vendredi 21 septembre 2012

L'âne qui tenait à la vie

L’âne qui tenait à la vie


Chers amis, je viens de recevoir d’une amie la petite histoire que voici :

Un jour, l’âne du fermier tomba dans un puits profond qui ne servait pas souvent. Effrayé, l’animal gémissait pitoyablement pendant des heures, et le fermier se demandait quoi faire. Après un bon moment de réflexion, le fermier décida que l’animal pouvait rester dans le puits, car l’âne était vieux et ce n’était pas rentable pour lui de le récupérer au fond d’un puits qui devait de toute façon disparaître.


Le fermier invita tous ses voisins à venir l’aider pour boucher le puits. Chacun saisit une pelle et commença à jeter de la terre pour enterrer l’âne dans le puits. Au début, l’âne réalisa ce qui se produisait et se mit à hennir avec une violence inouïe. Puis, au bout d’un moment et à la stupéfaction de tous, les hennissements finirent par disparaître. L’animal était-il déjà mort? 


Quelques pelletées plus tard, le fermier jeta finalement un œil au fond du puits et fut bien surpris de ce qu’il put voir. Car avec chaque pelletée de terre qui tombait sur lui, l’âne faisait quelque chose de stupéfiant. Il se secouait pour se débarrasser de la terre qu’il recevait sur son dos, ce qui lui permettait de monter dessus. Pendant que les voisins du fermier continuaient à jeter de la terre sur l’animal, celui-ci se secouait, piétinait la terre et montait dessus pour se rapprocher de la surface.

 

Bientôt, chacun fut stupéfié de voir l’âne sortir du puits et se mettre à trotter …

 

Il y a trois jours, j’ai mis cette jolie histoire sur mon blogue. Je préférais la mettre ainsi, sans commentaire, de sorte que chacun puisse en tirer la leçon ou la conclusion qu’il ou elle voulait. Il vaut toujours mieux que les gens trouvent par eux-mêmes et que tout ne soit pas donné d’un coup.

 

Or, je ne puis m’empêcher de vous communiquer la résonance qu’a eue en moi ce petit conte ou cette petite fable. Immédiatement, j’ai pensé à l’euthanasie. Qui sommes nous, nous qui sommes en santé, pour évaluer le désir de vivre des personnes qui ont vieilli et dont les forces ont diminué? Comme il serait triste si nos dirigeants, tout comme le fermier de notre conte, se basaient uniquement sur le critère de la rentabilité pour décider ou non de garder des personnes en vie!


Et voici cette petite histoire, racontée en dessins:



l-ane-charge.jpg    

carrelage-le-puits.jpg   


Un jour, l'âne d'un fermier  tomba dans un puits.

hist-aneetpuits-2.jpg


L'animal gémissant pitoyablement pendant des heures,
le fermier se demanda quoi faire.

  hist-aneetpuits-1.jpg

Finalement, Il  décida que l'animal était vieux et que le puits devait  disparaître
de toute façon. Ce n'était pas rentable pour lui de récupérer l'âne.

hist-aneetpuits-3.jpg

Il  invita donc tous ses voisins à venir  l'aider. Ils saisirent 
tous une pelle et commencèrent à enterrer l'âne dans le
puits. 
Au début, l'âne  réalisa ce qui se produisait et il se mit à crier terriblement.
Puis à la stupéfaction de chacun, Il se tut.

hist-aneetpuits-7.jpg

Quelques pelletées plus tard, le fermier  regarda dans le fond
du puits et fut étonné de ce qu'il voyait.


Avec chaque pelletée de terre qui tombait sur lui, l'âne faisait quelque chose
de stupéfiant.

hist-aneetpuits-4.jpg

Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus.
Pendant que les voisins du fermier continuaient à pelleter sur l'animal, Il se
secouait et montait dessus.

hist-aneetpuits-8.jpg

Bientôt, chacun fut stupéfait de voir l'âne sortir hors du
puits,


et se mettre à trotter!"................................. hist-aneetpuits-9.jpg

 


3 commentaires:

  1. Belle histoire qui prouve que la Vie est forte, quand on y tient vraiment et qu'on veut survivre aux épreuves!

    RépondreSupprimer
  2. Incroyable !!!! C'est exactement ce qui m'est demandé pour entrer en MANAA !!!
    En cherchant des photos d'ânes pour les reproduire, je tombe sur votre travail...et c'est exactement ce que je voulais faire excepté les quatre dernières vignettes... si les profs tombent sur votre travail, je suis mal, ils vont croire à un plagiat...^^

    RépondreSupprimer
  3. Chère Aurore, ce n'est sûrement pas moi qui t'accuserai de plagiat, car les dessins que tu as contemplés ne sont pas miens. Je n'ai pas ce talent. J'ai d'abord trouvé cette belle histoire sur internet et par la suite, j'ai vu un site où l'histoire était mise en dessins. J'ai mis les dessins sur mon blogue, puisqu'ils sont, semble-t-il de propriété publique. Tout le monde peut y avoir accès. Si vous n'avez pas plagié, à votre place, je tenterais ma chance, et je prie Dieu qu'il fasse surgir la vérité dans les coeurs. Je remercie Dieu du talent qu'Il vous a donné pour les arts. Quant à moi, je ne fais qu'apprécier les artistes. Mais c'est déjà beaucoup.
    Guy, omv

    RépondreSupprimer