lundi 28 juillet 2014

L'oeil de Dieu

L’œil de Dieu
File:Iridescent Glory of Nearby Helix Nebula.jpg

NGC 7293 ou nébuleuse de l'Hélice est une nébuleuse planétaire située dans la constellation du Verseau, à proximité du Poisson austral. Sa forte ressemblance avec un œil humain lui à valu le surnom de « L’œil de Dieu ».Elle fut découverte par Karl Ludwig Harding en 1824. Située à environ 150 pc (∼489 a.l.) de la Terre, elle est l'une des nébuleuses planétaires les plus proches. Elle se présente comme deux anneaux entrelacés. (Tiré de " Wikipedia ")

Chers amis lecteurs et lectrices, vendredi, je partirai en vacance pour un mois. Je n’aurai pas d’ordinateur et aucun accès à l’internet sous quelque forme que ce soit. De vraies vacances pour moi, en somme, puisque je suis souvent devant un écran. Mais l’écran peut parfois faire écran à notre relation à Dieu et aux autres, comme vous le savez autant que moi.

Je nous souhaite de passer un mois d’août sous le regard amoureux de notre Dieu. Il fut un temps où, au Québec tout au moins, lorsqu'on parlait de l’œil de Dieu posé sur nous, nous avions tendance à nous représenter un Dieu « inquisiteur », un Dieu qui nous surveille. Je vous invite, si vous ne l’avez jamais fait, à aller lire ce que je dis à ce sujet sur mon blogue intitulé « Dieu sur le réfrigérateur » (pour avoir immédiatement accès à ce texte, veuillez cliquer sur les mots suivants: Dieu ma joie: Dieu sur le réfrigérateur).

Heureusement, nous avons appris, avec les années, à considérer Dieu pour ce qu’Il est : un bon « papa ». C’est la grande révélation que Jésus nous a apportée : son « papa » est notre « papa ». Quand Jésus priait son Père, il employait le mot araméen « abba », qui signifie littéralement : « papa ». C’est le mot familier et affectif qu’un tout petit enfant emploie pour parler à son père. Jamais un Juif du temps de Jésus, tout au moins, n’aurait osé parler ainsi à Dieu. Il est intéressant de noter la ressemblance entre le mot araméen « abba » et le mot français « papa ». Le « p » étant un « b » inversé, on peut presque dire que les deux mots ont les mêmes lettres.   

Voici un de mes psaumes préférés, qui nous invite à passer nos journées sous le regard de Dieu :

Psaume 138

Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais !
Tu sais quand je m'assois, quand je me lève ; de très loin, tu pénètres mes pensées.
Que je marche ou me repose, tu le vois, tous mes chemins te sont familiers.
Avant qu'un mot ne parvienne à mes lèvres, déjà, Seigneur, tu le sais.
Tu me devances et me poursuis, tu m'enserres, tu as mis la main sur moi.
Savoir prodigieux qui me dépasse, hauteur que je ne puis atteindre !
Où donc aller, loin de ton souffle ? Où m'enfuir, loin de ta face ?
Je gravis les cieux : tu es là ; je descends chez les morts : te voici.
Je prends les ailes de l'aurore et me pose au-delà des mers :
même là, ta main me conduit, ta main droite me saisit.
J'avais dit : « Les ténèbres m'écrasent ! » mais la nuit devient lumière autour de moi.
Même la ténèbre pour toi n'est pas ténèbre, et la nuit comme le jour est lumière !
C'est toi qui as créé mes reins, qui m'as tissé dans le sein de ma mère.
Je reconnais devant toi le prodige, l'être étonnant que je suis : étonnantes sont tes oeuvres toute mon âme le sait.
Mes os n'étaient pas cachés pour toi * quand j'étais façonné dans le secret, modelé aux entrailles de la terre.
J'étais encore inachevé, tu me voyais ; sur ton livre, tous mes jours étaient inscrits, recensés avant qu'un seul ne soit !
Que tes pensées sont pour moi difficiles, Dieu, que leur somme est imposante !
Je les compte : plus nombreuses que le sable ! Je m'éveille : je suis encore avec toi.
Scrute-moi, mon Dieu, tu sauras ma pensée  éprouve-moi, tu connaîtras mon coeur.
Vois si je prends le chemin des idoles, et conduis-moi sur le chemin d'éternité

Nicolas de Cues (1) :  La vision de Dieu

Nicolas  propose à des moines de placer sur un mur l’image d’un omni-voyant (genre Joconde) et leur  dit : « Placez vous tout autour de cette icône  et chacun d’entre vous aura l’impression d’être le seul à être vu par ce visage … puis déplacez-vous et vous aurez l’impression que le regard ne cesse de vous suivre. Ainsi Seigneur, tu me fais comprendre que ton regard ne cesse de me suivre et puisque là où est l’œil, là est l’amour, voir pour toi c’est aimer. Tant que je suis, tu es avec moi et comme voir pour toi c’est être, alors je suis, car tu me regardes; et si tu éloignes de moi ton visage, je ne saurais survivre. Tu es, Seigneur, le compagnon de mon voyage. Où que j’aille, tes yeux sont toujours sur moi. …  Tu es mon Dieu qui voit toutes choses. Tu me pourvois de tout, tu prévois tout, tu prends soin de tout. » (Nicolas de Cues, La vision de Dieu).

(1) Nicolas de Cues, philosophe et théologien catholique du XVème siècle; évêque et ami du pape Pie II.  


Helix Nebula Seen in Infrared - YouTube

www.youtube.com/watch?v=yTJKKB8lt4U18 janv. 2012 - 1 min - Ajouté par Dave Mosher
Zooming in from the constellation Aquarius, the Helix Nebula -- NGC 7293 -- comes into view ...



mercredi 23 juillet 2014

Émile Nelligan et le crucifix

Émile Nelligan et le crucifix
Émile Nelligan à 19 ans

Hier, je suis allé au Sanctuaire de la Réparation (qui est tout près de l’endroit où j’habite), pour recevoir le sacrement de la réconciliation de la part de mon confesseur qui appartient à l'Ordre des Capucins. En attendant que mon confesseur se pointe, j’ai pris au passage le dépliant biannuel du Sanctuaire, intitulé : La vie au Sanctuaire. Mes yeux se sont posés sur un poème écrit par un de nos poètes québécois les plus fameux : Émile Nelligan (1879-1941). Jamais je n’avais entendu parler de ce poème, intitulé : « La réponse du crucifix ».  Je remercie le Frère Jacques T. Bélanger, OFM Cap, de m’avoir fait connaître ce petit bijou. Pour quelqu’un qui allait demander pardon à Jésus pour ses fautes, il ne pouvait y avoir meilleure préparation.

La réponse du crucifix

En expirant sur l'arbre affreux du Golgotha,
De quel regret ton âme, ô Christ, fut-elle pleine ?
Etait-ce de laisser Marie et Madeleine
Et les autres, au roc où la Croix se planta ?

Quand le funèbre choeur sous Toi se lamenta,
Et que les clous crispaient tes mains ; quand, par la plaine,
Ton âme eut dispersé la fleur de son haleine,
Devançant ton essor vers le céleste Etat,

Quel fut ce grand soupir de tristesse infinie
Qui s'exhala de Toi lorsque, l'oeuvre finie,
Tu t'apprêtais enfin à regagner le But ?

Me dévoileras-tu cet intime mystère ?
- Ce fut de ne pouvoir, jeune homme, le fiel bu,
Serrer contre mon coeur mes bourreaux sur la Terre !

Émile Nelligan

Il est de ces occasions qu’on ne doit pas manquer. En voyageant un peu sur internet, pour trouver le poème dans son intégralité, je suis tombé sur l’entrevue ci-dessous que j’ai trouvée tellement touchante.

Entrevue avec Émile Nelligan - YouTube

www.youtube.com/watch?v=1Dt94CqFFAQ29 nov. 2010 - 13 min - Ajouté par Gilles-Claude Thériault
Émile Nelligan (1879-1941) : un génie précoce au destin troublant. ... Monument Émile Nelligan à ...

 Émile Nelligan vers 1920 

 

mardi 22 juillet 2014

Prions le jeune Mattie pour l'Ukraine et le Moyen-Orient

  Prions le jeune Mattie 
pour l'Ukraine et le Moyen-Orient


Chers amis,

Le conflit qui persiste entre Israël et le Hamas, ne cesse de faire de nouvelles victimes. Le pape François est bouleversé par ce conflit et invite les chrétiens à la prière et au jeûne pour hâter la paix. Chaque jour, nous entendons aussi des nouvelles alarmantes en provenance de l'Ukraine. La tragédie du boeing 777 de la Malaysia Airlines, est l'effet pervers d'une guerre qui dure déjà depuis trop longtemps et qui fait, là aussi, de trop nombreuses innocentes victimes. 

Aujourd’hui, par hasard, j’ai vu passer sous mes yeux le nom de Mattie Stepanek. Je me suis alors rappelé que j’avais parlé sur mon blogue, de ce jeune poète américain décédé en 2004 d'une maladie très rare, à l'âge de quatorze ans. Le jeune Mattie est à mes yeux un des saints de notre temps. En 2001, alors que le monde vivait une des tragédies les plus bouleversantes de notre époque, l’acte terroriste qui a frappé les tours jumelles du World Trade Center à New-York, Mattie a écrit un poème pour la paix, intitulé : « For Our World ». J’ai senti aujourd’hui le désir de vous partager ce poème. Je l’ai traduit pour les personnes qui ne comprendraient pas l’anglais. Je m’excuse si la traduction n’est pas parfaite. J’aurais aimé trouver une traduction du poème sur le web, mais j’ai cherché en vain.

For Our World

We need to stop.
Just stop.
Stop for a moment.
Before anybody
Says or does anything
That may hurt anyone else.

 
Pour Notre Monde

Nous avons besoin de nous arrêter
Juste nous arrêter.
Arrêter pour un moment.
Avant que quelqu’un
dise ou fasse quelque chose
qui puisse blesser une autre personne.

We need to be silent.
Just silent.
Silent for a moment.
Before we forever lose
The blessing of songs
That grow in our hear
ts.

Nous avons besoin de faire silence
Juste silence.
Silencieux pour un moment.
Avant que nous ne perdions à jamais
La bénédiction des chansons
Qui germent dans nos cœurs (1)

We need to notice.
Just notice.
Notice for a moment.
Before the future slips away
Into ashes and dust of humility.

