mardi 17 janvier 2017

Le chant " Ton regard ", commenté

Le chant « Ton regard », commenté
Résultats de recherche d'images pour « Richard Vidal »
Richard Vidal

Dans le précédent blogue, j’ai vous ai partagé le chant " Ton regard "composé par Richard Vidal. Richard a eu la bonté de me dédier ce chant. Il m’a dit qu’il a eu l’idée d’écrire ce chant après avoir lu mon « testament spirituel », intitulé: « Les yeux de l’Amour ». J’ai écrit mon testament spirituel il y a environ sept ans. Mon testament spirituel commence par des considérations sur l’art. Je cite les papes Paul VI et Jean-Paul II qui ont écrit des lettres aux artistes en leur disant l’estime qu’ils ont de leur art car ils réussissent à « rendre émouvant le monde de l’esprit, de l’invisible » (Paul VI). Et je disais que si  « si j’étais peintre, il y a un passage de l’évangile que j’aimerais tellement représenter: il s’agit du regard que posa Jésus sur Pierre immédiatement après son reniement ». Car c’est l’événement historique qui me touche le plus. Depuis ce temps, une amie artiste m’a fait cette peinture, que je trouve tout simplement « extraordinaire ». Elle trône dans ma chambre, au-dessus de mon lit. Et voici qu’un chant  a été composé par un auteur-compositeur-interprète de chez nous, en s’inspirant de mon testament. Je n’en reviens tout simplement pas.

J’ai mis sur mon blogue d’hier, quelques réflexions que Richard Vidal m’a partagées à propos de son chant. Toute œuvre d’art parle différemment à chaque personne. L’artiste a à l’esprit et dans son cœur, ce qu’il veut dire ou montrer. Mais une fois l’œuvre achevée et lancée dans le public, elle résonne différemment dans le cœur de la personne qui l’entend ou la voit. Je désire vous partager brièvement les résonances produites en mon cœur par le chant de Richard.

Le refrain:

TON REGARD, JÉSUS, M’A PERCÉ LE CŒUR,
ET J’AI PLEURÉ D’AMOUR.
TON REGARD, JÉSUS, M’A OUVERT LE CŒUR
ET J’AI DONNÉ TON AMOUR.

Le refrain du chant, nous reporte au début de la Passion de Jésus: au moment du reniement de saint Pierre. Or les verbes utilisés par Richard, transportent mon esprit à la fin de la Passion, à ce que plusieurs auteurs considèrent comme étant le sommet de la Passion: le Cœur de Jésus, transpercé par la lance du soldat romain. Tout disciple doit imiter le Maître. Notre Maître et Seigneur a eu le cœur transpercé; nous aussi, nous devons avoir le cœur transpercé, afin de pouvoir nus ouvrir à Dieu et aux autres.

Souvent, pour ouvrir une chose, il faut la percer. Percer est un geste violent, mais nécessaire si on veut savourer ce qui est à l'intérieur de la chose. Le Cœur de Jésus a été transpercé sur la croix, pour qu’il soit ouvert jusqu’à la fin des temps; ouvert pour qu’on puisse y puiser tout l’amour dont nous avons besoin pour être heureux et rendre les autres heureux. Tout comme il en est pour Jésus, une fois que notre cœur a été percé puis ouvert, il peut donner l’amour reçu.

Première strophe:

1. Dans le secret de mes silences  
Je pense à toi et à ta Parole.
Tu me redis :
«Je suis lumière du monde, étoile des mages d’aujourd’hui,
Chemin de vie où souffle l’Esprit.»

Saint Pierre a renié le Seigneur par la parole. Mais, nous, nous renions souvent Jésus par nos silences. Ces « silences coupables », nous les vaincrons par la Parole de Dieu méditée et goûtée dans le silence de notre cœur. Le « silence divin » est un excellent remède aux « silences coupables ».

Saint Pierre a renié le Seigneur à la levée du jour, à l’aurore. Tout comme il en a été pour Judas, avant que Pierre  renie son Maître et soit regardé par Lui, « il faisait nuit » (Jn 13, 30) en son cœur. Jésus, à l’aube d’un nouveau jour, se révèle à Pierre comme étant la Lumière du monde qui éclaire toutes les ténèbres, toutes nos ténèbres. Pierre, dérouté par un Jésus qu’il avait vu pour la première fois avoir peur dans le jardin des oliviers, être angoissé et triste à en mourir, cherchait tout de même à suivre, comme à tâtons, ce Jésus qu’il aimait depuis bientôt trois ans. On peut dire qu’il cherchait Jésus dans la nuit, comme les mages. Or « qui cherche trouve » (Mt 7, 8), nous a dit la Lumière du monde. Vive les chercheurs de Dieu, spécialement ceux qui persévèrent à chercher dans la nuit de la foi.

Deuxième strophe:

2. Dans le secret de mes bêtises,
Je vois ta Face, j’implore ton pardon.
Tu me redis :
« Je suis les yeux de l’amour, tu comptes pour moi et je t’aime,
 Je t’aimerai éternellement »

Cette deuxième strophe est la strophe centrale. C’est aussi le « cœur » du chant. J’aime le mot « bêtises » utilisé par Richard. Tout péché, petit ou grand, est de la pure « bêtise ». C’est bête de pécher; c’est idiot; mais c’est « humain » depuis que le premier homme a péché. Mais ce soir-là, saint Pierre, en contemplant les « Yeux de l’Amour », en plongeant ses yeux dans les « Yeux de l’Amour incarné », a compris ce qu’est l’amour en sa perfection. L’amour, en sa perfection, est « inconditionnel ». Il « est » et un point c’est tout. Rien ne peut empêcher l’Amour d’aimer; pas même nos plus grandes fautes. Et Pierre pleura amèrement. Cette amertume naît d’un cœur qui se sait aimé infiniment, mais qui aime si maladroitement.   

Troisième strophe:

3. Dans le secret de mes recherches,
Je pense au ciel et à ton royaume.
Tu me redis :
«Debout ! Sillonne les bourgs et sème l’espoir de ma croix, 
Et parle encore de résurrection.»

Ici, saint Pierre se rappelle les moments qu’il a vécu avec le Ressuscité. Il pense aux « Yeux de l’Amour » qui sont désormais retournés au ciel, et qu’il ne reverra pas de son vivant. Et l’apôtre a une telle nostalgie du ciel. Cela me fait penser aux personnes et aux enfants qui ont vu notre Mère du ciel. Quelle nostalgie du ciel, ils devaient avoir à chaque jour. Et quelle souffrance a dû vivre Lucie de Fatima qui est restée sur terre jusqu’à l’âge de 98 ans, après avoir vu la Sainte Vierge alors qu’elle avait dix ans. Les « Yeux de l’Amour » ont ressuscité le cœur de Pierre (pierre), alors que Jésus n’était pas encore ressuscité. Les « Yeux de l’Amour » ont fait pleurer de repentir l’apôtre Pierre; les « Yeux de Jésus Ressuscité » ont propulsé le chef des Apôtres sur les grandes routes et dans tous les bourgs, pour semer l’espoir de la croix, l’espérance de la Résurrection. Les Yeux de l'Amour durant la Passion, ont éclairé Pierre sur sa propre vie; les yeux du Ressuscité ont tourné le regard de Pierre vers le monde entier, vers la mission. 

Demandons aux Yeux de l'Amour de nous éclairer sur notre amour de Dieu et en même temps de nous envoyer vers nos frères et soeurs, pour leur annoncer le salut.  

Liens entre le chant et la dynamique du Rosaire: 

Je me plais à voir un lien entre les trois strophes du chant et la dynamique du Rosaire. La première strophe me rappelle les mystères joyeux. Jésus se présente comme la lumière du monde qui s'est incarnée; ce qui nous ramène au Prologue de saint Jean que nous proclamons à l'évangile de la messe du jour à Noël. Jésus se présente aussi dans cette strophe comme étant l'étoile qui a guidé les mages jusqu'à Lui. 

La deuxième strophe nous rappelle les mystères douloureux. Cette strophe se passe durant la passion de Jésus, entre le premier mystère douloureux (l'agonie de Jésus) et le deuxième mystère douloureux (la flagellation). C'est durant cet intervalle que Pierre a renié son Maître et Seigneur, et qu'il a expérimenté comme jamais auparavant la puissance et la bonté des " Yeux de l'Amour ". 

La troisième strophe nous plonge littéralement dans les mystères glorieux. Les mots de la strophe sont un commentaire des deuxième et troisième mystères glorieux: l'Ascension de Jésus au ciel et l'envoi de l'Esprit Saint à la Pentecôte, début officiel de l'Église par son envoi en mission. "L'Église existe pour évangéliser" (Paul VI, L'évangélisation dans le monde moderne, no. 14). 

P.S. J'ai partagé ces commentaires à M. Richard Vidal, le compositeur du chant, et il m'a répondu ceci: 


De : Vidal Richard
Envoyé : 18 janvier 2017 12:43
À : Simard Guy
Objet : Re: Ton chant commenté

Merci Guy pour ton beau commentaire sur mon chant.
Tu redis en d’autres mots ce que la poésie et la versification ne peuvent dire.

Tant mieux si les " Yeux de l’Amour " nous transforment le coeur pour donner davantage.

Amitié,

Richard



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire