samedi 9 avril 2016

" Le temps est supérieur à l'espace " Pape François

« Le temps est supérieur à l’espace » Pape François

La pensée du pape n’est pas le fruit du hasard. Le pape connaît très bien la pensée de l’Église. Et cette pensée repose sur des principes précis qui, à première vue, ne sont pas faciles à comprendre, mais que nous devons tous essayer d’approfondir et de mettre en pratique. « Fais cela et tu vivras » disait Jésus (Lc 10, 28).

Voici un des principes qui sous-tend la pensée du pape François: « le temps est supérieur à l’espace ». Il développe un peu cette idée dans l’exhortation apostolique « La joie de l’Évangile », aux numéros 222 à 225. Si j'en parle aujourd'hui, c'est que le pape fait référence à ce principe à nouveau dans l'exhortation apostolique Amoris laetitia qui vient tout juste de paraître. Voici ce que le pape dit aux numéros 3, 260 et 261 de l'exhortation: 

3. En rappelant que « le temps est supérieur à l’espace », je voudrais réaffirmer que tous les débats doctrinaux, moraux ou pastoraux ne doivent pas être tranchés par des interventions magistérielles. Bien entendu, dans l’Église une unité de doctrine et de praxis est nécessaire, mais cela n’empêche pas que subsistent différentes interprétations de certains aspects de la doctrine ou certaines conclusions qui en dérivent. Il en sera ainsi jusqu’à ce que l’Esprit nous conduise à vérité entière (cf. Jn 16, 13), c’est-à-dire, lorsqu’il nous introduira parfaitement dans le mystère du Christ et que nous pourrons tout voir à travers son regard. En outre, dans chaque pays ou région, peuvent être cherchées des solutions plus inculturées, attentives aux traditions et aux défis locaux. Car « les cultures sont très diverses entre elles et chaque principe général […] a besoin d’être inculturé, s’il veut être observé et appliqué ».[3]   (Amoris laetitia, no. 3)

Où sont les enfants ?

260. La famille ne peut renoncer à être un lieu de protection, d’accompagnement, d’orientation, même si elle doit réinventer ses méthodes et trouver de nouvelles ressources. Elle a besoin de se demander à quoi elle veut exposer ses enfants. Voilà pourquoi, elle ne doit pas éviter de s’interroger sur ceux qui sont chargés de leur divertissement et de leurs loisirs, sur ceux qui rentrent dans leurs chambres à travers les écrans, sur ceux à qui ils les confient pour qu’ils les guident dans leur temps libre. Seuls les moments que nous passons avec eux, parlant avec simplicité et affection des choses importantes, et les possibilités saines que nous créons pour qu’ils occupent leur temps, permettront d’éviter une invasion nuisible. Il faut toujours rester vigilant. L’abandon n’est jamais sain. Les parents doivent orienter et prévenir les enfants ainsi que les adolescents afin qu’ils sachent affronter les situations où il peut y avoir des risques d’agression, d’abus ou de toxicomanie, par exemple.

261. Mais l’obsession n’éduque pas ; et on ne peut pas avoir sous contrôle toutes les situations qu’un enfant pourrait traverser. Ici, vaut le principe selon lequel « le temps est supérieur à l’espace ».[291] C’est-à-dire qu’il s’agit plus de créer des processus que de dominer des espaces. Si un parent est obsédé de savoir où se trouve son enfant et de contrôler tous ses mouvements, il cherchera uniquement à dominer son espace. De cette manière, il ne l’éduquera pas, ne le fortifiera pas, ne le préparera pas à affronter les défis. Ce qui importe surtout, c’est de créer chez l’enfant, par beaucoup d’amour, des processus de maturation de sa liberté, de formation, de croissance intégrale, de culture d’une authentique autonomie. C’est seulement ainsi que cet enfant aura en lui-même les éléments nécessaires pour savoir se défendre ainsi que pour agir intelligemment et avec lucidité dans les circonstances difficiles. Donc, la grande question n’est pas: où se trouve l’enfant physiquement, avec qui il est en ce moment, mais : où il se trouve dans un sens existentiel, où est-ce qu’il se situe du point de vue de ses convictions, de ses objectifs, de ses désirs, de son projet de vie. Par conséquent, les questions que je pose aux parents sont: « Essayons-nous de comprendre ‘‘où’’ en sont réellement les enfants sur leur chemin? Où est réellement leur âme, le savons-nous? Et surtout, cela nous intéresse-t-il de le savoir? ».[292]    (Amoris laetitia, nos 260 et 261)

Et voici ce que le pape avait dit dans sa précédente exhortation apostolique: 

Le temps est supérieur à l’espace

222. Il y a une tension bipolaire entre la plénitude et la limite. La plénitude provoque la volonté de tout posséder, et la limite est le mur qui se met devant nous. Le “temps”, considéré au sens large, fait référence à la plénitude comme expression de l’horizon qui s’ouvre devant nous, et le moment est une expression de la limite qui se vit dans un espace délimité. Les citoyens vivent en tension entre la conjoncture du moment et la lumière du temps, d’un horizon plus grand, de l’utopie qui nous ouvre sur l’avenir comme cause finale qui attire. De là surgit un premier principe pour avancer dans la construction d’un peuple : le temps est supérieur à l’espace.

223. Ce principe permet de travailler à long terme, sans être obsédé par les résultats immédiats. Il aide à supporter avec patience les situations difficiles et adverses, ou les changements des plans qu’impose le dynamisme de la réalité. Il est une invitation à assumer la tension entre plénitude et limite, en accordant la priorité au temps. Un des péchés qui parfois se rencontre dans l’activité socio-politique consiste à privilégier les espaces de pouvoir plutôt que les temps des processus. Donner la priorité à l’espace conduit à devenir fou pour tout résoudre dans le moment présent, pour tenter de prendre possession de tous les espaces de pouvoir et d’auto-affirmation. C’est cristalliser les processus et prétendre les détenir. Donner la priorité au temps c’est s’occuper d’initier des processus plutôt que de posséder des espaces. Le temps ordonne les espaces, les éclaire et les transforme en maillons d’une chaîne en constante croissance, sans chemin de retour. Il s’agit de privilégier les actions qui génèrent les dynamismes nouveaux dans la société et impliquent d’autres personnes et groupes qui les développeront, jusqu’à ce qu’ils fructifient en évènement historiques importants. Sans inquiétude, mais avec des convictions claires et de la ténacité.

224. Parfois, je me demande qui sont ceux qui dans le monde actuel se préoccupent vraiment de générer des processus qui construisent un peuple, plus que d’obtenir des résultats immédiats qui produisent une rente politique facile, rapide et éphémère, mais qui ne construisent pas la plénitude humaine. L’histoire les jugera peut-être selon le critère qu’énonçait Romano Guardini : «L’unique modèle pour évaluer correctement une époque est de demander jusqu’à quel point se développe en elle et atteint une authentique raison d’être la plénitude de l’existence humaine, en accord avec le caractère particulier et les possibilités de la même époque ».[182]

225. Ce critère est aussi très adapté à l’évangélisation, qui demande d’avoir présent l’horizon, d’adopter les processus possibles et les larges chemins. Le Seigneur lui-même en sa vie terrestre a fait comprendre de nombreuses fois à ses disciples qu’il y avait des choses qu’ils ne pouvaient pas comprendre maintenant, et qu’il était nécessaire d’attendre l’Esprit Saint (cf. Jn 16, 12-13). La parabole du grain et de l’ivraie (cf. Mt 13, 24-30) décrit un aspect important de l’évangélisation qui consiste à montrer comment l’ennemi peut occuper l’espace du Royaume et endommager avec l’ivraie, mais il est vaincu par la bonté du grain qui se manifeste en son temps. (La joie de l’Évangile, nos 222 - 225)

Déjà vers la fin de l’encyclique  Lumen fidei, le pape François développait cette idée:

« Dans l’unité avec la foi et la charité, l’espérance nous projette vers un avenir certain, qui se situe dans une perspective différente des propositions illusoires des idoles du monde, mais qui donne un nouvel élan et de nouvelles forces à la vie quotidienne. Ne nous faisons pas voler l’espérance, ne permettons pas qu’elle soit rendue vaine par des solutions et des propositions immédiates qui nous arrêtent sur le chemin, qui « fragmentent » le temps, le transformant en moments; c’est le temps qui gouverne les moments, qui les éclaire et les transforme en maillons d’une chaîne, d’un processus. L’espace fossilise le cours des choses, le temps projette au contraire vers l’avenir et incite à marcher avec espérance. » (Pape François, Lumen fidei, no. 57)

Que veut dire le pape par cet énoncé: « le temps est supérieur à l’espace »? Ce n'est pas facile à comprendre, sans des exemples concrets. Voici comment j'applique ce principe à ce que nous vivons aujourd'hui. L'Église au Québec, dépense beaucoup de temps, d'efforts et d'argent, pour maintenir des structures, des espaces ecclésiaux. Mais peu de personnes ont une vision d'avenir. C'est la vision d'avenir qui compte le plus. C'est pour cette raison qu'en ce moment, en notre paroisse, nous mettons l'accent sur les Cellules Paroissiales d'Évangélisation. Voilà une façon de "faire Église " qui ne coûte pas cher et qui est porteuse d'espérance. Nous vivons en ce moment ce que le peuple de Dieu a vécu lors de son exil à Babylone. Le peuple a dû se départir de bien des choses, sauf de l'essentiel.   


Voici maintenant un texte écrit par Sœur Lorraine Caza, cnd :
  
Quatre principes fondamentaux proposés par notre frère François pour construire une communauté où la paix peut fleurir

Dans la merveilleuse Exhortation Evangelii Gaudium du pape François qui a suivi le synode sur la nouvelle évangélisation, le chapitre quatre est consacré à la dimension sociale de l'évangélisation (1). Notre père et frère François nous avertit, au tout début de ce développement substantiel, qu'il n'a pas l'intention de nous offrir une synthèse de toute la doctrine sociale de l'Église, mais qu'il veut nous aider à réfléchir sur deux points : l'intégration sociale des pauvres (2), la paix et le dialogue social (3).

Mais cette paix, pouvons-nous vraiment y parvenir si nous n'engageons pas toutes nos énergies à construire les communautés humaines auxquelles nous appartenons : familles, communautés de vie consacrée, société civile, Église? Pour réussir cette construction, le pape François nous convie à appliquer quatre principes fondamentaux:

Le temps est supérieur à l'espace (4).
L'unité prévaut sur le conflit (5).
La réalité est plus importante que l'idée (6).
Le tout est supérieur à la partie (7).

Une première lecture de ces énoncés pourrait nous trouver perplexes, surpris... mais à qui prend soin de les approfondir, ils pourraient être d'un grand secours pour accéder à une vie communautaire porteuse de paix.

1. Pour avancer dans la construction d'un peuple, rappelez-vous toujours, nous dit François, que « le temps est supérieur à l'espace ».

Passé le moment de surprise, j'ai lu et relu plusieurs fois les numéros 222 à 225. Il y est question de la tension entre plénitude et limite, entre temps et moment. Considéré au sens large, le temps « fait référence à la plénitude » et le moment « est une expression de la limite ». Notre vie, elle se passe « en tension entre la conjoncture du moment et la lumière du temps, d'un horizon plus grand, de l'utopie qui nous ouvre sur l'avenir ».

Si vous donnez priorité au temps sur l'espace, nous dit François, cela vous « permet de travailler à long terme, sans être obsédé par les résultats immédiats », vous « aide à supporter avec patience les situations difficiles et adverses ou les changements de plans qu'impose le dynamisme de la réalité ». Au fond, ce que notre frère François compare, ce sont « les espaces de pouvoir » et « les temps des processus ».

Prioriser l'espace, dans cette perspective, c'est « devenir fou pour tout résoudre dans le moment présent, pour tenter de prendre possession de tous les espaces de pouvoir et d'auto-affirmation ». Prioriser le temps, « c’est s'occuper d'initier des processus plutôt que de posséder des espaces ». François pose la question : « Qui sont les personnes qui, dans le monde actuel, se préoccupent vraiment de générer des processus qui construisent un peuple? » L'évangélisation est œuvre de patience. Dans la lumière de Jn 16, 12s et de Mt 13, 24-30, ne sommes-nous pas invités à « avoir présent l'horizon », à « adopter les processus possibles et les larges chemins ».

2. Le grand principe: « L'unité prévaut sur le conflit » est aussi fondateur pour construire une communauté

Comment peut-on se situer face à un conflit? François évoque trois réponses possibles. On peut regarder le conflit et passer devant lui comme si de rien n'était. On peut entrer dans le conflit et en rester prisonniers, « perdre l'horizon » et alors, « l'unité devient impossible ». La troisième solution, qui est préconisée par François, « c'est d'accepter de supporter le conflit, de le résoudre et de le transformer en maillon d'un nouveau processus ». Adopter la troisième voie face au conflit nous permettra « de développer une communion dans les différences ». Savons-nous regarder les autres dans leur dignité la plus profonde? En développant une authentique solidarité avec nos sœurs et nos frères, prenons-nous conscience que cette solidarité est « une manière de faire l'histoire », qu'elle nous oriente vers « une unité multiforme », une unité « qui engendre une nouvelle vie ».

François déclare que le signe distinctif de cette unité et de cette réconciliation de tout dans le Christ est la paix et il renvoie à Ep 2, 14 et à Col 1, 20. Pour François, le premier domaine où la pacification dans les différences se conquiert, c'est «notre propre intériorité, notre propre vie toujours menacée par la dispersion dialectique». Rappelez-vous, nous dit François, que «le Christ a tout unifié en lui», que «l'unité de l'Esprit harmonise toutes les diversités». Travaillez sans cesse à faire émerger «une diversité réconciliée».

3. Un troisième principe doit être mis en œuvre si l'on veut construire la communauté : ne jamais oublier que « la réalité est plus importante que l'idée ».

« Instaurez, conseille François, un dialogue permanent entre la réalité et l'idée. » Évitez « diverses manières d'occulter la réalité ». J'aime l'image employée par François: N'allez pas remplacer la gymnastique par la cosmétique; ne réduisez pas la politique ou la foi à la rhétorique. Et si l'on cherche dans l'Évangile un fondement à cette priorité donnée à la réalité sur l'idée, ne sommes-nous pas renvoyés à l'Incarnation? Une parole déjà incarnée et qui cherche toujours à s'incarner, voilà qui est « essentiel à l'évangélisation ».

Prioriser la réalité, dit encore François, c'est « valoriser l'histoire de l'Église comme histoire du salut »; « nous souvenir de nos saints qui ont inculturé l'Évangile dans la vie de nos peuples »; « recueillir la riche tradition bimillénaire de l'Église »; « mettre en pratique la Parole »; « réaliser des œuvres de justice et de charité ». Qui n'intègre pas la Parole à la réalité édifie sur le sable, demeure dans la pure idée et tombe « dans l'intimisme et le gnosticisme ».

J'aime cette idée de ne pas remplacer la gymnastique par la cosmétique. La gymnastique nous fait travailler sur notre corps réel; la cosmétique, avec ses artifices, concentre notre attention sur un corps imaginaire. 

4. Qui veut construire une communauté doit honorer un quatrième principe, à savoir que « le tout est supérieur à la partie ».

Il faut « prêter attention à la dimension globale », mais, en même temps, « ne pas perdre de vue ce qui est local, ce qui nous fait marcher les deux pieds sur la terre ». Deux extrêmes sont à éviter : 1) que les personnes « vivent dans un universalisme abstrait et globalisant »; 2) qu'elles « se transforment en un musée folklorique d'ermites renfermés, condamnés à répéter toujours les mêmes choses, incapables de se laisser interpeller par ce qui est différent, d'apprécier la beauté que Dieu répand hors de leurs frontières ».

« Ne soyez pas trop obsédés par des questions limitées et particulières. » Élargissez votre regard, mais faites-le sans vous « évader » ou vous « déraciner ». Travaillez « sur ce qui est petit, avec ce qui est proche », mais faites-le « dans une perspective plus large ». Une personne bien enracinée, bien identifiée ne s'annihile pas lorsqu'elle « s'intègre cordialement à une communauté »; au contraire, nous dit le pape François, « elle reçoit de nouveaux stimulants pour son propre développement ».

En langage chrétien, ce quatrième principe rejoint « la totalité ou l'intégrité de l'Évangile ». Il fait place aux académiciens comme aux ouvriers, aux chefs d'entreprise comme aux artistes; il fait place à toutes et à tous. François redit, une fois encore, que la « mystique populaire accueille à sa manière l'Évangile tout entier et l'incarne sous forme de prière, de fraternité, de justice, de lutte et de fête ». Inhérent à l'Évangile est ce critère de totalité : « L'Évangile doit être annoncé à toutes et à tous, il doit féconder et guérir toutes les dimensions de l'homme, il doit réunir toute l’humanité à la table du Royaume. »

Des questions pour nous:

1. Comment mes choix, mes décisions expriment-ils que je priorise le temps? Ou que je priorise l’espace?
2. Dans la communauté à laquelle j’appartiens, comment gérons-nous les conflits?
3. Nos discernements communautaires s’enracinent-ils dans nos expériences ou nos théories?
4. Comment, dans l’institut auquel j’appartiens, encourage-t-on, dans le travail sur ce qui est petit, proche, le développement d’une perspective plus large? (1)

Lorraine Caza, CND lorcaza@videotron.ca


1 Evangelii Gaudium, 176-258.
2 Ibid., 186-216.
3 Ibid., 217-258.
4 Ibid., 222-225.
5 Ibid., 226-230.
6 Ibid., 231-233.
7 Ibid., 234-237


(1) [PDF]

Quatre principes fondamentaux proposés par notre ... - CRC

www.crc-canada.org/sites/default/files/.../P_%207-8-9%20L_CazaF.pdf




3 commentaires:

  1. Merci , très éclairant et utile

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour P. Guy. Heureux de vous retrouver via votre Blog. Bonne mission d'évangélisation cellulaire...

    Nicolas Tremblay

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nicolas !

      J'imagine que vous étiez uni à nous du 19 au 22 mai. Priez s'il vous plaît pour nos cellules et pour que je corresponde
      davantage à la grâce.

      Fraternellement,

      Guy, omv

      Supprimer