Nous avons besoin de nous rendre compte.
Juste nous rendre compte.
Nous rendre compte pour un moment.
Avant que le futur s’évanouisse
En cendres et en poussière d’humilité.

Stop, be silent, and notice.
In so many ways, we are the same.
Our differences are unique treasures.
We have, we are, a mosaic of gifts
To nurture, to offer, to accept.

 S’arrêter, faire silence et se rendre compte.
De plusieurs manières, nous sommes semblables.
Nos différences sont des trésors uniques.
Nous avons, nous sommes une mosaïque de dons
À cultiver, à offrir, à accepter.

We need to be.
Just be.
Be for a moment.
Kind and gentle, innocent and trusting,
Like children and lambs,
Never judging or vengeful
Like the judging and vengeful.


Nous avons besoin d’être.
Seulement être.
Être pour un moment.
Gentils et doux, innocents et confiants,
Comme les enfants et les agneaux,
Ne jugeant jamais et ne nous vengeant jamais
Comme ceux qui jugent et qui se vengent.

And now, let us pray,
Differently, yet together,
Before there is no earth, no life,
No chance for peace.

Et maintenant, prions,
De façon différente, mais ensemble,
Avant qu’il n’y ait plus de terre, plus de vie,
Plus de chance pour la paix.

© Matthew Joseph Thaddeus Stepanek 1990-2004, tiré de: Hope Through Heartsongs, Hyperion, 2002. Mattie Stepanek avait 11 ans lorsqu’il a écrit ce poème, le 11 septembre 2001. Si vous désirez entendre Mattie réciter lui-même ce poème, veuillez cliquer sur les mots suivants : Dieu ma joie: Mattie Stepanek: artisan de paix

(1) Pour comprendre cette façon de parler imagée qu’emploie le jeune Mattie, il faut, selon moi, connaître un autre de ses poèmes, intitulé : « Heartsong », « La chanson du cœur ». La première partie de ce poème, dit ceci (encore une fois, il s’agit de ma traduction) :

Chanson du cœur   
par Mattie J. Stepanek (1990-2004)

J’ai une chanson, profondément dans mon cœur
Que seulement moi puis entendre.
Si je ferme mes yeux et m’assois bien tranquille,
Il est tellement facile d’entendre ma chanson.

Quand mes yeux sont ouverts
Et que je suis très occupé et en mouvement,
Si je prends le temps et que j’écoute très fort,
Je peux encore entendre la chanson de mon cœur.

Cela me rend heureux. Plus heureux que jamais.
Plus heureux que n’importe où, plus heureux que tout,
Plus heureux que tous dans le large univers.
Heureux comme lorsque je pense d’aller au ciel quand je mourrai.
La chanson de mon coeur dit ceci :
Je t’aime ! Je t’aime !

À la fin du poème, Mattie dit que chacun de nous a une chanson spéciale dans son coeur, qu'il peut entendre, s'il est attentif. Pour lire  " Heartsong " en son entier, dans sa langue originale, ou pour entendre Mattie réciter lui-même ce poème, veuillez vous rendre sur: Dieu ma joie: Mattie Stepanek: artisan de paix.

Pour ceux et celles parmi vous qui habitent le Canada, il y a une raison supplémentaire de remercier Dieu pour ce qu'Il a fait pour Mattie, en Mattie et par Mattie. La mission que ce jeune a réalisée pour la paix dans le monde, il l'a surtout exercée lors des deux dernières années de sa vie. Or Mattie a passé à un cheveu de la mort en 2003. C'est grâce à une relique du saint Frère André (premier homme né au Canada à être canonisé) qui fut posée sur lui, que Mattie fut mystérieusement (pour ne pas dire " miraculeusement ") guéri. Voici ce que j'ai écrit à ce sujet en novembre 2013. 

" Mattie n’était pas supposé vivre après 2001. Il avait écrit pratiquement tous ses poèmes avant la fin de l’année 2001. En 2003, Mattie est devenu très malade et il perdait beaucoup de sang. Tout le monde pensait que c’était la fin. Un jour, un homme a donné à Jeni (la mère de Mattie) pour Mattie, une relique du Frère André Bessette. Mattie a « appliqué » la relique sur lui et il a prié. Après sa prière, il a dit qu’il était prêt à poursuivre la mission qui lui était confiée aussi longtemps que Dieu le voudrait. L’hémorragie de sang s’est arrêtée, sans que les médecins ne comprennent pourquoi. Dans les mois qui suivirent, le jeune Mattie est passé à la télévision, à l’émission d’Oprah Winfrey, ce qui lui a permis d'être connu par un large public. Il s’est ensuite lié d’amitié avec Jimmy Carter (l’ancien président des Etats-Unis) et a été interviewé plusieurs fois à la télévision. Tout cela, dans les deux dernières années de sa vie. On peut donc dire que c’est grâce à l’intercession du saint Frère André, que le message de Mattie est maintenant connu dans le monde entier. " Dieu ma joieMattie Stepanek: artisan de paix ).





vendredi 18 juillet 2014

Le film " Alleluia " sur You Tube

Le film « Alleluia » sur You Tube

Bonjour à vous !

Pour les personnes qui n’auraient pas encore vu le documentaire  « Alleluia », vous pouvez le visionner désormais en tout temps : 

Zone Doc Alléluia - YouTube

www.youtube.com/watch?v=kEfX6Gy0TGw30 juin 2014 - 54 min - Ajouté par TVReplay
Zone Doc Alléluia. TVReplay ... 

lundi 14 juillet 2014

Héros du sport devenus chrétiens

Héros du sport devenus chrétiens
9780771039157_cover    Pete-Maravich-aka-Pistol-Pete
               Paul Henderson                               Pete Maravich

Chers amis, si vous suivez ce blogue depuis un certain temps, vous savez que j’aime y mettre des témoignages. Les témoignages sont si puissants. Ces derniers jours, j’ai entendu « par Providence » car je ne suis plus capable d’employer les mots « par hasard », le témoignage de deux membres du Temple de la Renommée : un joueur de hockey : Paul Henderson; et un joueur de basketball : Pete Maravich. J’ai été touché par ces témoignages car j’ai vu jouer à la télévision, ces deux professionnels du sport. Ils étaient au sommet de leur carrière quand j’avais une vingtaine d’années.

Hier, alors que nous vivions le 15ème dimanche du temps ordinaire, j’ai commencé mon homélie à la messe de la façon suivante : « Est-ce que le nom de Paul Henderson vous dit quelque chose? Qui est Paul Henderson? » Mes paroissiens ont commencé à me donner des réponses : « C’est un chanteur », etc. J’étais sûr que parmi les 120 fidèles qu’il y avait dans l’église, quelqu’un connaissait la réponse. Soudain quelqu’un dit : « C’est un joueur de hockey! » J’ai répondu : « Oui . Et qu’a-t-il fait? » Une personne a dit: « Il a marqué le but de la victoire dans la « série du siècle » contre les Russes, en 1972 ». J’ai répondu : « C’est bien cela. Et on a même fait un timbre postal au Canada, représentant Paul Henderson sautant de joie après le but magique ». Et j’ai dit aux gens qu’avant la messe, j’ai commandé par internet la biographie de Paul Henderson, intitulée : « The Goal of My Life » (Le But de Ma Vie). Le titre de ce volume est sublime. Dans l’introduction que Paul Henderson a écrite pour son livre, il dit ceci :

“WHAT IS THE GOAL OF YOUR LIFE ? ”
“ QUEL EST LE BUT DE TA VIE ? ”

C’est la question que personne ne m’a jamais posée parce que tout le monde pensent connaître la réponse en ce qui concerne Paul Henderson. Tous prétendent que le « but » de ma vie a été celui que j’ai compté le 28 septembre 1972.     …
Ce fut certainement le but de ma vie sur la glace. Lorsqu’une chose que vous avez faite, est reconnue comme étant le moment du siècle dans les sports au Canada, eh bien, c’est très gratifiant.     …
Mais si vous me posez la question « Quel est le but de ta vie ? », alors vous serez peut-être surpris d’entendre ma réponse. Ce but a été le moment culminant de ma carrière de hockey ; nul doute sur cela. Comment ne pourrait-il pas l’être ? – mais je lis cette question différemment. Le but de la vie d’une personne, n’a rien à voir avec le genre de buts qu’un joueur de hockey compte sur la glace ; le but de la vie d’une personne est sa raison d’être ; c’est  la réponse personnelle qu’elle donne à la question suivante : « Pourquoi suis-je sur cette planète » ? C’est ce qu’elle désire faire de sa vie.
En ce qui me concerne, cela m’a pris beaucoup de temps pour répondre à cette question, et beaucoup de recherche spirituelle. Mais le but de ma vie n’a rien à voir avec quelque partie de hockey que ce soit. ( Paul Henderson, The Goal of My Life, Fenn M&S, 2012,  pp. XIII et XIV).

Et monsieur Henderson termine son livre ainsi:

« Le But de Ma Vie a été compté le 28 septembre 1972, à Moscou. Ce fut vraiment un moment fantastique pour moi et pour tous les Canadiens ; et je suis tellement reconnaissant pour cela. Je vais toujours le savourer.
Mais vivre ma vie comme je le fais depuis que je suis devenu chrétien, vivre une vie qui plaise à Dieu, être son divin instrument de changement dans le monde – voilà le vrai But de Ma Vie. Et je remercie Dieu d’avoir pu poursuivre ce but aussi longtemps. » (Ibid, pp. 232-233).
   
Dans un extrait que j’ai vu ces jours-ci à la télévision, Paul Henderson disait : « Quiconque lit les évangiles avec attention, ne peut qu’arriver à la conclusion que Jésus est la Personne qu’il dit être (autrement dit : Jésus est Dieu) ». Puisque toute la liturgie de la Parole de Dieu d'hier à la messe, parlait précisément de la Parole de Dieu, j’ai jugé que cette citation de Paul Henderson, était tout à fait de circonstance. Si vous désirez connaître comment Paul Henderson s'est converti au christianisme, veuillez lire le texte mis tout au bas du présent blogue, en dessous des vidéos concernant Pete Maravich. 

L’autre témoignage que j’ai regardé hier soir sur internet, est celui de Pete Maravich. Pete Maravich est un joueur de basketball extraordinairement talentueux, membre du temple de la renommée. Plusieurs joueurs ou entraîneurs professionnels de basketball, considèrent Pete Maravich comme le meilleur manieur de ballon de tous les temps. J’ai vu jouer Pete Maravich à la télévision, dans les années 1970, alors que le basketball était mon sport préféré. Je vous invite à visionner les vidéos mises ci-dessous, pour voir à quel point Pete « Pistol » Maravich était talentueux. Le surnom de « Pistol » vient du fait que tout jeune, Pete était incapable de lancer le gros ballon de basketball, de façon normale. Il commençait sa motion de lancer, au niveau de la hanche, donnant ainsi l’impression qu’il dégainait un pistolet.

Pete Maravich a gagné une multitude de trophée. Son père était un joueur de basketball et un entraîneur de basketball. Quand Pete a eu sept ans, son père lui a dit : « Pete, nous n’avons pas beaucoup d’argent, mais si tu fais ce que je te dis, tu pourras grâce au basketball, bénéficier d’une bourse d’étude, tu pourras même devenir un professionnel de basketball, devenir millionnaire, gagner un championnat de la NBA (National Basketball League) et avoir au doigt une grosse bague en diamants. » Le jeune Pete dit à son père : « C’est cela que je veux ». À partir de ce jour, toutes les énergies du jeune Pete étaient employées à la réalisation de ce rêve. Et le rêve se concrétisa. Pete gagna une multitude de trophées. Il fut adulé et renommé. Il a signé le plus gros contrat de la NBA, à son époque. Il faisait des jeux sur le terrain de basketball, que les joueurs eux-mêmes n’avaient jamais vus, surtout de la part d’un « blanc ». Lorsqu’il eut dix-sept ans, on l'invita à une « Croisade de Billy Graham » (Billy Graham Crusade) ». Billy Graham est un fameux « prédicateur évangélique », qui remplissait des stades pour annoncer la bonne nouvelle de Jésus Christ. J’ai plusieurs fois regardé à la télévision, les « Billy Graham Crusades », au début de mon âge adulte. Pete avait été invité à la « Crusade » pour donner en quelque sorte un « show »; pour montrer à quel point il était habile avec un ballon de basketball. Durant trois jours, il a entendu parler de Jésus Christ. Mais cette prédication n’a eu aucun effet bénéfique sur lui. Au contraire, Pete a clairement dit à Jésus qu’il ne croyait pas en Lui, qu'il n'avait pas de temps pour Lui et que son but dans la vie était très clair: devenir un joueur de basketball professionnel, être millionnaire et posséder un jour une bague de championnat. Durant ces trois jours de « croisade », Pete et ses amis ont fait le « party », abusant de l’alcool et jouissant des plaisirs de la vie. À la fin des trois jours, un des amis de Pete a senti l’appel à se convertir et à devenir chrétiens. Pete a essayé de l’en dissuader en lui disant : « Tu ne suivras pas cette bande d’hypocrites? »

Au fil des ans, Pete est devenu ce qu’il a toujours voulu être : un millionnaire de la NBA. Pete a gaspillé son argent en faisant ce que j’appellerais des folies: il est devenu alcoolique, il a fait collection d’automobiles très dispendieuses (Porsche, Mercedes, etc). Il a conduit en état d’ébriété et a fait des accidents d’automobiles. Il est bien sûr « allé avec des filles ». Pete a connu et goûté à tout ce que le monde peut offrir; mais cela ne l’a jamais rendu heureux. Lorsqu’il livre des témoignages (plusieurs vidéos sont mises sur internet à cet effet), il avoue bien humblement que la « main de Dieu » l’a  souvent protégé.  

Pete a épousé Jackie et ils eurent deux fils : Jaeson et Joshua. En 1980, il se retira du sport professionnel. En 1987, il est nommé au Temple de la Renommée du basketball. Et en 1996, il est sélectionné parmi les cinquante plus grands joueurs de l’histoire. Voici ma traduction de la fin de la vidéo mise en premier lieu ci-dessous, où monsieur Pete Maravich livre un vibrant témoignage :

« En 1982, un soir, j’écoutais la télévision, comme tant d’autres soirs. Je suis ensuite allé me coucher. C’est alors que plusieurs choses me sont venues à l’esprit. Et je ne pouvais pas dormir. Je sais le nom que l’on donne aux choses qui me venaient à l’esprit : ce sont des « péchés ». Je savais la différence entre le bien et le mal. J’ai toujours ressenti un poids dans ma conscience à chaque fois que je faisais quelque chose d’immoral. C’était mes péchés qui me revenaient à l’esprit; et j’étais incapable de m’en débarrasser. Toutes mes rébellions envers Dieu, toutes mes rébellions envers mes parents, envers les personnes que j’aimais et envers les personnes que je haïssais. Je haïssais certaines personnes. J’avais de l’aigreur envers certaines personnes. Tous ces souvenirs qui me revenaient à l'esprit, me rendait fou. J’étais incapable de chasser ces idées de ma tête. Je me suis mis à crier dans mon esprit : « Ô Dieu, il va falloir que tu me sauves ! Je ne peux pas endurer cette vie plus longtemps. » J’en avais assez de ce que les gens nous promettent pour être heureux. J’en avais assez de ce que les gens disent et qui est censé rendre notre vie belle et bonne. Et je me souviens qu’à ce moment-là, alors que j’avais des larmes dans les yeux, le Seigneur m’a parlé et m'a dit : « BE STRONG. LIFT THINE OWN HEART. » («SOIS FORT. ÉLÈVE TON COEUR»). Je ne l’oublierai jamais, je ne le nierai jamais. Cela a résonné dans toute la chambre. J’étais sous un choc; je me suis assis sur mon lit. Je n’étais pas endormi. J’ai réveillé ma femme qui était dans un profond sommeil. Je lui ai dit : « Jackie, as-tu entendu cela ? As-tu entendu ce que Dieu m’a dit ? » Mais Jackie n’avait rien entendu. Elle m’a dit : « Je n’ai rien entendu Pete. » Et elle s’est rendormie. Je me souviens de m’être roulé en bas du lit et d’avoir dit : « Dieu, je sais que tu es là, et je veux que ma vie change. » Et je me suis souvenu que lorsque j’avais 19 ans, j’étais allé à une « Campus Crusade » (une croisade sur le campus). Me souvenant de cela, j’ai dit à Dieu : « Viens dans ma vie, pardonne mes péchés. Change-moi comme tu veux que je change. » 

Depuis ce jour, ma vie a changé dramatiquement. Cela fait maintenant près de quatre ans et demi de cela.  Je n’avais jamais connu la joie que j’ai ce soir. Je sais ce que c’est que la foi : la foi est un test (faith is « testing »); la foi est une terre de préparation. C’est pourquoi nous sommes ici ce soir. Mais la joie est « d’avoir confiance » (joy is « trusting »). C’est cela que j’ai découvert. Voilà de quoi il est question. Je veux que vous tous, vous sachiez ce soir ceci à propos de Pete Maravich : vous n’avez peut-être jamais entendu parler de moi, cela ne fait pas de différence ; je ne suis qu’une personne sur cette terre, sauvée par la grâce de Dieu, grâce à la foi en Jésus Christ. Le changement qui s’est produit dans ma vie, est dû à Jésus Christ. Ce qui m’a changé, ce n’est pas le fait de gagner. J’ai gagné durant toute ma vie. J’ai gagné tous les honneurs et les trophées que vous pouvez imaginer. Mais chaque fois que je gagnais quelque chose, je désirais encore gagner ; et gagner autre chose. Ce qui m’a changé, ce n’est pas l’argent ; car l’argent pourra acheter tout ce que vous voulez, sauf le bonheur. L’argent va vous payer votre passage partout, sauf au ciel. Est-ce que ce sont les choses matérielles ? J’ai tout possédé ce que plusieurs d’entre vous recherchent : que ce soit des Rolls-Royce, des BMW, des Mercedes ou des Porsches. Ce n’est pas la religion qui m'a changé, car au nom de la religion, Jésus a été mis sur la croix (NDLR: ici, je me permets de différer d’opinion avec M. Maravich, car je crois que Jésus a fondé une religion : la religion chrétienne. Je crois aussi que c'est l'adhérence à cette religion qui permet un changement en profondeur chez l'être humain). Ce qu’il y a de plus pur dans le christianisme, c’est que c’est votre choix ; c’est vous qui décidez. La dernière chose que je veux vous dire, c’est ceci : la semaine prochaine, je serai introduit au Temple de la Renommée. Je vais recevoir une grosse bague. De fait, cette bague sera plus grosse que celle que j’aurais posséder si j’avais gagné le championnat de la NBA. Mais je vais vous dire quelque chose à propos des « awards » (prix) : ils sont tous pales comparés à la gloire de Jésus Christ et a ce qu’Il a fait dans ma vie. C’est extraordinaire ce qu’Il a fait dans ma vie. Je n’échangerais pas le fait d’appartenir à Jésus Christ (« my position in Christ ») pour mille championnats de la NBA, pour mille bagues du Temple de la Renommée,  ou pour cent milliards de dollars. Il n’y a rien qui soit comparable à la joie de Jésus Christ dans votre vie. Merci beaucoup ! »

Le récit de la conversion de Pete Maravich, peut aussi être lu en anglais, sur le lien internet suivant: The Spiritual Journey of “Pistol” Pete Maravich | Berean Publishers.

Remarques : 

Première remarque : Ce témoignage de Pete Maravich est très intéressant. Comment expliquer qu'un soir, tous les péchés de sa vie lui reviennent en mémoire? Je suis personnellement incapable d'expliquer ce fait autrement que par une intervention divine. Qui aurait intérêt à révéler aussi en détails à Pete Maravich, tous ses péchés, sinon Dieu. Seul Dieu, le grand offensé, avait intérêt à faire cela. Et quel était son intérêt? Son intérêt, c'était le bien de son enfant Pete. Dieu désirait que son enfant bien aimé soit libéré à jamais de toutes ses fautes, en se tournant vers Dieu et en accueillant son pardon. La Bible nous dit que c'est le rôle de l'Esprit Saint, la troisième personne de la Sainte Trinité, de mettre en lumière le péché du monde: « Une fois venu, il (l’Esprit Saint) établira la culpabilité du monde en fait de péché, en fait de justice et en fait de jugement : de péché, parce qu’ils ne croient pas en moi » (Jn 16, 8-9). Heureux sommes-nous si l'Esprit Saint nous révèle nos péchés. C'est une douloureuse mais salvatrice expérience.

Deuxième remarque : Nous savons, de la bouche même de M. Pete Maravich, que durant de nombreuses années, il a cherché la vérité, à sa façon, en étudiant l’hindouisme, la réincarnation, la projection astrale, la nutrition radicale, la méditation, etc. Mais comme il le dit si bien, il n’a trouvé la joie, la vraie joie, que dans la foi chrétienne, la foi en Jésus Christ. Ce n’est guère surprenant car lorsque saint Paul parle des fruits de l’Esprit Saint, il mentionne en premier lieu l’amour, et en second lieu : la joie : « Les fruits de l’Esprit sont : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, humilité et maîtrise de soi » (Gal 5, 22). Le bonheur et la joie de vivre de Pete, si nouveaux dans sa vie, ont fait en sorte que  sa femme Jackie s’est convertie au christianisme. Voici le témoignage de Jackie :

« Quand Pete m’a dit qu’il avait accepté le Christ dans sa vie, je me suis dit : « Oh, après tout, c’est peut-être une autre phase qu’il traverse ». Mais je pouvais voir le bonheur qui l’habitait, sa joie de vivre et les changements opérés en lui. J’ai donc voulu posséder ce qu’il possédait. J’ai donc été baptisée en 1984. On m’a raconté que le jour de mon baptême, Pete n’a fait que pleurer durant toute la cérémonie. J’imagine qu’il désirait que j’aie ce qu’il avait. »

Voilà pourquoi je suis si fier que le titre de mon blogue soit : Dieu ma joie. Mère Térésa de Calcutta a dit un jour que « la joie est le signe le plus infaillible de la présence de Dieu en nous ». 

Troisième remarque: Lorsque Dieu appelle d'une façon exceptionnelle un de ses enfants à la foi chrétienne, c'est toujours en vue de la mission. Pensons à Saul, devenu Paul de Tarse. Une rencontre exceptionnelle avec Dieu est normalement le présage d'une mission exceptionnelle pour Dieu. Cela, Pete Maravich l'a très bien compris. Cet homme a la parole facile; il s'exprime avec beaucoup de clarté et de façon très convaincante. Dès le moment où il est devenu chrétien, Pete, tout comme saint Paul (voir: Gal 1, 15-17), s'employa sans tarder à faire connaître Jésus autour de lui. Dès qu'il en avait l'occasion, il parlait de Jésus aux gens qu'il rencontrait. Quelques années avant de mourir, Pete Maravich a dit ceci: « Je veux qu’on se souvienne de moi comme d’un chrétien, comme d'une personne qui a servi Jésus au plus haut point ( "to the utmost ") ; et non pas comme d’un joueur de basketball»


Dans une interview qu’il aurait donnée en 1974, Pete aurait dit : « Je ne veux pas jouer dix ans dans la NBA et ensuite mourir d’une crise cardiaque à l’âge de 40 ans. » Or c’est précisément ce qui s’est produit : Pete a joué 10 ans dans la NBA : de 1970 à 1980. Et il est mort d’une crise cardiaque à l’âge de 40 ans, alors qu’il jouait une partie de basketball dans le gymnase d’une église. Une autopsie pratiquée sur lui, a révélé qu’il avait une malformation au cœur depuis sa naissance. Au lieu d’avoir deux artères coronaires, il n’en n’avait qu’une. Les médecins disent qu’il aurait normalement dû mourir à l’adolescence; et ils ne s’expliquent pas comment Pete a pu jouer aussi longtemps dans un sport aussi demandant que le basketball professionnel. 


Testimony 1987 (Billy Graham Crusade) - YouTube

www.youtube.com/watch?v=Y5s6xIZfQtQ22 sept. 2008 - 9 min - Ajouté par OnParr
Special thanks to the Maravich Family and John Lotz. Brought to you by the book: Pete ...


Pour réaliser à quel point ce joueur était talentueux, voir les vidéos suivantes:

Pete Maravich - Unforgettable - YouTube

www.youtube.com/watch?v=XHmgWeY7heM17 févr. 2008 - 8 min - Ajouté par 1avardac
Pete Maravich - Unforgettable. Capped by moran_julian of mixmakers.net. SORRY, but YT ...

Pete Maravich Dribbling Drills Video Preview - YouTube

www.youtube.com/watch?v=Hts1EQcweqE8 janv. 2014 - 3 min - Ajouté par HoopsKing.com Basketball & Vertical Jump Training
Order at http://www.hoopsking.com/pistol-pete-maravich-dribbling-dvd.html The final tape ...

Pete Maravich dribbling drills - YouTube

www.youtube.com/watch?v=n2nNoJL9HU06 févr. 2013 - 6 min - Ajouté par fadge mille
The Pistol was Amazing. On the Sportcentury doc that I have, 1 person said that Pete was like ...

    Pete Maravich - passing highlights (rare footage) - YouTube


  1. www.youtube.com/watch?v=yVnJeKX5OeY

    27 nov. 2009 - Ajouté par Mike Zeillmann
    Incredible passes from the greatest passer ever - Pistol PeteMaravich. Rare footage. Enjoy.

Pete Maravich Highlight Reel - YouTube

www.youtube.com/watch?v=2z2HyiNk0SE7 janv. 2008 - 7 min - Ajouté par gates69
I would like to thank those who originally put together this reel of Pistol Pete highlights. This ...




Cinq autres vidéos nous proposent le témoignage chrétien de Pete Maravich. Voici, ci-dessous, la première partie de ces vidéos. Les quatre autres parties se trouvent facilement sur You Tube.

Pistol Pete Maravich's Christian testimony - Part 1 - YouTube

www.youtube.com/watch?v=QNFkWCqqXLA22 juil. 2011 - 9 min - Ajouté par evrykneewillbow
One of the greatest basketball players of all time. He could handle the ball with amazing ...


 Récit de la conversion de Paul Henderson: 

Paul Henderson raconte...
Un jour, un chrétien est entré dans sa vie. Mel Stevens, de Caledon, Ontario, est venu distribuer des Bibles à tous les joueurs desMaple Leafs de Toronto. Paul a commencé à lire la Bible, et cela l’a réellement troublé. 
Un jour, Mel s’est rendu chez Paul pour l’inviter à donner de son temps à une école de hockey. Mel s’est présenté comme celui qui avait donné les Bibles. Paul a alors partagé ses préoccupations par rapport aux enseignements de la Bible, et Mel l’a encouragé à développer le côté spirituel de sa vie en examinant ces choses plus à fond.
Paul se souvient avoir passé près de mille heures à faire des recherches sur la personne de Jésus-Christ. Il a étudié la Bible, examiné plusieurs mouvements religieux, et a lu des livres tels que « Voilà pourquoi je suis chrétien » de C.S. Lewis et « Evidence That Demands A Verdict » de Josh McDowell.
« J’ai compris que le christianisme n’était pas tant une religion qu’une relation. J’ai cru que Dieu m’aimait et que j’étais séparé de lui par ma façon de vivre. Mel m’a montré dans la Bible les conséquences de ma séparation de Dieu et comment Jésus-Christ était mort pour mes péchés, a été enseveli et est ressuscité afin de vaincre la mort et d’offrir le pardon. »
Or, trois obstacles me retenaient. Premièrement, avais-je le courage de répondre au message de l’Évangile? Aurais-je peur de ce que le monde dirait? Deuxièmement, j’aurais à changer ma vie, et je croyais que ce serait pour le pire. Et, troisièmement, je savais que si quelqu’un aimait vraiment Dieu, il devrait en parler aux autres, et je ne voulais pas faire cela. » Après des mois d’agitation, dans l’intimité de sa maison, Paul Henderson a prié pour inviter Christ dans sa vie. C’était en mars 1975.
« En regardant en arrière, dit-il, peu de personnes se sont moquées de moi. En tant que disciple de Jésus-Christ, je suis devenu un meilleur homme, un meilleur mari, un meilleur père et même un meilleur joueur de hockey. En plus, j’aimais parler de Jésus. »
Certains se sont éloignés de lui à cause de son nouveau zèle, mais plusieurs amis ont écouté et certains ont cru en Christ. Ron Ellis, un bon ami et coéquipier avec les Maple Leafs et l’Équipe Canada, ainsi que son épouse Jannie, étaient de ceux qui sont devenus de vrais chrétiens.
« Mon épouse, Eleanor, avait beaucoup d’appréhension envers ma nouvelle foi. Elle avait peur que je devienne fanatique, que je parte pour l’Afrique et que je donne tout notre argent. Mais quand elle a vu ma vie transformée, et plus équilibrée, son cœur s’est ouvert et, peu de temps après, elle a confié sa vie à Christ. »
Après sa retraite du hockey professionnel, Paul est allé étudier au séminaire et il a servi Dieu avec certaines organisations telles que Athletes in Action. Il est présentement impliqué avec The Leadership Group, où il travaille avec des groupes d’hommes professionnels qui désirent grandir dans leur foi et mettre en pratique la vie chrétienne pour devenir de meilleurs maris et de meilleurs pères, partager leur foi, avoir une marche quotidienne avec Dieu, mémoriser des textes bibliques et prier les uns pour les autres.
« Nous avons aussi démarré des groupes de ‘sceptiques’, pour les hommes qui ne sont pas certains quoi croire, dit-il. Ils savent qu’ils ne sont pas chrétiens et nous les aidons à considérer la foi chrétienne »
Après trente ans, « La série du siècle » est encore gravée dans la mémoire de plusieurs. Par contre, ces souvenirs ne compteront plus dans l’éternité auprès de Jésus-Christ, « à qui appartiennent la gloire et la puissance, aux siècles des siècles » (Hébreux 13.21). C’est ce que Paul Henderson a compris, et il a maintenant un nouveau but dans la vie. 
« J’ai été transformé depuis ce jour-là. Jésus-Christ a eu un impact positif sur tous les aspects de ma vie. Ça n’a certainement pas été sans problèmes. Mais le calme intérieur, la satisfaction et la paix que je ressens tous les jours sont pour moi la preuve que sa promesse de m’aimer et de s’occuper de moi est bien vraie. Ce qu’il y a de mieux, c’est que je me réjouis de savoir que je vivrai avec lui pendant toute l’éternité. »

(Paul Henderson a écrit le livre Shooting for Glory.)
(tiré du site internet suivant: Paul Henderson 2 - trouverDieu.com)