mercredi 5 décembre 2012

L'Immaculée Conception

L’Immaculée Conception

Dans trois jours, le 8 décembre, nous célébrerons la solennité de l’Immaculée Conception. Cette fête est vraiment grandiose. Saint Maximilien Kolbe, que le pape Jean-Paul II a qualifié de « patron du siècle dernier » (1) est peut-être le saint qui a eu la dévotion la plus grande et la plus audacieuse envers l’Immaculée Mère de Dieu. Pour le pauvre pécheur que je suis, la façon dont le Père Kolbe parle de l’Immaculée me semble quelque peu exagérée, pour ne pas dire pas mal exagérée. Mais j’attribue cette impression au fait que je suis très impuissant à me faire une idée exacte de la grandeur de la Mère de Dieu. Le Père Kolbe était certainement plus conscient que moi de la grandeur de la Vierge Marie. Si quelqu’un parmi vous ne connaissait pas le Père Kolbe, sachez simplement ceci : ce prêtre capucin a donné sa vie durant la deuxième guerre mondiale pour un compagnon prisonnier qu’il ne connaissait même pas. Il a été condamné à mourir de faim dans un « bunker » souterrain du camp de concentration d’Auschwitz. 

J’étais à Rome lorsque le Père Kolbe a été canonisé. J’étais à la place Saint-Pierre, lieu de la canonisation. Un des moments les plus touchants de la célébration fut lorsque M. Franciszek Gajowniczek, ce prisonnier dont Kolbe avait sauvé la vie, a reçu la très sainte communion des mains du pape Jean-Paul II. Kolbe a fait ses études théologiques à Rome, malgré sa réticence à aller étudier et aller vivre dans cette grande ville où les mœurs à son époque étaient assez dissolues. Mais la Vierge Marie était apparue à Kolbe alors qu’il était enfant et lui avait promis qu’il conserverait toujours sa pureté (sa chasteté) et qu’il mourrait martyr. La seule personne qui, du vivant de Maximilien Kolbe était au courant de cette apparition de la Vierge et de sa fameuse promesse, était la mère de Kolbe. Cette maman a attendu la mort de son fils pour dévoiler ces faits au grand jour.

De fait, la Vierge a protégé le jeune adulte étudiant à Rome. Lorsque Maximilien Kolbe fut ordonné prêtre, il décida de célébrer sa première messe à l’endroit où l’Immaculée Mère de Dieu est tout spécialement vénérée à Rome : en l’église Sant’Andrea delle Fratte. La Vierge Marie est apparue dans cette église. Pour connaître l’histoire de cette apparition, veuillez  lire ce que j’ai écrit l’an dernier pour la fête de l’Immaculée. Je vous donnerai dans un instant un raccourci pour trouver ce texte. J’ai vécu neuf ans à Rome; j’y ai aussi fait mes études en théologie. Lorsque mon supérieur général m’a demandé de retourner au Canada pour exercer mon ministère presbytéral, je suis allé célébrer ma dernière messe romaine à l’église Sant’Andrea delle Fratte, en l’honneur de l’Immaculée.

Je vous encourage à lire ou relire le texte que j’ai écrit l’an dernier en l’honneur de l’Immaculée Conception. Après la date de parution de ce texte, j’ai fait des changements et des additions. Je crois qu’il vaut la peine de lire ou relire ce texte. Pour cela, vous n’avez qu’à cliquer sur les mots suivants:  L'Immaculée
  


(1) Pour ceux et celles que cela intéresse, voici une partie de l’homélie que le pape Jean-Paul II a prononcée dans le camp de concentration où est mort le Père Kolbe et dans laquelle il qualifie ce prêtre de « patron de notre siècle difficile (le XXème siècle) »

MESSE AU CAMP DE CONCENTRATION DI BRZEZINKA (BIRKENAU)
HOMÉLIE DE SA SAINTETÉ JEAN-PAUL II
Brzezinka
Jeudi 7 juin 1979

 1. « Voici quelle est la victoire qui a vaincu le monde : c’est notre foi. » (1 Jn 5, 4.) Ces paroles de la lettre de saint Jean me viennent à l’esprit et me pénètrent le cœur lorsque je me trouve ici, en cet endroit où a été remportée une victoire particulière de la foi. De la foi qui fait naître l’amour de Dieu et du prochain, l’unique amour, l’amour suprême qui est prêt a à donner sa vie pour ses amis » (Jn 15, 13 ; cf. 10, 11). Une victoire, donc, de l’amour que la foi a vivifié jusqu’au sommet du témoignage ultime et définitif.

Cette victoire de la foi et de l’amour, un homme l’a remportée en ce lieu ; son nom est Maximilien Marie ; son nom de famille : Kolbe ; sa profession (telle qu’il l’indiquait lui-même dans les registres du camp de concentration) : prêtre catholique ; sa vocation : fils de saint François ; sa naissance : fils de gens simples, laborieux et pieux, tisserands aux environs de Lodz ; par la grâce de Dieu et le jugement de l’Église : bienheureux.

La victoire de la foi et de l’amour, cet homme l’a remportée en ce lieu qui fut construit pour la négation de la foi (de la foi en Dieu et de la foi en l’homme) et pour fouler aux pieds radicalement non seulement l’amour mais tous les signes de la dignité humaine, de l’humanité. Un lieu qui fut construit sur la haine et sur le mépris de l’homme au nom d’une idéologie folle. Un lieu qui fut construit sur la cruauté. À ce lieu conduit une porte, qui existe encore aujourd’hui, et sur laquelle est placée une inscription : « Arbeit macht frei » (le travail rend libre), qui rend un son sardonique, parce que son contenu était radicalement contredit par tout ce qui se passait à l’intérieur.

Dans ce lieu du terrible massacre où trouvèrent la mort quatre millions d’hommes de diverses nations, le P. Maximilien, en s’offrant volontairement lui-même à la mort, pour un frère, dans le bunker de la faim remporta une victoire spirituelle semblable à celle du Christ lui-même. Ce frère vit encore aujourd’hui sur la terre polonaise. Il est parmi nous.

Sur le lieu où la dignité de l’homme avait été foulée aux pieds d’une manière aussi horrible voici la victoire remportée grâce à la foi et à l’amour !

Quelqu’un peut-il encore s’étonner que le Pape né et élevé sur cette terre, le Pape qui est arrivé sur le siège de saint Pierre de ce diocèse sur le territoire duquel se trouve le camp d’Auschwitz ait commencé sa première encyclique par les mots Redemptor hominis, et qu’il l’ait consacrée dans son ensemble à la cause de l’homme, à la dignité de l’homme, aux menaces contre lui et enfin à ses droits inaliénables qui peuvent être si facilement foulés aux pieds et anéantis par ses semblables ? Suffit-il donc de revêtir l’homme d’un uniforme différent, de l’armer de tous les moyens de la violence, suffit-il donc de lui imposer une idéologie dans laquelle les droits de l’homme sont soumis aux exigences du système, complètement soumis, au point de ne plus exister en fait ?…

2. Je viens ici aujourd’hui en pèlerin. On sait que je suis venu ici bien des fois… Tant de fois ! Et bien des fois je suis descendu dans la pièce où Maximilien Kolbe est mort, et je me suis arrêté devant le mur de l’extermination, et je suis passé entre les ruines des fours crématoires de Brzezinka. Je ne pouvais pas ne pas venir ici comme Pape.

Je viens donc en ce sanctuaire particulier dans lequel est né — si je puis dire — le patron de notre siècle difficile, tout comme saint Stanislas, patron des Polonais, naquit sous l’épée il y a neuf siècles à Rupella.

Je viens pour prier avec vous tous qui êtes venus ici aujourd’hui — et avec toute la Pologne — et avec toute l’Europe. Le Christ veut que moi, devenu successeur de Pierre, je rende témoignage devant le monde de ce qui constitue la grandeur de l’homme de notre temps et sa misère. En quoi consiste sa défaite et sa victoire.
C’est pourquoi je viens m’agenouiller sur ce Golgotha du monde contemporain, sur ces tombes, en grande partie sans nom, comme la grande tombe du soldat inconnu. Je m’agenouille devant toutes les pierres qui se succèdent et sur lesquelles la commémoration des victimes d’Auschwitz est gravée dans les langues suivantes : en polonais, anglais, bulgare, tzigane, tchèque, danois, français, grec, hébreu yiddish, espagnol, flamand, serbo-croate, allemand, norvégien, russe, roumain, hongrois, italien.

Et je m’arrête en particulier avec vous, chers participants à cette rencontre, devant la pierre qui porte l’inscription en langue hébraïque. Cette inscription rappelle le souvenir du peuple dont les fils et les filles étaient destinés à l’extermination totale. Ce peuple tire son origine d’Abraham, qui est le Père de notre foi (cf. Rm 4, 12), comme l’a dit Paul de Tarse. Ce peuple, qui a reçu de Dieu ce commandement : « Tu ne tueras pas », a éprouvé en lui-même à un degré spécial ce que signifie tuer. Devant cette pierre, il n’est permis à personne de passer avec indifférence.

J’ai choisi de m’arrêter aussi devant une autre pierre, celle en langue russe. Je n’ajoute aucun commentaire. Nous savons la part qu’a eue cette nation dans la dernière et terrible guerre pour la liberté des peuples. Devant cette pierre, on ne peut passer indifférent.

Enfin la dernière pierre : celle en langue polonaise. Six millions de Polonais ont perdu la vie au cours de la seconde guerre mondiale : le cinquième de la nation. Encore une étape des luttes séculaires de cette nation, de ma nation pour ses droits fondamentaux parmi les peuples d’Europe. Encore un cri puissant pour le droit d’avoir sa propre place sur la carte de l’Europe. Encore un compte douloureux avec la conscience de l’humanité.

J’ai choisi trois pierres, mais il aurait fallu s’arrêter sur chacune d’elles, et c’est ce que nous ferons.


3 commentaires:

  1. Un texte magistral et majeur, père Guy, et qui nous fait connaître beaucoup plus et mieux, la souffrance, le martyr et l'abnégation de soi au maximum en la personne de Saint Maximilien Kolbe, prêtre polonais.

    merci!

    Colette

    RépondreSupprimer