lundi 26 septembre 2011

Notre Dame de l'Équilibre

Notre Dame de l’Équilibre

Reproduction sur toile, par le Frère Armand Panniello 
Abbaye de Frattocchie, Rome, Italie


Nous invoquons notre bonne Mère du ciel de différentes façons. La Vierge Marie semble posséder presque tous les titres. Or il existe un vocable de la Vierge que je n’aurais pour ma part jamais imaginé lui attribuer. Et pourtant ce vocable est très beau et d’une très grande actualité. Il s’agit de : Notre Dame de l’Équilibre. Permettez-moi de vous raconter comment j’ai découvert ce vocable de la Vierge.

À l’âge de vingt-cinq ans, je quittais ma ville natale de Québec pour entrer dans la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie. Il a fallu que je m’expatrie car cette Congrégation religieuse n’existait pas au Canada. C’est une Congrégation d’origine italienne, fondée en 1826 par le Vénérable Bruno Lantéri. Je me suis donc rendu à Rome pour ma formation à la vie religieuse. J’ai fait mon noviciat dans une résidence située sur la fameuse Via Appia Nuova à Rome. Un jour, notre maître du noviciat nous a emmenés visiter une abbaye des Pères Trappistes qui se trouvait tout près de notre résidence: l’abbaye Notre Dame du Saint Sacrement à Frattocchie, située au 37, Via Appia Nuova. À peine entrés dans le monastère, nous nous trouvions à quelque pas d’une petite chapelle dédiée à Notre Dame de l’Équilibre. Je me souviens d’avoir ri à l’intérieur de cette chapelle en voyant ce nouveau titre de la Vierge et d’avoir dit à mes compagnons de noviciat : « Ceci est pour les déséquilibrés. »

Quelques minutes plus tard, un moine de l’endroit est venu nous rencontrer et nous a raconté comment est née la dévotion à Notre Dame de l’Équilibre dans leur monastère. Voici les propos que nous a tenus ce moine :

« Un jour de l’an 1967, un moine de notre abbaye était en prière, faisant sa méditation quotidienne. Pendant qu’il priait, le mot « équilibre » lui venait à l’esprit. Croyant que c’était une distraction, le moine chassait ce mot de son esprit pour ensuite retourner à sa prière. Mais ce mot lui revenait constamment à l’esprit. Une fois son oraison terminée, le moine vaque à ses occupations quotidiennes. Or en ce jour précis, alors qu’il rangeait de vieux objets dans le grenier, ce même moine trouva une plaque de bronze (1) sur laquelle était gravée la silhouette d’une orante (une femme en prière)les mains levées de chaque côté de son visage. C’est ainsi qu’on représente souvent les personnes en prière, chez les orientaux. Et, gravés dans le bronze, tout autour de l’orante, ces mots étaient écrits : « ALMA AEQUILIBRII MATER, ORA PRO NOBIS ! »  

Le mot latin « mater » signifie « mère ». Il est donc évident que la femme en prière représente la Vierge Marie. Les moines ont traduit ces mots simplement comme ceci: « Notre Dame de l’Équilibre, priez pour nous. » Lorsque le moine acheva son récit, j’avais perdu toute envie de rire et de me moquer de ce nouveau vocable de la Vierge que j’avais maintenant sous les yeux. Et mon cynisme s’est complètement volatilisé lorsque le moine ajouta ceci : « Suite à cette découverte, un autre moine de notre monastère a fait une peinture en couleurs de Notre Dame de l’Équilibre,  presque grandeur nature, suivant le modèle découvert sur la plaque de bronze. Ce cher moine a même pris soin de peindre notre monastère au bas de la toile. Le 19 septembre 1968, les moines ont donné une reproduction en couleurs de Notre Dame de l’Équilibre à sa sainteté le pape Paul VI et ce dernier, en voyant la peinture, le visage rayonnant de joie s’est écrié : « Notre Dame de l’Équilibre,  ah, vraiment Celle dont nous avons besoin. »

Les années ont passé. Je suis devenu diacre le 2 octobre 1982. Durant les mois de mon diaconat, alors que je me préparais à recevoir l’ordination presbytérale, j’ai fait une prise de conscience très forte : je me suis rendu compte à quel point l’équilibre était important pour toute personne, mais spécialement pour un prêtre. L’équilibre affectif en tout premier lieu, pour toute personne qui désire vivre le célibat consacré. L’équilibre aussi entre la vie de prière et l’apostolat. Il y a des gens qui sont plongés dans l’apostolat et qui oublient de prier. Il y a des personnes qui prient trop, selon moi, et qui devraient davantage vaquer à leur devoir d’état ou se donner un peu plus aux autres. L’équilibre dans le fait de ne pas être trop conservateur ni trop libéral. L’équilibre entre la tristesse et la confiance quand une épreuve nous frappe. En somme, j’ai réalisé que toute notre vie se déroulait sous le signe de l’équilibre.

J’ai alors dit à mes compagnons de diaconat : « Pourquoi n’irions-nous pas faire un pèlerinage à l’abbaye à Frattocchie en vue de notre ordination sacerdotale. » Mais personne parmi mes confrères diacres ne semblait intéressé à faire une telle démarche. Il ne faut jamais s’attendre à ce que tout le monde reçoive en même temps les mêmes lumières et les mêmes grâces. Je me suis dit alors : « Très bien ! Dans ce cas, je vais dédier mon sacerdoce à Notre Dame de l’Équilibre. » Pour la carte souvenir de mon ordination presbytérale, j’ai choisi Notre Dame de l’Équilibre. J’ai demandé à mon confrère Pierre Paul, omv, natif de Trois-Rivières au Québec, d’imprimer mon image d’ordination. Ce qui fut fait. Je n’ai plus d’image d’ordination mais j’ai en grande quantité l’image en couleur de Notre-Dame de l’Équilibre telle que vous pouvez la voir en allant sur internet; une fois sur Google, vous n’avez qu’à écrire « Notre-Dame de l’Équilibre » et en cliquant sur le premier lien qui tombera sous vos yeux, vous verrez cette photo couleur accompagnée d’une très belle prière pour demander le don de l’équilibre chrétien. Ajout:

Si quelqu’un parmi vous désirait que je lui envoie des images de Notre Dame de l’Équilibre, vous n’avez qu’à me le faire savoir; je vous en enverrai avec joie. Et s’il vous arrivait de prier la Vierge Marie sous ce vocable, daignez avoir une petite pensée pour le déséquilibré que je suis     et que vous êtes. J’espère ne rien vous apprendre en vous disant que toute personne vivant en ce monde est marquée par un ou plusieurs déséquilibres. Seules deux personnes ayant vécu sur cette terre ont été parfaitement équilibrées : Jésus et Marie. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous pouvons donner à Marie le beau vocable de Notre Dame de l’Équilibre. Puisque nous avons une Mère aussi équilibrée et qui nous aime tant, n’hésitons pas à recourir à Elle fréquemment et avec ferveur en lui disant : « Notre Dame de l’Équilibre, priez pour nous ! »

Note : il est intéressant de noter que la plaque de bronze représentant Notre Dame de l’Équilibre a été découverte durant l’année 1967 et donc quelques mois avant la fameuse année 1968. Nous savons tous qu’en occident, l’année 1968 représente une année charnière. Une véritable révolution des idées, des mœurs et des valeurs est née en mai 1968, entraînant malheureusement avec elle certains déséquilibres.

(1) La plaque de bronze est un bas relief mesurant 35cm de hauteur, 18 cm de largeur et 2cm d’épaisseur.

Prière à Notre-Dame de l’Équilibre

VIERGE, MÈRE DE DIEU ET DES HOMMES, MARIE
Nous vous demandons le don de l`équilibre chrétien, si nécessaire à l`Église et au monde d`aujourd`hui. 

Délivrez-nous du mal et de nos mesquineries, gardez-nous des compromissions et des conformismes, écartez de nous mythes et illusions, découragement et orgueil, timidité et suffisance, ignorance et présomption, erreur et dureté du cœur.

Donnez-nous la ténacité dans l`effort, le calme dans l`échec, le courage dans les reprises, l`humilité dans le succès.

Donnez-nous une grande simplicité, un cœur pur, l`amour de la vérité et de l`essentiel, le courage de l`engagement désintéressé, la loyauté de reconnaître et d`accepter nos limites.  Donnez-nous la grâce de savoir accueillir la Parole de Dieu et de la vivre. Accordez-nous le don de la prière.

Nous vous demandons l`amour de l`Église, telle que l`a voulue votre Fils, afin de participer, en elle et avec elle, dans une fraternelle communion à tous les membres du Peuple de Dieu –hiérarchie et fidèles--, au salut de nos frères, les hommes. 

Remplissez donc nos cœurs de compréhension et de respect, de pitié et d`amour.

Conservez en nous la volonté de vivre et d`accroître cet équilibre, qui est foi et espérance, sagesse et rectitude, esprit d`initiative et prudence, ouverture et vie intérieure, don total, amour.

Sainte Marie, nous nous en remettons à votre tendresse.  Amen.

 
Ajouts:
 

5. Notre-Dame de l'Équilibre et l'histoire ... - YouTube

www.youtube.com/watch?v=Oqy5_10Nrs8
5 juin 2015 - Ajouté par Guy Simard, omv
Notre-Dame de l'Équilibre et l'histoire providentielle de cette ... avec, en relief, la silhouette d`une ...

1. Le secret de la joie de Marie / Guy Simard - YouTube

www.youtube.com/watch?v=gqeLjehxasY
27 mars 2015 - Ajouté par Guy Simard, omv
Une demande à la Vierge : qui es-tu Marie de Nazareth ? ... Notre-Dame de l'Équilibre et l'histoire ...
 
 



jeudi 22 septembre 2011

Montrer Jésus

Montrer Jésus :

Le cardinal français Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, en visite au Québec à l’occasion du Congrès Eucharistique International de 2008, dans une entrevue accordée au Père Thomas Rosica, csb, dans le cadre de l’émission télévisée Sel et Lumière, a partagé quelque chose de très intéressant concernant Benoît XVI à peine élu pape.

Une fois que le candidat à la papauté a reçu le nombre suffisant de votes pour être élu, on lui demande s’il accepte la tâche d’être pape. Dès qu’il dit oui, le secret du conclave est levé. Le nouveau pape a alors parlé en privé aux cardinaux. Le cardinal Barbarin a dit qu’il a alors sorti son carnet pour prendre des notes car ce seront les premières paroles du nouveau pape et personne d’autres que les cardinaux pouvaient entendre ses propos.

Le pape a d’abord dit pourquoi il avait choisi le nom de Benoît XVI. Il a dit que l’Europe était en train de se faire et que saint Benoît en était le patron. Il a dit que le pape Benoît XV avait vécu un pontificat marqué par la guerre et que lui Benoît XVI désirait connaître un pontificat de paix.

Le pape a ensuite dit cette phrase admirable : « De toute façon, la seule chose qui m’intéresse, que je veux faire, c’est de parler du Christ, d’annoncer le Christ et, si possible, de Le montrer. »

(il est possible de regarder cette  interview sur internet. Vous allez sur Google et vous écrivez: Salt + Light Television | Witness . Une fois sur la page, vous faites descendre votre curseur; à un moment donné, sur votre extrême droite, vous verrez apparaître les mots : Previous Episodes; le 29ème est le Cardinal Philippe Barbarin. L’interview est en français avec des sous-titres en anglais)

N’est-ce pas que cette façon de « voir » le ministère du pape et la vocation chrétienne en général est belle et originale ? Benoît XVI est conscient qu’en tant que « vicaire du Christ » sur cette terre, il lui appartient en premier lieu de « montrer » le Christ au monde. Son vénérable prédécesseur était aussi très conscient de cela. Dans sa Lettre Apostolique « Novo Millennio Ineunte » qui marquait la clôture du grand jubilé de l’an 2000, le pape Jean-Paul II écrivait ceci :

II
UN VISAGE À CONTEMPLER

« Nous voulons voir Jésus » (Jn 12,21). Cette demande, présentée à l'Apôtre Philippe par quelques Grecs qui s'étaient rendus en pèlerinage à Jérusalem à l'occasion de la Pâque, résonne aussi spirituellement à nos oreilles en cette Année jubilaire. Comme ces pèlerins d'il y a deux mille ans, les hommes de notre époque, parfois inconsciemment, demandent aux croyants d'aujourd'hui non seulement de « parler » du Christ, mais en un sens de le leur faire « voir ». L'Église n'a-t-elle pas reçu la mission de faire briller la lumière du Christ à chaque époque de l'histoire, d'en faire resplendir le visage également aux générations du nouveau millénaire?
Notre témoignage se trouverait toutefois appauvri d'une manière inacceptable si nous ne nous mettions pas d'abord nous-mêmes à contempler son visage. Le grand Jubilé nous a assurément aidés à le faire d'une manière plus profonde. Au terme du Jubilé, tandis que nous reprenons le chemin de la vie ordinaire, conservant en nous la richesse des expériences vécues en cette période toute spéciale, notre regard reste plus que jamais fixé sur le visage du Seigneur. » (Novo Millennio Ineunte, no. 16)
Les Grecs qui ont formulé cette demande à l’apôtre Philippe : « Nous voulons voir Jésus » ont exprimé le désir conscient ou inconscient de toute personne humaine vivant sur cette terre. La vocation chrétienne a précisément pour mission de « faire voir le visage de Jésus au monde ». Jean-Paul II a bien raison de dire que cela ne peut se faire que par la contemplation assidue et continue du visage du Christ tel qu’Il nous est révélé dans les évangiles. Et un jour, peut-être, parviendrons-nous nous aussi à dire avec l’apôtre Paul : « Ce n’est plus moi qui vis; c’est le Christ qui vit en moi. » (Gal 2, 20)

Jean-Marie Vianney
Durant l’année sacerdotale que nous avons vécue dernièrement, le saint curé d’Ars nous a de nouveau été présenté comme modèle. Un jour, une personne ayant rencontré Jean-Marie Vianney, s’est exclamée : « J’ai vu Dieu dans un homme. ». Voilà ce que les gens ont vu il y a deux mille ans en contemplant Jésus; voilà ce que les gens devraient voir en regardant un chrétien ou une chrétienne. Lors de son pèlerinage apostolique en France en 1986, le pape Jean-Paul II est allé à Ars et a dit ceci :
« Oui, à travers ce prêtre, c’est le Christ qui est devenu spécialement présent en ce coin de France.    Il a cherché à imiter le Christ jusqu’aux limites des possibilités humaines. Et il est devenu non seulement prêtre, mais victime, offrande, comme Jésus.    Ainsi donc le Christ s’est bien arrêté ici, à Ars, au temps où Jean-Marie Vianney y était curé.    Oui, Il s’est arrêté. Il a vu « les foules » des hommes et des femmes du siècle dernier qui « étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger » ( Mt 9,36). Le Christ s’est arrêté ici comme le Bon Pasteur. » (Ars, le 6 octobre 1986)
En ce 6 octobre 1986, le pape a ouvert son cœur sur le problème des vocations sacerdotales et religieuses. Il a exprimé sa préoccupation et il a fait une magnifique prière. J’oserais qualifier cette prière de « prière sacerdotale du pape ». Après avoir lu cette prière, vous vous exclamerez peut-être comme moi : « Wow !  Quelle audace !  Quelle familiarité Jean-Paul II a avec le Père; tout à fait à l’exemple de Jésus ! » Et de fait, en entendant ce cri de Jean-Paul II, ce cri du cœur, nous avons nettement l’impression qu’il donne un ordre à Dieu, qu’il lui commande de donner des prêtres à son Église. Une telle façon de s’exprimer ne peut s’expliquer que par le fait que Jean-Paul II était devenu un autre Christ (alter Christus) et par le fait que le 6 octobre 1986, les pèlerins qui sont allés à Ars ce jour-là, ont vu Jésus et entendu Jésus. Voici les paroles et la prière de Jean-Paul II :
« Et de ce lieu (Ars), le Christ a dit à ses disciples, comme autrefois en Palestine : “ La moisson est abondante et les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson ” (Mt 9, 37-38). Il l’a dit à toute l’Église qui est en France, à l’Église répandue par toute la terre.Aujourd’hui, il le dit pareillement, car les besoins sont immenses, pressants.
Les évêques, successeurs des Apôtres et le successeur de Pierre voient mieux que d’autres l’ampleur de la moisson, avec les promesses d’un renouveau, et aussi la misère des âmes abandonnées à elles-mêmes, sans ouvriers apostoliques.

Les prêtres ont une vive conscience de ce besoin, eux qui voient en maints endroits leurs rangs clairsemés, et qui attendent l’engagement de plus jeunes dans le sacerdoce ou la vie religieuse.

Les laïcs, les foyers en sont tout autant convaincus, eux qui comptent sur le ministère du prêtre pour nourrir leur foi et stimuler leur vie apostolique.

Les enfants et les jeunes le savent bien, eux qui ont besoin du prêtre pour devenir des disciples de Jésus, et peut-être partager sa joie de se consacrer entièrement au service du Seigneur, à sa moisson.

Et nous tous, qui sommes réunis ici, après avoir médité sur la vie et le service de saint Jean-Marie Vianney, Curé d’Ars, cet “ouvrier” insolite de la moisson où s’opère le salut des hommes, nous élevons une supplication instante vers le Maître de la moisson, nous prions pour la France, pour l’Église à travers le monde entier: « Envoie des ouvriers dans ta moisson ! Envoie des ouvriers !







samedi 17 septembre 2011

La leçon du lépreux

La leçon du lépreux :

Aujourd’hui, je désire vous partager un des textes les plus beaux que j’aie lus durant ma vie. D’après ce que je peux comprendre, il s’agit d’un fait vécu. Je n’ai pas de difficulté à croire que ce texte décrive des faits réels, étant donné la justesse des descriptions et des émotions ressenties. Mais qui sait ?

(Post scriptum écrit le 6 juin 2015: J’ai maintenant la preuve que ce fait est véridique. Le jeune missionnaire se nomme Vincent Carme. Je développe ce point sur un de mes blogues. Pour le lire , veuillez cliquer sur les mots suivants: Une belle grâce reçue). 

Nous, à Madagascar, nous avons peut-être de grandes joies. Mais il y a aussi des moments de découragement, lorsqu’on a le paludisme sous ce climat tropical humide ou lorsqu’on a des coups durs et que rien ne va plus. Ce jour-là, j’étais justement en crise comme on dirait en Europe. Rien n’allait plus. J’étais découragé. Je croyais friser une dépression nerveuse.

Or, on s’était donné le mot entre jeunes missionnaires que lorsque ça n’irait pas, on ne resterait pas seuls, on irait voir le confrère le plus proche. C’est ainsi que je saute sur ma moto et me voilà parti pour une ville qui se trouve à environ 70 kilomètres de l’endroit où je travaille. Je voulais aller voir un ami qui était prêtre.

Je l’ai trouvé en train de passer en visite médicale les enfants des lépreux. Je ne devais pas avoir une belle figure en entrant chez lui, car il me dit : « Qu’est-ce qui ne va pas? Tu en fais une tête ! » Et il voulait renvoyer les enfants. Je lui dis : « Non, finis ton travail. Pendant ce temps, j’irai prier un peu à l’église. Après on reparlera. »

Arrivé à l’église de la léproserie, j’ai commencé une prière hargneuse, une prière de colère. J’accablais Jésus de reproches. « Pourquoi permets-tu cela ? Pourquoi ce découragement ? Pourquoi cette mauvaise santé ? Moi, qui ai tout donné … ». Ce n’était pas une prière. Ou, si vous voulez, c’était une prière contestante.

Soudain, la porte bougea. Je me retournai. C’était un lépreux. Il était aveugle. Dans ses orbites rouges on voyait deux boules blanches. C’était affreux à voir. Il n’avait plus ni mains ni pieds. Et pour se déplacer, il était obligé de se traîner sur ses genoux. Ceux-ci étaient probablement atteints aussi, car il les avait protégés avec deux bouts de chambre à air.

Et le voilà qui se traîne jusqu’à ma hauteur. Il était à côté de moi. Je sentais même son odeur, parce que les lépreux ont une odeur caractéristique. Et là, se croyant seul lui aussi, il se mit à prier, à haute voix. Et c’était une prière de louange. Une prière d’action de grâces. Une prière merveilleuse. Je ne sais plus tout ce qu’il a dit. Mais ce que j’ai retenu, c’est ceci : « Je te remercie mon Dieu pour tout ce que tu as fait pour moi durant ma vie. Je te remercie même pour cette maladie. Si je n’étais pas devenu lépreux, je serais resté dans ma brousse. J’aurais probablement été un homme riche puisque je possède des zébus et des rizières. Mais je ne t’aurais jamais connu. À cause de cette maladie, j’ai abouti ici, à la léproserie. Et c’est là que j’ai appris à te connaître. Et te connaître vaut plus que tout le reste. Aussi, je te remercie pour tout, même pour cette maladie. »

J’avais le souffle coupé. Ma prière hargneuse aussi était coupée. Je me suis mis à pleurer. Et à voix basse, j’ai conclu ma prière : « Pardonne-moi, mon Dieu. Plus jamais je ne murmurerai contre toi. »
                                                  Histoire vraie – 1960.

Dans l’évangile selon saint Jean, Jésus dit dans la prière communément appelée  « sacerdotale » : « Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » (Jn 17, 3)


dimanche 11 septembre 2011

La religion du pardon

La religion du pardon :

En ce 11 septembre 2011, les gens de tous les coins du monde font mémoire d’un bien triste événement : il y a dix ans, avaient lieu les terribles attentats qui ont bouleversé le monde entier et qui ont changé à jamais le cours de l’histoire et la vie en société. Et voici que la Parole de Dieu de ce 24ème dimanche du temps ordinaire nous parle très fortement et très clairement de la nécessité de pardonner les offenses. Je suis toujours émerveillé de constater que la vie civile et la vie de foi sont intrinsèquement liées et de voir que très souvent la Parole de Dieu du jour jette une lumière extraordinaire et éclatante sur des événements civils qui se déroulent ce même jour.

Si j’avais à décrire la religion chrétienne en un seul mot, je serais porté à dire que c’est la religion du pardon. Bien sûr, la religion chrétienne est la religion de l’amour; mais la façon très particulière dont notre Dieu vit l’amour se nomme : la miséricorde. Le Dieu des chrétiens est avant tout le Dieu miséricordieux. Comme la première lecture, le psaume et l’évangile de la messe d’aujourd’hui sont beaux ! Tous ces textes font l’éloge de la miséricorde de Dieu. Je vous invite à aller sur internet et à écrire les mots suivants sur un moteur de recherche de votre choix : 24ème dimanche du temps ordinaire, année A. Vous y trouverez aisément les lectures bibliques de la messe d’aujourd’hui.

Il m’arrive d’entendre dans les médias ou ailleurs des personnes qui disent ceci : « Jamais je ne pardonnerai à telle personne ce qu’elle m’a fait. » ou encore : « Cette personne que je connais et qui vit encore, je l’ai complètement exclue de ma vie; elle n’existe plus pour moi tellement est grand le mal qu’elle m’a fait. » Lorsque j’entends de tels propos, j’éprouve une très grande tristesse. Ces phrases figurent parmi les plus tristes que je puisse entendre. Je me dis alors : « Ces personnes ne sont peut-être pas chrétiennes »; ou, si elles sont chrétiennes, il y a un aspect tellement important du christianisme qu’elles méconnaissent ou qu’elles ont mis de côté : la nécessité de pardonner. Aujourd’hui, en répondant à la question de Simon-Pierre qui lui demande combien de fois il doit pardonner à son frère ou sa sœur qui l’a offensé, Jésus répond : « Jusqu’à soixante-dix fois sept fois », ce qui veut dire à l’infini. Et Jésus, pour bien faire comprendre cette exigeante réponse, invente une autre de ces paraboles qui s’imprègnent dans notre mémoire dès la première fois que nous l’avons entendue : la parabole du débiteur impitoyable en Mathieu 18, 23-35. Jésus termine cette parabole en disant : « C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son cœur. » Non seulement je me dois de pardonner les offenses qu’on me fait, aussi grandes soient-elles, mais je ne dois pas pardonner à moitié; je dois pardonner de tout mon cœur. (1)

Voilà la bonne nouvelle de l’évangile; voilà la bonne nouvelle de Jésus Christ. Il est certain qu’à première vue, cette bonne nouvelle ne semble pas très bonne. Qui de nous n’éprouve pas de difficulté à pardonner ? Certains torts subis par des gens sont tout simplement abominables et peuvent aisément sembler impardonnables. Mais la bonne nouvelle de Jésus Christ peut se résumer en une phrase : « Pour les hommes c’est impossible, mais pas pour Dieu, car tout est possible à Dieu. » (Mc 10, 27) De plus en plus, je considère notre religion comme la religion de l’impossible. Avec Dieu, je puis tout. C’est ce que la Vierge Marie a surtout retenu de sa conversation avec l’archange Gabriel : « Car rien n’est impossible à Dieu. » (Lc 1, 37) C’est cette phrase de l’ange qui a convaincu la Vierge Marie de répondre un « oui total » à la demande et à l’invitation que lui adressait notre Père du ciel par l’intermédiaire de son angélique envoyé. Et c’est cette phrase que Marie a médité dans son cœur tout au long de son existence terrestre et qui a guidé ses choix et ses décisions. Seul je suis souvent incapable de faire ce que Dieu me demande. Or, je ne suis jamais seul. Dieu m’invite constamment à croire qu’Il est avec moi; bien plus : qu’Il est en moi et puisqu’Il est en moi, avec Lui, tout est possible. En saint Marc, Jésus nous dit : « Tout est possible à celui qui croit. » (Mc 9,23)

Jésus nous demande de pardonner. Il peut nous le demander car lui, Il l’a fait : Il nous a pardonné et Il nous pardonne continuellement. La merveille en Jésus, c’est que pour lui, il n’y a aucune dichotomie entre le dire et le faire. Il n’y même pas de distinction entre le dire et le faire. Comme nous sommes loin de suivre cet exemple divin, n’est-ce pas? Il est vraiment le Fils de Celui dont nous parlent les premiers versets de la Bible, Celui dont il est dit : « Il dit … et ce fut fait; Il dit … et cela arriva. »

Les plus grands exemples de pardon, Jésus nous les a donnés alors qu’Il était sur la croix. Jésus sur la croix, nous a laissé sept paroles. Les deux premières paroles qu’Il a prononcées sur la croix sont des paroles de pardon. Je suis toujours émerveillé de constater qu’il y a un consensus sur les paroles de Jésus en croix. L’ordre dans lequel les sept paroles de Jésus ont été dites semble admis par tous. Je ne sais vraiment pas comment on est arrivé à un tel consensus, mais de fait, consensus il semble bien y avoir. Or, la première parole de Jésus en croix fut : « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. » (Lc 23, 34)  Il faut le faire : demander à notre Père du ciel de pardonner ce crime abominable qu’est le déicide. Jésus implore le pardon de Dieu alors qu’Il est crucifié par nous et pour nous. Et comme le dit un auteur que nous lisons dans le bréviaire à chaque année et dont j’ignore pour le moment le nom, Jésus, sur la croix, non seulement demande pardon pour nous, mais en plus, Il nous excuse : « Pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. » S’ils savaient ce qu’ils font, ils ne le feraient jamais. Jésus va jusqu’à nous excuser pour implorer le pardon de Dieu.

La deuxième parole de Jésus en croix est aussi une parole de pardon : « En vérité,  je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis. » (Lc 23, 43)  Celui qu’on appelle désormais le bon larron, semble avoir été particulièrement touché par l’attitude de Jésus en croix et par la première des sept paroles qu’il a prononcées à l’heure de sa mort, dans les plus atroces douleurs. Ce bandit fut à ce point touché et éclairé par la grâce qu’il a reconnu en Jésus le Messie. Se tournant vers Jésus, il lui dit : « Jésus, souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton Royaume. » (Lc 23, 42) Par cette parole, qu’est-ce que le bon larron disait sans l’exprimer très clairement ? Il disait : « Toi qui es roi, toi qui es le roi des rois, aie pitié de moi quand tu viendras inaugurer ton règne de justice et de paix. »  Et Jésus, sur le champ, lui fit miséricorde. La miséricorde de Dieu s’exerce instantanément; elle se vit en un clin d’œil. À peine le pécheur demande-t-il pardon qu’il est sur le champ pardonné. N’est-il pas normal que les deux premières paroles de Jésus en croix nous soient rapportées par saint Luc, l’évangéliste de la miséricorde ?

En terminant, j’aimerais dire un mot sur le Notre Père. La première partie du Notre Père porte sur Dieu, sur les devoirs à rendre à Dieu et sur le désir que le Règne de Dieu arrive. La deuxième partie du Notre Père regarde notre existence à nous les hommes; elle porte sur ce qu’il nous est nécessaire pour vivre et sur la façon de nous comporter. La première demande de cette deuxième partie porte sur le pain. Il est évident que Jésus ne parle pas alors seulement du pain dont nous avons besoin pour nourrir la vie de notre corps, mais aussi du Vrai Pain venu du ciel, le pain qui est son Corps et son Sang. L’eucharistie étant la source et le sommet de la vie chrétienne, il est normal que la première demande de la deuxième partie du Notre Père porte sur elle. Mais immédiatement après vient la demande du pardon : « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. »  Voilà un autre signe évident de l’importance que Jésus accorde au pardon des offenses.

(1)   De tous les commentaires que j’ai lus durant ma vie sur les paraboles de Jésus, pas un n’égale selon moi la façon dont notre pape actuel les explique. Benoît XVI a un don particulier pour nous faire goûter les paraboles. Dans son livre intitulé Jésus de Nazareth, Benoît XVI consacre son 7ème chapitre au message des paraboles. Dans ce chapitre, il commente de façon particulièrement éclairante quelques unes des paraboles de Jésus. Nous pouvons alors mieux comprendre la toute première phrase de ce chapitre 7 : « Les paraboles constituent sans aucun doute le cœur de la prédication de Jésus. » (Jésus de Nazareth, p. 207)

lundi 5 septembre 2011

La joie chrétienne

La joie chrétienne:

gesu5a

Bonjour à toi ! Je suis très heureux de pouvoir partager sur internet quelques unes des pensées, des intuitions et des vérités qui me font vivre, qui font en quelque sorte que la vie est belle pour moi. Je ne sais pas si toi qui lis ces lignes en ce moment, tu es un lecteur ou une lectrice occasionnel(le) de ce blogue. C’est pour cette raison que je fais précéder le présent message d’une petite introduction. Le titre ou le nom de mon blogue est : Dieu ma joie. Ce n’est pas un titre choisi au hasard. C’est un titre qui est très ancré dans mon être, dans ce que je suis. Pour mieux comprendre cela, je t’invite à lire ou relire le premier long texte que j’ai écrit sur ce blogue, en date du 18 juin 2011; ce texte a pour titre : Le désir le plus profond. Pour ce faire, tu n’as qu’à cliquer sur le mot « juin » qui figure à ta droite sur la page d’accueil du blogue et aller à la date désirée.

La première fois que j’ai découvert à quel point le thème de la joie me fascinait et m’interpellait, ce fut au début des années 1980, lorsque j’ai lu l’exhortation apostolique du pape Paul VI, intitulée : La joie chrétienne (Gaudete in Domino). Je crois le moment venu de vous partager certaines intuitions du pape Paul VI et de les commenter à ma façon.

La première chose qui m’a frappée en lisant la l’exhortation apostolique de Paul VI, c’est que ce bon pape nous a écrit une lettre sur la joie en pleine année de joie et de jubilation. Cette lettre est datée du 9 mai 1975; l’année 1975 étant une année jubilaire. À tous les vingt-cinq ans (et même parfois avant), l’Église décrète une année de joie, une année sainte. Cette tradition tire son origine de l’Ancienne Alliance, de l’Ancien Testament. Voici les tout premiers mots de la lettre du pape :

« RÉJOUISSEZ-VOUS dans le Seigneur, car il est proche de tous ceux qui l’invoquent avec un cœur sincère.
Chers Frères et Fils dans le Christ, à plusieurs reprises déjà au cours de cette Année Sainte, Nous avons exhorté le Peuple de Dieu à correspondre avec un joyeux empressement à la grâce du Jubilé. Notre invitation appelle essentiellement, vous le savez, au renouvellement intérieur et à la réconciliation dans le Christ. Il y va du salut des hommes, il y va de leur bonheur plénier. Au moment où, dans tout l’univers, les croyants s’apprêtent à célébrer la venue de l’Esprit Saint, Nous vous invitons à implorer de Lui ce don de la joie. »

Il y a beaucoup de choses d’exprimées dans ce court texte. Parlons d’abord de la jubilation dans l’Église. Pour quelqu’un qui vit hors de l’Église et qui la considère du dehors, celle-ci apparaît souvent comme une organisation terne, sans véritable vie et peu attirante. Mais pour qui vit à l’intérieur de l’Église, il en va tout autrement. Je me considère tellement choyé d’être chrétien et chrétien catholique car notre Mère l’Église, par l’organisation de son année liturgique, contribue grandement à nourrir en moi ce désir profond qu’est la joie. Non seulement l’Église nous propose à tous les vingt-cinq ans une année jubilaire, mais elle nous incite à nous réjouir à longueur d’année. Alors qu’une personne qui vit hors de l’Église a tellement de jours ordinaires durant son année, nous les catholiques, nous vivons très souvent des jours de sainte joie. Car dans le calendrier liturgique de l’Église, il y a bien sûr les journées ordinaires; mais il y a aussi les « mémoires » qui nous rappellent le plus souvent la personnalité d’un saint ou d’une sainte de l’Église, les « fêtes » qui souvent soulignent un mystère de la vie du Christ ou de la Vierge Marie et finalement les « solennités » qui sont les fêtes les plus grandioses de l’année liturgique. Et, en fait de solennité, il n’y a pas que Pâques et Noël. Je me considère vraiment privilégié de vivre au sein d’une institution qui m’invite si souvent à me réjouir. Cela prouve une fois de plus que très souvent, on ne peut bien juger d’une organisation que si on la connaît de l’intérieur et non pas de l’extérieur.

Les premières paroles du pape nous indiquent aussi que cette lettre à été écrite à l’approche de la « solennité » de la Pentecôte 1975 : « Au moment où, dans tout l’univers, les croyants s’apprêtent à célébrer la venue de l’Esprit Saint, Nous vous invitons à implorer de Lui ce don de la joie. » Ceci est très intéressant car saint Paul, dans sa lettre aux Galates, nous dit très clairement que la joie est un des fruits de l’Esprit-Saint : « Le fruit de l’Esprit est amour, joie, paix, longanimité, serviabilité, bonté, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi : contre de telles choses il n’y a pas de loi. » (Gal 5, 22-23). Il n’est pas surprenant que saint Paul mentionne l’amour comme étant le premier des fruits de l’Esprit; mais j’ai toujours été impressionné du fait qu’il mette la joie au second rang, avant même la paix. Est-ce intentionnel ? Est-ce le fruit du hasard ? Qui sait ?

« Nous vous invitons à implorer de l’Esprit Saint ce don de la joie. » Ici les mots sont particulièrement bien choisis. Le pape ne nous invite pas à « demander » à l’Esprit Saint le don de la joie; il nous invite à « implorer » de Lui le don de la joie. Le verbe implorer est beaucoup plus fort que le verbe demander. Les petits enfants savent très bien ce que c’est que d’implorer; et particulièrement à l’approche de Noël. Ils implorent leurs parents de leur acheter tel ou tel cadeau. Et ils vont implorer jusqu’à ce qu’ils soient absolument certains d’obtenir ce qu’ils désirent. « Si vous ne devenez pas comme les petits enfants, vous n’entrerez point dans le Royaume des cieux » nous a dit Jésus. De même, on peut dire que si nous n’implorons pas (à la manière des petits enfants) l’Esprit Saint de nous donner la joie, nous risquons de ne pas l’obtenir.

Au début de son exhortation apostolique, le pape nous dit qu’il existe un paradoxe dans nos vies : nous désirons être toujours joyeux mais nous expérimentons souvent le contraire : la tristesse.

« Ce paradoxe et cette difficulté d’atteindre la joie Nous semblent particulièrement aigus aujourd’hui. C’est la raison de notre message. La société technique a pu multiplier les occasions de plaisirs, mais elle a bien du mal à procurer la joie. Car la joie vient d’ailleurs. Elle est spirituelle. »

Comme ces phrases sont belles et riches de sens. Nous allons essayer de découvrir toute la richesse cachée dans ces simples mots. D’abord n’est-il pas évident que le pape est un bon papa. D’ailleurs les mots pape et papa ne sont-ils pas presque identiques ? Le pape Paul VI, regardant vivre notre monde moderne, se rend compte que la joie n’est pas assez souvent au rendez-vous. Alors, il se met à sa table de travail et il prend le temps d’écrire à ses enfants une longue lettre pleine d’amour sur la joie chrétienne dans le but de nous donner les moyens adéquats et souvent nécessaires pour trouver ou retrouver la joie. Le pape fait aussi un autre constat : la société technique d’aujourd’hui a développé à l’infini les occasions de « plaisir », mais elle a bien du mal à procurer la « joie ». Voilà une distinction tellement importante à faire dans notre vie de tous les jours : avoir du plaisir, ce n’est pas la même chose que d’avoir de la joie; avoir du « fun », ce n’est pas avoir de la joie.

Je me souviens, lorsque j’étais beaucoup plus jeune et aux études, de ces lundis matins où mes confrères de classe racontaient de façon volubile leurs exploits de la fin de semaine et tous les plaisirs (parfois défendus) qu’ils avaient connus durant le week-end. Souvent tout cela sonnait faux car à peine deux minutes après leur narration, on pouvait lire une grande tristesse sur leurs visages. Il aurait été utile à l’époque, que quelqu’un nous instruise de la distinction entre plaisir et joie. À bien y regarder, il est assez facile de constater que le plaisir est relié au corps. Tout plaisir, je pense, passe par le corps. Nous avons tous expérimenté le plaisir de la vue : voir un beau film, une belle peinture, un beau paysage. Tous nous connaissons les plaisirs de l’ouïe : entendre une belle musique, le chant des oiseaux, le rire d’un enfant. Et de même pour les plaisirs du goût et du toucher. Or la joie se joue à un autre niveau; la joie est spirituelle. La joie n’a pas besoin de passer par nos sens pour venir habiter notre cœur. Le pape le dit clairement : la joie est spirituelle. Quel énoncé !

Je me souviens d’un reportage télévisé qui a fait fureur par le passé à la chaîne de Radio-Canada. Madeleine Poulin qui animait à l’époque le programme d’information intitulé Le Point, nous a présenté en rafale un certain Vendredi Saint les deux reportages qui ont été faits par une journaliste sur les moniales dominicaines de Berthierville. Madeleine Poulin a introduit ces deux reportages de la façon suivante : « Nous rediffusons aujourd’hui en rafale les deux émissions sur les moniales de Berthierville car vous avez été si nombreux à nous écrire pour nous dire à quel point vous avez été touchés par ces reportages. Et certains d’entre vous nous ont avoué ne plus avoir la foi mais avoir été profondément touchés par le témoignage des moniales. » De fait, ces émissions étaient très touchantes. Ce qui ressortait le plus de ces deux reportages, c’était de voir la joie qui rayonnait sur le visage de ces femmes consacrées au Seigneur. Et la question spontanée qui nous venait à l’esprit après le visionnement était celle-ci : « Mais d’où leur vient une telle joie ? » Voilà la question à $1000. Ces femmes n’ont pourtant jamais l’occasion d’aller au restaurant pour goûter à un de leurs mets préférés; elles ne vont jamais au cinéma pour visionner le film de l’heure. Elles n’ont pratiquement aucune occasion de plaisir; mais elles sont habitées d’une telle joie; d’une joie qui fait l’envie des gens du monde. La réponse se trouve dans le message du pape : « la joie vient d’ailleurs; la joie est spirituelle. » 

Cela peut aller très loin. Nous savons par l’histoire de l’Église et le témoignage des saints (en particulier des martyrs) que la joie peut même habiter le cœur de personnes qui souffrent atrocement en leurs corps. La joie peut très bien aussi habiter le cœur d’une personne  alitée et condamnée à ne plus jamais se lever. Quel mystère ? Ce mystère est en partie résolu lorsque nous savons que la joie est spirituelle. Et le mystère peut être entièrement résolu si nous savons et croyons que la joie est un des fruits de l’Esprit Saint.

En lisant l’exhortation apostolique de Paul VI, nous sommes frappés par le souci et l’amour des personnes athées qui se dégagent des paroles du pape. On voit clairement que l’athéisme qui se répand davantage de nos jours, est une grande préoccupation du pape. Cela se comprend aisément. À la source de l’athéisme, il y a très souvent une conception matérialiste de l’être humain. Plusieurs athées croient que l’être humain n’est que matière; qu’il n’existe pas d’élément spirituel en l’homme ou la femme. Si on coupe à la racine l’élément spirituel de l’être humain, qu’on appelle communément l’âme, on risque aussi de se couper de la joie.

2. La joie chrétienne : celle qui n'a pas besoin de ... - YouTube

www.youtube.com/watch?v=4MPriDpPMgo
8 avr. 2015 - Ajouté par Guy Simard, omv
Le pape Paul VI qui invita à implorer de Dieu le don de la joie / La joie est un fruit de l'Esprit / Faire la ...