comment on racontait cette histoire. J’ai remarqué qu’il y a plusieurs façons de rapporter cette histoire. Voici comment elle est racontée sur un site anglophone; la traduction est mienne: 

«  Il existe une vieille légende qui nous transporte dans le temps et nous ramène au jour où Jésus retourne au ciel après être mort sur la croix et être ressuscité. Selon la légende, l’archange Gabriel rencontre Jésus. Gabriel fronce les sourcils lorsqu’il voit les marques des cicatrices provenant de la vie éprouvante de Jésus sur la terre; spécialement les marques de la crucifixion. Gabriel dit alors: « Maître, vous avez souffert terriblement pour ceux qui sont sur la terre ». « C’est vrai », répondit Jésus. Gabriel continua: « Est-ce que tous sont au courant maintenant de votre vie et de votre pardon? » « Non, pas encore », dit Jésus « en ce moment, seulement une poignée de personnes sait cela. Seulement quelques personnes en Palestine sont au courant de ma mort et de ma résurrection ». Gabriel regarde Jésus avec perplexité: « Mais alors, demande-il, comment tout le monde va-t-il être mis au courant de votre extraordinaire vie, de votre mort sacrificielle, et de votre triomphante résurrection? » Jésus répondit: « J’ai demandé à Pierre, à Jacques, à Jean et à quelques amis, de le dire à d’autres personnes. Et quand d’autres personnes vont entendre cela et vont croire, ils le diront à leur tour à d’autres. Et vois-tu Gabriel, petit à petit toute la planète va avoir entendu le message ». Fronçant à nouveau les sourcils, l’ange répondit: « Mais, hmmm, vous savez comment le monde est. Qu’est-ce qui va arriver si ils …  si Pierre, Jacques et Jean se fatiguent? Et qu’arrivera-t-il s’il raconte cette histoire et que la génération suivante a d’autres préoccupations? Ou encore si une fois rendu au 18ème ou 21ème siècle, et que les gens ne soient plus du tout engagés dans l’exécution de ce mandat? Avez-vous fait d’autres plans? » L’Agneau de Dieu regarda l’archange dans les yeux et lui dit: « JE N’AI PAS D’AUTRE PLAN; JE COMPTE SUR EUX ». (Auteur inconnu). (1)

Jésus n’a pas de « plan B ». Il compte sur nous. Si l'Évangile de se répand pas, c'est d'abord et avant tout de notre faute. 

Cette histoire est belle à cause de cela: elle montre à l’évidence que nous sommes la seule chance pour que l’Évangile se répande et pénètre le monde. Cette légende est également belle parce qu’elle montre ce que c’est que d’être disciple. Le disciple chrétien est celui qui a à cœur de partager la foi qu’il a reçue par pure BONTÉ divine et en toute GRATUITÉ.

HEUREUSE, JOYEUSE ET FRUCTUEUSE ASCENSION À TOUS !!!!

Note: La Parole de Dieu contient des phrases très fortes et étonnantes. Par exemple, Jésus, lors du dernier repas qu’il a pris avec ses apôtres, a dit cette phrase étonnante: « Amen, amen, je vous le dis: celui qui croit en moi, fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père » (Jn 14, 12). À chaque fois que Jésus commence une phrase par « Amen, amen, je vous le dis », il veut attirer notre attention car ce qu’il va dire est très important. Cette phrase de l’évangile de saint Jean, est tout à fait appropriée à la solennité d’aujourd’hui, alors que Jésus retourne vers le Père.
Mais la liturgie de la messe d’aujourd’hui nous présente un autre de ces textes étonnants et très forts. C’est d’ailleurs une des phrases le plus fortes et le plus chargées de puissance de toute la Bible. Dans la deuxième lecture de la messe d’aujourd’hui, nous entendons saint Paul nous dire ceci:  
« Que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père dans sa gloire, vous donne un esprit de sagesse qui vous le révèle et vous le fasse vraiment connaître. Qu’il ouvre à sa lumière les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle espérance vous ouvre son appel, la gloire sans prix de l’héritage que vous partagez avec les fidèles, et quelle puissance incomparable il déploie pour nous les croyants: c’est l’énergie, la force, la vigueur qu’il a mise en œuvre dans le Christ quand il l’a ressuscité d’entre les morts et qu’il l’a fait asseoir à sa droite dans les cieux. » (Lettre aux Éphésiens, chapitre 1, versets 17 à 20).
Voilà qui est vraiment extraordinaire. L’étude du Saint Suaire de Turin nous a fait entrevoir quelque chose à laquelle nous avions très peu pensé: il a fallu une énergie incroyable pour ressusciter Jésus, une énergie bien plus grande que la bombe atomique. Or cette énergie et cette puissance, habitent le cœur de tous les baptisés. C'est ce que saint Paul nous dit dans sa Lettre aux Éphésiens. À bas donc la pusillanimité, le manque de confiance en nous et le manque d’audace. Nous pouvons faire énormément pour l’extension du Royaume de Dieu sur terre. La question que nous devons nous poser est la suivante: « Qu’attendons-nous? »
https://groupbiblestudy.com/i-have-no-other-plan-the-great-comm...

(2) Voir aussi: 

Dieu ma joie: Disciples-missionnaires

dieumajoie.blogspot.com/2015/06/disciples-missionnaires.html

Dieu ma joie: La Vierge Marie, modèle des disciples-missionnaires

dieumajoie.blogspot.com/2015/10/la-vierge-marie-modele-des-disciples.html






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire