mercredi 1 juin 2016

Mon pèlerinage sur les pas de Pier Giorgio

Mon pèlerinage sur les pas de Pier Giorgio
 
P. Guy Simard, omv, célébrant la messe à côté du lit sur lequel Pier Giorgio est mort

Chers amis, j’arrive d’un voyage de dix jours en Italie. Ce voyage avait deux buts: participer au 27ème séminaire sur les Cellules paroissiales d’évangélisation (CPÉ) qui a eu lieu à la paroisse Saint Eustorgio à Milan du 19 au 22 mai, et faire un pèlerinage de trois jours sur les pas de mon saint masculin préféré: Pier Giorgio Frassati. Ce furent deux très belles expériences. Mais le pèlerinage sur les pas de Pier Giorgio fut le sommet (clin d’œil ici à Pier Giorgio qui escaladait les sommets de ses chères montagnes) de mon périple en Italie.

Pendant de très nombreuses années, j’avais deux saints préférés. Ma sainte féminine préférée est sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, morte à 24 ans. Mon saint masculin préféré a été durant la plus grande partie de mon existence, saint Jean-Marie Vianney, le saint curé d’Ars. Mais voilà que depuis deux ou trois ans, Pier Giorgio a détrôné en quelque sorte saint Jean Marie Vianney dans mon cœur, et occupe désormais la première place dans ma vie, comme modèle masculin de sainteté. Ce n’est pas peu dire et ce n’est pas chose évidente pour moi d’avoir relégué le saint curé d’Ars au second rang dans mon cœur. Mes deux saints préférés sont donc désormais tous les deux morts à 24 ans. Je sais que Pier Giorgio n’est pas encore canonisé, mais il le sera sûrement. Plusieurs personnes croient fermement que le pape François, lors des Journées Mondiales de la Jeunesse qui auront lieu à Cracovie  à la fin du mois de juillet, annoncera la date de la canonisation de Pier Giorgio, en présence de la dépouille mortelle du jeune Bienheureux qui sera transportée en Pologne spécialement pour les JMJ (Journées Mondiales de la Jeunesse). Je suis moi aussi personnellement persuadé que le pape posera ce geste lors des JMJ de cet été. 

Avant mon récent voyage en Italie, j’aimais beaucoup Pier Giorgio, mais je n’avais pas encore réalisé à quel point cet homme est un grand saint; un très grand saint. C’est ma visite à Pollone, où Pier Giorgio passait ses vacances d’été, qui a été pour moi l’occasion de découvrir à quel point le jeune bienheureux italien est un disciple de Jésus EXTRAORDINAIRE. Madame Mira (91 ans), une amie de la famille Frassati qui vit à Pollone, nous a fait visiter la résidence Amétis, qui est la maison de campagne de la famille Amétis, la famille de la mère de Pier Giorgio. Cette résidence est un véritable château à mes yeux. Dès l’arrivée devant le portail de la maison, nous sommes impressionnés par la majesté et la beauté des lieux. Cette immense résidence entourée de fleurs et d’arbres tous plus beaux les uns que les autres, nous plonge dans l’aristocratie du nord de l’Italie au début du siècle dernier. Voici selon moi, le premier miracle que l'on retrouve dans la vie de Pier Giorgio Frassati: comment un jeune d’une vingtaine d’années qui se sait le seul héritier légitime (car il était le seul fils de ses parents) d’un père et d’une mère très riches, a pu vivre aussi pauvrement et consacrer toute sa vie au service des pauvres qu’il considérait comme ses maîtres? C’est Wanda, la nièce de Pier Giorgio (la fille de Luciana qui était l’unique sœur de Pier Giorgio) qui a le mieux décrit, selon moi, le miracle qu’est Pier Giorgio:

« Dieu a donné à Pier Giorgio tous les attributs extérieurs qui auraient pu le conduire à faire les mauvais choix: une famille riche, une très belle apparence, sa masculanité, la santé, et le fait d’être le seul héritier d’une famille puissante. Mais Pier Giorgio a écouté l’invitation du Christ: « Viens, suis-moi ». Il a anticipé d’au moins 50 ans, la compréhension de l’Église et la nouvelle direction du rôle des laïcs. » (1)

Un des moments les plus touchants de ma visite à Pollone, fut la messe que j’ai célébrée juste à côté du lit sur lequel Pier Giorgio est mort, au terme d’une maladie foudroyante. Ce fut très impressionnant de tenir Jésus Eucharistie dans mes mains en un lieu où un grand amant de l’eucharistie a vécu. L’évangile du jour, que j’ai proclamé et commenté dans cette chambre bénie, m’a aussi beaucoup impressionné. C’était le lundi 23 mai 2016. La liturgie du jour était celle du lundi de la 8ème semaine du temps ordinaire pour les années paires. L’évangile qui est proclamé ce jour-là, nous rapporte la rencontre de Jésus avec le jeune homme riche en Marc 10, 17-27. Jésus demande à un jeune homme riche ((c’est l’évangile de Matthieu qui nous révèle que l’homme était jeunede quitter toutes ses richesses, de les donner aux pauvres, et de se mettre à sa suite: 

« Jésus posa son regard sur lui, et il l’aima. Il lui dit: « Une seule chose te manque: va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres; alors tu auras un trésor au ciel. Puis viens, suis-moi. » (Mc 10, 21)


C’est cet évangile que le pape Jean-Paul II a commenté lors de l’année où il a inauguré les Journées Mondiales de la Jeunesse, en 1985. Cette année-là, le pape a écrit une lettre magnifique à tous les jeunes du monde entier et il a commenté durant toute la lettre, la rencontre de Jésus avec le jeune homme riche, en Marc 10, 17-27 (2).

Madame Mira Riba, alors que nous étions dans la résidence Amétis, a étalé devant nous divers livres sur Pier Giorgio. J’en ai acheté trois, dont le livre écrit par Luciana, la sœur du Bienheureux, intitulé: La charité de Pier Giorgio mon frère. C’est en lisant ce livre dans l’avion lors de mon voyage de retour, que j’ai réalisé à quel point Pier Giorgio est un grand saint. Ce livre est constitué de témoignages recueillis par Luciana durant deux ans, durant les années 1950 et 1951. Ces témoignages, tout à fait crédibles car le nom du témoin est toujours indiqué, prouvent hors de tout doute à mes yeux que Pier Giorgio Frassati est un GRAND SAINT. Je ne vous demande pas de me croire sur parole, mais je vous invite tous à vous procurer ce livre. On peut se procurer le livre en ligne, chez eBay (3).

Guy Simard, signant le livre des visiteurs, aux côtés de Mme Mira Riba, 
en la résidence Amétis à Pollone.

Comme fruits attendus de mon pèlerinage, j’ai demandé à Pier Giorgio de m’obtenir de Dieu trois grâces.
-          la grâce de la pureté de cœur
-          la grâce d’aimer davantage Jésus Eucharistie
-          la grâce d’aimer les pauvres comme ils les aimaient

Qu’est-ce que la pureté de cœur? La pureté de cœur est souvent associée à la chasteté, et à juste titre. Pour moi, la pureté de cœur consiste à voir Dieu en tous et en tout. Voilà une des caractéristiques de Pier Giorgio: il voyait Dieu en tous, spécialement dans les pauvres:

« Jésus, dans la Communion, me fait une visite chaque matin, et, moi, je la lui rends selon mes misérables moyens: en visitant les pauvres. » (4)

J’ai lu quelque part, que quiconque rencontrait Pier Giorgio, pouvait deviner instinctivement que ce jeune homme avait un cœur pur. Je le crois. Selon moi, Pier Giorgio a reçu de Dieu le don d’un cœur pur et chaste. Mais cela ne veut pas dire que tout était facile pour lui de ce côté, comme en témoigne la citation qui suit, dans laquelle Pier Giorgio dit clairement que le fait de se dépenser pour le service et l’amour des pauvres, « contribue à refréner les passions ».

« Mais je crois pouvoir ajouter que la Confrérie de Saint-Vincent-de-Paul, grâce aux visites chez les pauvres, contribue à refréner nos passions, et nous incite sans cesse davantage à nous mettre dans la bonne voie, celle qui nous permettra d’arriver à bon port. Le fait de prendre part tous les jours à ces manifestations de foi, grâce auxquelles souvent les familles arrivent à supporter leurs maux, de prendre part à leur sacrifice continuel et à tout ce qu’elles font pour l’amour de Dieu, nous oblige bien souvent à nous poser cette question: « Moi qui ai reçu de Dieu tant de choses, je suis resté si négligent, si méchant? Et eux qui n’ont pas été privilégiés comme moi, sont, de ce fait, infiniment meilleurs que moi. » Et c’est alors que nous nous proposons en conscience de suivre dorénavant toujours davantage le Chemin de la Croix, le seul qui nous conduit au salut éternel. » (5)

« En substance, n’oublions jamais que, si la maison est sordide, c’est vers le Christ que nous allons. Rappelle-toi ce que dit Notre-Seigneur: « Le bien que l’on fait aux pauvres, c’est à moi qu’on le fait. » Et il poursuivit: « Autour des malades, autour des malheureux, je vois une lumière particulière, une lumière que nous n’avons pas, nous. » (6)

Comme le dit Wanda dans une vidéo que l’on peut visionner sur internet, toute la vie de Pier Giorgio se résume en un mot ou un nom: JÉSUS. Ce jeune Bienheureux aimait tellement Jésus et spécialement JÉSUS EUCHARISTIE! Il avait eu la permission de son directeur spirituel, de communier à chaque jour, ce qui était très rare à son époque. On dit qu’il demeurait quinze minutes en action de grâce après avoir reçu la communion. Il recevait alors l’énergie nécessaire pour aller joyeusement et allègrement à la rencontre de Jésus dans ses chers pauvres. Ce jeune homme accomplissait tant de bien en une journée, visitait tant de malades, qu’il est difficile pour nous, gens du 21ème siècle, ce comprendre et de concevoir comment il pouvait abattre tant de besogne en vingt-quatre heures. Il lui arrivait de passer des nuits en adoration devant le Saint-Sacrement et de quitter l’église à cinq heures du matin, pour aller escalader les montagnes.

Je veux terminer ce court témoignage en indiquant un aspect très important de la vie et de la spiritualité de Pier Giorgio Frassati. Pier Giorgio est réellement un prophète pour notre temps car il ne s’est jamais considéré comme un ange. Qu’est-ce que je veux dire par là? L’homme et la femme modernes, sans même s’en apercevoir, vivent pour la plupart comme s’ils étaient des anges, c’est-à-dire de purs esprits. Ils passent une grande partie de leurs journées sans bouger, en personnes sédentaires, et ne faisant travailler que leur esprit. De là vient qu’il y ait tant de dépressions nerveuses aujourd’hui. En oubliant que nous avons un corps, et que ce corps est fait pour bouger, pour dépenser de l’énergie, nous accumulons inutilement du stress et notre santé psychologique en souffre. Je le sais par expérience. La plus grande épreuve de ma vie a eu lieu en 1997 et 1998. J’ai alors fait une dépression sévère qui a entraîné des idées suicidaires et un séjour d’un mois dans un hôpital psychiatrique de Montréal. Cette dépression a duré neuf mois. Ce fut l’enfer. Si vous le désirez, vous pourrez regarder une vidéo dans laquelle je témoigne de la façon dont j'ai été guéri de cette dépression, en cliquant sur le lien mis au bas de ce blogue (7). Je sais maintenant que si j’avais fait bouger mon corps davantage, avant ma dépression, j’aurais probablement évité cette maladie. Durant ma convalescence, j’ai fréquenté l’Institut de Formation Humaine Intégrale de Montréal (IFHIM). Durant cette année, j’ai appris que toutes nos tensions se logeaient dans notre corps. Nous pensons instinctivement que nos tensions se logent dans notre esprit. Nous ignorons ou nous feignons d’ignorer que nos tensions se logent d’abord et avant tout dans nos muscles; et que le meilleur moyen d’éviter une dépression nerveuse, consiste à faire de l’exercice physique et ainsi « déloger » les tensions qui se trouvent enfermées dans notre corps, dans nos muscles. Pier Giorgio était un très grand sportif. Il a pratiqué le ski, le vélo, la natation, l’équitation, mais surtout l’alpinisme. Ses chères montagnes étaient, après Dieu, la joie de sa vie:

« J’ai laissé mon cœur sur ces monts, avec l’espérance de le retrouver cet été, en faisant l’ascension du mont Blanc. » (4 mars 1923) (8)

« Je voudrais, si mes études me le permettaient, passer des journées entières sur la montagne et y admirer, dans cette atmosphère si pure, la magnificence du Créateur !

« Montagnes, montagnes, montagnes, je vous aime ! » (Pier Giorgio)

Photo montrant Pier Giorgio escaladant une montagne.
  Photo prise un mois avant sa mort et autographiée de sa main. 
"Verso l'alto" signifie "Vers le haut".

En terminant, je veux remercier du fond du cœur les personnes qui ont rendu possible ce pèlerinage sur les pas de mon saint préféré: Mme Annie Gilbert qui m’a mis en contact avec Mme Germana Moro qui a organisé tout ce pèlerinage pour nous, nous trouvant des guides et nous recevant dans les locaux de l’Association Pier Giorgio Frassati à Turin, Mme Mira Riba qui nous a attendus pendant des heures dans la résidence Amétis à Pollone, et qui m’a fait un très beau cadeau: le coupe-vent qui lui appartenait, fait en l’honneur de Pier Giorgio, avec l’indication de l’Association Pier Giorgio Frassati de Pollone sur le devant du vêtement et une magnifique photo plastifiée du jeune Bienheureux à l’endos du coupe-vent. Je vais ainsi pourvoir témoigner de mon amour pour Pier Giorgio à toutes les personnes qui me demanderont: " Qui est ce Pier Giorgio dont la photo apparaît sur votre coupe-vent? " Un grand merci aussi à nos deux guides: Chiara e Matteo. Que Dieu vous bénisse! Que Pier Giorgio vous protège et vous conduise vers les sommets de la sainteté. 

Post scriptum: si vous n'avez jamais entendu le magnifique chant que Richard Vidal a composé en l'honneur de Pier Giorgio, je vous invite à le faire dès maintenant. Ce chant est intitulé: "Toujours plus haut ". Lors de notre rencontre avec Mme Germana Moro, la présidente de l'Association Pier Giorgio Frassati à Turin, cette charmante dame nous a dit à quel point elle aimait ce chant. Elle a dit ceci, qui est très beau: "On dirait un chant de montagne ". Quel beau compliment fait à l'auteur! Depuis que j'ai marché sur les pas de Pier Giorgio Frassati, je me rends compte encore plus à quel point M. Richard Vidal a été inspiré en composant ce chant; et je m'en émerveille. Pour entendre le chant, allez sur le lien suivant: 
Dieu ma joie: Pier Giorgio, chant: "TOUJOURS PLUS HAUT"
dieumajoie.blogspot.com/2015/11/pier-giorgio-chant-toujours-plus-haut_25.html


(1) Luciana Frassati, A Man of the Beatitudes Pier Giorgio Frassati, Novalis, p. 7. La traduction de la citation est mienne.  

(2) Dilecti Amici (31 mars 1985) | Jean Paul II

https://w2.vatican.va/.../john-paul-ii/fr/.../1985/.../hf_jp-ii_apl_31031985_dilecti-amic...

31 mars 1985 - LETTRE APOSTOLIQUE DU PAPE JEAN-PAUL II À TOUS LES JEUNES DU MONDE À L'OCCASION DE L'ANNÉE INTERNATIONALE


(3)  LA Charité DE Pier Giorgio MON Frère Luciana Frassati 1953 | eBay

www.ebay.fr/itm/La-charite-de-Pier-Giorgio-mon-frere-Luciana-Frassati-1953-/3615. 


(4) Luciana Frassati, La charité de Pier Giorgio mon frère, Éditions Conquistador, 1953, p. 21.

(5) Ibid, p. 13.

(6) Ibid, p. 41.

(7)  

Résultats de recherche

3. Guérison par l'intercession de Saint Joseph et du Saint ... - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=S4x-KBs4Vi4

24 avr. 2015 - Ajouté par Guy Simard, omv
VISITEZ LE BLOG : http://dieumajoie.blogspot.ca / VISITEZ : http://www.unfeusurlaterre.org -
(8) Charles Desjobert, Prier 15 jours avec Pier Giorgio Frassati, Nouvelle Cité, p. 23.  





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire